La nomination des anciens

Tue. September 22
Dans cette leçon, nous passons en revue les quelques passages qui éclairent la façon dont les anciens devraient être sélectionnés, et regardons des passages qui décrivent la femme d'un ancien.
7 minutes de lecture
Langues

Révisons ce qui a été couvert jusqu'ici :

  • Des rôles différents sont assignés à des personnes différentes selon leur habileté et caractère. Dans la période post-apostolique, ces rôles sont ceux d'anciens, de diacres et de prédicateurs.
  • Au sujet des anciens, il a été établi ce qui suit :
    • Jésus est la seule tête de l'Église mais Son leadership est exercé dans la congrégation locale par l'ensemble des anciens.
    • Les anciens sont des hommes qui possèdent des qualifications générales et spécifiques décrites dans la Bible à un degré où elles sont reconnues par les autres.
    • La Bible dit que la tâche essentielle des anciens est triple :
      • Protéger contre les faux-enseignants et leur enseignement.
      • Promouvoir et diriger l'enseignement solide, les bonnes œuvres, l'unité et la paix.
      • Donner un exemple de leadership comme chrétiens mûrs.

Examinons maintenant les différentes manières dont les anciens sont choisis et aussi certaines idées au sujet de leurs épouses.

La nomination d'anciens

La plupart des références qui concernent les anciens dans le Nouveau Testament décrivent leur caractère, leur tâche ou une situation où ils servent déjà. Il n'y a que deux passages qui traitent de la manière dont un homme devient un ancien : le premier est un exemple et l'autre un commandement.

La Bible dit que pendant le premier voyage missionnaire de Paul et Barnabas à Lystre, Icone et Antioche, ils nommèrent des anciens dans chaque église.

23Ils firent nommer des anciens dans chaque Église, et, après avoir prié et jeûné, ils les recommandèrent au Seigneur, en qui ils avaient cru.
– Actes 14.23

Puis, en Tite 1.5, Paul instruit Tite d'établir des anciens dans chaque ville selon ses instructions (probablement l'information contenue en I Timothée).

5Je t'ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville,

Aucun autre passage ne nous donne de l'information à ce sujet et par conséquent voici les conclusions et instructions concernant notre propre sélection d'anciens :

  1. Il ne s'agit pas d'un exercice démocratique de l'église où un homme est choisi par un vote majoritaire.
  2. Les anciens sont choisis, nommés ou ordonnés (établis aux côtés des autres) par le leadership déjà en place qui a lui aussi été établi préalablement.
    Dans une église où il n'y a pas d'anciens, les prédicateurs établissent les anciens (Tite 1.5). Dans une église où il se trouve déjà des anciens, ceux-ci choisissent les prédicateurs (1 Timothée 4.14) et peuvent aussi rechercher et établir d'autres anciens. (Noter le cycle : les anciens élèvent et établissent des prédicateurs qui à leur tour établissent des anciens.)
    Évidemment, les nouveaux anciens sont établis d'après les qualifications et les guides déjà énoncés dans le Nouveau Testament.
    • Les leaders sont responsables de rechercher, d'entraîner et de nommer d'autres leaders.
    • Ceux qui désirent devenir anciens, même s'ils ont refusé ce rôle par le passé ou s'ils sont peut-être trop jeunes ou qu'ils doutent de leurs qualifications, doivent exprimer ce désir aux anciens déjà en place.

Quand des hommes aptes à servir désirent être anciens et expriment cette aspiration au prédicateur ou aux anciens, c'est le premier pas vers le processus d'ajouter des anciens à l'Église de Dieu.

La femme d'un ancien

Plusieurs anciens vous diront qu'une grande partie du succès dans leur tâche revient à leur épouse. Beaucoup d'hommes n'aspirent pas à cette excellente tâche parce que leur femme n'est pas apte aux demandes de ce ministère ou encore parce qu'elle n'est pas assez mûre spirituellement pour travailler avec un mari dont c'est la charge.

La Bible ne traite pas beaucoup de ce sujet. Il s'y trouve l'idée générale que si l'ancien est sobre et bon époux, sa femme devrait lui ressembler dans ces traits.

Il y a aussi une référence spécifique en I Timothée 3.11 au sujet des femmes :

11Les femmes, de même, doivent être honnêtes, non médisantes, sobres, fidèles en toutes choses.

Ce passage se trouve au milieu d'instructions concernant anciens et diacres ; on en conclut donc que « les femmes » (dans le grec le mot est épouses) identifie ici les épouses des anciens et des diacres. Ce passage est répété et accentué dans le livre de Tite où Paul donne plus de détails quant au caractère nécessaire chez les femmes plus âgées dans l'église, sur les caractéristiques et les responsabilités qui devraient revenir aux femmes des anciens.

3Dis que les femmes âgées doivent aussi avoir l'extérieur qui convient à la sainteté, n'être ni médisantes, ni adonnées au vin ; qu'elles doivent donner de bonnes instructions, 4dans le but d'apprendre aux jeunes femmes à aimer leurs maris et leurs enfants, 5à être retenues, chastes, occupées aux soins domestiques, bonnes, soumises à leurs maris,
– Tite 2.3-5a

Paul dit trois choses principales au sujet des "femmes âgées".

