La troisième section, les événements numéros 23 à 32 (le ministère public de Jésus depuis la première Pâque à la deuxième Pâque) sont discutés ainsi que des applications pratiques.
Langues
Offline

Jusqu'ici, nous avons couvert 22 des 154 événements dans l'ordre chronologique de la vie de Jésus. Notre dernière leçon a décrit ce qu'Il a fait aux débuts de Son ministère dans la région nord de la Galilée où Il a été élevé. Nous commençons maintenant avec Sa venue à Jérusalem et nous observons Son ministère qui prend de l'élan.


23. Jésus chasse les vendeurs du temple

Jean 2.13-25

Le premier aperçu de Jésus quand il est un jeune garçon est le moment où Il est au temple et qu'Il discute de la Loi avec les scribes et les pharisiens. Il était soucieux de "la maison de (Son) Père" à l'époque, mais Il demeurait assujetti à Ses parents, à Ses anciens et à Ses chefs religieux.

Maintenant qu'Il est un homme, Il est encore zélé pour la maison du Père mais Il l'exprime d'une manière beaucoup plus dynamique étant donné qu'Il a commencé Son ministère public. Il y a un débat à savoir s'Il a chassé les vendeurs du temple une fois ou deux. Jean place cet incident au début du ministère de Jésus et Matthieu, Marc et Luc le placent à l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem quand Il va directement au temple pour le faire. Il y a de bons arguments des deux côtés ; mon point de vue personnel est que si Jean le place au début et Matthieu, Marc et Luc le placent à la fin, il y a probablement deux incidents semblables. Tout comme les deux occasions où Jésus a multiplié miraculeusement le pain et les poissons. S'Il a accompli ce miracle deux fois, pourquoi pas chasser les vendeurs deux fois ? Il y a eu plus qu'un miracle, plus qu'un sermon ; il pourrait facilement y avoir eu plus qu'un "nettoyage." Les deux fois, cependant, les raisons pour l'action de Jésus étaient semblables :

1. La violation de la Loi

Les Juifs vendaient des animaux et échangeaient de l'argent dans la cour des Gentils. Cela profanait le lieu où les païens venaient adorer. Le temple contenait une série de cours où le peuple priait, offrait des sacrifices et recevait de l'enseignement. Les cours les plus à intérieur étaient réservées aux prêtres, puis en allant vers l'extérieur il y avait la cour des hommes juifs, une autre à part pour les femmes juives, et enfin la plus près de l'extérieur pour les Gentils convertis au judaïsme ou favorables à la religion juive. Les changeurs de monnaie et les bergers y installaient leurs tables pour servir ceux qui venaient adorer et qui achetaient des animaux, ruinant ainsi l'adoration et le lieu où les Gentils se réunissaient. C'étaient une discrimination et une désobéissance flagrantes.

Jésus crée tout un émoi en fabriquant un fouet avec des cordes pour chasser les vendeurs avec leur monnaie et leurs animaux hors du temple. Il le fait pour signifier que le temple tout entier doit être pur et saint.

2. Il le fait encore pour établir l'idée que le temple, aussi magnifique soit-il, sera un jour détruit et qu'un nouveau temple, Son corps (l'église), sera établi.

Le Messie vient chez Lui et trouve que le lieu n'est pas prêt pour Son arrivée soudaine.

C'est le "type" pour toutes les paraboles qui parlent du jugement à venir. C'est aussi une prophétie vivante pour les Juifs (leur jugement est proche), et aussi pour les chrétiens d'aujourd'hui (Jésus peut revenir à tout moment). La question pour nous demeure la même, "serons-nous prêts au retour de Jésus ?"

Pendant ce temps explosif, Il enseigne aussi, Il accomplit des miracles et Il commence à attirer à Lui Ses premiers disciples de la région de Jérusalem.


24. Une visite de Nicodème

Jean 3.1-21

Il est tout à fait naturel que Son arrivée tumultueuse au temple ainsi que Ses signes et Ses enseignements attirent l'intérêt non seulement des foules, mais aussi des chefs religieux. Au temple, certains dirigeants questionnent Son droit de faire tout ce qu'Il fait et se demandent ce qu'Il veut dire par l'idée que Son "temple" sera relevé en trois jours s'il est détruit. Ils Le considèrent un fauteur de trouble et veulent le faire taire.

