Ses dernières paroles

Par Michel Mazzalongo Publié : Sun. December 9
Dans cette leçon, Michel revise les dernières choses que Jésus a vues et dont Il a fait l'expérience, et les sept dernières choses qu'Il a dites.
Télécharger
Langues
Offline

Depuis l'invention des enregistrements audio et vidéo, nous avons été témoins de ces choses étonnantes:

  • La "boîte noire" ou "enregistreur de vol" une fois retrouvée par les sauveteurs permet d'entendre les derniers mots et les réactions des pilotes avant qu'un avion ne soit détruit dans un impact.
  • Des images de guerres menées en temps réel sont diffusées à la télévision.
  • Des crimes et des fusillades sont capturés sur les téléphones portables et diffusés sur internet à des millions de personnes.

Il n'y avait pas de telle technologie à l'époque de Jésus mais j'aimerais tout de même décrire de mon mieux les dernières images et paroles vécues par le Seigneur avant Sa mort. Celles-ci ont été consignées par des témoins oculaires et préservées dans leurs écrits. La Bible est notre "boîte noire" pour ces événements qui se sont passé il y a si longtemps.

Les dernières choses que Jésus a vues

Marc 14.53-65 — Le procès juif (scène #1)

Jésus a été arrêté par des gardes du Temple et des gardes romains après avoir été trahi par Judas dans le jardin. Les Apôtres se sont sauvés et Il est seul.

On L'amène d'abord chez Anne, l'ancien souverain sacrificateur et beau-père de Caïphe, le souverain sacrificateur actuel, probablement pour formuler quelque charge contre Jésus qui justifierait un procès. On amène ensuite Jésus devant la cour juive (le sanhédrin) du souverain sacrificateur Caïphe qui a convoqué une enquête "spéciale" aux petites heures du matin.

C'était illégal de convoquer une telle assemblée de nuit pour poursuivre une affaire capitale, mais leur mission de fournir une sorte de procédure régulière pour condamner et exécuter Jésus était urgente, et il était nécessaire de présenter une charge contre Lui. On se hâte donc de présenter un accusateur après l'autre, sans succès: ils se contredisent les uns les autres.

Finalement, avec une frustration terrible, Caïphe s'adresse lui-même à Jésus et Lui demande simplement s'Il croit qu'Il est le Messie, à quoi Jésus répond dans l'affirmative parce qu'Il ne peut mentir, même pour protéger Sa propre vie, et Il ne peut éviter de confesser la vérité quant à Sa véritable identité. Marc nous dit que Jésus est alors condamné à mort basé sur Sa propre déclaration. En disant la vérité en ce qui Le concerne, Jésus accomplit ce que tous les accusateurs ne pouvaient produire avec leurs mensonges.

Pendant que Pierre renie Jésus dans la cour extérieure sombre et froide, Jésus accepte Sa sentence de mort, debout devant les dirigeants juifs dans la maison du souverain sacrificateur. Une fois que la charge est établie, la nuit d'horreur commence, Ses bourreaux crachent sur Lui, Le battent, se moquent du Fils de Dieu et Le giflent; et les mots d'Ésaïe sont accomplis,

J'ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, Et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe; Je n'ai pas dérobé mon visage Aux ignominies et aux crachats.
- Ésaïe 50.6

Matthieu 27.26-31 — Le procès romain (scène #2)

Après L'avoir accusé faussement et torturé, les chefs juifs amènent Jésus à Pilate, le gouverneur romain, parce que même s'ils L'avaient condamné à mort, seul un fonctionnaire romain pouvait L'exécuter.

