Langues :
English
Plateformes :
YouTubeRoku FireTV
 

Persécution de l'Église

2è partie

Par Michel Mazzalongo Verset : Actes 8.1-9.43 Publié : Fri. March 9
Luc continue à décrire les événements et les gens qui font partie de la première congrégation de l'église à Jérusalem.

Au chapitre précédent on a vu commencer la persécution de l'Église quand Pierre et les apôtres ont été arrêtés et battus, et quand Étienne a été lapidé. On verra croître cette violence jusqu'à la persécution de l'Église entière et non seulement de ses dirigeants.

1. Le 1er discours de Pierre – Actes 1.1-2.47
2. Son ministère après la Pentecôte– Actes 3.1-4.37
3. La persécution de Pierre et des apôtres – Actes 5.1-42
4. La persécution de l'Église - 1 – Actes 6.1-7.60
5. La persécution de l'Église - 2 – Actes 8.1-9.43

On reprend l'histoire au chapitre 8 avec l'introduction de Saul, qui persécutait l'Église à ses débuts.

La persécution et la dispersion de l'Église

Saul persécute

1Saul avait approuvé le meurtre d'Étienne. Il y eut, ce jour-là, une grande persécution contre l'Église de Jérusalem; et tous, excepté les apôtres, se dispersèrent dans les contrées de la Judée et de la Samarie. Des hommes pieux ensevelirent Étienne, et le pleurèrent à grand bruit. Saul, de son côté, ravageait l'Église; pénétrant dans les maisons, il en arrachait hommes et femmes, et les faisait jeter en prison.
- Actes 8.1-3

Voici ce que Luc dit de l'attitude et des actions de Paul:

  1. Il approuve le meurtre d'Étienne.
  2. En conséquence, il est naturel qu'il veule aussi détruire tous les chrétiens.
  3. Dès la mort d'Étienne, Saul dirige une campagne de persécution sans retenue ni miséricorde. Les hommes et les femmes sont arrachés de leurs maisons et emprisonnés.

Luc mentionne que c'est cette persécution qui fait fuir les chrétiens de Jérusalem vers d'autres régions du pays plus sécures (par exemple, en Samarie où le sanhédrin n'avait aucune autorité). Étienne est enseveli et les apôtres, qui ne craignent pas Saul, demeurent à Jérusalem parce que c'est là que se trouve leur ministère ainsi que la majeure partie de l'Église.

Philippe en Samarie (8.4-40)

4Ceux qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu, annonçant la bonne nouvelle de la parole. 5Philippe, étant descendu dans la ville de Samarie, y prêcha le Christ. 6Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu'elles apprirent et virent les miracles qu'il faisait. 7Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands cris, et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris. 8Et il y eut une grande joie dans cette ville.
- Actes 8.4-8

Luc introduit maintenant un autre personnage principal de l'église primitive: Philippe, qui était un des sept diacres originaux avec Étienne. À cause de la persécution, il descend en Samarie (un lieu qu'il n'aurait pas visité étant Juif). Toutefois, comme chrétien, il y travaille et commence même à partager l'évangile avec ces gens que les Juifs ne côtoyent nullement. Le Saint Esprit lui donne le pouvoir d'accomplir des signes et des guérisons (le pouvoir reçu par l'imposition des mains des apôtres, Actes 6.6) pour confirmer la Parole qu'il annonce et les gens en Samarie la reçoivent.

9Il y avait auparavant dans la ville un homme nommé Simon, qui, se donnant pour un personnage important, exerçait la magie et provoquait l'étonnement du peuple de la Samarie. 10Tous, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, l'écoutaient attentivement, et disaient: Celui-ci est la puissance de Dieu, celle qui s'appelle la grande. 11Ils l'écoutaient attentivement, parce qu'il les avait longtemps étonnés par ses actes de magie. 12Mais, quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus Christ, hommes et femmes se firent baptiser. 13Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, et il voyait avec étonnement les miracles et les grands prodiges qui s'opéraient.
- Actes 8.9-13

Ici Luc se concentre sur un converti en particulier, Simon, un magicien qui était hautement considéré comme un pratiquant des arts noirs. La magie est la tentative de manipuler ou d'influencer le "monde spirituel" pour le bénéfice personnel ou pour le mal des autres en faisant quelque chose dans le monde matériel (comme par exemple porter un fétiche en croyant que les esprits apporteront la bonne fortune).