Certains toutefois, comme Nicodème, viennent le voir en secret pour en savoir davantage. Nicodème savait qu'Il était spécial, mais il était lent à venir à la foi. Jésus lui montre que même lui, un docteur d'Israël, doit de naître de nouveau pour entrer dans le royaume. Le baptême de Jean était pour tous. Nicodème ne comprend pas tout de suite mais on le voit plus tard essayer de défendre le Seigneur quand les chefs juifs L'accusent injustement. À la mort de Jésus, on le voit enfin contribuer les épices coûteuses pour L'ensevelir proprement. Nicodème est un disciple lent et prudent, mais éventuellement il croit.


25. Jésus retourne en Judée du nord

Jean 3.22-23

Après cette apparition dynamique, Jésus retourne au territoire samaritain, dans la partie nord de la Judée, pour travailler avec Jean qui y prêche et y baptise.

Leur œuvre se chevauche pendant quelques temps. Notez sur la carte géographique (en page 9), qu'ils œuvrent au Jourdain, près d'Énon.

Jésus ne baptisait pas Lui-même mais Ses disciples le faisaient pendant qu'Il prêchait. Pour un temps, le message de Jean et de Jésus est le même : "Repentez-vous et soyez baptisés car le royaume des cieux est proche."


26. Le deuxième témoignage de Jean

Jean 3.24-36

Au début, Jean pointe au Christ alors qu'Il est révélé par le Père et le Saint Esprit. Quand il est près de Jérusalem, il encourage ses disciples à suivre Jésus.

Maintenant qu'ils travaillent dans le nord de la Judée, côte à côte, les disciples de Jean remarquent que Jésus baptise plus de gens que Jean. Ils le questionnent à ce sujet. Jean répond que la raison de son ministère est de préparer le chemin pour Jésus et qu'il est bien que le ministère de Jésus grandisse et que le sien diminue. Jean le sait et il se réjouit à l'arrivée de Jésus et à l'accomplissement de Sa mission. Jean accepte que son propre rôle diminue. À ce point il sait qu'il a accompli sa mission, mais plus tard il en aura des doutes.


27. L'emprisonnement de Jean

Luc 3.19-20

Jean était un prédicateur du jugement à venir. Le thème de sa prédication était "repentez-vous" et ses sermons concernaient donc le péché et la désobéissance du peuple. Il n'a pas parlé de l'église ni de l'amour des frères ni d'autres questions, il était un prédicateur à un seul sujet.

Sa prédication touchait tout le monde. Elle s'adressait à l'homme ordinaire, aux soldats romains, aux prostituées, aux hommes d'affaires, même aux chefs religieux et à leurs péchés. Il s'est retrouvé en difficulté quand il s'est mêlé des affaires du roi. Hérode avait divorcé sa femme et pris la femme de son frère (elle était sa nièce). Jean a déclaré publiquement que c'était contre la Loi et qu'Hérode devait se repentir. Cela a embarrassé Hérode et sa femme, Hérodias. L'accusation continue de Jean amoindrissait leur position avec le peuple (qui n'était déjà pas très bonne). Pour le faire taire et pour l'arrêter de stimuler la mauvaise publicité, Hérode le fait mettre en prison.


28. Question de Jean-Baptiste à Jésus

Matthieu 11.2-19; Luc 7.18-35

Jean-Baptiste croyait que le Messie pour lequel il préparait le chemin viendrait et avec lui une grande période de jugement et de prospérité pour les Juifs. Sa "vue" du royaume était possiblement semblable à celle de ses compatriotes juifs de l'époque.

En tant que prophète, et comme la plupart d'entre eux, il connaissait la nature générale des choses qu'il prophétisait pour le futur mais pas nécessairement le temps où elles devaient se produire.

  • Il vient tout d'abord pour préparer le chemin.
  • Ensuite le Messie vient avec esprit et puissance.
  • Un jugement vient alors sur le peuple
  • Puis une période de bénédiction (le royaume).

