Langues :
English
Plateformes :
YouTubeRoku FireTV
 

L'accomplissement

2e partie

Par Michel Mazzalongo Verset : Luc 23.26-24.53 Publié : Wed. December 20
Luc décrit la scène finale et l'ensevelissement de Jésus ainsi que les conséquences glorieuses de sa résurrection le 3e jour après sa crucifixion.

Révisons notre plan une dernière fois:

  1. Le commencement - 1.1-3.38
  2. Jésus en Galilée - 4.1-9.50
  3. Jésus face à Jérusalem - 9.51-18.30
  4. Jésus entre à Jérusalem - 18.31-21.38
  5. L'accomplissement - 22.1-24.53

Nous avons suivi un plan géographique du ministère de Jésus parce que Luc, pour établir une narration historique de la vie de Jésus et de Son ministère pour Théophile, se sert de deux facteurs pour encadrer les événements qu'il décrit:

  1. Le temps de l'année ou un festival ou l'histoire connectée à des dirigeants politiques ou religieux (c'est-à-dire des gouverneurs, des souverains sacrificateurs, etc.). Ces informations peuvent être vérifiées historiquement.
  2. Le lieu où les différents événements ont pris place, regroupés là où Jésus Se trouvait.

À la différence de Matthieu et de Marc, et plus tard de Jean, qui ont chacun un thème théologique pour leurs récits (par ex. Matthieu: Jésus est le Messie juif; Marc: Jésus est divin; Jean: Jésus est à la fois homme et Dieu), le but de Luc est d'établir Jésus, le Fils de Dieu, dans un contexte historique; et pour cela il lui faut mentionner les temps et les lieux où les événements de la vie de Jésus ont pris place.

Voici les dix événements de la passion tels que Luc les présente:

  1. Jésus prie à Gethsémané
  2. L'arrestation de Jésus
  3. Le reniement de Pierre
  4. Jésus devant le sanhédrin présidé par Caïphe
  5. Jésus devant Pilate, gouverneur romain - 1re comparution
  6. Jésus devant Hérode
  7. Jésus renvoyé par Hérode à Pilate - 2e comparution
  8. La torture et la sentence de mort confirmée
  9. Jésus crucifié
  10. Le corps de Jésus mis dans un sépulcre

Au chapitre précédent, nous avons révisé les échecs de Pilate dans ses efforts de sauver Jésus, un homme dont il reconnaissait l'innocence, et son acquiescement lâche aux dirigeants juifs et à la foule qui voulait Le faire exécuter. Examinons maintenant les trois derniers événements de Sa passion (ou souffrance) et la conclusion glorieuse du récit de Luc.

La passion, 2ème partie – Luc 23.26-56

8. La torture et la sentence de mort confirmée

26Comme ils l'emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu'il la porte derrière Jésus. 27Il était suivi d'une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. 28Jésus se tourna vers elles, et dit: Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi; mais pleurez sur vous et sur vos enfants. 29Car voici, des jours viendront où l'on dira: Heureuses les stériles, heureuses les entrailles qui n'ont point enfanté, et les mamelles qui n'ont point allaité! 30Alors ils se mettront à dire aux montagnes: Tombez sur nous! Et aux collines: Couvrez-nous! 31Car, si l'on fait ces choses au bois vert, qu'arrivera-t-il au bois sec? 32On conduisait en même temps deux malfaiteurs, qui devaient être mis à mort avec Jésus.
- Luc 23.26-32

Luc ignore toute description de la flagellation et de l'abus psychologique auxquels les soldats soumettent Jésus avant Son exécution. Cette torture épuise toutefois Jésus et les Romains chargent Simon, un spectateur innocent, de porter la croix de Jésus. Marc nomme deux fils de Simon qui deviendront plus tard des membres importants de l'église (Marc 15.21).

