Aux chapitres 20 et 21 de la Genèse, nous voyons la marche de foi continue d'Abraham et une description du peuple qui est devenu la source de l'Islam.
Langues

Aux chapitres 18 et 19, nous avons vu une comparaison entre la foi d'Abraham et celle de Lot.

La foi d'Abraham, malgré ses hauts et ses bas, avait une direction. On peut en voir l'amélioration à mesure qu'il progresse dans sa foi. Il a accompli certaines choses au nom de Dieu à travers sa foi (par exemple, la défaite des rois du nord). Sa foi l'a poussé à glorifier Dieu par son travail, à servir les autres et à en sauver d'autres par ses prières (sa prière pour Lot). En résultat de la foi d'Abraham, Dieu l'a exaucé, Il a béni sa vie et l'a considéré juste.

La foi de Lot était réelle mais il faisait des compromis avec le monde. En résultat, sa foi était faible, il n'a pas progressé spirituellement, il n'a rien accompli pour le Seigneur et en fin de compte, il a tout perdu.

Ces chapitres ont démontré que notre relation à vie avec Dieu inclut non seulement Son pardon et Sa patience envers nos échecs, mais aussi la foi, le service, la confiance et le progrès de notre part. Aux chapitres suivants, on continue l'histoire de la marche d'Abraham avec Dieu.

Un échec – 20.1-18

Après que le Seigneur et les anges ont visité Abraham pour lui dire que Sara concevrait, et après qu'ils sont partis pour détruire Sodome, Abraham part vers la capitale du pays des Philistins près de la frontière égyptienne.

La destruction des villes proches de lui a peut-être causé des difficultés économiques dans la région et il était nécessaire d'établir de nouvelles lignes de commerce. Éventuellement il finit par s'établir dans cette région. Il était un chef de clan et devait soutenir une maisonnée nombreuse; il est donc possible que cela ait été la nature de son déplacement.

Aux versets 1-2, nous lisons que Sara et lui ont encore une fois, et pour les mêmes raisons, utilisé le même mensonge qu'en Égypte. Ils craignaient que Sara ne soit prise et qu'Abraham ne soit tué. Elle avait 90 ans et pour qu'elle conçoive, Dieu l'avait possiblement rajeunie au point où cela pouvait poser un danger. On voit que le roi Abimélec (un titre, tout comme celui de Pharaon) la pris dans son harem pour être sa femme. C'était peut-être par désir sexuel ou encore dans le but de former une alliance avec le chef de clan puissant qu'était Abraham.

Aux versets suivants on voit Dieu traiter avec Abimélec.

  1. Il inflige une maladie sérieuse à sa maisonnée et possiblement à tout le peuple (Il les avait frappés de stérilité).
  2. Il empêche Abimélec de toucher Sara et l'avertit qu'il mourra s'il ne la rend pas.
  3. Il lui dit qu'Abraham est prophète et qu'il priera pour lui (Abimélec) et qu'il vivra s'il rend Sara.

On voit aussi ce qu'Abimélec dit à Abraham.

  1. Il le réprimande pour lui avoir menti et avoir mis la sécurité de sa nation en danger.
  2. Il réprimande aussi Sara et lui dit que le voile dont elle a besoin est son mari et qu'il sera suffisant pour la protéger du désir d'autres hommes (v. 16).
  3. Il donne de l'argent à Abraham, du bétail et la liberté de s'établir n'importe où dans le pays. Abraham accepte pour ne pas l'offenser davantage.

Abraham, pour sa part, explique sa conduite au roi et accepte ses cadeaux et ses reproches à cause de son mensonge.

C'est le dernier chapitre qui contient de l'information au sujet d'Abraham avant la naissance d'Isaac, qui sera le début d'une nouvelle période de sa vie.

L'enfant de la promesse

Le chapitre 21 commence par décrire le temps de la naissance d'Isaac. La Parole souligne qu'il est né selon la promesse de Dieu. Le fait qu'Abraham avait 100 ans et Sara 90 n'a en rien limité la promesse. Quand Dieu promet, Il donne aussi la capacité: Sara a allaité son fils, et Abraham a même été capable d'avoir six autres fils avec sa femme Ketura après la mort de Sara.