Ce qu'il ignore est le temps entre ces événements et la nature exacte de chacun de ceux-ci. Il voit et il reconnaît le Messie selon les signes que Dieu lui a donnés pour confirmer sa prédication, puis il témoigne de la croissance de Son ministère et du nombre de personnes qui commencent à Le suivre.

Mais maintenant qu'il est arrêté et jeté en prison, aucun jugement ne vient sur le méchant roi. En fait, rien ne change dans l'ensemble des choses.

Quand ni jugement ni changement ne paraît, Jean commence à douter. Il connaît l'ordre des choses mais le laps de temps est erroné. Tout comme les Thessaloniciens qui assumaient que Jésus reviendrait pendant leur vie et qui sont devenus inquiets quand cela ne s'est pas produit, Jean s'inquiète.

À ce point, Jean envoie ses disciples questionner Jésus. Il pense qu'il a peut-être fait une erreur et que Jésus n'est pas Celui qu'il attendait étant donné que son concept de ce qui devait se produire ne se matérialise pas. Il y a beaucoup de gens qui pensent de la sorte, si leur vie ne se passe pas comme ils s'y attendent, ils commencent à douter de Dieu.

Jean envoie ses disciples demander à Jésus : "Es-tu Celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?" Jésus répond qu'Il accomplit toutes les prophéties des Écritures quant au Messie : enseigner, guérir, ressusciter les morts. C'étaient-là les signes qui devaient créer la foi chez ceux qui cherchaient le Messie, et Jean devrait y croire (plutôt qu'à sa perception de comment les choses devraient être).

Jésus réprimande ensuite ceux qui ont rejeté Jean à cause de son apparence et de ce qui lui est arrivé.


29.La mort de Jean

Matthieu 14.1-2 ; Marc 6.14-29 ; Luc 9.7-9

Trois des quatre auteurs mentionnent la mort de Jean-Baptiste aux mains d'Hérode. Hérode avait une relation intéressante avec Jean-Baptiste :

Étant Juif en partie, il était familier avec la religion juive et reconnaissait Jean comme un prédicateur puissant et un homme juste.

  • Il était naturellement attiré à lui.
  • Il gardait Jean en prison et le faisait appeler pour l'entendre prêcher en privé.
  • Il était aussi un homme mondain, un politicien astucieux et un leader impitoyable, il était donc en conflit sur ce qu'il devait faire de Jean.

Sa femme le sentait et elle le piège ultimement pour faire exécuter Jean et sauver les apparences. Quand Jésus apprend la mort de Jean, Il quitte la région de la Judée où il travaille et Il retourne chez-Lui en Galilée, un lieu plus sécure et plus familier pour l'instant.


30. La femme samaritaine

Jean 4.4-42

Nous savons que Jésus baptisait avec Jean dans un territoire samaritain. Jean est pris et tué.

Pendant cette période, alors que Jésus rentre chez lui, Il rencontre une femme samaritaine à un puits et Il parle avec elle. Non seulement est-elle samaritaine, méprisée par les Juifs, mais elle est aussi divorcée plusieurs fois et elle vit maintenant avec un homme qui n'est pas son mari, ce qui la rend peu aimée des samaritains non plus.

Jésus lui révèle Sa véritable personne en connaissant son passé et en lui montrant de la gentillesse malgré cela. Le fait qu'Il l'accepte et répond à ses questions gagne sa confiance et elle, la rejetée, trouve le courage d'aller parler de Jésus à ses voisins et à ses amis.


31. Le ministère public en Galilée

Matthieu 4.17 ; Marc 1.14-15 ; Luc 4.14-15 ; Jean 4.43-45

Les écrivains nous disent qu'après avoir fini en Samarie, Il retourne chez-Lui et y commence officiellement Son ministère public. Plus tôt, avec l'appel des disciples et le miracle de Cana, Il agissait encore en privé parmi Sa famille et Ses amis.

Après la mort de Jean, Jésus retourne chez-Lui et commence à prêcher et à enseigner non seulement au sujet du royaume, mais maintenant aussi au sujet de Son rôle dans l'arrivée de ce royaume.

