Langues :
English
Plateformes :
YouTubeRoku FireTV
 
Michel trace ici le début et la fin du premier voyage missionnaire de Paul avec ses nombreuses étapes intéressantes et stimulantes en cour de route.

Luc a conclu sa description du ministère de Pierre parmi les Juifs et l'appel que Pierre a reçu de Dieu pour apporter l'évangile aux païens. Après la Pentecôte il semble que les apôtres comprenaient que la grande commission consistait à prêcher aux Juifs partout dans le monde. Il a fallu un événement miraculeux (Corneille qui a parlé en langues) pour convaincre Pierre non seulement de prêcher aux non-juifs mais aussi de leur offrir le même salut par la foi, exprimé par la repentance et le baptême, qu'il avait offert à la foule le jour de la Pentecôte. Cette percée a encouragé les autres à apporter l'évangile aux païens dans la région d'Antioche, où Barnabas et Paul (son nom hébreu était Saul, et il utilise maintenant son nom romain, Paul, alors qu'il continue son ministère aux gentils - Actes 13.9) ont eu un vaste ministère de prédication parmi cette congrégation mixte juive et païenne.

Nous commençons la deuxième section de ce livre où Luc parlera principalement du ministère et des voyages de Paul.

  1. Le 1er discours de Pierre – Actes 1.1-2.47
  2. Son ministère après la Pentecôte– Actes 3.1-4.37
  3. La persécution de Pierre et des apôtres – Actes 5.1-42
  4. La persécution de l'Église - 1 – Actes 6.1-7.60
  5. La persécution de l'Église - 2 – Actes 8.1-9.43
  6. Pierre prêche aux gentils – Actes 10.1-12.25
  7. 1er voyage missionnaire de Paul – Actes 13.1-15.35

Luc a établi la scène géographique, Antioche, ainsi que le moment historique, soit après le contact de Pierre avec Corneille. Cette fois Barnabas et Paul ont gagné beaucoup d'expérience à travailler ensemble et aussi à travailler avec des convertis aussi bien juifs que gentils. Ils savent rencontrer les besoins religieux et culturels particuliers de chaque groupe.

Le 1er voyage missionnaire de Paul - Actes 13.1-14.28

Un appel au ministère

1Il y avait dans l'Église d'Antioche des prophètes et des docteurs: Barnabas, Siméon appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manahen, qui avait été élevé avec Hérode le tétrarque, et Saul. 2Pendant qu'ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu'ils jeûnaient, le Saint Esprit dit: Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l'oeuvre à laquelle je les ai appelés. 3Alors, après avoir jeûné et prié, ils leur imposèrent les mains, et les laissèrent partir.
- Actes 13.1-3

Il s'agit ici de la troisième étape de l'appel de Paul au ministère. Son appel établit un patron pour ceux qui se sentent appelés à servir à plein temps mais ne sont pas certains qu'il s'agisse d'un appel légitime de Dieu.

En étudiant la vie de Paul, on voit trois étapes à son appel au ministère:

