Langues :
English
Plateformes :
YouTubeRoku FireTV
 
Luc décrit le cas de la mort soudaine d'Ananias et de Saphira et la persécution continue des Apôtres par les chefs religieux juifs.

Révisons notre plan à mesure que nous suivons la première section d'Actes qui traite principalement du ministère de l'apôtre Pierre.

1. Le 1er discours de Pierre – Actes 1.1-2.47
2. Son ministère après la Pentecôte– Actes 3.1-4.37
3. La persécution de Pierre et des apôtres – Actes 5.1-42

Nous nous sommes arrêtés au point où l'église à Jérusalem se réjouissait et vivait un renouveau spirituel après la libération de Pierre et de Jean par les dirigeants juifs. Cette joie se transforme bientôt en inquiétude quand Pierre et les apôtres souffrent une nouvelle vague de persécution.

Ananias et Saphira – Actes 5.1-11

36Joseph, surnommé par les apôtres Barnabas, ce qui signifie fils d'exhortation, Lévite, originaire de Chypre, 37vendit un champ qu'il possédait, apporta l'argent, et le déposa aux pieds des apôtres.
- Actes 4.36-37

On lit dans ce passage que l'église vivait une joie et un élan spirituels en résultat de l'audace de Pierre avant et après sa libération par les chefs juifs. Cet enthousiasme motivait les membres de l'assemblée à donner généreusement pour prendre soin des besoins de cette jeune congrégation en pleine croissance. Luc insère dans cette joyeuse période de libéralité un épisode insolite de fraude commise par un couple qui était aussi membre de cette assemblée.

1Mais un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété, 2et retint une partie du prix, sa femme le sachant; puis il apporta le reste, et le déposa aux pieds des apôtres. 3Pierre lui dit: Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, au point que tu mentes au Saint Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ? 4S'il n'eût pas été vendu, ne te restait-il pas? Et, après qu'il a été vendu, le prix n'était-il pas à ta disposition? Comment as-tu pu mettre en ton coeur un pareil dessein? Ce n'est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu. 5Ananias, entendant ces paroles, tomba, et expira. Une grande crainte saisit tous les auditeurs. 6Les jeunes gens, s'étant levés, l'enveloppèrent, l'emportèrent, et l'ensevelirent.
- Actes 5.1-6

On note plusieurs choses au sujet de cette action et pourquoi elle est si sérieuse:

  • Ananias et Saphira ont fait semblant de copier le don de Barnabas (qui avait donné tout le produit de la vente de son champ à l'église).
  • L'homme et sa femme ont comploté leur fraude. Ils ont planifié de vendre leur propriété, de garder pour eux-mêmes une portion de l'argent et de donner la balance à l'église en prétendant en donner le produit tout entier.
  • Leur péché n'était pas de garder de l'argent, qui leur appartenait et dont ils pouvaient disposer à leur gré. Leur péché était de préméditer un mensonge quant à leur offrande, de faire semblant de donner la somme entière alors qu'ils en gardaient une portion pour eux-mêmes.
  • Le sérieux du péché n'est pas basé sur le fait qu'ils ont gardé de l'argent, mais comme Pierre le dit, de croire qu'ils pourraient mentir au Saint Esprit sans répercussions.
  • Leur échec n'était pas la cupidité mais leur foi. Celle-ci était si faible et ils étaient si blasés qu'ils en étaient venus à un tel plan pour être louangés pour leur générosité.
  • Ananias meurt instantanément et va au jugement sans avoir la chance de se repentir, de changer ou de grandir. L'effet sur l'église n'est plus l'enthousiasme et le pouvoir spirituel mais la peur; la crainte de ce qui vient juste de se passer devant eux et possiblement la crainte alors qu'ils examinent leurs coeurs et leurs actions pour des signes de cupidité et de manque de sincérité.
7Environ trois heures plus tard, sa femme entra, sans savoir ce qui était arrivé. 8Pierre lui adressa la parole: Dis-moi, est-ce à un tel prix que vous avez vendu le champ? Oui, répondit-elle, c'est à ce prix-là. 9Alors Pierre lui dit: Comment vous êtes-vous accordés pour tenter l'Esprit du Seigneur? Voici, ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t'emporteront. 10Au même instant, elle tomba aux pieds de l'apôtre, et expira. Les jeunes gens, étant entrés, la trouvèrent morte; ils l'emportèrent, et l'ensevelirent auprès de son mari. 11Une grande crainte s'empara de toute l'assemblée et de tous ceux qui apprirent ces choses.
- Actes 5.7-11