Les femmes "qui se frappaient la poitrine et se lamentaient" exprimaient les gémissements traditionnels pour une personne qui était pratiquement morte. À en juger de la réponse de Jésus à leurs pleurs, ces femmes n'étaient pas Ses disciples: Il leur dit de ne pas pleurer sur Lui mais sur elles-mêmes, une référence prophétique aux souffrances terribles et à la destruction qui prendront place en 70 après J.-C. quand l'armée romaine détruira la cité et ses habitants. Le bois vert représente Sa vie sans péché et le bois sec est la nation juive et sa culpabilité. Ses mots impliquent que si ces troubles arrivent à l' innocent, imaginez ce qui arrivera aux coupables.

Luc mentionne les deux criminels que Pilate fait exécuter avec Jésus en signe de mépris pour les Juifs (qui signifie en fait: voilà ce que je pense de votre roi!).

9. Jésus crucifié (23.33-49)

Luc décrit la crucifixion uniquement par des réactions plutôt que par des actions.

Lorsqu'ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, ainsi que les deux malfaiteurs, l'un à droite, l'autre à gauche.
- Luc 23.33

Ce verset décrit la scène de la manière la plus courte possible: Jésus est crucifié avec les brigands à Sa droite et à Sa gauche. Luc savait peut-être que Théophile était familier avec le style d'exécution des Romains et n'avait pas besoin d'explications.

La réaction de Jésus

Jésus dit: Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort.
- Luc 23.34

Jésus parlera plusieurs fois, mais Sa première réaction est de plaider en faveur de ceux qui L'ont mis sur la croix. Dieu a exaucé cette prière: quelques semaines plus tard Pierre offrira le pardon de Dieu à ces gens-même quand il prêchera l'évangile à la porte du temple dite "des pèlerins" à Jérusalem (Actes 2.14-42). Qui sait combien de ceux-ci étaient parmi les 3000 baptisés le dimanche de la Pentecôte?

Les vêtements et les effets des condamnés étaient la propriété des soldats chargés de l'exécution.

Le peuple

Le peuple se tenait là, et regardait.
- Luc 23.35a

Luc mentionnera la foule plus tard mais pour le moment il dit qu'elle observe ce qui se passe. Maintenant qu'ils font face à la terrible réalité de ce qu'ils ont demandé, ils sont réduits au silence. Après tout, Celui qui est crucifié et qui meurt lentement devant eux n'est pas un meurtrier ni un voleur mais le maître qui venait de Galilée, un Juif comme eux, mis à mort devant eux par des soldats païens.

Les dirigeants juifs

Les magistrats se moquaient de Jésus, disant: Il a sauvé les autres; qu'il se sauve lui-même, s'il est le Christ, l'élu de Dieu!
- Luc 23.35b

Ceux qui parlent le font avec cruauté, se moquant d'un homme mourant. Ils se servent de Sa crucifixion comme preuve finale de leur accusation qu'Il est un imposteur. "S'Il est le Messie (l'élu de Dieu), qu'Il Se sauve Lui-même de cette exécution. L'insinuation étant qu'Il en est incapable et qu'Il ne peut donc pas sauver les autres comme Il le prétend. Le blasphème est non seulement contre le Fils mais aussi contre le Père qui L'a envoyé pour chercher et sauver ceux qui sont perdus (Luc 19.10; Jean 20.21).

Les soldats romains

36Les soldats aussi se moquaient de lui; s'approchant et lui présentant du vinaigre, 37ils disaient: Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même! 38Il y avait au-dessus de lui cette inscription: Celui-ci est le roi des Juifs.
- Luc 23.36-38

Les insultes des soldats sont dirigées vers Jésus mais visent le peuple juif tout entier. Avoir un poste en Judée n'était pas la meilleure affectation. Ces homme étaient loin de Rome et de la société romaine, parmi un peuple rebelle avec une dévotion fanatique à leur religion étrange. L'inscription sur la croix disait "Celui-ci est le roi des Juifs," mais elle exprimait l'idée "Voici ce que nous pensons et ce que nous faisons à quiconque déclare qu'il est le roi des Juifs ou roi de n'importe quoi d'autre." C'était une démonstration de force brutale et un avertissement par l'armée impériale romaine à tout autres fauteurs de troubles.

