Son dernier commandement

Par Michel Mazzalongo Publié : Mon. December 23
Après Sa résurrection, Jésus est apparu plusieurs fois à Ses Apôtres et Il leur a donné des instructions qui allaient changer le monde de trois manières significatives.
Télécharger
Langues

Les Apôtres enregistrent au moins 12 occasions différentes où Jésus leur est apparu, à eux et à de différents disciples en petit groupes, et une fois à une foule de plus de 500 personnes. Pendant ce temps, Il a mangé avec eux, Il leur a enseigné, Il les a encouragés et Il a prié avec eux.

Luc nous dit que le 40è jour, Jésus a réuni Ses Apôtres et a marché avec eux (Luc 24.50; Actes 1.9-11). Ils sont allés de Jérusalem à Béthanie sur le chemin qui traverse le mont des Oliviers où Il avait prié la nuit avant Sa passion. Luc mentionne qu'ils ont parcouru la distance d'un jour de sabbat (les Juifs ne pouvaient marcher que 2000 pas le jour du sabbat), ce qui les place à une croisée de chemins qui vont vers Jéricho ou vers Béthanie.

En marchant, Il leur a rappellé de demeurer à Jérusalem jusqu'à ce qu'ils reçoivent la puissance du Saint Esprit. Il leur a dit qu'après l'avoir reçue ils devaient témoigner de tout ce qu'ils avaient vu et entendu, et le proclamer au monde entier: Sa vie, Ses miracles, Ses enseignements, Sa mort et Sa résurrection.

Puis Il s'est arrêté, et en leur faisant face Il a levé les mains et les a bénis puis Il a été enlevé au ciel et a disparu de leur vue dans les nuées. Ce départ est très différent de toutes les fois où Il était apparu et disparu au cours des 40 derniers jours. Cette fois, Il est élevé visiblement au ciel jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus Le voir.

Luc nous dit (Actes 1.10-11) que pendant qu'ils avaient le regard fixé sur le ciel, deux hommes vêtus de blanc (des anges?) leur ont dit de retourner à Jérusalem et d'attendre la puissance promise par Jésus qui reviendrait Lui-même un jour de la même manière qu'Il était parti.

10Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, 11 et dirent: Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel.
- Actes 1.10-11

Ils sont repartis avec une grande joie et pendant qu'ils attendaient de recevoir la puissance du Saint Esprit pendant 10 jours à Jérusalem, ils ont eu le temps de réfléchir à l'incroyable commandement final qu'Il leur avait donné pendant Ses derniers moments avec eux.

Son dernier commandement

Matthieu et Marc enregistrent tous deux des occasions différentes où Jésus a donné aux Apôtres leurs dernières instructions.

16Les onze disciples allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. 17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent devant lui. Mais quelques-uns eurent des doutes. 18 Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. 19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, 20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde.
- Matthieu 28.16-20
16Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. 17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; 18 ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur feront point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.
- Marc 16.16-18

En fait, le commandement peut être divisé en trois parties:

  1. Ils devaient annoncer au monde entier la bonne nouvelle de Jésus qui est mort pour payer pour les péchés de tous les hommes et qui est ressuscité pour prouver Sa divinité.
  2. Ils devaient baptiser (immerger, plonger dans l'eau) ceux qui croiraient leur témoignage au sujet de Jésus.
  3. Ils devaient enseigner aux convertis à connaître et à obéir à tout ce que Jésus avait commandé afin qu'ils deviennent aussi des disciples fidèles.

Cet ordre et son exécution étaient essentiels parce qu'en l'observant, les apôtres créeraient un point tournant pour l'humanité dans ses relations avec Dieu.

Les trois choses qui ont changé

En commançant à prêcher l'évangile, à baptiser les croyants qui se repentaient et en leur enseignant la voie et les paroles du Christ, trois nouvelles choses se sont produites.

Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité,

1. Il y avait l'exclusivité absolue dans la religion

Jusqu'à ce temps, la religion était une chose culturelle ou tribale. Chaque nation avait sa religion et ses dieux, et quand les nations s'unissaient par des guerres et des alliances, elles faisaient de même avec leurs religions et leurs dieux. Croyant qu'il y avait de la force dans les nombres, plus on avait de "dieux", mieux on était.

Jésus leur a dit de prêcher Lui seul. "Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre." (Matthieu 28.18)

Pierre le déclare avec audace aux chefs religieux de son époque:

12 Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.
- Actes 4.12

C'est la raison pour laquelle les Apôtres ont été torturés et tués, non pas qu'ils prêchaient une religion quelconque (ils avaient à l'époque des milliers de dieux et de religions) mais qu'ils osaient déclarer que Jésus Christ était le seul chemin vers Dieu.

