Cette leçon examine la source même du conflit Juif-Arabe ainsi que la marque distincte donnée à Abraham et à tous ses descendants mâles, la circoncision.
Langues

Nous avons parlé d'Abram en tant que type pour le chrétien. Après sa victoire sur les rois du nord et sa rencontre avec Melchizédek, Abram demande à Dieu un fils et un signe de Ses promesses, ce qu'il n'avait pas fait auparavant.

La Bible dit que Dieu réitère la promesse d'un fils et d'une postérité future ainsi qu'une description spécifique de la terre qu'Il lui promet. Dans un passage-clé on apprend qu'Abram a cru à ces promesses et qu'à cause de sa foi, Dieu lui a imputé une justice morale.

J'ai fait quelques remarques importantes sur la façon dont ce passage est fondamental pour nous en tant que chrétiens:

  1. Il nous enseigne que la raison pour laquelle nous sommes sauvés est que nous sommes justes et saints devant Dieu.
  2. Il nous enseigne que la raison pour cette justice et cette sainteté est que nous croyons qu'Il nous les donnera à travers la foi en Jésus Christ puisque nous ne pouvons les accomplir par le perfectionisme.
  3. Il nous enseigne que cette foi est une relation à vie. Certaines idées peuvent être exprimées dans un verset, par exemple: "Tu ne déroberas point". D'autres sont plus longues à démontrer. L'idée que le salut est basé sur la foi peut être exprimée en un seul verset. L'explication que la foi n'est pas simplement un assentiment intellectuel mais une relation à vie est plus longue à expliquer. L'histoire d'Abram comprend encore huit chapitres et la majeure partie explique cette relation de foi à vie qu'Abram avait avec Dieu. Il y a eu des hauts et des bas, des péchés et de grands actes de courage mais à travers tout cela, Abram n'a jamais cessé de croire que Dieu lui donnerait ultimement ce qu'Il avait promis. C'est là la foi qui sauve.

Maintenant nous voyons Abram et Saraï vivre cette relation de foi avec Dieu et comment elle les transforme en gens pieux, proches de Dieu.

La solution de Saraï

1Saraï, femme d'Abram, ne lui avait point donné d'enfants. Elle avait une servante Égyptienne, nommée Agar. 2Et Saraï dit à Abram: Voici, l'Éternel m'a rendue stérile; viens, je te prie, vers ma servante; peut-être aurai-je par elle des enfants. Abram écouta la voix de Saraï. 3Alors Saraï, femme d'Abram, prit Agar, l'Égyptienne, sa servante, et la donna pour femme à Abram, son mari, après qu'Abram eut habité dix années dans le pays de Canaan. 4Il alla vers Agar, et elle devint enceinte. Quand elle se vit enceinte, elle regarda sa maîtresse avec mépris.
- Genèse 16:1-4

La foi de Saraï commence à faiblir et le fait que le futur est censé tenir une grande postérité issue d'elle, elle commence à considérer son infertilité comme une honte et un fardeau.

Elle décide de passer à l'action. Au début, pour résoudre le problème de la famine, Abram était prêt à partager sa femme avec un autre homme. Cette fois c'est au tour de Saraï de partager son mari avec une autre femme pour résoudre son problème d'infertilité.

Agar était une esclave, probablement prise lors de leur temps en Égypte. Selon la coutume du temps, elle était la propriété de Saraï et tout enfant qu'elle aura, avec qui que ce soit, appartiendra à Saraï. C'était aussi la coutume de produire autant d'enfants que possible par ce genre d'action qui n'était pas considérée un adultère.

Ils ont ainsi manqué à la volonté de Dieu de deux manières:

Premièrement, même si c'était la coutume et qu'ils ne s'en sentaient pas coupables, ils violaient le commandement de base d'"une seule chair" dans le mariage. Il n'y avait ici ni déception ni séduction, pas de désir préalable comme dans une situation d'adultère, mais ils violaient néanmoins le principe du mariage que les deux conjoints deviennent un et ils ne devaient ajouter personne d'autre.

Je crois que c'est le principe qui est violé aujourd'hui quand quelqu'un mêle le sperme ou l'oeuf de quelqu'un d'autre que leur époux ou épouse pour produire des enfants s'ils ne peuvent concevoir naturellement. Il n'y a pas de convoitise, pas de mensonge, pas même de relation sexuelle, mais en prenant l'oeuf ou le sperme de quelqu'un en dehors du mariage, ils violent le principe biblique "d'une seule chair." C'est là ce qu'Abram et Saraï ont fait, et ils l'ont regretté: les versets suivants montrent les tendances humaines naturelles qui résultent de la désobéissance aux règles de base établies par Dieu pour le mariage et la famille.