Les deux malfaiteurs

39L'un des malfaiteurs crucifiés l'injuriait, disant: N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous! 40Mais l'autre le reprenait, et disait: Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation? 41Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes; mais celui-ci n'a rien fait de mal. 42Et il dit à Jésus: Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. 43Jésus lui répondit: Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis.
- Luc 23.39-43

Luc prend le temps de décrire la réaction des deux malfaiteurs condamnés, crucifiés d'un côté et de l'autre de Jésus. Matthieu et Marc disent qu'ils insultaient d'abord Jésus. Luc donne une idée de ce qu'ils disaient en préservant une partie du dialogue. Un brigand incorpore ce que les dirigeants juifs disent en incitant Jésus à Se sauver, ainsi qu'eux deux, s'Il est vraiment le Messie. On pense souvent que l'autre brigand n'a rien fait de spécial en venant au Christ, qu'il a simplement demandé et a été sauvé. Toutefois, son changement de coeur en défendant Jésus l'a forcé à réprimander l'autre criminel et à contredire aussi les soldats et les dirigeants juifs pour demander la miséricorde du Seigneur. Il était un voleur mais il savait que le royaume allait venir (en tant que Juif il faisait probablement allusion au royaume à la fin du monde) et il voulait en faire partie.

Jésus lui promet qu'il sera au paradis (au ciel) avec Lui (Jésus) ce jour même. En disant cela, Jésus pardonne les péchés de cet homme et prophétise aussi. Normalement, mourir d'une crucifixion prenait trois ou quatre jours, toutefois les Juifs ont demandé à Pilate de faire briser les jambes des hommes crucifiés pour hâter leur mort étant donné qu'il était inacceptable d'avoir une exécution publique le jour du sabbat. Une fois les jambes brisées, les hommes crucifiés ne pouvaient plus se supporter pour respirer et ils mouraient rapidement de suffocation. Le malfaiteur n'avait aucune manière de savoir qu'il mourrait si vite et qu'il serait ainsi avec Jésus le jour même, faisant des paroles de Jésus à la fois une absolution des péchés et une prophétie.

Voici la réponse à l'argument qui dit que le voleur sur la croix a été sauvé sans être baptisé, et qui rend nul le besoin du baptême pour le salut:

Dans l'évangile de Marc, on lit que Jésus a guéri un paralytique et aussi pardonné ses péchés.

10Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés: 11Je te l'ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison.
- Marc 2.10-11

Pendant qu'Il vivait ici-bas, Jésus a souvent pardonné les péchés par Sa propre volonté. Étant le Fils de Dieu, Il avait l'autorité divine d'accorder le pardon et on Le voit faire pour le malfaiteur sur la croix ce qu'Il avait fait pour le paralytique (pardonner simplement sans référence au baptême). Après Sa résurrection, toutefois, et avant Son ascension au ciel Il a laissé Ses instructions finales à Ses apôtres concernant le salut maintenant qu'Il n'était plus humainement sur terre avec eux. Ces instructions incluent le baptême (l'immersion) dans l'eau des croyants repentants.

18Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. 19Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,
- Matthieu 28.18-19
15Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.
- Marc 16.15-16

(Pierre suit ces instructions quand il prêche son premier sermon le dimanche de la Pentecôte)

Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit.
- Actes 2.38

Il est approprié que le dernier acte de ministère de Jésus avant Sa mort soit le transfert d'un croyant repentant de plus du royaume des ténèbres au royaume de la lumière (le ciel, le paradis - Colossiens 1.13).