Aujourd'hui rien n'est changé. Les gens peuvent ne pas L'aimer, être en désaccord avec Lui, voire même Le rejeter, mais personne ne peut nier que Jésus Christ exige une loyauté exclusive et que la Bible enseigne qu'une personne ne peut être sauvée de l'enfer par aucune autre personne ou religion. Les gens détestent encore cette idée et ceux qui la prêchent.

Dans notre société nous sommes à un point où, en ce qui a trait à la religion, seulement deux concepts demeurent: le premier est l'inclusion, qui est représentée par ceux qui épousent le pluralisme religieux. Ce concept inclue comme valide toutes les disciplines et religions pour le bien commun. La plupart des églises et religions vont dans cette direction ainsi que la plupart des systèmes d'éducation. L'autre concept est l'exclusivité, qui est représenté par le christianisme du Nouveau Testament. Il déclare qu'il n'y a qu'un chemin: Jésus Christ.

Après Sa résurrection, Jésus a commandé à Ses Apôtres de prêcher que Lui seul pouvait sauver les hommes à l'exclusion de tout autre dieu ou religion, philosophie ou prophète. À travers l'histoire, la demande d'exclusivité du christianisme a occasionné beaucoup de tension et de conflits à propos de la religion et cela continuera jusqu'à ce que Jésus revienne pour justifier ceux qui croient et dépended de Lui.

Il s'agit là d'une idée difficile à accepter, spécialement aux États-Unis où nous sommes si fiers de notre tolérance de toute religion et de tout point de vue. Il faut toutefois se rappeler que le salut ne dépend pas de la démocratie mais du sang de Jésus versé sur la croix et de Sa résurrection subséquente. Cela fait de Lui l'arbitre ultime dans les questions de religion, surtout sur la question de salut personnel.

2. Il y avait une solution finale aux principaux problèmes de la vie - le péché et la mort

En Marc 16.15, Jésus commande aux Apôtres d'aller prêcher la bonne nouvelle à toutes les nations.

Qu'est-ce que la bonne nouvelle? Non pas que Jésus seul est Seigneur de tout. Non pas que les gens doivent aller à l'église, prier et lire leurs Bibles. Ce sont là de bonnes choses mais ce n'est pas la bonne nouvelle.

La bonne nouvelle est que Dieu a réglé avec succès les deux plus vieux problèmes de l'homme: le péché et la mort.

Jusqu'à Jésus, il n'y avait pas de solution pour

  • le péché: Les gens péchaient et même quand ils savaient discerner entre le bien et le mal, ils n'avaient pas la capacité de faire le bien constamment, même s'ils le désiraient. C'est la même chose aujourd'hui; on continue à pécher même quand on ne le veut pas.
  • la mort: Peu importe à quel point quelqu'un était grand, fort ou saint, il mourait. Personne n'était certain de ce qui se passait après la mort. Il y avait beaucoup de rituels et de théories, mais la mort demeurait le mystère et la destinée de chaque personne. Les choses n'ont pas changé de nos jours, même avec toutes les avances de la médecine moderne, tout le monde meurt éventuellement.

Il y a 3000 ans, le psalmiste a dit que la longueur moyenne de la vie de l'homme était d'environ 80 ans et cela n'a vraiment pas changé jusqu'à maintenant ((La durée de vie moyenne est de 79,5 ans selon Fortune Magazine).

Les jours de nos années s'élèvent à soixante-dix ans, Et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans; Et l'orgueil qu'ils en tirent n'est que peine et misère, Car il passe vite, et nous nous envolons.
- Psaume 90:10

Toutefois, en Actes 2.38, Pierre annonce la bonne nouvelle et au coeur de cette bonne nouvelle se trouve la solution au problème du péché:

Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit.
- Actes 2.38
  • le pardon: Par Sa mort sur la croix, Jésus a payé la dette morale pour le péché de l'homme. À cause de cela, Dieu peut désormais offrir à tous les hommes le pardon pour leur péché. La solution finale pour les imperfections de l'homme, pour ses erreurs et pour sa désobéissance est le pardon de Dieu avec amour. Et avec ce pardon vient la délivrance de la culpabilité, de la crainte, du besoin d'être parfait et de la condamnation ainsi qu'une conscience joyeuse et paisible devant Dieu. En plus, le Saint Esprit donne au disciple du Christ le pouvoir de surmonter le péché.
13Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, 14 car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu.
- Romains 8.13-14

En Jean 6.39-40, Jésus annonce clairement la solution finale au problème de la mort que chaque homme devait souffrir:

39Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde rien de tout ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. 40 La volonté de mon Père, c'est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour.
  • la résurrection: L'homme pouvait désormais voir que la mort était réelle mais pas finale, qu'il y avait la vie après la mort, même la vie éternelle.

