L'ancien: profil

Tue. September 22
À part les qualifications bibliques spécifiques nécessaires chez un homme pour servir comme ancien dans l'Église, il doit également posséder certains traits de caractère qui en feront un candidat adéquat. Cette leçon examine sept de ces traits.
7 minutes de lecture
Télécharger
Langues

Quelques idées de base au sujet des anciens, diacres, et prédicateurs ont déjà été établies :

  1. Ce sont là des rôles spécifiques qui sont basés sur les responsabilités, les aptitudes et la nomination individuelle. Des hommes servent en tant qu'anciens, prédicateurs et diacres parce qu'ils ont certaines habiletés, parce qu'ils sont nommés à leurs tâches par l'assemblée locale, et la différence principale entre eux et le reste de l'assemblée est leur responsabilité.
  2. Le leadership de l'Église demeure avec le Christ, il est déterminé par la Parole et par l'Esprit Saint et exercé par les anciens. On devrait avoir pour but de nous éloigner du modèle des dénominations où le prédicateur est le caractère principal, gérant, ministre, celui qui prend soin des membres, vers le modèle plus fidèle à la Bible où les anciens sont les véritables leaders dans l'enseignement, le ministère et le travail pastoral de la congrégation.
  3. Ce livre n'est pas un simple exercice académique. Il est écrit dans l'espoir de motiver les anciens, les prédicateurs, les diacres et les saints actuels, et d'en stimuler aussi d'autres qui ne servent pas encore à s'engager dans ces rôles.

Caractéristiques générales

Avant d'expliquer les exigences spécifiques pour le rôle d'ancien, examinons dans un sens plus large les caractéristiques nécessaires à l'identification de ceux qui devraient servir ainsi parmi nous.

On trouve dans les épitres à Timothée et à Tite des exigences spécifiques pour les anciens, mais il y a aussi des qualifications générales qui nous aident à identifier la sorte d'homme qui a vraiment le potentiel d'être un ancien :

Cet homme accepte la Bible comme la Parole de Dieu et le seul standard à l'intérieur de l'Église.

15dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus Christ. 16Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice,
– II Timothée 3.15-16

C'est là un élément fondamental au succès d'un leader dans l'Église du Christ et une déficience flagrante chez celui qui n'en est pas encore convaincu ou qui ne peut défendre cette idée.

L'outil essentiel pour l'ancien est la Parole de Dieu. S'il ne la connaît pas ou n'est pas convaincu d'y référer pour direction ou conseil, il mènera le peuple de Dieu à l'apostasie.

Cet homme aime l'Église.

25Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle,
– Éphésiens 5.25

Le Christ a aimé l'Église et est mort pour elle. Les anciens du Christ devraient être assez mûrs pour voir l'Église avec toutes ses fautes et l'aimer malgré tout. Tout comme le parent qui aime son enfant rebelle, l'ancien aime l'Église en dépit de ses manques parce que s'il ne l'aime pas, aucun autre humain ne l'aimera.

Cet homme sait comment adorer Dieu dans chaque contexte de la vie.

1Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. 2Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.
– Romains 12.1-2

Paul présente service et pureté comme culte quotidien à l'opposé de l'adoration publique à l'assemblée qui consiste de cantiques, prières, communion, enseignement et offrande.

Les dirigeants de l'Église sont capables de diriger dans ces deux types de culte. Ils peuvent prier, enseigner et chanter dans l'assemblée, et ils savent aussi adorer Dieu pendant le reste de la semaine par leurs vies pures et remplies de service.

Trop souvent, ceux qui savent diriger de « longues prières » sont choisis sans que le « service spirituel d'adoration » qu'ils offrent pendant le reste de la semaine ne soit examiné.

Cet homme travaille bien avec les autres.

5Qu'est-ce donc qu'Apollos, et qu'est-ce que Paul ? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l'a donné à chacun.6J'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître, 7en sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître.8Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail.9Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu.
– I Corinthiens 3.5-9

Le ministère de l'ancien consiste à travailler avec les gens. Non seulement travaille-t-il avec la congrégation par son enseignement et son counseling, il doit aussi travailler avec d'autres anciens, prédicateurs et diacres.

Dans ce passage Paul désamorce une situation qui a le potentiel de diviser en donnant à Dieu la gloire pour la récolte, et en distribuant le mérite du travail parmi les ouvriers.

Celui qui dirige pour Dieu est reconnu pour son habileté à cultiver l'unité et la paix, et non pas pour son talent de tout faire à sa façon. Les anciens savent différencier leadership et volonté personnelle.

Cet homme sait prendre des décisions.