Le centenier

44Il était déjà environ la sixième heure, et il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure. 45Le soleil s'obscurcit, et le voile du temple se déchira par le milieu. 46Jésus s'écria d'une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira. 47Le centenier, voyant ce qui était arrivé, glorifia Dieu, et dit: Certainement, cet homme était juste.
- Luc 23.44-47

Luc ne décrit que deux des signes qui se sont produits à la mort de Jésus:

  1. Les ténèbres: de midi jusqu'à trois heures de l'après-midi, en signe de jugement divin pour ce qui avait pris place, l'exécution du Fils de Dieu, la lumière du monde.
  2. Le voile du temple déchiré: à l'intérieur du temple se trouvait un voile lourd qui séparait la pièce intérieure (le lieu très saint) de la pièce extérieure (le lieu saint). L'arche du témoignage couverte du "propitiatoire" se trouvait à l'intérieur du lieu très saint où le souverain sacrificateur entrait une fois l'an pour offrir les sacrifices d'expiation pour ses péchés et ceux du peuple. Le voile déchiré signifie qu'il n'y a désormais plus de restriction (symbolisée par le voile) au trône de grâce de Dieu (représenté par le lieu très saint où Dieu rencontrait le souverain sacrificateur une fois l'an). La voie était désormais ouverte et accessible à tous par la foi en Jésus Christ (Hébreux 10:19-20).

Matthieu (Matthieu 27.50-53) mentionne qu'il y a eu aussi un tremblement de terre à ce moment, et après Sa résurrection plusieurs autres croyants sont ressuscités des morts et sont apparus au peuple à Jérusalem. Luc rapporte qu'après avoir témoigné de la mort de Jésus sur la croix, le centenier en charge s'est lui-même converti. Marc le cite disant: "Certainement cet homme était le Fils de Dieu (Marc 15.39). Les Juifs étaient silencieux et les chefs juifs étaient cruels et moqueurs, mais la crucifixion elle-même a amené deux âmes pécheresses au salut: le malfaiteur qui est mort avec Jésus et le centenier qui les a exécutés tous les deux.

La foule des Juifs

Et tous ceux qui assistaient en foule à ce spectacle, après avoir vu ce qui était arrivé, s'en retournèrent, se frappant la poitrine.
- Luc 23.48

Ceux qui avaient rejeté Jésus pleuraient maintenant Sa mort. Luc écrit qu'ils sont venus pour voir un spectacle mais qu'ils avaient perdu leur enthousiasme après avoir été témoins de la cruauté et de la brutalité de l'exécution de Jésus.

Les croyants et les disciples

Tous ceux de la connaissance de Jésus, et les femmes qui l'avaient accompagné depuis la Galilée, se tenaient dans l'éloignement et regardaient ce qui se passait.
- Luc 23.49

Il n'y a pas de commentaire au sujet de leurs émotions ni des pensées qu'ils peuvent avoir exprimées, seulement qu'ils étaient témoins de la mort de Jésus. Luc ne mentionne aucun nom ni ne fait référence à aucun des apôtres qui ont pu être présents.

L'ensevelissement (23.50-56)

Luc ne mentionne que Joseph d'Arimathée, un membre du sanhédrin qui n'avait pas supporté la condamnation de Jésus, comme celui qui a enseveli le Seigneur. Il fait aussi référence aux femmes qui ont pris note de la place du sépulcre dans le but d'y revenir après le sabbat pour préparer proprement le corps du Seigneur pour l'ensevelissement. Luc a peut-être limité cette information pensant que Théophile, un païen, prendrait peu d'intérêt aux détails des coutumes d'ensevelissement juif.

La résurrection

1Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre de grand matin, portant les aromates qu'elles avaient préparés. 2Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée de devant le sépulcre; 3et, étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. 4Comme elles ne savaient que penser de cela, voici, deux hommes leur apparurent, en habits resplendissants. 5Saisies de frayeur, elles baissèrent le visage contre terre; mais ils leur dirent: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant? 6Il n'est point ici, mais il est ressuscité. Souvenez-vous de quelle manière il vous a parlé, lorsqu'il était encore en Galilée, 7et qu'il disait: Il faut que le Fils de l'homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu'il soit crucifié, et qu'il ressuscite le troisième jour. 8Et elles se ressouvinrent des paroles de Jésus. 9A leur retour du sépulcre, elles annoncèrent toutes ces choses aux onze, et à tous les autres. 10Celles qui dirent ces choses aux apôtres étaient Marie de Magdala, Jeanne, Marie, mère de Jacques, et les autres qui étaient avec elles. 11Ils tinrent ces discours pour des rêveries, et ils ne crurent pas ces femmes. 12Mais Pierre se leva, et courut au sépulcre. S'étant baissé, il ne vit que les linges qui étaient à terre; puis il s'en alla chez lui, dans l'étonnement de ce qui était arrivé.
- Luc 24.1-12