Dans Son dernier ordre, un homme ressuscité dit à Ses disciples d'aller dire au monde entier commen Dieu pardonnera leurs péchés et leur donnera la résurrection et la vie éternelle après la mort. C'était-là un message qu'ils n'avaient jamais entendu ni même imaginé!

Il s'agissait d'un message qui offrait une véritable solution aux deux plus grands problèmes de l'homme: le péché et la mort. Le pardon du péché et la résurrection de la mort, tous les deux à travers Jésus Christ.

C'était vraiment une bonne nouvelle pour un pécheur condamné à mourir!

3. Le monde entier avait maintenant le choix

Les problèmes du péché et de la mort étaient résolus par la vie, la mort et la résurrection de Jésus Christ. Son apparition après Sa mort confirmait Sa nature divine, Son autorité complète et Son exigence de loyauté exclusive. Jésus envoie maintenant Ses Apôtres confronter le monde avec ces faits et les force à choisir, avant de revenir une dernière fois pour juger tous les hommes.

Au sujet de ce choix, Marc écrit en toute simplicité:

Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.
- Marc 16.16

La question complète concernant la vie et la mort est réduite à un choix. Ceux qui croient et sont baptisés seront sauvés (ce qui signifie que le pardon, la résurrection et la vie éternelle appartiennent à celui qui croit et qui est baptisé - immergé dans l'eau). Ceux qui ne croient pas (et qui par conséquent refusent le baptême) seront condamnés (trouvés coupables du péché et condamnés à souffrir éternellement en enfer loin de Dieu).

Le choix:

  • Est exclusif, c'est l'un ou l'autre.
  • Est effrayant quand on en considère les options.
  • Attaque ma vie privée et mon sens d'indépendance.
  • Est exigeant, urgent et offensif parce qu'il me juge.
  • Pèse un million de tonnes sur ma conscience jusqu'à ce que j'y réponde.
  • Me met en colère parce que je sais maintenant ce qu'est le choix et je veux questionner: "Pourquoi me faites Vous choisir? Demeurer neutre est plus confortable."

Par l'évangile, Dieu nous met face à face avec la réalité. Pour la première fois dans l'histoire, les hommes pouvaient se tenir à la limite, explorer l'éternité et faire face à l'incroyable responsabilité de choisir de vivre ou de mourir. Pour la plupart, l'orgueil et l'attachement au péché les fait rejeter la possibilité de vivre à jamais en échange des plaisirs momentanés de ce monde.

Mais Luc nous parle des milliers de personnes qui, après avoir reconnu le choix, ont répondu volontiers à l'offre gracieuse de Dieu de pardonner et de vivre après la mort (Actes 2.37-41).

Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s'augmenta d'environ trois mille âmes.
- Actes 2.41

Sommaire et exhortation

Le dernier commandement de Jésus de proclamer au monde la solution de Dieu pour le péché et la mort à travers Sa mort et Sa résurrection était véritablement le point tournant dans l'histoire de l'humanité.

  • Par lui, Dieu a établi Jésus comme le seul Seigneur et Sauveur - personne ne peut plaire à Dieu ni venir à Lui excepté à travers Jésus.
  • Par lui, Il a aussi révélé la solution de Dieu au péché et à la mort - le pardon et une promesse de résurrection.
  • Par lui Il a aussi présenté à tous les hommes un choix clair - croire en Lui et être baptisé pour le salut ou périr dans vos péchés. Le choix est douloureusement clair et simple.

Ce dernier commandement a été prêché d'abord par les Apôtres puis transmis à chaque génération de chrétiens pour être présenté à leurs contemporains. Il doit aussi être présenté et transmis par la génération actuelle jusqu'à ce que Jésus revienne. Ce n'est pas différent pour notre génération: le dernier commandement se tient devant nous avec urgence et terreur, avec promesse et gloire.

Chacun de nous doit choisir sa destinée éternelle selon ces mots de Jésus: "Ceux qui croient et sont baptisés seront sauvés..."