Cette leçon mène à l'apogée du voyage de foi d'Abraham et décrit les événements entourant la mort de Sara.
10 minutes de lecture
Langues

Dans notre dernière leçon, nous nous sommes concentrés sur l'origine de deux grandes cultures et comment leurs débuts ont fourni une clé aux générations futures.

  1. Agar, l'esclave de Sara, a d'abord donné un fils à Abraham pour tenter de manipuler les circonstances afin d' accomplir la promesse de Dieu par des moyens naturels. Son fils était Ismaël et de lui sont venues douze tribus qui ont éventuellement formé la nation arabe. De cette nation est aussi venue la religion musulmane qui est très répandue de nos jours et qui continue à honorer Agar et Ismaël par ses pèlerinages et ses rituels. Ismaël n'était toutefois pas la semence promise par Dieu pour amener un sauveur dans le monde.
  2. Sara était la femme d'Abraham et à 90 ans, par la grâce de Dieu, elle a donné naissance à Isaac. Isaac et ses descendants ont formé les douze tribus qui sont devenues la nation juive. C'est à travers ce peuple que Dieu a promis le Messie.

Ismaël and Isaac ont été en conflit depuis le tout début à cause de cette promesse et leurs descendants dans le Moyen-Orient continuent à être divisés jusqu'à maintenant.

Nous avons aussi vu comment Agar et Sara étaient des types qui représentent la relation entre ceux qui cherchent à se justifier par la Loi et ceux qui sont justifiés par la foi.

  1. Étant donné qu'Agar était une esclave, non choisie pour transmettre la promesse, ceux qui tentent de se justifier par la Loi demeurent des esclaves, ils ne profitent pas de la promesse et ne peuvent appeler leur patrie que la Jérusalem terrestre.
  2. Et comme Sara était libre et qu'elle avait reçu la promesse, ceux qui sont justifiés par la foi en Jésus sont libérés du péché, ils reçoivent les bienfaits de la promesse et peuvent aspirer à vivre dans la Nouvelle Jérusalem du ciel au retour de Jésus.

Les chapitres suivants nous amènent à l'apogée de la vie d'Abraham et racontent la mort de Sara et les derniers jours du voyage de foi extraordinaire d'Abraham.

Un test de foi

1Après ces choses, Dieu mit Abraham à l'épreuve, et lui dit: Abraham! Et il répondit: Me voici! 2Dieu dit: Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac; va-t'en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai.
- Genèse 22.1-2

Concrètement, il y a une longue période de silence entre les chapitres 21 et 22. Peut-être une vingtaine d'années s'écoulent pendant lesquelles Isaac devient un homme. Le silence est toutefois brisé par une demande effrayante. Dieu dit à Abraham d'offrir son fils en sacrifice.

Des mots intéressants:

1. À L'ÉPREUVE peut signifier différentes choses selon le contexte.

  • Séduire ou attirer vers le mal. Ce que Satan fait pour nous attirer à pécher et, par conséquent, à mourir.
  • Tester ou éprouver, pour déterminer la valeur de quelque chose. Ce que les ingénieurs font pour déterminer l'efficacité ou la qualité d'un produit ou d'une construction. Ce que Dieu fait pour démontrer, à nous ou au monde, la qualité ou la force de notre foi et de notre caractère.

Jésus a été testé par Dieu (Sa foi a été examinée à travers des épreuves et des souffrances) pour démontrer aux autres la qualité de Son caractère et de Sa foi. Par exemple, le "test" dans le désert avec Satan.

Abraham est maintenant testé afin de montrer la qualité de la foi qu'il a développée pendant sa vie avec Dieu: pour lui en montrer la qualité (la confirmer); pour la montrer aux nations qui l'entourent (en témoigner); et aux générations futures (un type).

2. CELUI QUE TU AIMES - C'est la première fois que l'amour est mentionné dans la Bible.

C'est significatif que le mot amour soit utilisé pour la première fois en référence à l'amour d'un père pour son fils et non pas d'un homme pour sa femme ou pour un ami, ni même de Dieu envers l'homme. On note aussi dans le Nouveau Testament que la première fois qu'il est mentionné, il s'agit de l'amour que Dieu a pour Son Fils (Matthieu 3.17; Marc 1.11; Luc 3.22). La première fois qu'il est mentionné dans le quatrième évangile, il fait référence à l'amour de Dieu pour nous en tant que notre Père et nous comme Ses enfants. Cette première mention et son enseignement sur l'amour dans la Bible démontrent l'essence de l'amour: l'amour de Dieu qui existe dans la trinité; l'amour de Dieu offert à l'homme. L'amour de l'homme envers Dieu est premier et son amour pour l'homme vient ensuite.

3Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l'holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit. 4Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit le lieu de loin. 5Et Abraham dit à ses serviteurs: Restez ici avec l'âne; moi et le jeune homme, nous irons jusque-là pour adorer, et nous reviendrons auprès de vous. 6Abraham prit le bois pour l'holocauste, le chargea sur son fils Isaac, et porta dans sa main le feu et le couteau. Et il marchèrent tous deux ensemble. 7Alors Isaac, parlant à Abraham, son père, dit: Mon père! Et il répondit: Me voici, mon fils! Isaac reprit: Voici le feu et le bois; mais où est l'agneau pour l'holocauste? 8Abraham répondit: Mon fils, Dieu se pourvoira lui-même de l'agneau pour l'holocauste. Et ils marchèrent tous deux ensemble.

On voit Abraham, Isaac et deux serviteurs partir pour aller au pays de Morija. Encore une fois un passage riche en imagerie du type du Christ et de Son sacrifice.

Il a été promis à Abraham qu'à travers sa postérité viendra le sauveur, et dans cette scène Dieu lui fait acter, pour ainsi dire, ce que la promesse offre: le salut par la mort, l'enterrement et la résurrection de Jésus.

  1. Abraham accepte volontairement d'obéir à Dieu et il n'hésite pas, partant tôt le jour suivant.
  2. Isaac et deux esclaves voyagent avec lui.
  3. Ils arrivent au lieu donné le troisième jour, ce qui représente les trois jours que Jésus a passé au tombeau. Pendant trois jours avant d'arriver au lieu du sacrifice, c'est à dire aussitôt que Dieu a demandé à Abraham de sacrifier Isaac et qu'il a accepté, c'est comme si Isaac était déjà mort.
  4. Les serviteurs restent en arrière et Isaac va sans hésitation avec son père. Sans le reconnaître, il se donne en sacrifice volontaire.

On remarque aussi qu'Abraham dit aux serviteurs qu'ils reviendront. On voit ici sa grande foi. Il a pleinement l'intention de sacrificier son fils et il a aussi pleinement l'intention de revenir avec lui vivant.

17C'est par la foi qu'Abraham offrit Isaac, lorsqu'il fut mis à l'épreuve, et qu'il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, 18et à qui il avait été dit: En Isaac sera nommée pour toi une postérité. 19Il pensait que Dieu est puissant, même pour ressusciter les morts; aussi le recouvra-t-il par une sorte de résurrection.
- Hébreux 11.17-19

Ce passage décrit la foi d'Abraham alors qu'il conclut que Dieu pouvait et allait ressusciter son fils si nécessaire. Il croyait que de nombreuses générations seraient issues d'Isaac et il était prêt à l'offrir en sacrifice. Sa foi dictait donc que Dieu lui redonnerait son fils d'une manière quelconque.

Abraham a franchi une étape importante dans sa foi, il a compris que Dieu a donné la vie non seulement à travers ses descendants mais qu'Il pouvait littéralement ressusciter quelqu'un de la mort.

5. Isaac porte sur son dos le bois pour le sacrifice, tout comme Jésus a porté Sa croix et Abraham porte le couteau (le symbole de la vie et de la mort) tout comme le Père avait le pouvoir sur la vie et sur la mort. (Jésus n'aurait pu mourir sans Sa permission.)

Isaac interroge Abraham sur la nature du sacrifice et Abraham lui assure que Dieu fournira, et il nomme ce lieu Jehova Jiré (Dieu fournira).

Ce lieu sera ultimement l'endroit où le temple sera érigé et où tous les sacrifices préfigurant le Christ seront offerts. C'est là que se trouve maintenant le "dôme du rocher". Les Juifs ont rejeté le Christ et ils ont été détruits avec leur ville en 70 après J. C. Les descendants d'Ismaël contrôlent maintenant cet endroit.

9Lorsqu'ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait dit, Abraham y éleva un autel, et rangea le bois. Il lia son fils Isaac, et le mit sur l'autel, par-dessus le bois. 10Puis Abraham étendit la main, et prit le couteau, pour égorger son fils. 11Alors l'ange de l'Éternel l'appela des cieux, et dit: Abraham! Abraham! Et il répondit: Me voici! 12L'ange dit: N'avance pas ta main sur l'enfant, et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique. 13Abraham leva les yeux, et vit derrière lui un bélier retenu dans un buisson par les cornes; et Abraham alla prendre le bélier, et l'offrit en holocauste à la place de son fils. 14Abraham donna à ce lieu le nom de Jehova Jiré. C'est pourquoi l'on dit aujourd'hui: A la montagne de l'Éternel il sera pourvu.

Dans ce passage, plusieurs types projettent plusieurs idées importantes.

1. Le sacrifice du Christ

Le fait que le père et le fils sont prêts à faire la volonté de Dieu préfigure la volonté du Père et du Fils célestes d'offrir le Christ en sacrifice.

2. L'expiation par substitution

Au dernier instant Dieu a épargné Isaac et a sacrifié un bélier à sa place (quelque chose devait mourir parce que Dieu l'avait commandé). L'idée de substitution, une mort pour une autre, est introduite ici. Évidemment un bélier est offert ici et non un agneau parce que l'agneau de Dieu n'a pas encore fait son entrée en scène.

