Langues :
English
Plateformes :
YouTubeRoku FireTV
 
Luc décrit le dernier voyage de Paul en homme libre travaillant principalement à Éphèse, établissant l'église qui allait finalement répandre l'évangile dans toute l'Asie Mineure.

La dernière scène que Luc décrit en Actes 18 est une courte visite de Paul à Éphèse à la fin de son deuxième voyage missionnaire (Actes 18.19-22). Les frères voulaient qu'il y reste plus longtemps mais il promet plutôt de revenir plus tard s'il le peut, ce qu'il fera lors de son troisième voyage missionnaire.

Regardons encore une fois notre plan: ce sera là le dernier voyage d'évangélisation de Paul avant son arrestation et son emprisonnement à divers endroits.

  1. Le 1er discours de Pierre – Actes 1.1-2.47
  2. Son ministère après la Pentecôte– Actes 3.1-4.37
  3. La persécution de Pierre et des apôtres – Actes 5.1-42
  4. La persécution de l'Église - 1 – Actes 6.1-7.60
  5. La persécution de l'Église - 2 – Actes 8.1-9.43
  6. Pierre prêche aux gentils – Actes 10.1-12.25
  7. 1er voyage missionnaire de Paul – Actes 13.1-15.35
  8. 2e voyage missionnaire de Paul - Actes 15.36-18.22
  9. 3e voyage missionnaire de Paul - Actes 18.23-21.14

Troisième voyage missionnaire - Actes 18.23-21.14

Paul revisite les églises

Lorsqu'il eut passé quelque temps à Antioche, Paul se mit en route, et parcourut successivement la Galatie et la Phrygie, fortifiant tous les disciples.
- Actes 18.23

Ce court verset résume la stratégie de Paul dans son travail missionnaire en commençant chaque voyage par une visite aux congrégations déjà établies pendant ses voyages précédents. Il utilise ces visites pour encourager, enseigner et fortifier les frères dans leur foi au Seigneur.

Apollos à Éphèse

24Un Juif nommé Apollos, originaire d'Alexandrie, homme éloquent et versé dans les Écritures, vint à Éphèse. 25Il était instruit dans la voie du Seigneur, et, fervent d'esprit, il annonçait et enseignait avec exactitude ce qui concerne Jésus, bien qu'il ne connût que le baptême de Jean. 26Il se mit à parler librement dans la synagogue. Aquilas et Priscille, l'ayant entendu, le prirent avec eux, et lui exposèrent plus exactement la voie de Dieu. 27Comme il voulait passer en Achaïe, les frères l'y encouragèrent, et écrivirent aux disciples de le bien recevoir. Quand il fut arrivé, il se rendit, par la grâce de Dieu, très utile à ceux qui avaient cru; 28Car il réfutait vivement les Juifs en public, démontrant par les Écritures que Jésus est le Christ.
- Actes 18.24-28

Apollos était un Juif né à Alexandrie, la ville égyptienne fondée par Alexandre le Grand, le chef et conquérant grec. Il y avait une université et une bibliothèque à Alexandrie, et c'est là que la Septante (la version grecque de la Bible hébraïque) a été complétée en 132 avant J.-C.

Luc dit d'Apollos qu'il est:

  1. Éloquent: non pas simplement qu'il sait parler mais qu'il est un éloquent et expert en débat.
  2. Puissant dans les Écritures: bien versé dans la Bible hébraïque et capable d'utiliser ses capacités de débatteur dans l'enseignement des Écritures.
  3. Pas complètement instruit: des disciples de Jean-Baptiste lui avaient enseigné au sujet de Jésus et il enseignait lui-même avec efficacité ce qu'il avait appris, c'est à dire que Jésus était le Messie promis par les Écritures. Le fait qu'il ne connaissait que le baptême de Jean suggère qu'Apollos était un disciple de Jean et qu'il avait été baptisé mais qu'il ne connaissait pas complètement le ministère de Jésus qui incluait Sa mort et Sa résurrection ainsi que la grande commission aux apôtres d'aller prêcher l'évangile et de baptiser les croyants repentants au nom de Jésus. Cela explique pourquoi après avoir appris la voie du Seigneur (c'était l'expression utilisée pour décrire le christianisme à l'époque) plus complètement , il n'a pas été baptisé de nouveau. Sa condition était semblable à celle des apôtres qui avaient reçu le baptême de Jean et avaient ainsi accompli la volonté de Dieu à ce sujet, ne nécessitant pas d'être rebaptisé après la Pentecôte.