Pierre donne à Saphira l'occasion de confesser, de se repentir et de recevoir le pardon, mais elle confirme le mensonge et reçoit le même sort que son mari. Pierre la confronte avec ses péchés (celui de conspirer pour tricher l'église et de mentir au Saint Esprit). Cette fois Luc dit que la peur s'est manifestée non seulement sur ceux qui ont été témoins de l'incident mais sur l'église tout entière. C'est la première fois que ce terme est utilisé dans le livre des Actes (du mot grec "ekklesia" qui signifie "ceux qui sont appelés." À l'origine ce mot faisait référence a ceux qui étaient appelés à servir comme dirigeants de la ville et mais éventuellement il s'est utilisé exclusivement pour le corps des croyants au Christ).

La croissance de l'église – Actes 5.12-16

Après avoir décrit cet épisode, Luc donne une vue plus vaste de la situation à Jérusalem alors que l'église grandit de manière dramatique dû au ministère dynamique de Pierre et des apôtres.

12Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble au portique de Salomon, 13et aucun des autres n'osait se joindre à eux; mais le peuple les louait hautement.
- Actes 5.12-13

Luc décrit le lieu où l'église se réunit, le portique de Salomon, une promenade ouverte qui pouvait accommoder des milliers de personnes dans le complexe du temple. Il mentionne l'unité dans la jeune église ainsi que la faveur du peuple bien qu'ils n'osaient se joindre à eux à cause des dirigeants juifs.

14Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s'augmentait de plus en plus; 15en sorte qu'on apportait les malades dans les rues et qu'on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu'un d'eux. 16La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs; et tous étaient guéris.
- Actes 5.14-16

L'influence du ministère des apôtres s'élargit alors que plus de croyants viennent au Christ, et leur ministère de guérison ouvre des portes pour toucher des gens qui vivaient au-delà des limites de la ville de Jérusalem. C'était-là l'accomplissement de la promesse de Jésus en Actes 1.8, qu'ils seraient Ses témoins à Jérusalem, dans toute la Judées (ce qui se passe ici) et en Samarie, même aux endroits les plus éloignés sur terre (le ministère de Paul).

La persécution – Actes 5.17-42

La deuxième arrestation (5.17-25)

17Cependant le souverain sacrificateur et tous ceux qui étaient avec lui, savoir le parti des sadducéens, se levèrent, remplis de jalousie, 18mirent les mains sur les apôtres, et les jetèrent dans la prison publique. 19Mais un ange du Seigneur, ayant ouvert pendant la nuit les portes de la prison, les fit sortir, et leur dit: 20Allez, tenez-vous dans le temple, et annoncez au peuple toutes les paroles de cette vie. 21Ayant entendu cela, ils entrèrent dès le matin dans le temple, et se mirent à enseigner. Le souverain sacrificateur et ceux qui étaient avec lui étant survenus, ils convoquèrent le sanhédrin et tous les anciens des fils d'Israël, et ils envoyèrent chercher les apôtres à la prison. 22Les huissiers, à leur arrivée, ne les trouvèrent point dans la prison. Ils s'en retournèrent, et firent leur rapport, 23en disant: Nous avons trouvé la prison soigneusement fermée, et les gardes qui étaient devant les portes; mais, après avoir ouvert, nous n'avons trouvé personne dedans. 24Lorsqu'ils eurent entendu ces paroles, le commandant du temple et les principaux sacrificateurs ne savaient que penser des apôtres et des suites de cette affaire. 25Quelqu'un vint leur dire: Voici, les hommes que vous avez mis en prison sont dans le temple, et ils enseignent le peuple.
- Actes 5.17-25