La Bible interdit toute forme de magie et d'occulte (Exode 7.11-12; Deutéronome 18.9-12; Galates 5.19-21). Voici quelques définitions générales de ces pratiques avec des Écritures qui les interdisent:

  1. La sorcellerie: la pratique des arts magiques – Deutéronome 18.10-12
  2. La divination: la magie, les devins – 2 Chroniques 33.6
  3. La divination: l'astrologie et la magie – Jérémie 27.9
  4. Les enchantements: les devins, les enchanteurs – 2 Rois 17.17
  5. La magie: la magicienne – Exode 22.18
  6. La nécromancie: la communication avec les morts – [[1 Chroniques 10.13-14
  7. Les maléfices: les sortilèges – Ésaïe 19.3
  8. L'augure: l'astrologie – Ésaïe 47.12-15
  9. L'imagerie: l'utilisation de symboles occultes et d'images pour la décoration et les logos.

Ces pratiques sont interdites par Dieu parce que les gens qui les utilisent, qu'ils s'en rendent compte ou non, font en réalité appel à Satan et à son pouvoir pour accomplir les résultats qu'ils espèrent. Le seul appel au monde spirituel béni par Dieu est la prière qui Lui est offerte par la foi en Jésus (Luc 11.9; Jean 14.13). Dieu dit de toutes ces pratiques occultes qu'elles sont une abomination (Deutéronome 18.10-12).

Luc écrit que comme tous les disciples, Simon croit l'évangile et est donc baptisé (verset 13).

14Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. 15Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu'ils reçussent le Saint Esprit. 16Car il n'était encore descendu sur aucun d'eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. 17Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint Esprit.
- Actes 8.14-17

Pour mieux comprendre ce passage, révisons encore une fois le sens des deux termes qui décrivent le travail du Saint Esprit:

  1. L'habitation : Le Saint Esprit habite dans le croyant. Cela prend place au baptême (Actes 2.38).
  2. La puissance: Le Saint Esprit donne à quelqu'un la capacité de faire des miracles, de parler en langues, etc. (Actes 2.1-13).

L'expression "recevoir le Saint Esprit" peut signifier l'un ou l'autre de ces dons (l'habitation ou la puissance) dépendant du contexte. Aux versets 16-17, Luc écrit que les Samaritains avaient été baptisés au nom de Jésus; par conséquent, selon Actes 2.38, le Saint Esprit habitait en eux. Philippe les avait baptisés mais seuls les apôtres pouvaient transférer par l'imposition des mains la puissance de l'Esprit. C'est pourquoi l'église à Jérusalem avait envoyé Pierre et Jean en Samarie.

Ce point est important à comprendre parce que c'est la base de l'enseignement sur les miracles des temps modernes. Le raisonnement s'explique ainsi:

  1. Le Saint Esprit avait donné la puissance seulement aux apôtres (et à Cornélius comme nous le verrons au chapitre 10) avec la capacité de parler en langues, de guérir et de faire des miracles.
  2. Les apôtres, comme on le voit ici, étaient capables de transférer ce pouvoir de parler en langues, de guérir, etc., à d'autres disciples par l'imposition de leurs mains.
  3. Les disciples qui avaient ainsi reçu la puissance n'avaient pas la capacité de la transférer à d'autres et c'est pourquoi même si Philippe pouvait accomplir des signes et des miracles, il ne pouvait passer ce pouvoir à d'autres disciples. Seuls les apôtres pouvaient le faire et c'est pourquoi ils sont allés en Samarie pour donner à ses convertis le pouvoir de pratiquer ces dons spirituels. Les miracles ont diminué et éventuellement cessé parce la manière de recevoir ce pouvoir a s'est éteinte avec la mort des apôtres.
18Lorsque Simon vit que le Saint Esprit était donné par l'imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l'argent, 19en disant: Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j'imposerai les mains reçoive le Saint Esprit. 20Mais Pierre lui dit: Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s'acquérait à prix d'argent! 21Il n'y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton coeur n'est pas droit devant Dieu. 22 Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton coeur te soit pardonnée, s'il est possible; 23car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l'iniquité. 24Simon répondit: Priez vous-mêmes le Seigneur pour moi, afin qu'il ne m'arrive rien de ce que vous avez dit.
- Actes 8.18-24
  1. Simon voit que le transfert du pouvoir spirituel est accompli par l'imposition des mains. Il s'en rend compte quand il remarque que ceux sur qui les apôtres ont imposé les mains commencent à parler en langues et à faire les choses que Philippe avait faites.
  2. Étant donné que les disciples qui avaient le pouvoir ne pouvaient transférer ce don spirituel, et que les apôtres sont éventuellement morts, avec le temps personne n'avait plus ce pouvoir dans l'Église.
  3. Paul enseigne que ces talents et pouvoirs disparaîtront éventuellement après que la révélation de Dieu sera complète, enregistrée et préservée (1 Corinthiens 13.8-10).