Il y a beaucoup de représentations artistiques de la résurrection de Jésus montrant des soldats effrayés fuyant ou un ange roulant la pierre afin de libérer le Seigneur du tombeau. La séquence biblique, cependant, est la suivante:

  1. Tôt dimanche matin Jésus ressuscite et quitte le sépulcre. Personne n'en est au courant. Aucun des évangiles ne décrit l'événement, seulement ce qui s'est passé par la suite pour prouver que la résurrection avait vraiment pris place.
  2. Il y a eu un tremblement de terre qui a coïncidé avec la descente d'un ange qui a roulé la pierre à l'entrée du tombeau pour montrer qu'il était déjà vide (et non pas pour permettre à Jésus d'en sortir), et l'ange s'est assis sur cette pierre.
  3. Les soldats qui gardaient le sépulcre se sont évanouis.
  4. Les femmes arrivent au sépulcre et le trouvent vide, et c'est là que Luc reprend son récit.
  5. L'ange parle aux femmes (Luc ajoute qu'il y avait deux anges) et confirme que Jésus avait déjà parlé de Sa résurrection pendant qu'Il était vivant. Les femmes quittent le lieu pour trouver les apôtres et leur dire ce qu'elles ont vu.
  6. Luc rapporte qu'il y a de l'incrédulité parmi les apôtres mais que Pierre et Jean courent tout de même au sépulcre pour voir pour eux-mêmes.

Après ces événements, les auteurs des évangiles (et Paul aussi) mentionneront d'autres apparitions à différentes personnes par Jésus ressuscité:

  1. Marie de Magdala - Marc 16.9, Jean 20.11-18
  2. D'autres femmes - Matthieu 28.8-10
  3. Pierre - Luc 24.34
  4. Deux disciples sur la route d'Emmaüs - Marc 16.12-13, Luc 24.13-35

On ne sait plus où se trouve Emmaüs mais on estime que c'était à environ huit à dix kilomètres de Jérusalem. Luc écrit que deux disciples sont en chemin et discutent ce dont ils avaient récemment été témoins à Jérusalem. Jésus Se joint à eux mais les empêche de Le reconnaître. Ils Lui disent qu'ils avaient espoir que Jésus était le Messie mais qu'ils n'en sont plus trop certains maintenant qu'Il a été torturé et tué. Ils espéraient que le Messie serait comme David, un grand roi, un guerrier. Dans l'Ancien Testament toutefois, Ésaïe (Ésaïe 53.1-12) présentait le Messie comme un homme de douleur habitué à la souffrance (beaucoup de Juifs considèrent cette image comme une personnification de leur nation entière, même de nos jours).

Jésus explique à ces disciples que le Messie aurait deux profiles:

  1. Un serviteur, un homme de douleur: La souffrance de Jésus n'était pas un échec ni une erreur mais, selon Ésaïe, l'accomplissement de la mission du Messie.
  2. Un sauveur glorieux: Tout comme David a vaincu les ennemis d'Israël, Jésus vaincra par Sa mort et Sa résurrection le plus grand ennemi de l'humanité: la mort.

Quand le soir approche, Jésus va dans leur maison pour partager un repas. Quand Il rompt le pain et Il rend grâces, Luc décrit le moment où "leurs yeux s'ouvrirent," et ils Le reconnaissent mais Il disparaît de devant eux. Les disciples sont remplis de joie et retournent immédiatement à Jérusalem pour raconter leur expérience aux apôtres.

Les apôtres, les disciples d'Emmaüs et d'autres disciples - Luc 24.36-49

Luc associe l'apparition de Jésus aux disciples d'Emmaüs à Son apparition suivante à ces mêmes disciples maintenant qu'ils sont retournés à Jérusalem pour trouver les apôtres.