Pierre et Jean avaient déjà été arrêtés (Actes 4.3) et avertis de ne pas prêcher le Christ. À mesure que de plus en plus de gens sont convertis et se réunissent dans le temple, les chefs sont jaloux et ils craignent que ce mouvement ne menace leur autorité et leur position. Après leur première arrestation les apôtres avaient été relâchés avec un avertissement. Cette fois ils sont libérés miraculeusement par un ange qui leur dit de continuer à prêcher. Quand les chefs les envoient chercher, les gardes leur disent que les apôtres sont partis et aussi qu'ils sont retournés prêcher au temple.

La troisième arrestation

26Alors le commandant partit avec les huissiers, et les conduisit sans violence, car ils avaient peur d'être lapidés par le peuple. 27Après qu'ils les eurent amenés en présence du sanhédrin, le souverain sacrificateur les interrogea en ces termes: 28Ne vous avons-nous pas défendu expressément d'enseigner en ce nom-là? Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez faire retomber sur nous le sang de cet homme! 29Pierre et les apôtres répondirent: Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. 30Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le pendant au bois. 31Dieu l'a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés. 32Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.
- Actes 5.26-32

La défense de Pierre

Les apôtres sont arrêtés encore une fois par les gardes, sans violence parce qu'ils craignent le peuple, et amenés devant les chefs juifs pour être questionnés. La première fois, les chefs voulaient savoir par quelle autorité ils prêchaient et guérissaient. Pierre avait répondu:

  • Par l'autorité de Jésus
  • Que vous avez crucifié
  • Que Dieu a ressuscité
  • Il est le Messie selon la prophétie ("La pierre de l'angle rejetée par les bâtisseurs").
  • Il est le seul Sauveur de tous les hommes.

Cette fois, leur ton est différent, presque défensif, "Pourquoi continuez-vous à faire cela (prêcher et guérir), voulez-vous nous faire porter la culpabilité pour la mort de Jésus?" C'était de l'hypocrisie puisqu'ils savaient exactement ce qu'ils avaient fait afin de forcer Pilate à exécuter Jésus injustement.

Pierre répète certains des mêmes points que lors de sa parution précédente devant eux:

  • Cet enseignement et ce pouvoir de guérison viennent de Dieu.
  • C'est vous, les dirigeants, qui L'avez mis à mort. Ce péché est le vôtre.
  • Toutefois Dieu a ressuscité Jésus.

Il ajoute cette fois à sa réponse:

  • Jésus occupe maintenant une place d'autorité et de pouvoir à la droite de Dieu.
  • Ironiquement Celui qu'ils ont tué est le Seul à qui ils peuvent faire appel pour leur pardon.
  • L'enseignement et les miracles qu'ils voient sont un résultat du Saint Esprit qui leur donne le pouvoir et qui vit en tous ceux qui croient et obéissent à l'évangile.

Dans ce court extrait, on voit l'audace et la perspicacité grandissantes de Pierre. Par exemple, il refuse de cesser de prêcher et de guérir; il continue à les accuser d'avoir tué Jésus, leur Messie; il proclame Jésus le seul Sauveur des Juifs et des gentils; il révèle Sa position aux cieux; et il affirme qu'Il est la source de leur pouvoir pour prêcher et guérir. Pierre, sans hésitation et sans crainte devant les chefs juifs, provoque en eux de la jalousie et de la colère et il les oblige aussi à s'arrêter et à réfléchir à ce qu'ils doivent faire.