C'est là la version courte de la raison pour laquelle nous croyons que Dieu ne donne pas aujourd'hui le pouvoir de parler en langues, de guérir ou de faire des miracles. Il peut le faire s'Il le veut, mais selon les Écritures, Il ne le fait plus. La Bible contient tout ce qui est nécessaire pour gagner les âmes, bâtir l'Église et mûrir les chrétiens (2 Timothée 3.15-16; 2 Pierre 1.3; Romains 1.16). Ceux qui prétendent avoir ce pouvoir le font en opposition aux Écritures et peuvent difficilement démontrer objectivement que leur pouvoir et leurs guérisons sont semblables à ceux démontrés dans le Nouveau Testament. Par exemple, le miracle des langues est décrit dans la Bible comme la capacité de parler dans diverses langues humaines que l'orateur ne connaît pas et n'a pas étudiées. Les charismatiques d'aujourd'hui ne font pas cela et n'en ont jamais été capables.

On lit que Simon fait l'erreur d'essayer d'acheter ce pouvoir des apôtres, retournant à ses vieilles habitudes où les magiciens achetaient et vendaient leurs trucs et leurs tromperies l'un de l'autre. Pierre le réprimande fortement et l'exhorte à se repentir immédiatement d'un tel péché (celui d'essayer d'acheter la bénédiction de Dieu). Simon a probablement été épargné parce qu'il était un jeune chrétien et qu'il avait agi impétueusement. Le fiel amer et les liens de l'iniquité font références au péché de Simon qui a beaucoup d'emprise sur lui. Sa réponse montre qu'il prend la réprimande au sérieux et qu'il fait appel aux apôtres pour leur aide en prière.

Le diacre Philippe et l'eunuque éthiopien (8.25-40)

Luc inclut un deuxième récit du ministère de Philippe, cette fois à un non-juif d'Afrique converti au judaïsme. On lit que le ministère d'évangélisation de Philippe était dynamique au point où il prêchait déjà le message de l'évangile au-delà des limites de la nation juive, d'abord aux Samaritains et maintenant à cet étranger, un prosélyte de la foi juive. Il est dirigé par un ange à cet homme qui était surintendant des trésors de la reine d'Éthiopie. Il était non seulement un converti au judaïsme mais aussi un individu d'une race différente.

Luc raconte comment Philippe est monté dans le char de cet homme et a répondu à ses questions au sujet des Écritures qu'il lisait. Philippe utilise cette occasion pour lui prêcher l'évangile et l'eunuque y répond immédiatement.

34L'eunuque dit à Philippe: Je te prie, de qui le prophète parle-t-il ainsi? Est-ce de lui-même, ou de quelque autre? 35Alors Philippe, ouvrant la bouche et commençant par ce passage, lui annonça la bonne nouvelle de Jésus. 36Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l'eau. Et l'eunuque dit: Voici de l'eau; qu'est-ce qui empêche que je ne sois baptisé? 37Philippe dit: Si tu crois de tout ton coeur, cela est possible. L'eunuque répondit: Je crois que Jésus Christ est le Fils de Dieu. 38Il fit arrêter le char; Philippe et l'eunuque descendirent tous deux dans l'eau, et Philippe baptisa l'eunuque.
- Actes 8.34-38

On remarque que sa réponse initiale après avoir entendu l'évangile était de demander à être baptisé. Cela démontre trois choses:

  1. Le commandement d'être baptisé fait partie de la prédication de l'évangile.
  2. Être baptisé fait partie de la réponse de foi à l'évangile.
  3. Le baptême qui était enseigné et pratiqué était un baptême d'immersion dans l'eau, comme on voit les deux hommes descendre dans l'eau.