  1. L'appel: la manière dont Dieu appelle ou dirige quelqu'un au ministère à temps plein. Paul a été appelé d'une manière miraculeuse (il a été rendu aveugle, il a entendu la voix du Seigneur et après quelques jours il a retrouvé la vue - Actes 9.3-9; 17) mais ces événements sont exceptionnels et ne constituent pas l'appel habituel. Pour la plupart des gens, l'appel commence comme un désir ou une occasion de servir qui s'intensifie avec le temps. Cet appel prend souvent la forme de commentaires positifs des membres de l'assemblée ou des dirigeants qui discernent chez quelqu'un un talent particulier et l'encouragent à le développer et à l'utiliser au service du Seigneur. Beaucoup de ministres choisissent de servir à temps plein parce qu'ils voient un grand besoin dans l'Église (ou chez ceux qui sont perdus) et se sentent poussés à s'engager et à servir ce besoin (même s'ils ne se sentent pas qualifiés). Quelle que soit la façon dont quelqu'un est appelé, un élément est le même pour chacun: le sentiment que Dieu appelle ne disparaît pas jusqu'à ce qu'on y réponde. Certains y résistent pendant des années et choisissent de faire quelque chose d'autre avec leurs vies mais continuent tout de même à le ressentir.
  2. La consécration: La consécration est le temps de préparation au ministère. Dans le cas de Paul, il y a eu une période d'environ 10 à 12 ans entre son appel et le commencement de son ministère aux gentils lors de son premier voyage missionnaire. Pendant ce temps, il a passé trois ans dans le désert d'Arabie à être enseigné par l'Esprit du Christ (Galates 1.11-17), il est allé à Jérusalem puis est retourné enseigner chez lui à Tarse pendant quatre ans (Actes 9.30), il a ensuite été recruté par Barnabas pour enseigner à l'église d'Antioche pour une année entière. Enfin, lui et Barnabas ont escorté les offrandes aux frères de Jérusalem après une famine qui a sévi pendant deux ans (Actes 11.30). Pendant sa période de consécration, Paul a donc reçu l'enseignement du Seigneur, il a lui-même enseigné et voyagé avec différents apôtres et dirigeants de l'Église, il a dirigé un effort d'aide à l'Église; en tout, une dizaine d'années de formation et de préparation au ministère pour lequel il avait été appelé au moment de sa conversion. De nos jours, il y a des écoles de formation pour les prédicateurs opérées par de diverses congrégations de l'Église, il y a aussi des collèges et des universités où quelqu'un qui ressent l'appel peut recevoir la formation pour se préparer au ministère à temps plein, homme ou femme puisque différents ministères sont aussi ouverts aux femmes. On trouve parfois confusion chez celui qui est appelé, en pensant qu'il doit commencer son ministère immédiatement. La période de consécration est importante parce qu'elle sert habituellement à confirmer l'appel.
  3. La recommandation par l'imposition des mains: La recommandation au ministère est ce qui prend place en Actes 13.1-3. Le Saint Esprit, par l'église (ses dirigeants et ses enseignants), commande, envoie ou autorise Paul et Barnabas à prendre l'évangile au monde. Cette scène nous enseigne que Dieu travaille à travers Son Église. Le Seigneur appelle Paul sur la route de Damas mais quand le temps arrive où il doit accomplir son ministère, Dieu utilise l'Église locale pour le recommander, Paul ne pouvait se recommander lui-même. Personne ne s'appointe soi-même à une position dans l'Église. Par exemple, les anciens ne s'appointent pas eux-mêmes (ils sont appointés et formés par les évangélistes - Actes 14.23; Tite 15). Les évangélistes ne s'appointent pas (ils sont appointés par les anciens - 1 Timothée 4.14). Les diacres ne s'appointent pas (ils sont choisis par l'église et confirmés par les anciens - Actes 6.3-6). Les missionnaires ne s'appointent pas dans l'Église (ils sont formés par l'église et envoyés par les dirigeants de l'église - Actes 13.1-3). C'est ce qu'on voit ici avec Paul et Barnabas en tant que premiers missionnaires confirmés et envoyés par l'église, et cette méthode continue jusqu'à maintenant dans l'église du Seigneur. Un certificat d'études ou un diplôme collégial n'autorise pas quelqu'un à être évangéliste ou enseignant ou missionnaire. C'est la recommandation par l'église qui confirme l'appel et la consécration au service du Seigneur dans l'église et pour Son église.

Le premier voyage missionnaire (13.4-14.28)

Voici un aperçu géographique du premier voyage missionnaire de Paul:

Chypre (13.4)

Luc écrit que Paul, Barnabas et son cousin, Jean Marc, s'embarquent à Séleucie, près d'Antioche, et font voile vers l'île de Chypre d'où Barnabas est originaire (Actes 4.36).

Salamine (13.5)

Leur premier arrêt a lieu aux confins amicaux de la synagogue locale où Barnabas était probablement connu et accueilli pour parler. Ils s'adressent alors aux Juifs qui s'y trouvent.