Tous ceux qui avaient reçu le baptême avant la Pentecôte (c'est à dire les apôtres, les disciples de Jean-Baptiste, Apollos, etc.) n'avaient pas besoin d'être baptisés de nouveau après le dimanche de la Pentecôte. Seulement ceux qui entendaient l'évangile pour la première fois devaient se repentir et être baptisés comme Pierre l'avait enseigné à la Pentecôte (Actes 2.38). Luc insère cet épisode parce qu'Apollos était un enseignant et un prédicateur connu (certains érudits croient qu'il était l'auteur de l'épître aux Hébreux), et aussi parce que sa courte visite à Éphèse établit la scène suivante où Paul y retourne pour continuer l'oeuvre qu'il y avait commencée pendant son deuxième voyage missionnaire.

On voit qu'Apollos reçoit l'instruction nécessaire d'Aquilas et de Priscille. Le texte grec mentionne Priscille en premier, ce qui indiquerait qu'elle était la meilleure des deux pour enseigner (Lenski, p. 775). En aucun cas, cela ne contredit pas les instructions de Paul empêchant les femmes d'enseigner aux hommes dans l'assemblée (1 Timothée 2.11-15) étant donné qu'il s'agissait ici d'une occasion privée qui n'avait pas lieu pendant une assemblée de l'église pour l'adoration. Armé avec le plein message de l'évangile, Apollos continue dans le ministère, plus puissant et plus efficace qu'auparavant.

Paul à Éphèse (19.1-41)

Les douze sont rebaptisés

1Pendant qu'Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l'Asie, arriva à Éphèse. Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit: 2Avez-vous reçu le Saint Esprit, quand vous avez cru? Ils lui répondirent: Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un Saint Esprit. 3Il dit: De quel baptême avez-vous donc été baptisés? Et ils répondirent: Du baptême de Jean. 4Alors Paul dit: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c'est-à-dire, en Jésus. 5Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. 6Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient. 7Ils étaient en tout environ douze hommes.
- Actes 19.1-7

Certains pensent que ces hommes avaient été baptisés par Apollos mais il n'y a rien dans ce passage qui soutient cette idée. La différence principale entre Apollos et ces hommes était qu'Apollos connaissait beaucoup mieux les Écritures (par exemple, ils ne savaient rien du Saint Esprit). La similarité était qu'ils connaissaient et avaient reçu le baptême de Jean tout comme Apollos, et que pendant qu'Apollos était à Éphèse, il n'avait pas exigé qu'ils soient rebaptisés. On peut toutefois conclure qu'ils avaient reçu le baptême de Jean après la Pentecôte parce qu'après leur avoir enseigné plus complètement au sujet du Christ et du Saint Esprit, Paul a rebaptisé ces 12 disciples de Jésus.

Il y a ici deux choses intéressantes à noter:

  1. Paul base ses questions au sujet du Saint Esprit sur la sorte de baptême qu'ils avaient reçu et non pas sur l'expérience qu'ils avaient ressentie. Il parle donc de l'habitation du Saint Esprit qui est donnée et reçue par le baptême de Jésus et non par celui de Jean-Baptiste (Actes 2.38).
  2. Paul transfère la puissance du Saint Esprit en imposant ses mains sur eux. On en voit l'évidence dans le fait que ces hommes commencent alors à parler en langues et à déclarer la parole de Dieu avec connaissance et avec puissance, ce qu'ils ne pouvaient pas faire avant que Paul, qui avait l'autorité apostolique, n'ait imposé les mains sur eux.

Ils sont donc les premiers convertis légitimes à Éphèse.

