La 26e leçon examine deux événements sources fascinants qui expliquent les origines de toutes les différentes nations et langues dans le monde aujourd'hui.
12 minutes de lecture
Télécharger
Langues

Nous avons étudié le grand déluge qui a eu un effet dramatique sur le monde.

  1. L'environnement a changé complètement, passant de coopératif et équilibré à décadent, aux conditions météorologiques rigoureuses et aux nombreux défis (le climat continue à changer).
  2. La société a été anéantie et les trois fils de Noé et leurs femmes en réétablissent une nouvelle.
  3. La promesse spirituelle demeure à travers Noé puis à travers son fils Sem et ses descendants.

La "vue d'ensemble" de cette époque décrit la destruction du monde et les changements qui ont pris place ainsi que la promesse de Dieu de continuer à soutenir l'homme dans l'avenir. L'alliance de l'arc-en-ciel est donnée comme une promesse que Dieu préservera le monde d'une catastrophe hydrique future.

Le "gros plan" de cette époque détaille l'interaction entre Noé et ses fils ainsi que ses prophéties à leur sujet:

  1. Cham et ses descendants seront les serviteurs du monde ainsi que de ses frères.
  2. Sem excellera dans les choses spirituelles (les Juifs sont issus de sa lignée).
  3. Et Japhet prospérera et vivra dans la paix avec son frère Sem.

Cette discussion des générations futures s'élargit aux 10e et 11e chapitres pour inclure plus d'informations au sujet des descendants de ces hommes qui ont éventuellement formé les différentes nations.

On suit ce développement dans l'histoire jusqu'au point où l'explosion de langues et de cultures prend place et où la Bible cesse de tracer le développement de toutes les sous-cultures pour se concentrer sur le gros plan d'un homme et de la nation qui sera issue de lui. Cela nous amène aux deux points principaux de notre discussion présente, la Table des nations ou origine des divers peuples et la Tour de Babel.

L'origine des peuples - chapitre 10

Le chapitre dix de la Genèse contient des informations écrites qui, selon les archéologues, n'apparaissent nulle part ailleurs. Les archives des civilisations anciennes qui existaient à cette époque ne sont enregistrées dans aucun autre document; cependant des artefacts qui appuient ce dossier ont été trouvés.

La Bible est le seul document qui confirme l'existence de ces peuples et elle est très précise selon les découvertes archéologiques.
- Dr. William F. Albright, archéologue.

Voici la postérité des fils de Sem, Cham et Japhet, les fils de Noé, et des fils qui leur sont nés après le déluge.

1Voici la postérité des fils de Noé, Sem, Cham et Japhet. Il leur naquit des fils après le déluge. 2Les fils de Japhet furent: Gomer, Magog, Madaï, Javan, Tubal, Méschec et Tiras. 3Les fils de Gomer: Aschkenaz, Riphat et Togarma. 4Les fils de Javan: Élischa, Tarsis, Kittim et Dodanim. 5C'est par eux qu'ont été peuplées les îles des nations selon leurs terres, selon la langue de chacun, selon leurs familles, selon leurs nations.

Ici, Japheth et Sem ne sont pas nommés selon l'ordre de leur naissance mais plutôt pour accommoder le fait que Sem est celui qui écrit l'histoire des descendants des "fils de Noé".

Permettant le changement général des noms, les chercheurs suivent ces fils comme les pères de différentes nations:

  • Ses ancêtres incluent l'Europe moderne, l'Inde, et certains pays du Moyen-Orient.
  • Le terme "nation" est utilisé et ici il signifie plus particulièrement "nation étrangère"
    • La mention "selon la langue de chacun" indique que ce verset a été écrit après la tour de Babel.
6Les fils de Cham furent: Cusch, Mitsraïm, Puth et Canaan. 7Les fils de Cusch: Saba, Havila, Sabta, Raema et Sabteca. Les fils de Raema: Séba et Dedan. 8Cusch engendra aussi Nimrod; c'est lui qui commença à être puissant sur la terre. 9Il fut un vaillant chasseur devant l'Éternel; c'est pourquoi l'on dit: Comme Nimrod, vaillant chasseur devant l'Éternel. 10Il régna d'abord sur Babel, Érec, Accad et Calné, au pays de Schinear. 11De ce pays-là sortit Assur; il bâtit Ninive, Rehoboth Hir, Calach, 12et Résen entre Ninive et Calach; c'est la grande ville. 13Mitsraïm engendra les Ludim, les Anamim, les Lehabim, les Naphtuhim, 14les Patrusim, les Casluhim, d'où sont sortis les Philistins, et les Caphtorim.
15Canaan engendra Sidon, son premier-né, et Heth; 16et les Jébusiens, les Amoréens, les Guirgasiens, 17les Héviens, les Arkiens, les Siniens, 18les Arvadiens, les Tsemariens, les Hamathiens. Ensuite, les familles des Cananéens se dispersèrent. 19Les limites des Cananéens allèrent depuis Sidon, du côté de Guérar, jusqu'à Gaza, et du côté de Sodome, de Gomorrhe, d'Adma et de Tseboïm, jusqu'à Léscha. 20Ce sont là les fils de Cham, selon leurs familles, selon leurs langues, selon leurs pays, selon leurs nations.

