Aidez-nous à continuer de produire plus de contenu biblique. Supporter

Le paradis perdu

Wed. April 30
Dans cette leçon, Dieu décrit les conséquences du péché pour Adam, Ève et la création.
8 minutes de lecture
Langues

Aux chapitres précédents nous avons examiné les effets du péché et les conséquences de la désobéissance d'Adam et Ève.

  1. La honte - Leur désobéissance a causé en eux la honte et ils ont essayé de couvrir leur nudité afin de cacher leur honte.
  2. La culpabilité - Ils étaient conscients d'avoir désobéi et en ont ressenti de la culpabilité.
  3. La crainte - La honte et la culpabilité ont causé la crainte. Ils ont eu peur de la punition qu'ils savaient mériter.
  4. La multiplication du péché - Leur désobéissance originale les a menés à pécher davantage (leur déni et leurs accusations contre Dieu).
  5. Le jugement - Dieu juge chacun. Il juge donc Satan et Ève pour leurs actions.

Satan est condamné et sa tentative de dominer l'humanité est rejetée par la promesse que Dieu enverra un sauveur qui le détruira éventuellement. On remarque que la défaite de Satan est décrite et promise au tout début de la Bible et qu'elle est confirmée à la fin.

Pour Ève, l'enfantement ne sera pas une multiplication joyeuse de générations dans un monde parfait mais plutôt une expérience douloureuse du péché et de la mort. Elle a aussi perdu sa position de co-responsabilité avec l'homme et doit être soumise à son mari (et même là, dans Sa miséricorde, Dieu a permis que ces deux effets ne détruisent pas son amour pour son mari et sa famille).

Maintenant Dieu tourne Son attention vers Adam qui reçoit un jugement encore plus sévère.

Le jugement de l'homme

17Il dit à l'homme: Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l'arbre au sujet duquel je t'avais donné cet ordre: Tu n'en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C'est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, 18il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l'herbe des champs. 19C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.
- Genèse 3.17-19

Dieu définit d'abord la faute. Adam a écouté sa femme plutôt que la parole de Dieu (il a changé son allégeance). La loyauté à la parole doit être plus forte qu'à toute attache humaine, y compris le mariage. Ève ne lui a pas menti, elle l'a convaincu (qu'est-ce que ça peut faire; une fois seulement; j'en ai mangé et rien n'est arrivé, etc.). En fin de compte, Adam a simplement fait ce que Dieu avait défendu.

Dieu prononce le jugement contre Adam. Il est le chef de la race, le jugement impliquera, par extension, tous ses descendants. À cause de ce qu'il a fait, Dieu doit maintenant Se retirer et cela affectera l'homme. Dieu est saint, Il est parfait et ne peut demeurer là où il y a le péché et l'immoralité. Jusqu'au péché d'Adam et Ève, Dieu maintenait l'équilibre de la vie dans le monde physique par Sa présence.

Adam et Ève vivaient dans un monde parfait où Dieu conservait cette perfection par Son pouvoir. Il n'y avait pas de détérioration, pas de surpopulation et pas d'imbalances. Cependant, une fois que le péché est entré dans le monde, Dieu a enlevé Sa présence et a permis au cycle de dégénérescence de prendre place.

C'était la réalité du bien et du mal contre laquelle Il les avait avertis. La dégradation, qui n'était pas permise auparavant, est désormais relâchée. Les mutations qui causent la détérioration commencent à se former. Même chez l'homme, le cycle de détérioration allait causer sa mort physique. Évidemment c'était encore avant le grand déluge, et le taux de détérioration et le niveau de déséquilibre progressaient lentement. Cela explique pourquoi les gens vivaient si longtemps. Toutefois, après que le déluge n'ait détruit le monde, la durée de la vie de l'homme a raccourci et le taux de détérioration a accéléré.

La Genèse explique les symptômes et les traits d'un monde en déclin où Dieu ne maintient plus par Son pouvoir "l'état équilibré" de la vie et de l'ordre, permettant ainsi à toutes choses de se désintégrer graduellement vers le désordre et la mort.

Dieu n'a pas créé la mort. Il a simplement retiré Son pouvoir de soutien de la vie et permis à Sa création de se désintégrer, ce qu'elle fera naturellement sans la force vitale qui lui avait donné l'existence au début. Ce concept de détérioration a été observé universellement et formulé scientifiquement il y a environ 100 ans (par Carnot, Clausins, Kelvin et d'autres). C'est le "Deuxième principe de la thermodynamique".

Cette loi affirme que tous les systèmes, laissés à eux-mêmes, se dégradent et que le désordre augmente. Tous les phénomènes physiques se détériorent. Même les scientifiques modernes reconfirment cette loi avec de l'équipement nouveau (comme par exemple, le téléscope spatial Hubble).

Au lieu que les choses soient "faites" (organisées en systèmes complexes, comme elles l'ont été lors de la création), elles sont maintenant "défaites" (elles deviennent désorganisées et simples). C'est là ce qui ne va pas dans notre monde et la raison de sa détérioration.