Un autre point non mentionné est que sa déformation comme eunuque ne permettait à cet homme que d'être considéré un "prosélyte de la porte" par les Juifs et l'aurait empêché d'entrer dans la cour du temple où les autres prosélytes pouvaient adorer (Deutéronome 23.1). La conversion de l'eunuque au christianisme le transformait toutefois de quelqu'un qui ne pouvait aller qu'aux portes du temple à être lui-même le temple du Saint Esprit par le Christ (1 Corinthiens 6.19-20).

La conversion de Saul – Actes 9.1-19

Luc change maintenant la direction de son récit de l'œuvre de Pierre et de l'église primitive vers la conversion de son antagoniste principal qui dirigeait la persécution contre eux, Saul de Tarse.

1Cependant Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur, 2et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s'il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, hommes ou femmes, il les amenât liés à Jérusalem.
- Actes 9.1-2

Saul n'était pas simplement un adversaire de la religion avec des objections au christianisme. Sa mission était de détruire cette religion et de tuer ou d'emprisonner ceux qui la pratiquaient. Il avait limité ses attaques à la Palestine mais il les étendait maintenant en dehors du pays. Le fait qu'il avait demandé l'autorisation des chefs religieux juifs pour arrêter et emprisonner les convertis juifs dans une autre ville confirme deux choses:

  1. Les chefs juifs étaient complices de la persécution des chrétiens.
  2. Saul était leur chef officiel chargé de cet effort.
3Comme il était en chemin, et qu'il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui. 4Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? 5Il répondit: Qui es-tu, Seigneur? Et le Seigneur dit: Je suis Jésus que tu persécutes. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. 6Tremblant et saisi d'effroi, il dit: Seigneur, que veux-tu que je fasse? Et le Seigneur lui dit: Lève-toi, entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire. 7Les hommes qui l'accompagnaient demeurèrent stupéfaits; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne. 8Saul se releva de terre, et, quoique ses yeux fussent ouverts, il ne voyait rien; on le prit par la main, et on le conduisit à Damas. 9Il resta trois jours sans voir, et il ne mangea ni ne but.
- Actes 9.3-9

Dieu a choisi l'ennemi principal de l'évangile pour le prêcher aux gentils. La rencontre de Paul avec le Christ arrête sa persécution et le rend impuissant. Il passe plusieurs jours à jeûner et à prier, comme tout Juif pieux le ferait dans de telles circonstances. Dieu lui donne trois jours pour réfléchir à la question de Jésus: "Pourquoi Me persécutes-tu?" Saul était si certain de sa mission (de détruire le christianisme parce que c'était selon lui un mensonge et une menace au Judaïsme) qu'il était prêt à tuer et à emprisonner hommes et femmes en toute bonne conscience. Il doit aussi s'être demandé ce que Dieu attendait de lui.

Luc présente encore un nouveau personnage et la tâche que Dieu lui a donnée.

10Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananias. Le Seigneur lui dit dans une vision: Ananias! Il répondit: Me voici, Seigneur!11Et le Seigneur lui dit: Lève-toi, va dans la rue qu'on appelle la droite, et cherche, dans la maison de Judas, un nommé Saul de Tarse.12Car il prie, et il a vu en vision un homme du nom d'Ananias, qui entrait, et qui lui imposait les mains, afin qu'il recouvrât la vue. Ananias répondit:13Seigneur, j'ai appris de plusieurs personnes tous les maux que cet homme a faits à tes saints dans Jérusalem;14et il a ici des pouvoirs, de la part des principaux sacrificateurs, pour lier tous ceux qui invoquent ton nom.15Mais le Seigneur lui dit: Va, car cet homme est un instrument que j'ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d'Israël;16et je lui montrerai tout ce qu'il doit souffrir pour mon nom.17Ananias sortit; et, lorsqu'il fut arrivé dans la maison, il imposa les mains à Saul, en disant: Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui t'est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m'a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint Esprit.18Au même instant, il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Il se leva, et fut baptisé;19et, après qu'il eut pris de la nourriture, les forces lui revinrent. Saul resta quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas.
- Actes 9.10-19