11 Jésus comparut devant le gouverneur. Le gouverneur l'interrogea, en ces termes: Es-tu le roi des Juifs? Jésus lui répondit: Tu le dis. 12 Mais il ne répondit rien aux accusations des principaux sacrificateurs et des anciens. 13 Alors Pilate lui dit: N'entends-tu pas de combien de choses ils t'accusent? 14 Et Jésus ne lui donna de réponse sur aucune parole, ce qui étonna beaucoup le gouverneur. 15 A chaque fête, le gouverneur avait coutume de relâcher un prisonnier, celui que demandait la foule. 16 Ils avaient alors un prisonnier fameux, nommé Barabbas. 17 Comme ils étaient assemblés, Pilate leur dit: Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas, ou Jésus, qu'on appelle Christ? 18 Car il savait que c'était par envie qu'ils avaient livré Jésus. 19 Pendant qu'il était assis sur le tribunal, sa femme lui fit dire: Qu'il n'y ait rien entre toi et ce juste; car aujourd'hui j'ai beaucoup souffert en songe à cause de lui. 20 Les principaux sacrificateurs et les anciens persuadèrent à la foule de demander Barabbas, et de faire périr Jésus. 21 Le gouverneur prenant la parole, leur dit: Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche? Ils répondirent: Barabbas. 22 Pilate leur dit: Que ferai-je donc de Jésus, qu'on appelle Christ? Tous répondirent: Qu'il soit crucifié! 23 Le gouverneur dit: Mais quel mal a-t-il fait? Et ils crièrent encore plus fort: Qu'il soit crucifié! 24 Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l'eau, se lava les mains en présence de la foule, et dit: Je suis innocent du sang de ce juste. Cela vous regarde. 25 Et tout le peuple répondit: Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants!
- Matthieu 27.11-25

Pilate, après avoir questionné Jésus, se rend compte qu'il n'y a là aucune évidence ni aucun crime qui mérite une sentence de mort. Il essaie en vain de libérer le Seigneur mais il échoue parce que les cris de la foule juive, excitée par les prêtres et les autres chefs juifs complices dans l'effort de faire mettre Jésus à mort, menacent de se transformer en émeute. Dans un effort de les apaiser, Pilate remet Jésus aux gardes romains où Son épreuve de souffrance est sur le point de continuer:

  • Verset 26: La flagellation - Les soldats romains utilisaient des fouets courts, faits de bandes de cuir aux extrémités desquelles étaient attachés des os ou des morceaux de plomb pour maximiser la blessure. Le fouet était appliqué d'un côté et de l'autre de la victime avec l'objectif de déchirer la peau.
  • Verset 27: Une cohorte - un groupe d'environ 600-1000 hommes. Tous étaient présents pour observer étant donné que la torture était menée comme un spectacle cruel faisant appel à la soif de sang.
  • Versets 28-29: Ils l'ont vêtu d'un manteau écarlate, Lui ont mis un roseau à la main et ont forcé une couronne d'épines sur Sa tête, se moquant de Lui comme roi et même s'agenouillant devant Lui pour L'humilier.
  • Versets 30-31: Ensuite, ils crachent sur Lui, Lui enlèvent le roseau (en signe d'impuissance) et l'emploient pour Lui frapper sur la tête, enfonçant les épines dans son crâne en riant, puis ils L'emmènent pour être crucifié.
  • La raison de cette torture inutile et cruelle par les soldats romains était de détruire l'esprit du prisonier avant de détruire son corps par la crucifixion. Cela servait aussi de leçon visuelle à tout autre Juif qui ne prendrait pas au sérieux l'autorité et la loi romaines.

Si nous pouvions voir à travers les yeux de Jésus à ce point, ce que nous remarquerions surtout serait l'absence totale de pitié humaine ou de compassion dans leur attitude. Comme je l'ai déjà dit, leur but était de Le détruire psychologiquement avant de Le détruire physiquement.

Luc 23.26-27 — La crucifixion (scène finale)

Une fois les coups et les moqueries terminés, Il est mené hors de la ville pour être crucifié. .

26Comme ils l'emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu'il la porte derrière Jésus. 27 Il était suivi d'une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui.
- Luc 23.26-27

Il était trop faible pour transporter Sa propre croix (la formation en croix était haute d'environ 2,5 mètres) et Simon de Cyrène (Lybie moderne) est forcé de la porter alors qu'une foule bruyante et nombreuse se rassemble hors de murs de la ville à Golgotha (la place du crâne) pour l'exécution.

