La sixième section continue. Les événements numéros 129 à 139 sont discutés ainsi que des applications pratiques.
10 minutes de lecture
En classe
Télécharger
Langues

Nous révisons les événements qui ont pris place dans la sixième section intitulée "La semaine de la dernière Pâque jusqu'à la crucifixion." Au chapitre précédent, Jésus est venu à Jérusalem et y a confronté tous les chefs religieux. Ils L'ont rejeté et Il a prononcé un jugement sur eux et sur la nation d'Israël en décrivant les événements qui prendront place quand Jérusalem sera détruite quelque quarante ans dans le futur. Dans la dernière scène, on voit Judas comploter de trahir Jésus avec les principaux sacrificateurs.

Nous avons divisé ces événements finaux selon les jours de la dernière semaine. Jusqu'ici nous avons vu les événements qui ont pris place de dimanche à mercredi. Ici, nous reprenons l'histoire le jeudi matin alors que Jésus prépare la Pâque.

Jeudi le 6 avril


129. Les disciples sont envoyés pour préparer le repas de la Pâque

Matthieu 26.17-19 ; Marc 14.12-16 ; Luc 22.7-13

Le repas de la Pâque allait avoir lieu le jour suivant (qui commençait ce soir-là). Jésus envoie Pierre et Jean au-devant pour préparer le repas. Il leur dit d'aller dans la ville où ils trouveront un homme portant une cruche d'eau (facile à trouver étant donné que des femmes faisaient habituellement ce travail) et de le suivre à l'endroit où ils doivent préparer le repas, c'est-à-dire préparer l'agneau sacrifié au temple et cuit, le pain sans levain, les herbes amères (concombre et laitue en vinaigrette amère), du vin, ainsi que des coussins, des gobelets, des assiettes, de l'eau et des serviettes pour le lavage des pieds. Jésus savait qu'ils trouveraient l'homme. Certains disent qu'Il avait peut-être fait des arrangements au préalable mais le texte suggère que le Seigneur se servait de Sa connaissance divine pour préparer tout cela.

Vendredi le 7 avril


130. Jésus mange la Pâque avec les Apôtres

Matthieu 26.20-25 ; Matthieu 26.31-35 ; Marc 14.17-21 ; Marc 14.27-31 ; Luc 22.14 ; Luc 22.21-38

Chacun des évangélistes décrit cet événement-clé et place certains détails dans un ordre différent. Matthieu et Jean étaient là, donc de combiner leurs récits semble la meilleure manière d'observer ce qui a pris place ce soir-là.

  • Jésus rassemble les douze dans la chambre haute pour célébrer la Pâque.
  • Pierre et Jean ont préparé le repas et ils ont pris les places les plus proches de Jésus. En résultat, une dispute éclate à savoir qui est le plus grand.
    • Jésus leur dit que les plus grands sont ceux qui servent et Il leur promet qu'ils seront dans le royaume.
  • Après cet enseignement Il prend l'eau et se ceint d'un linge pour laver les pieds de chacun d'eux, y compris ceux de Judas.
    • L'eau et le linge étaient normalement utilisés par un esclave pour laver les pieds des invités.
    • Aucun des Apôtres ne voulait s'abaisser à rendre cette courtoisie aux autres.
    • Jésus le fait pour leur donner l'exemple du service.
  • Après avoir repris place à la table, Il indique qu'il y a un traître parmi eux.
    • Il montre à Pierre et à Jean de qui il s'agit en offrant à Judas une pièce de pain trempé dans les herbes amères.
    • Judas se hâte de sortir.
  • Après que Judas ne soit parti, Jésus prie pour les Apôtres et pour ce qu'ils feront après Sa mort.
    • Il prie pour Pierre afin qu'il résiste aux attaques de Satan.
    • Il prédit leur abandonnement et comment Il les restaurera.
    • Il leur dit qu'Il les reverra en Galilée.

Toutes ces choses prennent place alors qu'ils partagent le repas traditionnel de la Pâque.