4Arrivés à Jérusalem, ils furent reçus par l'Église, les apôtres et les anciens, et ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux.5Alors quelques-uns du parti des pharisiens, qui avaient cru, se levèrent, en disant qu'il fallait circoncire les païens et exiger l'observation de la loi de Moïse.6Les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette affaire.
– Actes 15.4-6

22Alors il parut bon aux apôtres et aux anciens, et à toute l'Église, de choisir parmi eux et d'envoyer à Antioche, avec Paul et Barsabas, Jude appelé Barnabas et Silas, hommes considérés entre les frères.23Ils les chargèrent d'une lettre ainsi conçue : Les apôtres, les anciens, et les frères, aux frères d'entre les païens, qui sont à Antioche, en Syrie, et en Cilicie, salut!
– Actes 15.22-23

La chose que les anciens font le plus souvent est de prendre des décisions ; c'est la raison d'être du leadership. Les anciens ne prennent pas toutes les décisions, ce serait alors « imposer » à l'assemblée, mais ils prennent beaucoup de décisions importantes. Ils décident en tant qu'enseignants et gardiens de la foi. Ils décident ce qui sera enseigné et ils doivent discerner si l'enseignement est biblique quand il y a une dispute (Actes 15).

Les anciens enseignent l'Église. Par leur choix de matériel et d'enseignants ils influencent en fait l'Église tout entière à travers le travail des différents enseignants.

Ils prennent des décisions quant à la discipline (1 Corinthiens 5.1-8) ; Paul dit aux Corinthiens de décider quant à la discipline des membres dans le péché.

Ils prennent des décisions quant à ceux qui serviront, où et comment. En Actes 6, les nouveaux diacres reçurent leur charge par les Apôtres et les leaders. En 1 Timothée 4.14, les prédicateurs furent chargés par les anciens.

Les anciens sont des hommes qui comprennent qu'ils doivent prendre des décisions, ils savent prendre des décisions (par la prière, le jeûne et l'étude), et ils sont capables de continuer à servir même si la décision finale convenue par l'ensemble des anciens n'est pas celle qu'ils auraient faite par eux-mêmes.

Les anciens sont des hommes qui comprennent que l'indécision est pire qu'une mauvaise décision et qui, en conséquence, ne craignent pas de faire un choix difficile ou impopulaire si nécessaire.

19Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à la paix et à l'édification mutuelle.
– Romains 14.19

Cet homme est fiable.

Jacques dit que Dieu n'écoute pas les prières de ceux qui sont irrésolus, inconstants (Jacques 1.8). Bien que sans éclat ni controverse, la stabilité, la fiabilité et la durabilité sont des traits nécessaires et réconfortants chez celui qui dirige le peuple de Dieu.

Il y a tant d'emballements passagers et de modes dans la religion ; tant de guerres et de rumeurs de guerres dans le monde ; tant de faux Christ qui tentent d'influencer le peuple du Seigneur. Les pasteurs de Dieu doivent être des hommes capables de manœuvrer ces vagues et de faire face aux vents de changement sans faire chavirer le bateau par leurs propres peurs.

Les anciens sont des hommes sur qui l'on peut se fier pour dire la bonne parole, faire la bonne chose, être où ils doivent être d'une année à l'autre. Quelqu'un a exprimé cet esprit quand il a dit : « Même s'il n'en reste que deux, je serai là ! » Les anciens sont comme cela, peu importe ce qui arrive, ils seront là.

Cet homme peut partager ses sentiments.

36Après avoir ainsi parlé, il se mit à genoux, et il pria avec eux tous. 37Et tous fondirent en larmes, et, se jetant au cou de Paul, 38ils l'embrassaient, affligés surtout de ce qu'il avait dit qu'ils ne verraient plus son visage. Et ils l'accompagnèrent jusqu'au navire.
– Actes 20.36-38

Les anciens sont limités dans leur habileté d'arranger les choses. Ils n'ont habituellement pas la formation nécessaire pour conseiller ceux qui ont des problèmes psychologiques, familiaux ou d'accoutumance. Ils ne peuvent pas éliminer toute dette financière, et la plupart n'ont pas la connaissance médicale pour soigner les maladies.

Leur travail n'est pas d'« arranger » mais plutôt de « nourrir » et de « ressentir ». Leur tâche est de nourrir l'Église par la Parole de Dieu afin qu'elle soit forte spirituellement, peu importe les situations physiques, financières ou émotionnelles auxquelles les membres font face. Les anciens ont besoin de faire preuve d'empathie avec la congrégation en temps de joie mais aussi dans les périodes de deuil et de tristesse. Leur capacité de partager avec les membres la joie d'un nouveau bébé ou la douleur de séparation aide l'assemblée à comprendre que Dieu se soucie d'elle et qu'Il sait ce que nous ressentons. Les anciens sont les instruments de Dieu pour réassurer ses enfants qu'Il est conscient de chaque moineau qui tombe, qu'Il ressent la tristesse à la perte de chaque saint et qu'Il se réjouit au retour de chaque pécheur.