La faiblesse de l'homme ne peut empêcher l'accomplissement des promesses de Dieu. Selon les coutumes de l'époque, Abraham a fait un grand festin le jour où Isaac a été sevré.

9Sara vit rire le fils qu'Agar, l'Égyptienne, avait enfanté à Abraham; 10et elle dit à Abraham: Chasse cette servante et son fils, car le fils de cette servante n'héritera pas avec mon fils, avec Isaac. 11Cette parole déplut fort aux yeux d'Abraham, à cause de son fils. 12Mais Dieu dit à Abraham: Que cela ne déplaise pas à tes yeux, à cause de l'enfant et de ta servante. Accorde à Sara tout ce qu'elle te demandera; car c'est d'Isaac que sortira une postérité qui te sera propre. 13Je ferai aussi une nation du fils de ta servante; car il est ta postérité. 14Abraham se leva de bon matin; il prit du pain et une outre d'eau, qu'il donna à Agar et plaça sur son épaule; il lui remit aussi l'enfant, et la renvoya. Elle s'en alla, et s'égara dans le désert de Beer Schéba.
- Genèse 20.9-14

La jalousie revient et encore une fois Agar et son fils sont renvoyés. Dieu promet de prendre soin d'eux mais la promesse viendra à travers Isaac. C'est la première fois (mais pas la dernière) qu'Abraham doit abandonner un enfant qu'il aime.

15Quand l'eau de l'outre fut épuisée, elle laissa l'enfant sous un des arbrisseaux, 16et alla s'asseoir vis-à-vis, à une portée d'arc; car elle disait: Que je ne voie pas mourir mon enfant! Elle s'assit donc vis-à-vis de lui, éleva la voix et pleura. 17Dieu entendit la voix de l'enfant; et l'ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit: Qu'as-tu, Agar? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l'enfant dans le lieu où il est. 18Lève-toi, prends l'enfant, saisis-le de ta main; car je ferai de lui une grande nation. 19Et Dieu lui ouvrit les yeux, et elle vit un puits d'eau; elle alla remplir d'eau l'outre, et donna à boire à l'enfant.

20Dieu fut avec l'enfant, qui grandit, habita dans le désert, et devint tireur d'arc. 21Il habita dans le désert de Paran, et sa mère lui prit une femme du pays d'Égypte.

Agar se retrouve dans le désert avec seulement un peu de nourriture et un peu d'eau (peut-être pour lui faire apprendre rapidement à faire confiance à Dieu). Elle est bientôt perdue. Dieu entend son appel, Il lui montre un puits et Il veille sur l'enfant pendant qu'il grandit.

En un seul verset, la Bible dit qu'Ismaël est devenu un chasseur et qu'il a épousé une femme égyptienne choisie par sa mère qui était égyptienne. En Genèse 25 on apprend qu'il a eu 12 fils et qu'il est devenu une grande nation tout comme Dieu l'avait promis.

Il y a plusieurs points intéressants dans cette section:

  1. La religion musulmane retrace sa source culturelle à Agar et Ismaël tout comme les Juifs remontent à Abraham et Isaac.
  2. La rivalité décrite dans cet ancien texte continue encore aujourd'hui alors que les Musulmans et les Juifs sont toujours en désaccord et en guerre les uns avec les autres.
  3. La religion musulmane a encore aujourd'hui des cérémonies qui remontent à cet événement même. Elle est établie en trois catégories:
    1. Des articles de foi (les croyances doctrinales)
    2. La bonne conduite (la conduite morale)
    3. Les devoirs religieux (l'adoration)

"MUSULMAN" fait référence à un "véritable croyant", un disciple de la religion de l'Islam (qui signifie "l'abandon").

Sous l'enseigne des devoirs religieux d'un musulman, il y a le pèlerinage. Une fois dans sa vie, un musulman ou son représentant doit se rendre au sanctuaire sacré de La Mecque pour des célébrations religieuses.