Paul établit l'église à Éphèse (19.8-22)

8Ensuite Paul entra dans la synagogue, où il parla librement. Pendant trois mois, il discourut sur les choses qui concernent le royaume de Dieu, s'efforçant de persuader ceux qui l'écoutaient.9Mais, comme quelques-uns restaient endurcis et incrédules, décriant devant la multitude la voie du Seigneur, il se retira d'eux, sépara les disciples, et enseigna chaque jour dans l'école d'un nommé Tyrannus.10Cela dura deux ans, de sorte que tous ceux qui habitaient l'Asie, Juifs et Grecs, entendirent la parole du Seigneur.
- Actes 19.8-10

On voit encore une fois le patron familier de Paul qui prêche d'abord aux Juifs, et quand ceux-ci réagissent négativement, redirige ses efforts vers les gentils. Luc écrit que Paul a passé deux ans à Éphèse, prêchant aux gentils avec succès, et que l'évangile a rayonné de ce centre économique et politique partout dans les provinces romaines environnantes, probablement à travers les efforts de différents hommes formés et envoyés à partir de cet endroit.

Luc mentionne que Paul a fait de nombreux miracles et que Dieu faisait des miracles extraordinaires par ses mains, au point où certains hommes tentaient (sans succès) d'utiliser son nom pour produire de tels miracles. Les résultats de son ministère étaient vus non seulement par des conversions et des guérisons mais par le fait que plusieurs de ceux qui avaient exercé les arts magiques ont brulé leurs livres de magie et se sont tournés vers le Seigneur avec foi. Paul, en voyant son travail et l'église bien établis, a formé le projet de revisiter les églises qu'il avait déjà plantées dans la région de la Macédoine (Philippes, Thessalonique, Bérée) et dans la région de l'Achaïe (Corinthe, Athènes) avant de retourner à Jérusalem et possiblement d'entreprendre un quatrième voyage missionnaire, vers Rome cette fois.

Alors qu'il était en train de contempler ces choses des difficultés ont surgi, non pas des Juifs qui étaient son opposition habituelle, mais des gentils de la région dont la vie avait été affectée par sa prédication et par les enseignements du Christ.

Une émeute à Éphèse (19.23-41)

Éphèse était à l'époque une ville importante de cette région, et servait de port d'entrée principal en Asie mineure, la Turquie d'aujourd'hui. Il y avait un grand boulevard large de 21 mètres qui traversait toute la ville dont la population était d'environ 300,000 personnes. De nombreuses rues étaient bordées de marbre et avaient des bains publiques, et le théâtre pouvait contenir 50,000 spectateurs. Le temple de Diane (nommée Artémis chez les Grecs) se trouvait à Éphèse et il était considéré l'une des sept merveilles du monde de l'Antiquité. Dans la mythologie grecque, Diane était décrite comme la fille de Zeus et de Léto (ou Latone), la jumelle d'Apollon. Elle était vénérée comme la déesse de la chasse, des animaux sauvages, des douleurs maternelles et la protectrice des jeunes vierges. Autour du temple se trouvait une communauté d'artisans qui gagnaient leur vie à fabriquer des pièces de monnaie, des statues et autres artefacts en l'honneur de Diane. Ils avaient formé une guilde et avaient une influence considérable dans une ville comme Éphèse où la culture, la religion et la politique étaient entremêlées pour former l'ensemble de la société.

Dans cette culture est venu Paul. Pendant deux ans il y prêche et y enseigne qu'il n'y a qu'un seul Dieu (et que ce n'est pas Diane), et que l'adoration et l'obéissance à Dieu sont exprimées par l'obéissance à Jésus, que le style de vie chrétien exige l'abandon des idoles sans valeur telles Diane, et la consécration de la vie et des ressources à Jésus et non au temple de Diane ou aux objets religieux qui y étaient vendus. Des problèmes étaient inévitables.