Sem liste la généalogie de Japeth jusqu'à la deuxième génération; pour Cham, il en donne trois et pour lui-même, cinq. Il s'agissait d'assurer que toutes les nations soient tracées et que l'origine et le développement de chacune soient enregistrés.

Les descendants de Cham incluent plusieurs des peuples de la région de la Syrie, d'Irak, d'Arabie, d'Égypte et d'Afrique ainsi que les peuples d'Orient et les peuples originaux de l'Amérique du Nord et du Sud.

Il mentionne une personne en particulier, Nimrod, qui était le petit-fils de Cham. Son nom signifie "rébellion" ou "rebellons-nous" et suggère que le péché avait déjà plus d'emprise dans le coeur des hommes. Dieu a commandé de se disperser, de repeupler la terre, de L'honorer.

On voit dans les actions de Nimrod aux verset 9 à 11 que plutôt de se disperser, il a essayé de consolider différents groupes sous sa direction. Il a construit un ensemble de cités avec une capitale (Babel) dont il s'est établi roi.

  • "Il fut un vaillant chasseur devant l'Éternel" suggère qu'il était peut-être un grand guerrier, avec des armes.
  • Ce n'était pas le plan de Dieu qu'un homme soit roi sur d'autres hommes, qu'il soit honoré plutôt que Dieu, qu'il s'enrichisse plutôt que de repeupler la terre.

On voit ici dans la famille de Nimrod la semence de la rébellion éventuelle. Les Cananéens sont issus de Cham et beaucoup d'information concernant leur histoire se trouve ici-même. Encore une fois, Sem mentionne que ces choses ont été écrites après la division des nations et des langues à Babel, probablement pour assurer l'histoire originale de chaque groupe.

21Il naquit aussi des fils à Sem, père de tous les fils d'Héber, et frère de Japhet l'aîné. 22Les fils de Sem furent: Élam, Assur, Arpacschad, Lud et Aram. 23Les fils d'Aram: Uts, Hul, Guéter et Masch. 24Arpacschad engendra Schélach; et Schélach engendra Héber. 25Il naquit à Héber deux fils: le nom de l'un était Péleg, parce que de son temps la terre fut partagée, et le nom de son frère était Jokthan. 26Jokthan engendra Almodad, Schéleph, Hatsarmaveth, Jérach, 27Hadoram, Uzal, Dikla, 28Obal, Abimaël, Séba, 29Ophir, Havila et Jobab. Tous ceux-là furent fils de Jokthan. 30Ils habitèrent depuis Méscha, du côté de Sephar, jusqu'à la montagne de l'orient. 31Ce sont là les fils de Sem, selon leurs familles, selon leurs langues, selon leurs pays, selon leurs nations.
32Telles sont les familles des fils de Noé, selon leurs générations, selon leurs nations. Et c'est d'eux que sont sorties les nations qui se sont répandues sur la terre après le déluge.

Sem décrit maintenant sa propre postérité en se décrivant lui-même comme le père des fils d'Héber (d'où vient le terme Hébreu) qui était utilisé pour décrire Abraham en Genèse 14.13, un descendant d'Héber.

Il mentionne que le fils d'Héber était Péleg (v. 25) et que durant ce temps la terre était divisée, faisant référence à la division linguistique et géographique qui a pris place après l'incident de la tour de Babel.

La personne importante dans cette lignée est Arpacschad parce qu'il est dans la lignée de la semence promise à Abraham. Les descendants de Sem incluent les peuples du Moyen-Orient, y compris les Juifs.

Il résume son récit au verset 32 en disant que ce sont là les origines de toutes les nations qui suivront. Sem établit ainsi un lien historique entre les anciens patriarches et les nations modernes. Sa table des nations liste 70 familles (il y en a peut-être eu plus) mais ce nombre devient important dans les écrits juifs futurs: 70 anciens (Nombres 11; 70 érudits ont traduit l'Ancien Testament de l'Hébreu au Grec; 70 ans de captivité, 70 dirigeants dans le Sanhédrin.