Ici il donne de l'information au sujet d'Ananias et de son hésitation à croire ce que Dieu lui demande. Au chapitre 22 on apprend qu'Ananias a prêché l'évangile à Saul et l'a baptisé, encore un exemple de quelqu'un qui répond à l'évangile avec le baptême comme expression initiale de sa foi en Jésus.

En compilant ce récit et celui du chapitre 22, un certain ordre apparaît dans la conversion de Saul:

  1. Il est appelé (miraculeusement).
  2. Il reçoit de l'enseignement (l'évangile).
  3. Il est baptisé (pour enlever ses péchés, spécialement le meurtre d'Étienne et d'autres aussi).
  4. Il commence son ministère.

Saul n'étant plus l'agresseur, l'Église a encore une fois une période de paix et de croissance.

Saul commence son ministère

20Et aussitôt il prêcha dans les synagogues que Jésus est le Fils de Dieu. 21Tous ceux qui l'entendaient étaient dans l'étonnement, et disaient: N'est-ce pas celui qui persécutait à Jérusalem ceux qui invoquent ce nom, et n'est-il pas venu ici pour les emmener liés devant les principaux sacrificateurs? 22Cependant Saul se fortifiait de plus en plus, et il confondait les Juifs qui habitaient Damas, démontrant que Jésus est le Christ. 23Au bout d'un certain temps, les Juifs se concertèrent pour le tuer, 24et leur complot parvint à la connaissance de Saul. On gardait les portes jour et nuit, afin de lui ôter la vie. 25Mais, pendant une nuit, les disciples le prirent, et le descendirent par la muraille, dans une corbeille.
- Actes 9.20-25

En raison de sa notoriété et de sa compréhension des Écritures, Saul devient immédiatement un défenseur de la foi et il prêche avec succès. Tout comme Jésus et Pierre (mais pas Philippe parce qu'il prêchait en Samarie et à Damas où les chefs juifs n'avaient pas d'autorité), Saul fait face à de l'opposition des dirigeants juifs qui complotent de le tuer pour prêcher le Christ. Ils en ressortissent à ce complot parce qu'ils n'ont ni le désir ni l'habileté de débattre avec lui, de l'humilier ou de le distraire. Luc décrit comment Saul est devenu plus fort à mesure que leurs attaques ont empiré. Éventuellement il lui est nécessaire de s'échapper et il quitte Damas quand ses amis le descendent par-dessus la muraille dans une corbeille puis il se rend à Jérusalem.

Saul se joint aux disciples à Jérusalem

26Lorsqu'il se rendit à Jérusalem, Saul tâcha de se joindre à eux; mais tous le craignaient, ne croyant pas qu'il fût un disciple. 27Alors Barnabas, l'ayant pris avec lui, le conduisit vers les apôtres, et leur raconta comment sur le chemin Saul avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé, et comment à Damas il avait prêché franchement au nom de Jésus. 28Il allait et venait avec eux dans Jérusalem, et s'exprimait en toute assurance au nom du Seigneur. 29Il parlait aussi et disputait avec les Hellénistes; mais ceux-ci cherchaient à lui ôter la vie. 30Les frères, l'ayant su, l'emmenèrent à Césarée, et le firent partir pour Tarse. 31L'Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie, s'édifiant et marchant dans la crainte du Seigneur, et elle s'accroissait par l'assistance du Saint Esprit.
- Actes 9.26-31

Selon certains érudits, Saul est retourné à Jérusalem après une période d'un à trois ans. À cause des communications de l'époque, les nouvelles à son sujet et au sujet de sa conversion se sont peut-être faites par petits morceaux. Il réapparaît subitement et veut immédiatement s'associer aux saints mais ils le craignent, ne croyant pas à sa conversion. Ils pensent peut-être qu'il s'agit là d'un truc pour les épier et continuer la persécution.