3. La relation entre la foi et les oeuvres

Si quelqu'un est considéré juste par Dieu parce qu'il croit en Dieu et qu'il Lui fait confiance, à quoi servent les oeuvres?

20Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les oeuvres est inutile? 21Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les oeuvres, lorsqu'il offrit son fils Isaac sur l'autel? 22Tu vois que la foi agissait avec ses oeuvres, et que par les oeuvres la foi fut rendue parfaite. 23Ainsi s'accomplit ce que dit l'Écriture: Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice; et il fut appelé ami de Dieu. 24Vous voyez que l'homme est justifié par les oeuvres, et non par la foi seulement.
- Jacques 2.20-24

Jacques l'explique clairement. Les oeuvres ne produisent pas la "foi qui sauve". C'est la foi de quelqu'un qui produit naturellement des oeuvres qui démontrent la foi ou qui justifient. On ne travaille pas pour être sauvé, on croit pour être sauvé et cette foi produit en nous toutes sortes de bonnes oeuvres.

L'offrande d'Isaac par Abraham est un type qui démontre le degré de l'oeuvre qu'un véritable croyant peut accomplir. Qu'est-ce qui est plus difficile: de dire à une montagne de se déplacer ou d'offrir son bien-aimé fils unique? Avec la foi, on pourrait faire l'un ou l'autre. Sans la foi, on ne peut faire ni l'un ni l'autre. Abraham est un type pour démontrer ce que la foi peut faire, et non pas ce qu'elle doit faire. Nous ne sommes pas requis de faire ce qu'Abraham a fait pour être sauvé mais si notre foi devient aussi grande que la sienne, nous en serons capables si Dieu nous le demande.

Abraham était prêt à offrir son fils unique. En retour Dieu confirme encore une fois Sa promesse de le bénir et Il jure de multiplier sa postérité comme les étoiles dans le ciel et le sable sur le bord de la mer (v. 15-24).

La fin du chapitre contient un peu d'histoire de la famille d'Abraham dans le pays d'Ur.

La mort de Sara – 23.1-20

Le chapitre 23 décrit la mort de Sara à l'âge de 127 ans, Isaac a donc 37 ans et Abraham, 137. Il y a aussi une description d'Abraham qui achète le champs et la caverne où il enterre Sara (Dieu a promis que cette terre lui appartiendra un jour mais il ne la possède pas encore). Abraham vit encore 38 ans, il prend une autre femme, Ketura avec qui il a encore six fils.

Leçons

Si on entre dans une relation de foi avec Dieu...

1. Il faut s'attendre à être testé

Abraham est entré dans une relation de foi avec Dieu et il a immédiatement été considéré juste et par conséquent sauvé. Sa foi, cependant, a été continuellement testée parce que c'est ainsi qu'elle grandit; c'est par la maturation de la foi qu'on voit Dieu plus clairement; c'est par une vision claire de Dieu que l'on peut faire l'expérience de l'espérance, de la joie et de la paix.

Dieu ne teste notre foi ni pour la détruire ni pour nous détruire ni pour nous prouver hypocrites ou sans valeur. ("Tester" veut dire qu'il permet que nous fassions l'expérience de tribulations, de souffrances, et même de doutes).

Il teste la foi afin de la faire grandir et nous rend ainsi capable d'arriver à la paix et à la joie. Si on entre dans une relation de foi, il faut nous attendre à être testé. Nous ne devons pas être en colère, avoir peur, être découragé mais nous devons plutôt nous rendre compte que Dieu travaille avec nous.

2. Il faut anticiper la qualité

Le fait de grandir dans notre capacité à servir le Seigneur, à résister au péché et à aimer les autres n'est ni de la chance ni du hasard. Le but du salut est de transformer les pécheurs en saints.

Réjouissons-nous quand nous nous voyons attirés plus haut dans ce que nous pensons et ce que nous faisons. Cela est censé se produire à cause de notre foi. Sinon, peut-être notre foi est-elle morte et elle ne peut donc pas nous sauver. Anticipons d'une foi vivante des oeuvres de qualité.

3. Il faut s'attendre à ce que Dieu pourvoie

La foi d'Abraham était résumée dans sa réponse à Isaac quand il lui a demandé d'où viendrait le sacrifice. Il a dit: "Le Seigneur pourvoira." C'est ce que "Morija" signifie en hébreu. C'est ce que la place où Isaac a été offert a été nommée.

À un moment donné ou à un autre, chaque chrétien se retrouve à son propre Mont Morija sous forme de tests variés: la famille, les émotions, le péché, l'argent, la maladie, les relations, etc. Dieu pourvoira à notre Mont Morija, peu importe où il se trouve.

Dieu prend soin des fleurs, des animaux, et même les incroyants ont le nécessaire. Pour Ses propres enfants, Dieu pourvoira sûrement. Le plus grand test de notre foi est souvent de croire que Dieu pourvoira ce dont nous avons besoin au moment nécessaire.