L'utilisation de la vue panoramique de l'histoire s'arrête ici. L'auteur retourne maintenant au gros plan d'un incident qui a eu un énorme impact sur la structure sociale de la race humaine tout comme le déluge en avait eu un sur l'environnement: la tour de Babel.

La tour de Babel - chapitre 11

Aux premiers versets du chapitre onze, on voit la semence de la religion païenne et les résultats de ce péché. On avait lu au chapitre dix l'histoire de Nimrod le grand souverain et bâtisseur de la ville. C'est probablement lui qui dirige ici cet effort particulier.

1Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots.

Avant Babel, la population tout entière parlait une seule langue. Certains phonologues pensent que la langue originale était l'hébreu parce que certains symboles du plus ancien des artefacts découverts ne trouvent de corrélation que dans cette langue. C'est certainement la plus ancienne langue enregistrée. Sem était le père des Hébreux. (Note: le chinois est la plus ancienne langue écrite continue, 4 500 ans).

Cela supportait le dessein original de Dieu de fraternité et une colonisation coopérative ainsi que l'habitation de la terre.

2Comme ils étaient partis de l'orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear, et ils y habitèrent.

On voit la migration d'Ararat prendre place et une concentration de peuples dans ce qui est maintenant l'Irak.

3Ils se dirent l'un à l'autre: Allons! faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment. 4Ils dirent encore: Allons! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre.

Le dessein de Dieu de disperser et de coloniser est mis en question.

  1. Les gens veulent rester ensemble dans un lieu centralisé.
  2. Ils commencent la fabrication de briques comme moyen d'offrir du travail et des fournitures afin établir un centre urbain.
  3. La nouvelle philosophie est d'éviter d'être dispersés et d'établir un monument physique qui représentera l'aspect religieux de leur expérience, ainsi que leur unité et leur force.

Évidemment, ce qui représente les croyances religieuses d'un peuple et sa foi est l'obéissance et non un sacrifice ou un monument.

Cette région constitue le début de l'ancienne Babylone d'où sont issues toutes les anciennes pratiques occultes païennes.

  • La tour est le premier effort païen de remplacer l'adoration du créateur par l'adoration de ce qui est créé.
  • Elle ne s'est pas rendue au ciel mais elle représente le ciel et ses hôtes.

Plutôt que d'obéir à Dieu, le peuple érige une grande cité et un grand monument religieux; ils pensent qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent et continuer de plaire à Dieu.

5L'Éternel descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes. 6Et l'Éternel dit: Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c'est là ce qu'ils ont entrepris; maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu'ils auraient projeté.

Le problème est clair. L'unité des hommes basée sur leur langue commune est utilisée pour créer une rébelion qui menace le plan ultime de Dieu.

Son plan est d'amener le sauveur, mais dans ce nouvel ordre, la mémoire et l'adoration de Dieu ainsi que Sa promesse seront complètement oubliés et remplacés.

Que l'homme puisse faire n'importe quoi signifie que sans la restriction de la Parole de Dieu, l'homme peut tomber dans n'importe quelle méchanceté menant à son autodestruction totale. Dieu doit donc intervenir encore une fois mais non pas par la destruction d'un déluge.

7Allons! descendons, et là confondons leur langage, afin qu'ils n'entendent plus la langue, les uns des autres. 8Et l'Éternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre; et ils cessèrent de bâtir la ville. 9C'est pourquoi on l'appela du nom de Babel, car c'est là que l'Éternel confondit le langage de toute la terre, et c'est de là que l'Éternel les dispersa sur la face de toute la terre.

La force du peuple est une langue commune à travers laquelle un souverain les manipule. La manière de dissoudre ce pouvoir est de multiplier les langues. Dieu cause ainsi la confusion dans l'effort de construction d'un lieu central. Le résultat en est la migration (que Dieu voulait) rapide, l'expansion de la population et la diversification culturelle.

Étant donné que les groupes ou les tribus qui partageaient une langue étaient plus petits, le mariage se faisait dans un cercle plus petit. Ce cercle de reproduction plus petit est l'une des raisons des mutations génétiques plus rapides et c'est ce qui est considéré le premier facteur dans le développement des types de cheveux, de peau et d'yeux différents.