33 Arrivés au lieu nommé Golgotha, ce qui signifie lieu du crâne, 34 ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel; mais, quand il l'eut goûté, il ne voulut pas boire.
- Matthieu 27.33-34

On donnait aux prisonniers du vin mêlé de fiel (ou myrrhe: Gomme résine aromatique utilisée pour son parfum et ses propriétés antispasmodiques et stimulantes) pour les calmer. Il ne s'agissait pas d'un acte de pitié mais c'était fait pour que le condamné ne résiste pas et ne bouge pas pendant que les clous étaient plantés à travers ses mains et ses pieds. Jésus refuse de boire pour garder Son esprit clair jusqu'à la fin. Il avait encore des choses à accomplir.

35Après l'avoir crucifié,
- Matthieu 27.35a

Ils l'ont crucifié, un gros clou dans chaque main et chaque pied. Dans la plupart des cas, la mort venait lentement par assoiffement, douleur, épuisement et asphyxie. L'agonie pouvait durer pendant trois ou quatre jours avant l'expiration finale.

35..ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort,
- Matthieu 27.35b

Comme c'était leur coutume, les soldats qui étaient responsables de l'exécution se partageaient tout vêtement ou toute chose de valeur laissée par celui qui était crucifié. Dans le cas de Jésus, ils tirent sa tunique au sort, ne voulant pas la déchirer, et ils attendent qu'Il soit mort.

37Pour indiquer le sujet de sa condamnation, on écrivit au-dessus de sa tête: Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. 38 Avec lui furent crucifiés deux brigands, l'un à sa droite, et l'autre à sa gauche. 39 Les passants l'injuriaient, et secouaient la tête, 40 en disant: Toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même! Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix! 41 Les principaux sacrificateurs, avec les scribes et les anciens, se moquaient aussi de lui, et disaient: 42 Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même! S'il est roi d'Israël, qu'il descende de la croix, et nous croirons en lui. 43 Il s'est confié en Dieu; que Dieu le délivre maintenant, s'il l'aime. Car il a dit: Je suis Fils de Dieu.
- Matthieu 27.37-43

Une fois qu'Il est crucifié, la foule encore insatisfaite de Sa souffrance, continue à Lui crier des injures pendant qu'Il est sur la croix, souffrant et mourant de la manière la plus humiliante.

44Les brigands, crucifiés avec lui, l'insultaient de la même manière.
- Matthieu 27.44

Même les deux brigands crucifiés avec Lui L'insultent.

Battu, ensanglanté, dégradé et dans une douleur atroce, Jésus observe la scène devant Lui et voit la cruauté des gardes, la haine de la foule, la moquerie des chefs religieux, l'abandon de Ses disciples et Il trouve la force de dire encore sept choses avant de mourir sur la croix.

Les sept dernières choses que Jésus a dites sur la croix:

1. "Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font." (Luc 23.34)

Les tout premiers mots de Sa bouche alors qu'Il est suspendu à la croix ne concernent ni Sa propre douleur, ni l'injustice complète, ni une demande d'aide, ni une malédiction envers Ses bourreaux, mais plutôt une supplication à Dieu au nom de ses meurtriers.

2. "Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis." (Luc 23.43)

La deuxième chose qu'Il dit est une réponse à l'un des brigands à Ses côtés.

39L'un des malfaiteurs crucifiés l'injuriait, disant: N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous! 40 Mais l'autre le reprenait, et disait: Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation? 41 Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes; mais celui-ci n'a rien fait de mal. 42 Et il dit à Jésus: Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. 43 Jésus lui répondit: Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis.
- Luc 23.39-43

Remarquez qu'en Matthieu 27.44, on lit que les deux malfaiteurs l'injuriaient. Qu'est-ce qui peut avoir finalement convaincu l'un d'eux de croire: les miracles, la doctrine? Non, le brigand voit le pouvoir du pardon par l'amour. Il a entendu les mots de pardon de Jésus envers Ses ennemis et c'est ça qui l'a poussé à demander le pardon pour lui-même.

La leçon du brigand sur la croix n'est ni qu'il n'est jamais trop tard pour être sauvé, ni que le baptême n'est pas nécessaire au salut, mais plutôt que le pouvoir du salut c'est l'amour - l'amour jusqu'à la mort si nécessaire. C'est là ce qui attire tous les hommes au Christ: Son amour immense.