Retournons au passage de la Genèse et à son langage. "Le sol sera maudit" est l'opposé de "c'est très bon". Dieu ne le maintient plus. La malédiction est que Dieu retire Sa puissance de soutien. "À cause de toi" signale la miséricorde de Dieu. Dieu enlève Sa puissance de soutien non seulement en réponse au péché mais aussi pour limiter la méchanceté qui résulte du péché. Mieux vaut que la souffrance et la mort accompagnent le péché qu'une rébellion non maîtrisée et la multiplication des méchants qui utiliseraient la création avec des desseins coupables. Une fois que le péché avait fait son apparition, il fallait que Dieu intervienne.

La malédiction de la terre est suivie par le résultat qu'elle produit sur l'homme:

  1. Le chagrin, le désappointement continuel et la futilité de la vie, en particulier pour subvenir à ses propres besoins.
  2. La douleur et la souffrance concrétisées par les épines et les ronces.
  3. Le dur labeur. Auparavant, l'homme mangeait de l'abondance du jardin. Maintenant il lui faudra travailler fort pour obtenir sa nourriture de la terre.
  4. La mort. Comme le reste de la création, l'homme se détériorera par son travail et ses efforts et retournera aux premiers éléments dont il a été pris, la terre même.

C'est là le résultat de la malédiction sur Adam. Il est intéressant de noter que Jésus a fait l'expérience de chacun de ces éléments. La Bible dit "Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous" (Galates 3.13).

  1. Il était l'homme de douleur – Ésaïe 53.3
  2. Il a porté la malédiction sous la forme de couronne d'épines - Marc 15.17
  3. Son oeuvre et Ses labeurs L'ont amené au point où Sa sueur est devenue comme des grumeaux de sang - Luc 22.44
  4. Finalement, Dieu l'a réduit à la "poussière de la mort" - Psaumes 22.15

Dieu a placé une malédiction sur la terre en S'en retirant et en permettant que le monde et l'homme se désintègrent jusqu'à la mort. Il n'a toutefois pas laissé le monde sans espérance. L'espérance qu'un jour Il créera de nouveaux cieux et une nouvelle terre qui ne seront jamais détruits par le péché et où Il demeurera éternellement avec Son peuple.

Le paradis perdu

Une fois le jugement prononcé, Adam et Ève y répondent.

Adam donna à sa femme le nom d'Eve: car elle a été la mère de tous les vivants.
- Genèse 3.20

Adam renomme sa femme. À l'origine, il l'avait appelée "femme". Ce terme signifiait qu'elle faisait partie de lui, qu'elle lui était égale et de nature semblable. Maintenant il lui donne un autre nom qui ajoute à sa signification:

  1. Le mot Ève signifie "qui donne la vie". Cela veut dire qu'ils vont obéir au commandement de Dieu de se multiplier sur la terre.
  2. Cette réponse montre aussi qu'ils croient à la promesse de Dieu d'amener le salut à travers la postérité de la femme. En portant des enfants en dépit de la douleur, la femme exprime sa foi que le sauveur viendra ultimement.
  3. Dieu renouvelle Sa relation avec l'homme, non plus basée sur la perfection mais sur la foi. Parce que leur confiance en la promesse de Dieu est exprimée dans leur intention de procréer, Adam et Ève sont sauvés.

En réponse à leur foi exprimée par l'obéissance, Dieu couvre leur honte, leur culpabilité et leur nudité.

L'Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit.
- Genèse 3.21

Des animaux ont dû être sacrifiés pour fournir ces vêtements. C'est le premier aperçu de comment la rédemption viendrait éventuellement: le sang innocent couvre les péchés du coupable.

L'Éternel Dieu dit: Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d'avancer sa main, de prendre de l'arbre de vie, d'en manger, et de vivre éternellement.
- Genèse 3.22

L'homme connaît maintenant le bien (par sa communion avec Dieu et la création parfaite) ainsi que le mal (par sa séparation de Dieu et la punition associée avec le mal). C'est l'inverse de l'expérience des autres qui le suivront et qui feront d'abord l'expérience du mal, puis une fois sauvés, l'expérience de la communion avec Dieu et de la perfection à travers la foi.

Adam est maintenant affaibli par le péché et, bien qu'il soit repentant et sauvé, il peut encore être tenté de manger de l'arbre de vie, ce qui aurait pour résultat qu'il continuerait à exister pour toujours dans l'état du péché. Peut-être que c'est là ce que Satan a fait et la raison pour laquelle il n'y a pas de salut pour lui.

23Et l'Éternel Dieu le chassa du jardin d'Éden, pour qu'il cultivât la terre, d'où il avait été pris. 24C'est ainsi qu'il chassa Adam; et il mit à l'orient du jardin d'Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l'arbre de vie.
- Genèse 3.23-24

Les mots suggèrent qu'Adam est réticent à partir et Dieu fait donc deux choses pour assurer l'accomplissement de Son jugement.

Il chasse l'homme et sa femme de leur demeure, de leur tâche et de leur statut.

Il place deux anges et une épée flamboyante pour protéger l'accès à l'arbre de vie. L'arbre est préservé pour un temps futur. L'épée signifie qu'on ne peut l'atteindre sans la mort physique.

Le reste de l'histoire de la Bible décrira comment Dieu a oeuvré afin d'amener l'homme au point où il pourra atteindre de nouveau l'arbre de vie et en manger.

Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises: A celui qui vaincra je donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu.
- Apocalypse 2.7