131. Jésus institue le repas du Seigneur

Matthieu 26.26-29 ; Marc 14.22-25 ; Luc 22.15-20

Au temps de Jésus, les Juifs mangeaient la Pâque de la manière suivante :

  • La viande représentait le sacrifice immolé pour eux.
  • Les herbes amères représentaient leur expérience amère en Égypte.
  • Le pain sans levain représentait leur départ en hâte.
  • Le vin représentait deux choses: le sang versé en Égypte et la bonne vie dans la Terre Promise.
  • Le chef de famille offrait les prières, mangeait et buvait les quatre coupes de vin et les autres suivaient son exemple.
  • À un moment donné, un enfant demandait pourquoi ils observaient ce rituel et le chef de famille redisait l'histoire de l'exode d'Égypte.

Jésus servant de chef, les guide à travers le repas. Une fois que la nourriture est prise et qu'il ne reste qu'un morceau de pain sans levain et la coupe finale, Il change la signification du repas.

  • Le pain représente désormais Son corps offert pour le péché, et le vin, Son sang versé pour obtenir la vie pour les pécheurs.

Ce repas commémoratif ne signifie désormais plus la liberté de l'esclavage égyptien mais plutôt leur propre libération de l'esclavage du péché à cause de Son corps et de Son sang.


132. Paroles d'adieux et prière

Jean 14.1-17.26

C'est ici le plus long passage ininterrompu où Jésus parle dans le Nouveau Testament.

Cette longue prière et exhortation a été donnée pendant qu'ils se tenaient debout (Jean 14.31) dans la chambre haute. Jésus y couvre plusieurs éléments :

  • Une assurance qu'Il est le chemin vers le ciel et qu'Il préparera une place pour eux.
  • Une garantie que leurs requêtes à Dieu en Son nom seront exaucées.
  • Une promesse de la venue du Saint Esprit pour les réconforter et leur enseigner.
  • Une exhortation à demeurer fidèles et fructueux et à tirer leur force de Lui comme une branche se nourrit du sarment.
  • Un avertissement de persécutions futures.
  • Une explication de ce que le Saint Esprit fera pour eux et en eux quand Il viendra (Il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement, Il consolera, Il inspirera).
  • Un encouragement à ne pas lâcher quand ils seront rejetés par le monde parce qu'Il sera avec eux et leur donnera la paix (à ce point ils confessent tous leur foi en Lui).
  • Une prière à Dieu qu'Il les unisse, les protège et Se glorifie en eux.

Après ce long discours, ils chantent le Hallel (Psaumes 115-118) et quittent la chambre haute.


133. L'agonie et la trahison au jardin

Matthieu 26.30 ; Matthieu 26.36-56 ; Marc 14.26 ; Marc 14.32-52 ; Luc 22.39-53 ; Jean 18.1-12

La montagne des oliviers du côté est de Jérusalem était couverte d'oliviers et il s'y trouvait aussi un pressoir où l'huile était extraite (Gethsémané signifie pressoir à olives).

Jésus amène Ses Apôtres avec Lui pour prier pendant Ses dernières heures. Il prend avec Lui Pierre, Jacques et Jean et S'éloigne d'eux pour prier. Trois fois Il revient et trouve les Apôtres endormis pendant qu'Il agonise en prière à cause de la souffrance à venir.

Sa dernière prière est tellement intense que Sa sueur devient comme des grumeaux de sang et Il accepte éventuellement (Sa nature humaine l'accepte) la volonté du Seigneur pour Sa crucifixion. Entretemps, Judas a organisé une foule pour venir Le saisir, ce qu'Il fait en embrassant Jésus pour indiquer lequel des hommes ils doivent arrêter. Pierre coupe l'oreille d'un des hommes (Malchus) et Luc dit que Jésus l'a guéri (c'est Son dernier miracle). La foule emmène Jésus alors que les Apôtres prennent la fuite. Pierre et Jean suivent la foule pour voir ce qui arrivera.