36Tandis qu'ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d'eux, et leur dit: La paix soit avec vous! 37Saisis de frayeur et d'épouvante, ils croyaient voir un esprit. 38Mais il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s'élèvent-elles dans vos coeurs? 39Voyez mes mains et mes pieds, c'est bien moi; touchez-moi et voyez: un esprit n'a ni chair ni os, comme vous voyez que j'ai. 40Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. 41Comme, dans leur joie, ils ne croyaient point encore, et qu'ils étaient dans l'étonnement, il leur dit: Avez-vous ici quelque chose à manger? 42Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel. 43Il en prit, et il mangea devant eux.
- Luc 24.36-43

Le Seigneur confirme le témoignage de ces deux disciples ainsi que celui des femmes, apparaissant maintenant aux apôtres pendant qu'ils sont ensemble et on apprend en Marc et en Jean (Marc 16.14, Jean 20.24-31) que seul Thomas n'est pas là.

Aux versets 44-49, Jésus donne aux apôtres l'enseignement et l'information qu'Il a déjà donnés aux deux disciples d'Emmaüs. Luc donne aussi un court résumé de la grande commission qui est mieux exprimée en Matthieu 28.18-20 et en Marc 16.16-18. Luc établit alors un pont vers sa prochaine lettre à Théophile appelée les Actes des apôtres. Il le fait en mentionnant l'instruction de Jésus aux apôtres de demeurer à Jérusalem jusqu'à ce qu'ils reçoivent la puissance d'en haut. Luc n'inclut pas d'information supplémentaire et laisse son lecteur anxieux de voir ce que cela signifie. D'autres apparitions de Jésus non enregistrées par Luc:

  1. À Thomas (Jean 20.24-31)
  2. Aux apôtres ensemble en Galilée (Matthieu 28.18-20, Marc 16.16-20)
  3. Aux apôtres sur le bord de la mer de Tibériade (Jean 21.1-25)
  4. Des apparitions non mentionnées dans les évangiles (1 Corinthiens 15.6-8)
  5. Aux 500 disciples
  6. À Jacques, Son frère terrestre
  7. À Paul, après Son ascension

Les apôtres à Son ascension

50Il les conduisit jusque vers Béthanie, et, ayant levé les mains, il les bénit. 51Pendant qu'il les bénissait, il se sépara d'eux, et fut enlevé au ciel. 52Pour eux, après l'avoir adoré, ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie; 53et ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu.
- Luc 24.50-53

Comme il l'a fait tout au long de son évangile, Luc mentionne la place de l'ascension de Jésus, Béthanie, à peine à quelques kilomètres de Jérusalem. L'inclinaison naturelle des apôtres après le départ du Seigneur la première fois était de retourner chez eux, à leurs familles, à leurs amis et à leur travail (la pêche). Toutefois Luc note qu'après l'ascension de Jésus, ils retournent à Jérusalem, où Il les avait précédemment instruits de demeurer jusqu'à ce qu'ils aient reçu la puissance du Saint Esprit, pour remplir la grande commission de prêcher l'évangile à chaque tribu et à chaque langue. De cette façon, Luc clôt soigneusement son récit de la vie, de la mort, de la résurrection et de l'ascension de Jésus, et prépare le terrain pour l'histoire de la façon dont les apôtres (notamment Pierre et Paul) établissent l'église par le Saint-Esprit dont, 2000 ans plus tard, nous sommes membres aujourd'hui.

Passage à lire : Actes 1.1-2.47

Questions à discuter

  1. Laquelle des 8 différentes réactions à la mort de Jésus est la plus proche de ce que vous ressentez personnellement en tant que pécheur? Pourquoi ? 
  2. Résumez de la manière la plus courte possible la réponse à l'argument du "brigand sur la croix" qui dit que le baptême n'est pas nécessaire.
  3. Selon vous, pourquoi Jésus n'a-t-Il pas donné à des femmes le rôle de leader dans l'église considérant que les femmes lui sont beaucoup plus fidèles que les hommes et qu'Il a apparu à des femmes en premier après sa résurrection. Discuter