3. "Femme, voilà ton fils!... Voilà ta mère! (Jean 19.26-27)

Après qu'Il est crucifié, la mère de Jésus et Jean s'approchent de la croix et le Seigneur la remet aux soins de l'Apôtre qu'Il aimait.

Nous savons que Jésus est divin non seulement par Ses grands miracles, mais pendant que la plus grande bataille pour l'humanité se déroule au Calvaire, Il est conscient de tous les détails et des besoins de chacun, même le soin de Sa mère terrestre quand Il ne sera plus là pour en prendre soin Lui-même.

4. "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?" (Matthieu 27.46)

Jésus s'occupe d'abord de ceux qui sont les plus éloignés de Lui (de Ses ennemis, des voleurs, de Sa mère, de Son disciple) et finalement de Lui-même. Le Seigneur fait maintenant face à Sa propre souffrance. Il porte le punissement accablant ultime pour les péchés de tous les hommes: la séparation d'avec Dieu.

Ce n'est pas l'abus physique ou la douleur qui ont expié le péché, ceux-ci étaient les conséquences naturelles du péché des hommes, de leur ignorance et de leur haine envers Dieu. Jésus en a fait l'expérience d'une manière ou d'une autre à travers Sa vie et Son ministère, mais le point culminant est ici au Calvaire. La souffrance qui paie pour le péché a été payée à la croix, mais non pas par la croix elle-même; c'était la séparation du Christ d'avec Son Père pendant qu'Il était sur la croix. Cette agonie terrible a provoqué même le Fils de Dieu à pousser un cri; c'était la punition réservée aux pécheurs coupables. Ce fardeau que Jésus a porté volontairement pour tous les pécheurs, pour vous et pour moi!

5. "J'ai soif." (Jean 19.28)

Jésus demande à boire. Pourquoi? Il semble qu'après avoir souffert si héroïquement Il irait jusqu'à la fin sans assistance physique.

Je pense qu'Il demande à boire parce qu'Il est humain et Il démontre ainsi qu'Il souffre comme un homme, sans la protection de quelqu'armure surnaturelle contre la douleur. La vie qu'Il a vécue était parfaite parce qu'Il était Dieu; la vie qu'Il a offerte en souffrance était humaine parce qu'Il était homme.

6. "Tout est accompli." (Jean 19.30)

Depuis le début, le plan de Dieu était d'envoyer Son Fils vivre une vie parfaite et offrir cette vie dans la mort afin de payer la dette morale du péché accumulée par tous les hommes, dette qui en retour condamnait chacun à la séparation éternelle de Dieu. L'histoire de la nation juive et la vie de Jésus ont mené à cet acte, et il est désormais accompli une fois pour toutes.

Quand nous croyons, nous repentons et sommes baptisés, il faut comprendre que nous saisissons l'oeuvre d'expiation que le Christ a accomplie en notre nom. Tout péché a été réglé, à jamais. Le paiement pour vos péchés et les miens a été satisfait complètement. Quand Jésus a dit: "tout est accompli", cela signifiait que rien de plus n'était nécessaire pour repayer les péchés de toute l'humanité.

7. "Père, je remets mon esprit entre tes mains." (Luc 23.46)

Ce sont là les dernières paroles de Jésus avant qu'Il ne meure. Notez qu'Il ne meurt pas en s'accrochant à la vie comme la plupart des hommes, mais qu'Il offre volontairement Son esprit à Son Père. Pourquoi? Parce qu'Il savait qu'Il avait le pouvoir de donner Sa vie et de la reprendre.

17Le Père m'aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. 18 Personne ne me l'ôte, mais je la donne de moi-même; j'ai le pouvoir de la donner, et j'ai le pouvoir de la reprendre: tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père.
- Jean 10.17-18

Les chrétiens n'ont pas le pouvoir de donner leur vie et de la reprendre. Cependant, ils ont l'assurance de Celui qui a ce pouvoir qu'Il les ressuscitera une fois leur vie terminée. Nous savons que s'Il a le pouvoir de reprendre Sa vie, il a aussi certainement le pouvoir de ressusciter les autres.