Paphos (13.6-12)

6Ayant ensuite traversé toute l'île jusqu'à Paphos, ils trouvèrent un certain magicien, faux prophète juif, nommé Bar Jésus, 7 qui était avec le proconsul Sergius Paulus, homme intelligent. Ce dernier fit appeler Barnabas et Saul, et manifesta le désir d'entendre la parole de Dieu. 8 Mais Élymas, le magicien, -car c'est ce que signifie son nom, -leur faisait opposition, cherchant à détourner de la foi le proconsul. 9 Alors Saul, appelé aussi Paul, rempli du Saint Esprit, fixa les regards sur lui, et dit: 10 Homme plein de toute espèce de ruse et de fraude, fils du diable, ennemi de toute justice, ne cesseras-tu point de pervertir les voies droites du Seigneur? 11 Maintenant voici, la main du Seigneur est sur toi, tu seras aveugle, et pour un temps tu ne verras pas le soleil. Aussitôt l'obscurité et les ténèbres tombèrent sur lui, et il cherchait, en tâtonnant, des personnes pour le guider. 12 Alors le proconsul, voyant ce qui était arrivé, crut, étant frappé de la doctrine du Seigneur.
- Actes 13.6-12

Leur oeuvre sur l'île est un tel succès que le proconsul les fait appeler pour entendre le message de l'évangile. Le fait que Barnabas est mentionné en premier suggère qu'il était alors le chef et le principal orateur. Bar Jésus est appelé Élymas, qui signifiait "magicien" ou "expert". Il avait la faveur du gouverneur et il cherchait à détourner le proconsul de la foi. Pour cette raison, Paul le dénonce et le rend aveugle pour un temps. Il s'agit là du premier miracle attribué à Paul. Le proconsul est converti et Luc mentionne que c'est la doctrine du Seigneur qui le frappe plutôt que le fait que le magicien était aveugle. Le miracle confirme la doctrine et la doctrine produit la conversion.

Perge (13.13)

Paul et ses compagnons, s'étant embarqués à Paphos, se rendirent à Perge en Pamphylie. Jean se sépara d'eux, et retourna à Jérusalem.
- Actes 13.13

Luc nomme Paul en premier, montrant qu'après leur travail à Chypre (spécialement après le miracle), Paul est maintenant le chef de la mission. Jean Marc les quitte et retourne à Jérusalem; il manque peut-être de courage pour continuer le voyage dans un pays inconnu. Barnabas et Paul, dans cet ordre, avaient été appelés par l'Esprit à entreprendre cette mission. Jean Marc avait été ajouté par Barnabas, son cousin, et non par le Saint Esprit. Dieu savait que Jean Marc n'était pas prêt, mais Barnabas, Jean Marc et Paul ont mis plus longtemps à s'en rendre compte.

Antioche de Pisidie (13.14-52)

Paul et Barnabas ne travaillent pas à Perge mais se dirigent vers Antioche située au nord, aux abords de la Pisidie, ainsi nommée pour la différencier de la ville d'Antioche en Syrie, d'où ils étaient venus. Ici Luc donne un récit détaillé de la prédication de Paul et de la réaction du peuple à leur ministère.

14De Perge ils poursuivirent leur route, et arrivèrent à Antioche de Pisidie. Étant entrés dans la synagogue le jour du sabbat, ils s'assirent. 15Après la lecture de la loi et des prophètes, les chefs de la synagogue leur envoyèrent dire: Hommes frères, si vous avez quelque exhortation à adresser au peuple, parlez. 16Paul se leva, et, ayant fait signe de la main, il dit: Hommes Israélites, et vous qui craignez Dieu, écoutez!
- Actes 14.14-16

Luc décrit la méthode que Paul utilise pour prêcher l'évangile parmi les Juifs et les convertis à la foi juive. Le service était dirigé par des anciens ou des officiels qui invitaient les rabbins de passage à parler. Paul, un étudiant fameux de Gamaliel et Barnabas, un Lévite et résident de Jérusalem, étaient connus parmi les Juifs et par conséquent on demande à Paul de parler.