Le lieu de pèlerinage de La Mecque, en Arabie saoudite, est considéré saint pour deux raisons:

  • C'est le lieu qui abrite la KAABA, une grosse structure cubique recouverte de soie noire (haute de 15 mètres) à l'intérieur de laquelle se trouve un météor qui est tombé dans la région pendant le Moyen-Âge et qui est considéré un signe sacré d'Allah (le nom musulman de Dieu). Les pèlerins baisent ou touchent cette pierre noire alors qu'ils procèdent de manière circulaire autour de cette structure.
  • On en dit aussi qu'elle se trouve près du lieu où Agar était égarée dans le désert avec Ismaël, le père du peuple arabe.
  • Une partie du pèlerinage les voit courir entre deux collines, secouant les épaules, sept fois en imitant Agar frénétique d'être perdue dans le désert.

Tout cela, ainsi que des prières, de l'enseignement, le jeûne et l'aumône constitue leur pèlerinage religieux à La Mecque.

4. Un autre fait intéressant de cette histoire est qu'elle nous révèle un autre type:

Un type est une personne, un lieu, un objet, ou une situation qui nous prépare pour une personne, un lieu, un objet ou une situation que Dieu veut nous révéler complètement. Par exemple: l'arche = l'église.

Agar et ses actions ne signifient rien pour nous en tant que chrétiens mais sa relation avec Sara est un type pour une autre relation continue importante et c'est la relation conflictuelle entre le principe de la Loi et le principe de la grâce et les résultats de chacun.

Paul y fait référence dans l'épître aux Galates:

21Dites-moi, vous qui voulez être sous la loi, n'entendez-vous point la loi? 22Car il est écrit qu'Abraham eut deux fils, un de la femme esclave, et un de la femme libre. 23Mais celui de l'esclave naquit selon la chair, et celui de la femme libre naquit en vertu de la promesse. 24Ces choses sont allégoriques; car ces femmes sont deux alliances. L'une du mont Sinaï, enfantant pour la servitude, c'est Agar, - 25car Agar, c'est le mont Sinaï en Arabie, -et elle correspond à la Jérusalem actuelle, qui est dans la servitude avec ses enfants. 26Mais la Jérusalem d'en haut est libre, c'est notre mère; 27car il est écrit:

Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes point! Éclate et pousse des cris, toi qui n'as pas éprouvé les douleurs de l'enfantement! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux Que les enfants de celle qui était mariée.


28
Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse;
29et de même qu'alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, ainsi en est-il encore maintenant. 30Mais que dit l'Écriture?

Chasse l'esclave et son fils, car le fils de l'esclave n'héritera pas avec le fils de la femme libre.


31C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de l'esclave, mais de la femme libre.
- Galates 4.21-31

A. Agar représente la Loi, et ses descendants sont ceux qui la suivent (les Juifs et les Musulmans et tous ceux qui essaient d'être sauvés par la Loi). Ses descendants sont nés de la chair, ils sont grands et nombreux mais ils ne sont pas ceux à travers qui la promesse doit venir. Son peuple essaie de se justifier par la Loi (l'étude de la religion musulmane révèle à quel point elle est légaliste). Paul se réfère ici aux Juifs qui essaient de se justifier par la Loi.

Leur résidence terrestre naturelle est Jérusalem (même aujourd'hui ils contrôlent le lieu où se trouvait le temple) et ils se battent contre les Juifs pour en garder le contrôle. Ils ont commencé par persécuter les enfants de la promesse et ils continuent à le faire à travers l'histoire. Ils ont commencé comme esclaves et sont encore esclaves du péché et de leur ignorance jusqu'à maintenant.

B. Sara représente la grâce et ses descendants sont ceux qui dépendent de la foi au Christ pour les sauver. Les descendants de Sara ont commencé par une promesse gracieuse accomplie par la puissance de Dieu et non par la nature de l'homme. Ses descendants existent parce que Dieu voulait que Sa promesse soit transmise par sa postérité.