Exhortation

Nous nous demandons souvent ce que nous aurions fait si nous avions été là, si nous étions transportés dans le temps. Si nous étions là ce jour terrible alors que Jésus regardait la foule pendant qu'Il était sur la croix, où nous aurait-Il trouvé?

Ce n'est pas réellement nécessaire de retourner en arrière pour en avoir la réponse. Nous pouvons juger de ce que notre position aurait été en regardant simplement notre position présente. Par exemple:

  1. Les Romains: Ils étaient incroyants, s'opposaient involontairement à Dieu et crucifiaient le Sauveur. De nos jours, beaucoup ne croient pas et sont dans l'obscurité, manipulés par Satan à travers leur ignorance, et s'opposent à Dieu et à Christ sans même le savoir.
  2. Les Juifs: Ils croyaient en Dieu mais refusaient d'accepter la parole de Dieu incarnée. Aujourd'hui, combien de gens prétendent connaître Dieu et croire en Lui mais refusent d'obéir à Sa parole et de suivre Jésus plutôt que des traditions et des doctrines qui ne sont pas basées sur la Bible. Nous rejetons Dieu quand nous rejetons le Christ; nous rejetons le Christ quand nous rejetons Sa parole.
  3. Les disciples: Ils croyaient en Jésus mais ils ont refusé de rester avec Lui quand la pression est montée. Jésus a dit que beaucoup recevraient la parole mais tomberaient rapidement sous la persécution. Parmi nos propres assemblées aujourd'hui, il y en a beaucoup qui ont confessé le Christ et qui ont été baptisés, mais quand il faut choisir entre le Christ ou une mauvaise habitude, un péché sexuel, des amis mondains, la pression de la famille ou du travail, ils se sauvent et observent à distance comme les premiers disciples pendant que la foule tuait leur Seigneur.
  4. Ceux qui étaient sur la croix avec Jésus: Seul Jésus est allé à la croix, personne n'y est allé avec Lui. Il aurait pu y avoir 12 croix sur le Calvaire ce jour-là (si les soldats avaient capturés les disciples et s'ils avaient confessé le Christ, ils auraient aussi été crucifiés avec Lui). Nous savons cependant qu'un Seul était prêt à y aller. Aujourd'hui, tous ceux qui confessent Son nom, se repentent sincèrement de leurs péchés, sont baptisés et suivent le Christ jusqu'à Son retour, ce sont ceux qui sont sur la croix avec Jésus.
3Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? 4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. 5 En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
- Romains 6.3-5

Ce jour-là, il n'y avait qu'un seul lieu où l'on devait être, et aujourd'hui, il n'y a qu'un seul lieu où l'on doit être: c'est sur la croix avec le Christ.

En de différents endroits tout autour du monde, des gens ont construit de grosses croix sur de hautes collines qui surplombent leurs villes principales. On les trouve, par exemple, à Rio de Janeiro au Brésil, à Montréal au Québec, et même près de la ville d'Edmond, en Oklahoma. Ce sont là de merveilleux gestes faits pour rendre hommage à l'héritage chrétien de ces lieux, mais le Christ ne veut pas la croix sur une montagne quelque part, Il veut la croix en chacun de nous et Il nous veut sur la croix avec Lui.

Vous avez vu la vidéo et la boîte noire de la "Vue de la croix" que je vous ai présentée à partir des écrits des Apôtres et des premiers disciples. Basé sur ce que vous avez vu, posez-vous la question: "De quel groupe auriez-vous fait parti ce jour-là?" Des Romains incrédules, des Juifs désobéissants, des disciples lâches, ou seriez-vous avec votre Sauveur Jésus Christ? Si vous n'avez jamais été là avec Lui auparavant et que vous aimeriez vous joindre à Lui sur la croix, alors repentez-vous et soyez baptisé aujourd'hui, et faites de Sa croix la vôtre.

Si vous avez quitté cette position et désirez vous joindre à nouveau au Seigneur et à Sa croix, priez pour le pardon, repentez-vous et revenez.

Où que vous soyez, le Seigneur vous appelle de Sa croix.