Luc enregistre l'enseignement qui est probablement une leçon de base que Paul prêche quand il s'adresse à un public juif. Sa leçon a quatre parties et pourrait être intitulée "Le Sauveur d'Israël est Jésus Christ" (Lenski, p. 516).

1. L'histoire d'Israël mène à Jésus (13.17-25)

Et lorsque Jean achevait sa course, il disait: Je ne suis pas celui que vous pensez; mais voici, après moi vient celui des pieds duquel je ne suis pas digne de délier les souliers.
- Actes 13.25

2. Israël a rejeté le Sauveur annoncé par les prophètes et envoyé par Dieu (13.26-29)

Et, après qu'ils eurent accompli tout ce qui est écrit de lui, ils le descendirent de la croix et le déposèrent dans un sépulcre.
- Actes 13.29

3. Dieu a rempli Ses promesses à Israël en Le ressuscitant de la mort (13.30-37)

32Et nous, nous vous annonçons cette bonne nouvelle que la promesse faite à nos pères,33Dieu l'a accomplie pour nous leurs enfants, en ressuscitant Jésus, selon ce qui est écrit dans le Psaume deuxième: Tu es mon Fils, Je t'ai engendré aujourd'hui.
- Actes 13.32-33

4. Le pardon et le salut ne se trouvent qu'en Jésus (13.38-41)

38Sachez donc, hommes frères, que c'est par lui que le pardon des péchés vous est annoncé,39et que quiconque croit est justifié par lui de toutes les choses dont vous ne pouviez être justifiés par la loi de Moïse.
- Actes 13.38-39

Il ressort un patron familier des versets qui suivent où les mots de Paul attirent des foules nombreuses qui, en retour, contrarient les dirigeants juifs qui commencent à l'attaquer. De nombreux Juifs et gentils convertis au judaïsme décident de suivre Paul et ses enseignements, au point où l'apôtre déclare ouvertement qu'il concentrera désormais son ministère vers les gentils à cause du rejet et de la persécution des Juifs. Cela produit de la joie et de l'enthousiasme parmi les gentils parce que Dieu leur a offert le salut, les rendant ainsi des partenaires égaux aux chrétiens juifs dans le royaume de Dieu, l'Église.

Icone, Lystre, Derbe (14.1-21a)

Luc mentionne quelques villes où ils continuent à prêcher et à enseigner. Il se concentre sur deux endroits:

1. Icone (Actes 14.1-7): On retrouve le même patron alors que leur prédication divise leur audience (certains croient et d'autres ne croient pas). Les Juifs intensifient leur opposition en aigrissant des gentils qui provoquent une émeute et lapident Paul et Barnabas. Ils sont forcés à s'échapper vers d'autres villes mentionnées au verset 6.

2. Lystre (Actes 14.8-20a): Luc décrit un deuxième miracle de Paul (la guérison d'un homme boiteux de naissance) qui cause un remous dans la foule. Les spectateurs pensent que Paul et Barnabas sont l'incarnation des dieux païens Zeus (dieu grec du ciel et du tonnerre) et Hermès (le fils de Zeus).

14Les apôtres Barnabas et Paul, ayant appris cela, déchirèrent leurs vêtements, et se précipitèrent au milieu de la foule,15en s'écriant: O hommes, pourquoi agissez-vous de la sorte? Nous aussi, nous sommes des hommes de la même nature que vous; et, vous apportant une bonne nouvelle, nous vous exhortons à renoncer à ces choses vaines, pour vous tourner vers le Dieu vivant, qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s'y trouve.16Ce Dieu, dans les âges passés, a laissé toutes les nations suivre leurs propres voies,17quoiqu'il n'ait cessé de rendre témoignage de ce qu'il est, en faisant du bien, en vous dispensant du ciel les pluies et les saisons fertiles, en vous donnant la nourriture avec abondance et en remplissant vos coeurs de joie.18A peine purent-ils, par ces paroles, empêcher la foule de leur offrir un sacrifice.
- Actes 14.14-18

Paul commence à prêcher aux gentils en se servant de la situation actuelle comme point de départ.