23Il survint, à cette époque, un grand trouble au sujet de la voie du Seigneur.24Un nommé Démétrius, orfèvre, fabriquait en argent des temples de Diane, et procurait à ses ouvriers un gain considérable.25Il les rassembla, avec ceux du même métier, et dit: O hommes, vous savez que notre bien-être dépend de cette industrie;26et vous voyez et entendez que, non seulement à Éphèse, mais dans presque toute l'Asie, ce Paul a persuadé et détourné une foule de gens, en disant que les dieux faits de main d'homme ne sont pas des dieux.27Le danger qui en résulte, ce n'est pas seulement que notre industrie ne tombe en discrédit; c'est encore que le temple de la grande déesse Diane ne soit tenu pour rien, et même que la majesté de celle qui est révérée dans toute l'Asie et dans le monde entier ne soit réduite à néant.
- Actes 19.23-27

Luc décrit l'émeute et les menaces formulées contre Paul alors que la foule entraîne avec elle au théâtre certains des compagnons d'oeuvre de Paul dans le désordre, les cris et la confusion. Éventuellement un secrétaire de la ville apaise la foule et les avertit qu'ils pourraient être accusés de sédition par les dirigeants romains n'ayant aucun motif pour justifier leur attroupement. Cet événement signale à Paul qu'il est temps de quitter Éphèse et d'aller ailleurs pour continuer son ministère.

Paul à Troas (20.1-12)

Luc résume le voyage de Paul à travers la Macédoine alors qu'il encourage les églises et évite un autre complot contre lui par les Juifs. Il se rend éventuellement à Troas, le lieu où il avait reçu la vision qui l'a amené à son ministère fructueux en Macédoine et en Achaïe plusieurs années auparavant.

7Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain. Paul, qui devait partir le lendemain, s'entretenait avec les disciples, et il prolongea son discours jusqu'à minuit. 8Il y avait beaucoup de lampes dans la chambre haute où nous étions assemblés. 9Or, un jeune homme nommé Eutychus, qui était assis sur la fenêtre, s'endormit profondément pendant le long discours de Paul; entraîné par le sommeil, il tomba du troisième étage en bas, et il fut relevé mort. 10Mais Paul, étant descendu, se pencha sur lui et le prit dans ses bras, en disant: Ne vous troublez pas, car son âme est en lui. 11Quand il fut remonté, il rompit le pain et mangea, et il parla longtemps encore jusqu'au jour. Après quoi il partit. 12Le jeune homme fut ramené vivant, et ce fut le sujet d'une grande consolation.
- Actes 20.7-12

Luc décrit ce miracle de manière si banale (un jeune homme meurt quand il tombe du troisième étage et il est simplement ramené à la vie). Il sait décrire de grands événements spirituels de manière naturelle, familière et réelle: bien que cet événement se soit passé dans une culture et un temps lointains, on peut facilement imaginer une étude biblique, un groupe de personnes et même l'endormissement du jeune homme.

Les adieux de Paul à Éphèse (20.13-38)

L'auteur continue son récit méticuleux des mouvements de Paul en décrivant les détails du voyage de l'apôtre d'Éphèse à travers la Macédoine, de retour à Troas et maintenant à Milet, une ville côtière au sud d'Éphèse.

En Actes 20.16 on apprend que Paul vise à être de retour à Jérusalem pour la Pentecôte, un voyage qui lui causera éventuellement beaucoup de souffrances. Une fois à Milet, Paul appelle les anciens d'Éphèse pour discuter avec eux de plusieurs questions importantes.

Sa situation personnelle

17Cependant, de Milet Paul envoya chercher à Éphèse les anciens de l'Église. 18Lorsqu'ils furent arrivés vers lui, il leur dit: Vous savez de quelle manière, depuis le premier jour où je suis entré en Asie, je me suis sans cesse conduit avec vous, 19servant le Seigneur en toute humilité, avec larmes, et au milieu des épreuves que me suscitaient les embûches des Juifs. 20Vous savez que je n'ai rien caché de ce qui vous était utile, et que je n'ai pas craint de vous prêcher et de vous enseigner publiquement et dans les maisons, 21annonçant aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus Christ. 22Et maintenant voici, lié par l'Esprit, je vais à Jérusalem, ne sachant pas ce qui m'y arrivera; 23seulement, de ville en ville, l'Esprit Saint m'avertit que des liens et des tribulations m'attendent. 24Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m'était précieuse, pourvu que j'accomplisse ma course avec joie, et le ministère que j'ai reçu du Seigneur Jésus, d'annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu. 25Et maintenant voici, je sais que vous ne verrez plus mon visage, vous tous au milieu desquels j'ai passé en prêchant le royaume de Dieu. 26C'est pourquoi je vous déclare aujourd'hui que je suis pur du sang de vous tous, 27car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher.
- Actes 20.17-27