134. Jésus devant le souverain sacrificateur

Matthieu 26.57-68 ; Marc 14.53-72 ; Luc 22.54-71 ; Jean 18.13-27

On l'emmène d'abord chez Anne, le beau-père de Caïphe qui était souverain sacrificateur. Éventuellement un conseil est convoqué au milieu de la nuit sous la présidence du souverain sacrificateur.

Pendant ce temps, Pierre (et certains pensent que Jean y était aussi) se retrouve dans la cour et on l'accuse d'être un disciple du prisonnier, Jésus, ce qu'il nie fortement à trois reprises (tout comme Jésus le lui avait dit).

Durant ce "procès" (qui est illégal parce qu'il a lieu en pleine nuit), des témoins sont présentés pour accuser Jésus mais leurs témoignages se contredisent. Finalement le souverain sacrificateur interroge Jésus directement et le Seigneur affirme Son identité divine. Basé sur cette confession le souverain sacrificateur condamne Jésus à mort pour blasphème et ils commencent à le frapper de coups et à le railler.


135. Jésus devant Pilate et Hérode

Matthieu 27.1-2 ; Matthieu 27.11-30 ; Marc 15.1-19 ; Luc 23.1-25 ; Jean 18.28-19.16

Il n'était pas permis aux Juifs d'exécuter qui que ce soit ; il leur fallait convaincre les fonctionnaires romains qu'un prisonnier méritait la mort. Pilate était le gouverneur romain et il contrôlait la province avec des soldats romains. Il nommait le souverain sacrificateur, il contrôlait la trésorerie et maintenait même les vêtements du souverain sacrificateur (les libérant pour les fêtes).

Les comparutions de Jésus devant Pilate se produisent de la manière suivante:

  • Les Juifs emmènent Jésus, L'accusent et demandent Sa mort. Pilate L'interroge puis L'envoie à Hérode.
  • Hérode essaie de Lui faire faire un miracle pour lui et quand il échoue, il Le retourne à Pilate.
  • Pilate questionne Jésus encore une fois, ne trouvant aucune raison pour l'exécuter, et il essaie de Le libérer selon la tradition de relâcher un prisonnier à la Pâque, mais la foule choisit Barabbas plutôt que Jésus.
  • La femme de Pilate l'avertit de ne pas condamner Jésus mais Pilate succombe sous la pression de la foule et remet Jésus aux soldats pour être exécuté.
  • Une fois que Jésus est condamné, les soldats commencent à Le torturer, à L'humilier et à Le préparer pour Son exécution.

136. Le suicide de Judas

Matthieu 27.3-10

Après avoir vu ce qui est arrivé, Judas est frappé de culpabilité parce qu'il a trahi un homme innocent. Il ne croit toujours pas que Jésus est le Messie, mais il Le sait innocent. Il redonne l'argent et se pend.


137. Jésus est crucifié

Matthieu 27.31-44 ; Marc 15.20-32 ; Luc 23.26-38 ; Jean 19.16-22

Jésus porte Sa propre croix (avec l'aide de Simon de Cyrène) jusqu'au lieu d'exécution, Golgotha (le lieu du crâne). On Lui offre du vin mêlé de fiel pour pouvoir Le crucifier sans résistance, mais Il refuse. Il est crucifié entre deux brigands qui se moquent de Lui avec la foule qui Le défie de Se sauver Lui-même.

Une fois qu'Il est cloué au bois et que la croix est mise en position, Il demande au Père de pardonner Ses bourreaux. Les Romains mettent un signe au-dessus de Sa tête qui dit "le roi des Juifs" auquel les chefs juifs s'objectent.