Leur conduite est révérencieuse

Ce passage rappelle les prêtres de l'Ancien Testament. Le prêtre offrait les sacrifices devant Dieu dans le temple, la Lieu Saint. Puisqu'il se présentait devant Dieu, sa conduite parmi le peuple reflétait ses tâches devant le Seigneur : sa conduite ne devrait pas contredire son rôle.

Tous les chrétiens sont des prêtres devant Dieu, Lui offrant leurs louanges et leur service quotidien en Jésus Christ (Romains 12.1-2; Apocalypse 1.6).

La conduite d'une femme mûre devrait avoir ce même esprit. Elle devrait refléter ses responsabilités comme épouse d'un ancien, d'un prêtre de Dieu.

Puis il mentionne deux choses absentes de sa conduite :

  • La médisance - La médisance révèle habituellement les fautes des autres avec l'intention de ridiculiser, de causer des problèmes ou de frustrer. Le mot grec utilisé est « diabolos », signifiant le diable. C'est là l'œuvre du diable qui nous accuse nuit et jour devant Dieu. Le Christ est notre défenseur avec son sang. La médisance divise, détruit et déplaît à Dieu. Nous devons réaliser que les fautes des autres sont couvertes par le sang du Christ tout comme les nôtres le sont. Quand nous médisons, nous refusons le sang du Christ pour quelqu'un d'autre, nous devenons les ouvriers du diable et nous exposons ce que le Christ a couvert.
  • L'adon au vin - Le vin était une boisson commune chez le peuple à cette époque. Une femme de Dieu ne s'adonnait ni au vin ni à rien d'autre. Une femme de Dieu a le contrôle de soi et rien ne la contrôle excepté le Christ.

Paul mentionne maintenant ce qui est visible dans leur vie

Donner de bonnes instructions

Quand elle parle, il ne s'agit pas de médisance ni de plainte mais elle enseigne ce qui est bon et noble. Une femme de Dieu est capable et occupée à enseigner les jeunes femmes, non pas les hommes.

Paul décrit aussi les choses que cette femme connaît, pratique et enseigne aux femmes plus jeunes.

  1. Aimer leur mari et leurs enfants. Non seulement le fait qu'elles devraient les aimer, mais comment les aimer plus et mieux. La femme plus mûre qui a réussi à maintenir un mariage heureux, un mari satisfait et des enfants bien élevés devrait préparer les femmes plus jeunes à faire la même chose (même celles qui ont échoué ont des choses valables à partager par leur expérience).
  2. À être retenues et chastes. À être équilibrées, à ne pas se laisser influencer par les folies de ce monde et les pensées inutiles (II Timothée 3.16). À ne pas se laisser emporter par de faux enseignements, des tentations à l'impureté ou l'infidélité.
  3. À bien maintenir son foyer. La Bible n'est pas opposée aux femmes qui travaillent à l'extérieur. Il s'agit ici de n'être pas négligente de sa maisonnée et du travail qui y est nécessaire. La responsabilité pour le foyer appartient à la femme (pas nécessairement les tâches ménagères). Les femmes plus mûres doivent encourager les jeunes femmes à cette tâche, leur enseigner les choses nécessaires pour bien accomplir ce ministère. Les femmes qui aiment leurs enfants et leur mari maintiendront un foyer adéquat, qu'il s'agisse d'une maison d'une pièce ou de vingt. C'est là une priorité, le reste est en sus et ne devrait pas entraver cette part.
  4. Bonnes. Tout d'abord au mari et aux enfants (c'est facile de faire du bien à tous et chacun et de les faire passer en dernier). On se souvient des bontés et gentillesses d'une femme longtemps après avoir oublié ses succès ou ses échecs dans le monde. Eleanor Roosevelt était l'épouse du Président mais on se souvient d'elle pour ses bontés. Les femmes mûres enseignent ici par leur exemple.
  5. Soumises à leur mari. Une femme soumise au Christ est soumise d'abord à son mari, avant ses parents, son emploi, ses amis, etc. Cela est évidemment plus facile si le mari est un chrétien fidèle.

Au dernier verset, Paul dit qu'une telle conduite honore Dieu.

5bafin que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée.
– Tite 2.5b

Le monde juge l'église par le caractère produit par l'évangile. Paul révèle le caractère d'une femme de Dieu, mûre et révérencieuse, comment elle est devenue ainsi et ce qu'elle fait de sa vie. Il ne devrait y avoir aucune confusion quant à ce à quoi les femmes plus âgées devraient s'occuper.

Dieu a donné le rôle de leadership dans l'Église à des hommes qui dirigent comme anciens. Il a décrit la sorte de femme qui peut compléter ce leader en servant bien l'Église et en L'honorant.

  • Une femme qui respecte Dieu et vit honorablement, discrètement et avec sobriété.
  • Une femme qui ne craint pas d'aller à l'encontre du monde pour retenir sa position centrale au foyer et sa position spéciale aux côtés de son mari et de ses enfants.
  • Une femme qui peut enseigner à d'autres femmes comment servir Dieu, la famille et la communauté.

Je prie pour toutes les femmes d'anciens afin qu'elles persévèrent dans leur bon travail et dans leur bon exemple, et je prie que Dieu incite beaucoup d'autres femmes à grandir et à suivre leurs maris dans une vie de service au Seigneur. La femme d'un ancien peut être le plus grand encouragement au ministère de son mari ou son plus gros obstacle.