Au début les gens sont heureux de L'entendre parce que beaucoup d'entre eux L'ont vu chasser les vendeurs du temple à Jérusalem et ils veulent L'entendre prêcher chez eux (Jean 4.43-45).


32. Un autre miracle à Cana

Jean 4.46-54

Jésus retourne visiter l'ami ou le parent où le mariage avait eu lieu. Pendant qu'Il est là, un officier du roi (peut-être quelqu'un de la maisonnée d'Hérode) vient à Lui pour qu'Il guérisse son fils malade à Capernaüm. Jésus le renvoie en lui disant que son fils vit et pendant qu'il est en chemin, l'homme apprend que l'enfant a été guéri à l'heure même où Jésus l'a renvoyé.

C'est le seul miracle enregistré pendant cette période de Son ministère galiléen. On note avec intérêt que c'est la première fois que les auteurs associent la foi en Jésus aux guérisons miraculeuses. Après cet incident, l'homme ainsi que toute sa maisonnée deviennent des disciples.

C'est la fin de cette section. Après ce miracle et Son enseignement dans la région, Jésus retournera à Jérusalem pour la deuxième Pâque de Son ministère. Les événements couverts dans ce chapitre ont pris place sur une période d'environ un an.

Leçons

1. Jésus n'était pas "un tendre"

Beaucoup d'images montrent Jésus comme un type doux, plein d'amour et de tendresse, indulgent et gentil. Il est toutes ces choses mais Son apparition au temple montre qu'Il est aussi un Seigneur zélé qui déteste le péché, qui déteste l'impiété, qui déteste la mondanité, qui déteste l'hypocrisie.

Il ne faut pas oublier qu'à Son avènement, Il ne sera pas le Sauveur souffrant mais le Seigneur des Seigneurs venant juger et punir les infidèles et les méchants, et récompenser ceux qui Lui auront été fidèles.

2. Les chrétiens doivent être prêts à payer le prix

Jean vivait comme un ermite, il prêchait un message peu popu-laire ; son travail était de préparer le chemin pour la gloire d'un autre et non pour lui-même ; il est mort en martyr pour sa foi. Nous payons tous un certain prix pour suivre le Christ (un prix différent pour chacun). Toutefois, quand nous enterrons le vieil homme du péché dans les eaux du baptême et mourons avec le Christ, nous devons réaliser que nous avons renoncé à pré-tendre posséder ou contrôler notre vie physique. Dieu peut nous permettre de l'avoir pendant un moment, ou il peut sim-plement exiger que nous la donnions au Christ en un jour.

En devenant chrétien nous donnons votre vie à Dieu :

  • soit en service, en adoration, en don, en souffrance un jour à la fois,
  • soit la Lui donner d'un seul coup s'Il exige que nous mourrions martyr.

D'une manière ou de l'autre, notre vie Lui appartient et Il la reprendra éventuellement.

Que ce soit une journée à la fois ou tout d'un coup, soyons comme Jean : heureux de diminuer pour que le Christ augmente.


À LIRE POUR LA 5e LEÇON

  1. Jean 5.1-47
  2. Luc 14.14-30
  3. Matthieu 4.13-17 ; Marc 1.21-28 ; Luc 4.31-37
  4. Matthieu 8.14-17 ; Marc 1.29-34 ; Luc 4.38-41
  5. Matthieu 4.18-22 ; Marc 1.16-20 ; Luc 5.1-11
  6. Matthieu 4.23-25 ; Marc 1.35-39 ; Luc 4.42-44
  7. Matthieu 8.1-4 ; Marc 1.40-45 ; Luc 5.12-16
  8. Matthieu 9.2-8 ; Marc 2.1-12 ; Luc 5.17-26
  9. Matthieu 9.9-13 ; Marc 2.13-17 ; Luc 5.27-32
  10. Matthieu 9.14-17 ; Marc 2.18-22 ; Luc 5.33-39
  11. Matthieu 12.1-8 ; Marc 2.23-28; Luc 6.1-5
  12. Matthieu 12.9-14 ; Marc 3.1-6 ; Luc 6.6-11
  13. Matthieu 12.15-21 ; Marc 3.7-12
  14. Matthieu 10.1-42 ; Marc 3.13-19 ; Luc 6.12-19