138. Jésus meurt sur la croix

Matthieu 27.45-61 ; Marc 15.33-47 ; Luc 23.39-56 ; Jean 19.23-42

Chaque écrivain fournit une quantité énorme de détails quant à ce qui s'est passé pendant les quelques heures que Jésus est sur la croix :

  • Un des brigands se repend de ce qu'il a dit et demande à Jésus de le pardonner, et le Seigneur le pardonne et lui promet qu'il sera avec Lui au paradis.
  • Les soldats tirent Sa tunique au sort et se divisent Ses vêtements.
  • Jésus confie à Jean la charge de Sa mère.
  • Jésus est crucifié à 9 heures du matin et le ciel s'assombrit de midi à 3 heures de l'après-midi.
  • Jésus crie à Dieu de ne pas L'abandonner.
  • Il dit qu'Il a soif.
  • Il déclare que Sa mission est complète en disant: "Tout est accompli."
  • Il meurt en offrant Sa vie avec les paroles: "Père, je remets mon esprit entre tes mains."
  • À ce point le voile du temple à l'entrée du très saint lieu se déchire en deux et les sépulcres s'ouvrent, et plusieurs corps des saints qui étaient morts sont ressuscités (après Sa résurrection).
  • Il y a eu un tremblement de terre et à cause de tous ces signes, même le centenier qui était en face de Jésus croit qu'Il était le Fils de Dieu.

Une fois qu'Il est mort, les soldats percent Son côté pour être certains et la procédure de l'ensevelissement commence.

  • Joseph d'Arimathée se rend vers Pilate pour demander le corps de Jésus et, avec Nicodème, ils l'enveloppent et le placent dans un nouveau sépulcre qui appartient à Joseph.
  • Marie de Magdala et Marie (la mère de Joses), qui était la sœur de la mère de Jésus (la tante du Seigneur), demeurent près du sépulcre jusqu'au coucher du soleil, le commencement du sabbat.

Leur but est de préparer adéquatement le corps pour l'ensevelissement, mais avec le coucher du soleil et le début du sabbat, elles ne peuvent le faire et planifient donc de revenir le premier jour de la semaine pour finir leur tâche.

Samedi le 7 avril

Le Seigneur est dans le sépulcre, les foules se sont dispersées, mais les Juifs essaient encore d'éteindre Son influence.


139. Pilate scelle le tombeau

Matthieu 27.62-66

Les principaux sacrificateurs ayant peur que les disciples de Jésus ne volent le corps et ne prétendent qu'Il est ressuscité pour garder leur mouvement actif, Pilate scelle l'entrée du tombeau pour empêcher toute altération, et il permet aussi aux Juifs d'y placer des gardes pour déjouer toute tentative d'enlever le corps.

Leçons

Pour ce chapitre, je ne fais qu'une observation importante plutôt que de tirer des leçons pratiques de ce que nous venons d'examiner.

1. Garder l'essentiel comme l'essentiel

Les écrivains des évangiles ont passé plus de temps à écrire au sujet des événements qui couvrent les quelques heures de la mort et de la résurrection de Jésus qu'au sujet des trois années de Son ministère. Le Saint Esprit en fait l'événement central de notre religion. Puisqu'il en est ainsi, nous devons nous rappeler :

  • De comprendre et d'enseigner la mort et la résurrection du Christ pour sauver l'humanité comme notre doctrine centrale et ne pas nous laisser distraire par d'autres questions.
  • De donner une plus grande importance à partager la communion à chaque semaine parce qu'elle représente le principe central de nos vies spirituelles.

Nous devons non seulement parler là où la Bible parle, nous devons aussi insister là où la Bible insiste.


À LIRE POUR LA 13e LEÇON

  1. Matthieu 28.2-4
  2. Matthieu 28.1 ; Marc 16.1-4 ; Luc 24.1-3 ; Jean 20.1-2
  3. Matthieu 28.5-7 ; Marc 16.5-8 ; Luc 24.4-8
  4. Marc 16.11 ; Luc 24.12 ; Jean 20.3-10
  5. Marc 16.9 ; Jean 20.11-18
  6. Matthieu 28.8-10
  7. Matthieu 28.11-15
  8. Luc 24.34
  9. Marc 16.12-13 ; Luc 24.13-35
  10. Luc 24.36-49 ; Jean 20.19-23
  11. Marc 16.14 ; Jean 20.24-31
  12. Matthieu 28.16-20 ; Marc 16.15-18
  13. Jean 21.1-25
  14. 1 Corinthiens 15.6-8
  15. Marc 16.19-20 ; Luc 24.50-53