Cela s'étant produit tôt dans le développement de l'homme, le mariage dans la famille était encore génétiquement possible sans danger. Au temps de Moïse toutefois, cela était expressément défendu par la loi. La langue ayant été donnée à la création d'Adam était un miracle et la multiplication des langues à Babel en était un semblable.

Il est intéressant de noter que le premier miracle à la Pentecôte (lorsque le plan de salut de Dieu est finalement révélé) est de parler en langues, la capacité de parler dans des langues inconnues afin de prêcher à tous les hommes dans leur propre langue.

Le mot "Babel" signifie mêler et c'est pourquoi ce terme est donné ici.

10Voici la postérité de Sem. Sem, âgé de cent ans, engendra Arpacschad, deux ans après le déluge. 11Sem vécut, après la naissance d'Arpacschad, cinq cents ans; et il engendra des fils et des filles.

12Arpacschad, âgé de trente-cinq ans, engendra Schélach. 13Arpacschad vécut, après la naissance de Schélach, quatre cent trois ans; et il engendra des fils et des filles.

14Schélach, âgé de trente ans, engendra Héber. 15Schélach vécut, après la naissance d'Héber, quatre cent trois ans; et il engendra des fils et des filles.

16Héber, âgé de trente-quatre ans, engendra Péleg. 17Héber vécut, après la naissance de Péleg, quatre cent trente ans; et il engendra des fils et des filles.

18Péleg, âgé de trente ans, engendra Rehu. 19Péleg vécut, après la naissance de Rehu, deux cent neuf ans; et il engendra des fils et des filles.

20Rehu, âgé de trente-deux ans, engendra Serug. 21Rehu vécut, après la naissance de Serug, deux cent sept ans; et il engendra des fils et des filles.

22Serug, âgé de trente ans, engendra Nachor. 23Serug vécut, après la naissance de Nachor, deux cents ans; et il engendra des fils et des filles.

24Nachor, âgé de vingt-neuf ans, engendra Térach. 25Nachor vécut, après la naissance de Térach, cent dix-neuf ans; et il engendra des fils et des filles.

26Térach, âgé de soixante-dix ans, engendra Abram, Nachor et Haran.
- Genèse 11.10-26

Au verset 10, Térach, un auteur différent, continue l'histoire de la postérité en mentionnant la durée de la vie de Sem et il établit leur connexion à travers Arpacschad jusqu'à Térach puis Abram, qui sera plus tard appelé Abraham.

Aucun nombre ni histoire sociale ne sont donnés ici excepté les âges des patriarches. Le but est de retracer les personnes-clé de la lignée à travers qui la promesse est venue.

27Voici la postérité de Térach. Térach engendra Abram, Nachor et Haran. -Haran engendra Lot. 28Et Haran mourut en présence de Térach, son père, au pays de sa naissance, à Ur en Chaldée. - 29Abram et Nachor prirent des femmes: le nom de la femme d'Abram était Saraï, et le nom de la femme de Nachor était Milca, fille d'Haran, père de Milca et père de Jisca. 30Saraï était stérile: elle n'avait point d'enfants.

31Térach prit Abram, son fils, et Lot, fils d'Haran, fils de son fils, et Saraï, sa belle-fille, femme d'Abram, son fils. Ils sortirent ensemble d'Ur en Chaldée, pour aller au pays de Canaan. Ils vinrent jusqu'à Charan, et ils y habitèrent. 32Les jours de Térach furent de deux cent cinq ans; et Térach mourut à Charan.

Le récit de Térach prend fin et un autre auteur reprend la narration (probablement Isaac – Genèse 25.19). Il nomme les trois fils de Térach (Abram, Nachor et Haran) et donne une courte description de la famille de chacun: Haran est mort assez jeune; Nachor a épousé la fille de Haran (sa nièce); Abram a épousé sa demi-soeur Saraï, dont il est dit qu'elle était alors stérile.

Le chapitre onze se termine avec Térach qui quitte Ur (une ville mauvaise) pour aller vers le nord, à Haran où il s'établira et mourra éventuellement. Certains spéculent qu'il avait été appelé à aller à Canaan mais qu'il a refusé d'aller plus loin que Haran, à quel point Dieu a appelé Abram à quitter Ur et à continuer plus loin vers Canaan.

Les chercheurs croient que la tour de Babel était une tour dont la forme est nommée une ziggourat (un mot ancien signifiant "construire en hauteur"). Plusieurs de ces bâtiments (bien que très délabrés) existent encore en Irak et en Iran. Il ne s'agit pas de tours uniques mais de séries de bâtiments complexes avec un temple au sommet. Ils se trouvent habituellement au centre d'une région où une ville avait été construite.