Son peuple est justifié parce qu'il croit en Dieu et non pas parce qu'il obéit parfaitement aux lois de Dieu. (Le coeur de la foi chrétienne est la justification par la foi, et non par la Loi. C'est l'opposé complet de l'Islam).

La véritable habitation d'un chrétien est la Nouvelle Jérusalem au ciel. La terre n'est qu'un pèlerinage. Le temple du chrétien est son corps, Dieu habite en lui et non pas dans un édifice. Les chrétiens ont été persécutés parce qu'ils sont les enfants de Dieu. Les chrétiens commencent libres, ils continuent à vivre tout à fait libres de la condamnation et de l'obscurité: ils sont les enfants de la lumière.

La relation entre Agar et Sara et ce qui est arrivé dans leurs vies et pour leur postérité sont un type qui démontre la différence entre les résultats de ceux qui vivent sous la Loi et les résultats de ceux qui vivent sous la grâce.

Les versets 22 à 34 racontent un accord entre Abimélec (le roi qui avait pris Sara pour femme) et Abraham.

Le roi désire un traité de non-aggression avec Abraham, et Abraham accepte à condition de posséder le site d'un puits en particulier. Une fois cette question réglée, Abraham donne au roi sept agneaux pour signifier la ratification de leur accord et la possession du puits.

Abraham nomme le lieu Beer Schéba (le puits du serment ou le puits des sept) et il retourne chez lui au pays des Philistins. Il y vivra un jour mais seulement quand Isaac sera adulte et que Sara sera morte.

Leçons

1. On n'est jamais trop vieux pour pécher

Un de mes professeurs a déjà dit il y a plusieurs années qu'à mesure qu'on vieillit, la sorte de péché qu'on commet change mais que le péché est toujours un problème pour l'être humain. Abraham avait 100 ans mais son habitude de mentir au sujet de sa femme était bien ancrée et lui a causé des problèmes même tard dans la vie.

La clé est de faire face au péché maintenant et de ne pas penser qu'on vieillira et qu'on n'y sera plus sujet, ou que le fait de vieillir mène à la sainteté. Éviter le péché est un effort à tout âge. On n'est jamais trop jeune pour commencer ni trop vieux pour cesser de pécher.

2. L'expérience au sommet mène aux vallées

Les gens, surtout les jeunes gens, pensent que la vie commence au bas de l'échelle et va en s'améliorant (c'est là une influence de la pensée évolutive). La vérité est que l'on commence parfait puis que l'on tombe et qu'en suite, notre vie est constituée de hauts et de bas.

Cela est particulièrement vrai dans la vie chrétienne: les expériences d'être au sommet sont habituellement suivies par des vallées d'obscurité. Abraham avait été personnellement visité par le Seigneur et par des anges, il avait sauvé son neveu, il avait été rajeuni au point ou son activité sexuelle était active et productive: il était au sommet du monde puis il a menti et s'est écroulé.

Ce patron se produit aussi dans l'église. Quand tout va bien, un bon momentum, de la croissance, de l'enthousiasme, on peut être certain que Satan s'acharnera à diviser les frères ou à faire entrer le péché dans l'assemblée pour que tout s'écroule. Quand on est au sommet, il faut ralentir et faire attention... c'est facile de tomber.

3. Son temps - pas le nôtre

Dieu a tout fait pour Abraham exactement au temps qu'Il avait promis.

Nous devons comprendre qu'étant donné que Dieu est en charge de tout (même de combien de temps et à quel point Satan peut opérer), Il est aussi en charge du temps. Il ne s'agit pas uniquement de Son temps pour les choses religieuses ou pour la prière... tout fonctionne selon Son calendrier: la pluie, le bien, le mal, le commencement et la fin. Notre tâche est de cultiver une appréciation de Son calendrier et de développer la patience.

Dieu sait toujours combien de temps les choses prendront et combien de temps nous avons. Il n'oublie jamais le temps, Il n'est jamais en retard, Il ne gaspille jamais de temps, Il est toujours conscient du temps qui nous reste. Nous serons beaucoup moins stressés si nous nous rendons compte que le monde opère selon Son temps et non pas selon le nôtre.