Paul commence par réviser et confirmer la base de son ministère parmi eux qui était de leur prêcher l'évangile. Il déclare l'avoir fait avec une confiance absolue en sa vérité et en sa puissance. Il révèle aussi que l'Esprit le pousse à retourner à Jérusalem (s'il n'en tenait qu'à lui, il continuerait à établir des églises en terrain missionnaire; Jérusalem est le territoire de Pierre et des autres apôtres). Il révèle aussi que des épreuves et des tribulations l'y attendent. Paul déclare enfin qu'il s'agit là d'adieux et leur rappelle qu'il leur a prêché l'évangile au complet et le leur a confirmé par sa vie afin que personne ne puisse le blâmer s'ils n'obtiennent pas le salut.

Avertissement

28Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Église du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang. 29Je sais qu'il s'introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n'épargneront pas le troupeau, 30et qu'il s'élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. 31Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n'ai cessé nuit et jour d'exhorter avec larmes chacun de vous. 32Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l'héritage avec tous les sanctifiés.
- Actes 20.28-32

Les commentaires de Paul quant à son travail et à sa conduite personnelle ne sont pas de la vantardise mais une exhortation pour ces hommes dans leur rôle d'anciens dans l'Église du Seigneur. Il leur dit, en fait, de l'imiter. Dans ces versets il les avertit d'être prudents et attentifs à leur responsabilité principale de protéger l'église des faux enseignants et de leurs enseignements. Il est intéressant que Paul se serve de trois termes différents en faisant référence à ces hommes et à leur ministère:

  1. Verset 17: Ancien - homme mûr, plus âgé
  2. Verset 28: Évêques - tuteur, chef
  3. Verset 28: Pasteur ("pour paître l'église") - soignant, leader

Dans l'Église primitive, tous ces termes faisaient référence aux mêmes personnes: ceux qui étaient chargés du leadership dans l'église locale. Un "ancien" dénotait son âge et son expérience. Un "évêque" faisait référence à son autorité et à ses responsabilités. Un pasteur ou celui qui "fait paître" décrivait son travail et son ministère. Longtemps après, les églises ont approprié ces noms pour décrire de différentes positions d'autorité contrairement aux Écritures. Par exemple, ils utilisent le terme pasteur ou prêtre pour faire référence à un ministre local ou à un évangéliste, celui d'évêque pour identifier un responsable pour plusieurs congrégations ou pour une région géographique. Avec le temps, de nouveaux titres ont aussi été inventés pour décrire des hommes qui exercent l'autorité au delà de la congrégation locale: archevêque, cardinal, pape, etc. Ce départ des Écritures a même amené certains groupes à utiliser des femmes et aussi des homosexuels ou des lesbiennes à servir en tant qu'évêques pour certaines dénominations.

Le Nouveau Testament enseigne toutefois que chaque congrégation doit avoir ses propres anciens/ évêques/ pasteurs ainsi que des diacres et des évangélistes/prédicateurs, et que ceux-ci ont la responsabilité du leadership pour une congrégation seulement. Une partie de l'effort de la congrégation à laquelle j'appartiens et où je sers (l'église du Christ à Choctaw) est de restaurer la structure et l'ordre de l'église tels qu'ils ont été donnés dans le Nouveau Testament. Cette idée de suivre attentivement la parole de Dieu est exactement ce que Paul encourage les anciens d'Éphèse à faire s'ils veulent maintenir l'intégrité spirituelle et biblique de l'église pour laquelle ils ont été nommés leaders par le Saint Esprit. Chaque ancien/évêque/pasteur depuis ce temps a reçu de Dieu à travers Sa parole la charge d'assumer la même tâche, soit de garder les enseignements du Nouveau Testament et de maintenir le plan qui s'y trouve pour l'organisation et la croissance de l'église locale. C'est la seule manière de reproduire l'Église du Nouveau Testament dans l'âge moderne et dans tout âge jusqu'au retour de Jésus.

32Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l'héritage avec tous les sanctifiés.33Je n'ai désiré ni l'argent, ni l'or, ni les vêtements de personne.34Vous savez vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi.35Je vous ai montré de toutes manières que c'est en travaillant ainsi qu'il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même: Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir.36Après avoir ainsi parlé, il se mit à genoux, et il pria avec eux tous.37Et tous fondirent en larmes, et, se jetant au cou de Paul,38ils l'embrassaient, affligés surtout de ce qu'il avait dit qu'ils ne verraient plus son visage. Et ils l'accompagnèrent jusqu'au navire.
- Actes 20.32-38

Luc finit le chapitre avec l'encouragement final de Paul à ces anciens à servir comme lui (sans gains financiers) et à être généreux (il cite Jésus: "Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir." - v.35). La scène se termine avec des adieux émotionnels et Luc note que ce sera la dernière fois que ces frères verront Paul.

Le voyage à Jérusalem (21.1-14)

Luc esquisse légèrement le voyage de retour de Paul à Jérusalem et les problèmes qui l'y attendent. Paul reçoit plusieurs avertissements de ne pas y retourner mais il est déterminé à atteindre la ville.

7Achevant notre navigation, nous allâmes de Tyr à Ptolémaïs, où nous saluâmes les frères, et passâmes un jour avec eux. 8Nous partîmes le lendemain, et nous arrivâmes à Césarée. Étant entrés dans la maison de Philippe l'évangéliste, qui était l'un des sept, nous logeâmes chez lui. 9Il avait quatre filles vierges qui prophétisaient. 10Comme nous étions là depuis plusieurs jours, un prophète, nommé Agabus, descendit de Judée, 11et vint nous trouver. Il prit la ceinture de Paul, se lia les pieds et les mains, et dit: Voici ce que déclare le Saint Esprit: L'homme à qui appartient cette ceinture, les Juifs le lieront de la même manière à Jérusalem, et le livreront entre les mains des païens. 12Quand nous entendîmes cela, nous et ceux de l'endroit, nous priâmes Paul de ne pas monter à Jérusalem. 13Alors il répondit: Que faites-vous, en pleurant et en me brisant le coeur? Je suis prêt, non seulement à être lié, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus. 14Comme il ne se laissait pas persuader, nous n'insistâmes pas, et nous dîmes: Que la volonté du Seigneur se fasse!
- Actes 21.7-14

On remarque que Luc s'inclut dans le groupe qui avertit Paul (il écrit "nous"), et se place ainsi dans la narration. Cela explique sa connaissance de tous les détails du voyage de Paul.

Leçons

Je veux tirer quelques leçons de notre étude mais chacune est reliée à Apollos, l'orateur et l'enseignant bien éduqué qui a reçu l'évangile d'un humble faiseur de tentes et de sa femme, celle-ci lui enseignant probablement l'évangile au complet.

Dieu abaisse Ses serviteurs peu importe comment ils sont grands

Pour qu'Apollos puisse grandir dans son service à Dieu, ce grand homme a d'abord dû s'abaisser pour recevoir ce qui lui manquait. L'humilité est nécessaire pour celui qui veut servir efficacement au nom du Seigneur.

Prêchez et enseignez ce que vous savez parce que vous ne saurez jamais tout

Il manquait à Apollos de l'information importante au sujet de Jésus et de l'évangile mais il s'est quand même lancé dans l'enseignement et Dieu a ajouté ce qui lui manquait au temps nécessaire. Malheureusement on utilise parfois un manque de connaissance comme excuse pour ne pas servir du tout.

Passage à lire : Actes 21.15-23.11

Questions à discuter

  1. Expliquez la différence entre le baptême de Jean et le baptême de Jésus. Pourquoi les douze disciples ont-ils dû être rebaptisés mais non pas Apollos?
  2. Comment expliqueriez-vous que la capacité de guérir miraculeusement ou de parler en langues n'est plus disponible? À votre avis, comment expliquez-vous le fait que beaucoup croient encore que les pouvoirs miraculeux existent encore de nos jours?
  3. Expliquez comment la Bible remplace la capacité de faire des miracles ou de prophétiser dans le travail continu de l'Église.