Barnabas (Actes 4.36-37), qui a accès aux apôtres, amène Saul devant eux avec lui pour confirmer son histoire. Après avoir reçu leur approbation, Paul est accepté et il continue son ministère d'enseignement parmi les Juifs comme il l'avait fait à Damas. Évidemment la même chose se produit à Jérusalem et un complot pour le tuer est organisé cette-fois par les Hellénistes (le même groupe qui avait attaqué Étienne). Luc écrit que les frères l'ont fait sortir de la ville et l'ont renvoyé chez-lui, aux limites plus amicales de Tarse.

Luc finit cette section en décrivant la paix et la croissance de l'Église alors que son principal ennemi, Saul, a été converti et qu'il sert dans le nord. Saul a cessé de persécuter l'église et étant absent, il n'attise plus ses attaques des chefs religieux envers les croyants à Jérusalem. Sans la friction que Paul créait, l'église peut grandir en paix.

Le ministère de Pierre continue – Actes 9.31-43

Luc retourne maintenant à Pierre et à son ministère. Il reparlera plus tard de Saul et de son progrès mais il y a encore des événements importants qu'ils veut mentionner dans le ministère de Pierre.

Le premier événement est la guérison d'un homme paralysé quand Pierre invoque le nom de Jésus. Les habitants de Lydde le voient, ils croient en Jésus et se convertissent. Pierre est ensuite appelé à Joppé, une ville toute proche, où Tabitha (Dorcas en grec), une femme qui fait partie des disciples, est morte. Les frères appellent Pierre pour qu'il vienne malgré qu'elle soit déjà morte. Pierre arrive et la ressuscite à la grande joie des disciples. Beaucoup croient au Seigneur là aussi.

Ces deux scènes nous donnent un aperçu du ministère apostolique de Pierre:

  1. Il voyageait à travers la Judée en prêchant et en faisant des miracles.
  2. Ses pouvoirs miraculeux étaient illimités. Il a guéri un incroyant et ressuscité une croyante par ses paroles.
  3. Il n'était pas un chef d'entreprise ni un administrateur; il était un ancien et il dirigeait par la proclamation.

Dans la section suivante, Luc décrira l'un des événements les plus significatifs dans le ministère de l'apôtre Pierre.

Leçons

Tous les chemins mènent à Jésus

Philippe a commencé dans le livre d'Ésaïe et démontré à l'eunuque comment les prophéties qui s'y trouvaient pointaient à Jésus. Tout ce qui se trouve dans la Bible concerne, supporte et mène au Christ, en expliquant la personne et le ministère.

Nous devenons tous chrétiens de la même manière

On remarque qu'à travers tout le livre des Actes, les gens deviennent chrétiens par la foi au Christ exprimée par la repentance et le baptême (par exemple les 3000 à la Pentecôte ont été baptisés - Actes 2.41; les Samaritains ont été baptisés - Actes 8.16; l'eunuque éthiopien a été baptisé - Actes 8.26-40; Saul le pharisien juif a été baptisé - Actes 9.18). La nécessité du baptême n'était pas un argument dans l'église primitive. Le Nouveau Testament est absolument clair à ce sujet et donne au moins dix exemples dans le livre des Actes seul, montrant de différentes personnes étant baptisées quand elle se convertissent au christianisme.

Passage à lire : Actes 10.1-12.25

Questions à discuter

  1. À votre avis, quelles sont les différences majeures entre les diacres au sujet desquels on lit dans le livre des Actes et les diacres dans l'Église aujourd'hui? Pourquoi en est-il ainsi?
  2. Quelle est la différence entre l'Esprit qui habite en quelqu'un et la puissance que l'Esprit donne à quelqu'un? Listez la manière dont le Saint Esprit nous influence aujourd'hui comme Paul l'explique en Romains 8.
  3. Beaucoup considèrent que le baptême est une "œuvre de la Loi" et qu'il est par conséquent non essentiel pour le salut. Comment répondriez-vous à cet enseignement (utilisez des Écritures spécifiques)?