Le conseil de Gamaliel

33Furieux de ces paroles, ils voulaient les faire mourir. 34Mais un pharisien, nommé Gamaliel, docteur de la loi, estimé de tout le peuple, se leva dans le sanhédrin, et ordonna de faire sortir un instant les apôtres. 35Puis il leur dit: Hommes Israélites, prenez garde à ce que vous allez faire à l'égard de ces gens. 36Car, il n'y a pas longtemps que parut Theudas, qui se donnait pour quelque chose, et auquel se rallièrent environ quatre cents hommes: il fut tué, et tous ceux qui l'avaient suivi furent mis en déroute et réduits à rien. 37Après lui, parut Judas le Galiléen, à l'époque du recensement, et il attira du monde à son parti: il périt aussi, et tous ceux qui l'avaient suivi furent dispersés. 38Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. Si cette entreprise ou cette oeuvre vient des hommes, elle se détruira; 39mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d'avoir combattu contre Dieu.
- Actes 5.33-39

Gamaliel était un docteur de la Loi et un enseignant, membre du sanhédrin. Son intervention a sauvé les vies des apôtres parce que la réponse de Pierre avait rendu furieux les membres du Conseil. Il savait sûrement que par ses paroles et son audace il risquait la mort mais il parle quand même. Il est intéressant que Dieu utilise ici un des hommes opposés aux apôtres pour les sauver.

Le conseil de Gamaliel (d'attendre et de voir, de ne rien faire d'hâtif) est accepté par les autres chefs religieux. La Bible mentionne Gamaliel comme ayant enseigné à Paul avant qu'il ne soit converti (Actes 22.3) sans aucune autre référence. Selon Photios (un dirigeant dans l'Église au 9è siècle), Gamaliel aurait été baptisé par Pierre et Jean, ainsi que ses deux fils, et il serait mort en 52 après J.-C.

Punition par le Conseil

40Ils se rangèrent à son avis. Et ayant appelé les apôtres, ils les firent battre de verges, ils leur défendirent de parler au nom de Jésus, et ils les relâchèrent. 41Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d'avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus. 42Et chaque jour, dans le temple et dans les maisons, ils ne cessaient d'enseigner, et d'annoncer la bonne nouvelle de Jésus Christ.
- Actes 5.40-42

Les dirigeants suivent le conseil prudent de Gamaliel mais dans un effort de décourager les apôtres et de les apeurer, ils les avertissent de cesser leur prédication et réaffirment leur décision en les torturant tous. La flagellation consistait en 39 coups sur le dos et les côtés avec des bâtons (Matthieu 10.17; 2 Corinthiens 11.24). Tous les apôtres l'ont subie. Leur réaction était complètement opposée à l'attente des chefs Juifs; ils s'attendaient à de la peur, du découragement, du doute envers leur cause et leur mission. Luc écrit qu'au contraire, les apôtres se réjouissent parce que:

1. Cet événement a prouvé qu'ils étaient sincèrement fidèles. Accepter de se faire battre et de recevoir ces menaces sans perdre leur foi a prouvé la qualité et la force de leur croyance.

2. Il a aussi prouvé la certitude de la parole de Jésus et de Sa promesse.

16Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. 17Mettez-vous en garde contre les hommes; car ils vous livreront aux tribunaux, et ils vous battront de verges dans leurs synagogues; 18vous serez menés, à cause de moi, devant des gouverneurs et devant des rois, pour servir de témoignage à eux et aux païens. 19Mais, quand on vous livrera, ne vous inquiétez ni de la manière dont vous parlerez ni de ce que vous direz: ce que vous aurez à dire vous sera donné à l'heure même; 20car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous.
- Matthieu 10.16-20

Les mauvaises choses qu'Il avait promises sont arrivées mais aussi la promesse de savoir quoi dire aux moments critiques.