19Alors survinrent d'Antioche et d'Icone des Juifs qui gagnèrent la foule, et qui, après avoir lapidé Paul, le traînèrent hors de la ville, pensant qu'il était mort. 20Mais, les disciples l'ayant entouré, il se leva, et entra dans la ville.
- Actes 14.19-20a

L'apôtre n'a toutefois pas l'occasion de continuer alors que les Juifs des autres villes commencent à le suivre de ville en ville. Paul est harcelé et poursuivi, mais cette fois les Juifs parviennent à le capturer et à le lapider, puis traînent son corps hors de la ville le laissant pour mort. Luc déclare simplement que Paul, entouré de disciples, se réveille (sans parler d'un miracle donc il était probablement inconscient) et retourne à la ville.

3. Derbe (Actes 14.20b-21a): Luc mentionne brièvement que Paul et Barnabas vont dans cette ville pour y prêcher et qu'ils y font de nombreux convertis sans mentionner d'opposition.

Lystre, Icone, Antioche (14.21b-23)

Ils retournent maintenant sur leurs pas et revisitent les jeunes églises qu'ils ont plantées pendant ce premier voyage missionnaire de deux ans (44-46 après J.-C.).

Ils firent nommer des anciens dans chaque Église, et, après avoir prié et jeûné, ils les recommandèrent au Seigneur, en qui ils avaient cru.
- Actes 14.23

Beaucoup des convertis juifs avaient la maturité morale et spirituelle pour servir comme anciens dans ces églises. Ils avaient peut-être déjà occupé des positions de leadership dans leurs synagogues avant leur conversion. Le christianisme était l'accomplissement de la foi juive et la connaissance de l'évangile était le dernier mystère qui complétait tout ce qu'ils avaient appris et cru en tant que Juifs. Dans cette première génération de l'Église, de nombreux convertis juifs continuaient à pratiquer leur foi juive et à observer le calendrier religieux juif (avec les fêtes, etc.). Avec le temps et la destruction du temple par les Romains en 70 apr. J.-C., ces deux religions sont devenues très distinctes, le christianisme étant reconnu comme une foi autonome et non simplement comme une secte liée à la religion juive.

Pamphylie, Perge, Attalie, Antioche (14.24-28)

Luc continue à nommer les différents arrêts le long de leur route vers Antioche en Syrie. Il écrit que Paul et Barnabas réunissent l'église qui les avait d'abord envoyés pour leur donner un compte-rendu de leur travail, spécialement la percée en prêchant et en convertissant des gentils.

Cela prépare la scène où Luc décrit une réunion et une décision importante concernant les gentils et leur entrée dans l'Église.

Le conseil de Jérusalem - Actes 15.1-35

En Actes 15.1-35, Luc résume la question et l'approche à cette résolution dans les deux premiers versets.

La question

Quelques hommes, venus de la Judée, enseignaient les frères, en disant: Si vous n'êtes circoncis selon le rite de Moïse, vous ne pouvez être sauvés.
- Actes 15.1

Des chrétiens juifs de Jérusalem (Actes 15.5 - des pharisiens convertis au christianisme) viennent à Antioche et enseignent que les gentils doivent d'abord adhérer aux lois juives de conversion avant de pouvoir devenir chrétiens. Cela les forçait à être circoncis avant de pouvoir être baptisés.

Pour un pharisien juif converti au Christ, cette idée était logique. Le judaïsme était là en premier, Jésus était un Juif, le christianisme était simplement une extension de la foi juive et adhérer aux lois et coutumes juives avant de s'identifier au Christ était raisonnable. Pour eux le baptême n'était qu'un ajout.

Le problème de cet enseignement était qu'il ne saisissait pas la relation du christianisme au judaïsme:

1. Le judaïsme était le véhicule créé pour amener Jésus, le Fils de Dieu et le Sauveur de l'humanité, dans le monde.

Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.
- Matthieu 5.17

Les rituels, les lois et les pratiques du judaïsme étaient censés être un aperçu de ce qui viendrait. Ces chrétiens juifs pensaient que leur religion était la substance de la volonté de Dieu alors qu'en fait elle n'était que l'ombre de ce que Dieu avait planifié de faire à travers Jésus Christ: S'offrir en sacrifice parfait pour expier les péchés de l'humanité puis offrir la rédemption aux Juifs et aux gentils basée sur la foi en Lui en tant que Fils de Dieu.