3. Leurs actions ont démontré la faiblesse de l'opposition. Pierre avait maintenant parlé deux fois devant les dirigeants juifs et les deux fois ils n'avaient aucun contre-argument à sa prédication de l'évangile. Ces supposés maîtres, ces sages, ces dirigeants d'Israël n'avaient aucune réponse aux accusations et aux proclamations d'un humble pêcheur de Galilée.

4. Dieu les considéraient assez dignes (fidèles) pour souffrir pour le nom du Christ. Ils ne recherchaient pas le rejet et la violence mais quand ils se sont produits à cause de leur foi, ils étaient tout à fait sûrs qu'ils suivaient Jésus qui avait aussi souffert pour faire la volonté de Dieu.

La torture ayant été administrée en présence du sanhédrin, la joyeuse réaction des apôtres doit avoir inquiété les hommes qui en étaient témoins.

Luc termine cette section en mentionnant un nouvel élément du développement de la jeune église. Elle se réunissait dans les maisons pour enseigneur et annoncer la bonne nouvelle, probablement:

  1. Parce que la congrégation devenait trop nombreuse pour être servie en s'assemblant dans un seul lieu.
  2. Pour éviter l'opposition grandissante des chefs juifs qui contrôlaient le temple où l'église se réunissait.

Leçons

Dieu sait tout

Pierre savait qu'Ananias et Saphira avaient menti parce que l'Esprit de Dieu le lui avait révélé. C'est surprenant comment des croyants, qui devraient savoir, pensent qu'ils peuvent cacher leurs péchés ou leur motifs de Dieu. En fin de compte, ce ne sont ni les conjoints, ni les amis, ni nous-mêmes qui jugeront, mais c'est Dieu, qui est omniscient.

Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu'ils auront proférée.
- Matthieu 12.36

Il y a toujours un prix à payer

Luc écrit que le nombre de ceux qui croyaient grandissait mais que la majorité des gens, bien qu'ils les respectaient, n'osaient se joindre à eux. Le respect pour l'Église est bon mais il ne pardonne pas les péchés et il ne sauve pas. La foi et l'obéissance sont nécessaires. Même si ces gens respectaient la sincérité, la spiritualité et la bonté des disciples, ils n'étaient pas prêts à payer le prix (la foi et le rejet possible par leur famille et leurs amis). Ils continuaient donc à observer et à admirer quelque chose qu'ils ne possèderaient jamais, soit une vie remplie de l'Esprit et une vie éternelle.

Dieu est le plus fort

Dans les temps de difficultés et de chagrins, il faut se souvenir que Dieu est plus fort que ce qui nous afflige. Luc décrit la ligne de bataille en Actes: les chefs juifs, la tradition, l'empire romain, le monde païen opposé aux douze apôtres et à la jeune église. Avec la sagesse de la rétrospective, on sait que chacun de ces obstacles a éventuellement été surmonté pour faire place à la parole de Jésus et à Son Église. Jean dit: "celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde." (1 Jean 4.4). Dans le découragement, il faut se rappeler que l'Esprit de Dieu qui vit en nous est plus grand que l'esprit de celui qui règne sur le monde. Ce n'est pas toujours évident mais la preuve finale sera vue quand Il nous ressuscitera de la mort et détruira une fois pour toutes le malin et tous ceux qui s'opposent à nous.

Passage à lire : Actes 6.1-7.60

Questions à discuter

  1. Comment mentons-nous au Saint Esprit aujourd'hui? Qu'est-ce qui serait une repentance appropriée?
  2. Face à de telles preuves, pourquoi pensez-vous que les dirigeants juifs ont continué à ne pas croire? À votre avis, quelle est la raison pour laquelle les gens aujourd'hui croient ou rejettent le Christ quand on leur présente un évangile et des arguments similaires?
  3. Décrivez une manière ou une occasion où vous avez souffert pour le Christ and ce que vous avez ressenti en conséquence. Comment votre foi en a-t-elle été affectée?