2. Cet enseignement était dangereux parce qu'il substituait un salut basé sur la Loi (être circoncis, obéir aux lois concernant la nourriture, etc.) afin d'être digne de devenir chrétien à un salut basé sur la foi. Il remplaçait un évangile basé sur la grâce et la foi: "je suis sauvé parce que je crois en Jésus et que j'exprime ma foi par la repentance et le baptême" (Actes 2:38) par "je suis sauvé parce que j'obéis à la loi" (la circoncision et les règles du judaïsme). En d'autres termes, je suis sauvé parce que je fais des choses, plutôt que parce que je crois en Jésus.

La solution (15.2-35)

Paul et Barnabas eurent avec eux un débat et une vive discussion; et les frères décidèrent que Paul et Barnabas, et quelques-uns des leurs, monteraient à Jérusalem vers les apôtres et les anciens, pour traiter cette question.
- Actes 15.2

Étant donné qu'Antioche était une église formée de Juifs et de gentils, et qu'une grande partie du ministère de Paul consistait à prêcher à des non-juifs, beaucoup était en jeu dans cette décision.

On avait réuni plusieurs partis différents (les missionnaires, les enseignants chrétiens juifs, les anciens de l'Église et les apôtres) pour discuter de cette question. Elle n'était pas décidée par un groupe exécutif ni par Pierre comme un quelconque apôtre en chef. Luc écrit qu'il y a eu une vive discussion et il enregistre aussi une partie de l'argument de Pierre.

10Maintenant donc, pourquoi tentez-vous Dieu, en mettant sur le cou des disciples un joug que ni nos pères ni nous n'avons pu porter?11Mais c'est par la grâce du Seigneur Jésus que nous croyons être sauvés, de la même manière qu'eux.
- Actes 15.10-11

Jacques soutient également que d'apporter l'évangile aux païens fait partie du plan de Dieu consigné dans les Écritures.

14Simon a raconté comment Dieu a d'abord jeté les regards sur les nations pour choisir du milieu d'elles un peuple qui portât son nom.15Et avec cela s'accordent les paroles des prophètes, selon qu'il est écrit:
- Actes 15.14-15

En fin de compte, tous ceux qui ésont présents s'accordent de continuer à prêcher aux gentils avec un avertissement pour eux d'éviter l'immoralité sexuelle, qui faisait partie de leur style de vie, et de respecter certaines sensibilités juives en ne mangeant ni la viande offerte en sacrifice païen et vendue au marché publique, ni le sang, qui était défendu aux Juifs. Ces instructions ont été données pour garantir la paix dans une assemblée où des Juifs et des gentils adoraient et mangeaient souvent ensemble. La question est donc définie, débattue et ultimement résolue selon la parole de Dieu, puis mise par écrit dans une lettre à l'église d'Antioche et envoyée avec Paul, Barnabas et les frères de l'église à Jérusalem.

Luc finit cette section en notant la joyeuse réaction de chrétiens non-juifs alors qu'ils reçoivent la nouvelle qu'ils ne sont pas sujets à la loi juive et qu'ils sont acceptés par les apôtres eux-mêmes comme membres égaux de l'Église de Dieu avec leur frères juifs qui avaient aussi été convertis.

La scène finale montre Paul et Barnabas qui demeurent à Antioche, occupés à enseigner et à prêcher aux frères qui s'y trouvent.

Passage à lire : Actes 15.36-18.22

Questions à discuter

  1. Avez-vous déjà ressenti un appel à servir le Seigneur d'une manière plus grande? Comment vous a-t-Il appelé? Qu'a été votre réponse?
  2. Avez-vous déjà échoué dans le ministère? Expliquez comment? Qu'avez-vous appris de cette expérience?
  3. Le sermon de Paul aux Juifs a quatre parties. Expliquez comment chaque partie serait pertinente aux auditeurs non-juifs aujourd'hui.