La deuxième manière dont Saraï a violé la volonté de Dieu a été de se charger de faire accomplir la promesse. Elle ne voyait pas de manière naturelle et elle a donc conçu un plan... "la fin justifie les moyens"! L'injustice de l'homme n'accomplit toutefois pas la justice de Dieu. Quand Dieu fait une promesse, Il peut l'accomplir par des moyens naturels ou surnaturels et Sarai ne le comprenait pas - mais elle comprendra avec le temps.

Par exemple, Dieu promet de subvenir à nos besoins et Il le fait par des moyens naturels. Il promet aussi de ressusciter nos corps, cela Il fait de manière surnaturelle.

Saraï démontre que nos solutions à court terme ne tiennent pas toujours compte du pouvoir de Dieu ni de Ses plans à long terme.

La promesse à Agar

5Et Saraï dit à Abram: L'outrage qui m'est fait retombe sur toi. J'ai mis ma servante dans ton sein; et, quand elle a vu qu'elle était enceinte, elle m'a regardée avec mépris. Que l'Éternel soit juge entre moi et toi! 6Abram répondit à Saraï: Voici, ta servante est en ton pouvoir, agis à son égard comme tu le trouveras bon. Alors Saraï la maltraita; et Agar s'enfuit loin d'elle.

La situation devient intolérable parce qu'Agar change (elle porte l'enfant de son maître) et Saraï perd la face (sa stérilité est rendue plus évidente, plus honteuse). Abram s'en lave les mains puisque ce n'était pas là son idée. Il aurait dû refuser de s'y soumettre mais Saraï a insisté. La servante est maltraitée et elle s'enfuit, essayant probablement de retourner chez elle en Égypte.

7L'ange de l'Éternel la trouva près d'une source d'eau dans le désert, près de la source qui est sur le chemin de Schur. 8Il dit: Agar, servante de Saraï, d'où viens-tu, et où vas-tu? Elle répondit: Je fuis loin de Saraï, ma maîtresse. 9L'ange de l'Éternel lui dit: Retourne vers ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main.

Elle est retrouvée pas trop loin dans le désert (c'était un voyage beaucoup trop long pour une jeune femme seule et enceinte). L'ange lui dit de retourner vers sa maîtresse et de changer d'attitude (de s'humilier et de se soumettre).

10L'ange de l'Éternel lui dit: Je multiplierai ta postérité, et elle sera si nombreuse qu'on ne pourra la compter. 11L'ange de l'Éternel lui dit: Voici, tu es enceinte, et tu enfanteras un fils, à qui tu donneras le nom d'Ismaël; car l'Éternel t'a entendue dans ton affliction. 12Il sera comme un âne sauvage; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui; et il habitera en face de tous ses frères.

L'ange lui dit ce qui adviendra de l'enfant qu'elle porte.

ISMAËL signifie "Dieu entend", ce qui suggère qu'elle priait Dieu pour de l'aide, que pendant son temps avec Abram elle a appris à connaître Dieu et a cru en Lui. L'ange lui dit que son fils sera un "âne sauvage" qui sera en conflit perpétuel avec les autres. La longue histoire des peuples arabes qui sont les descendants d'Ismaël en témoigne; ils ont été en conflit les uns avec les autres et avec les Juifs depuis ce temps-là.

Il lui promet aussi que son fils et ses descendants deviendront des nations nombreuses.

13Elle appela Atta El roï le nom de l'Éternel qui lui avait parlé; car elle dit: Ai-je rien vu ici, après qu'il m'a vue?14C'est pourquoi l'on a appelé ce puits le puits de Lachaï roï; il est entre Kadès et Bared.

Elle appelle Dieu "El roï", le Dieu qui voit, en hommage à sa foi. Elle a nommé le puits "le puits du Dieu vivant qui voit".

15Agar enfanta un fils à Abram; et Abram donna le nom d'Ismaël au fils qu'Agar lui enfanta. 16Abram était âgé de quatre-vingt-six ans lorsqu'Agar enfanta Ismaël à Abram.

Son retour n'est pas mentionné, seulement le fait qu'elle donne naissance à un fils et qu'Abram le nomme Ismaël, ce qui démontre qu'Abram et Saraï ont cru au récit de sa rencontre avec l'ange et l'ont reprise.

L'alliance renouvelée – 17.1-8

Treize ans passent dont rien n'est dit et quand Abram a 99 ans, Dieu lui apparaît encore une fois et renouvelle Son alliance. Cette fois il s'y trouve quelques changements:

  • Il S'appelle le Dieu tout-puissant ce qui suggère qu'après cette longue période de silence Dieu est prêt à mettre Ses promesses en force.
  • Il dit à Abram de marcher devant Lui et d'être intègre (de ne pas tomber dans l'incrédulité et la désobéissance).
  • Il change son nom à Abraham (ce qui signifie Père d'une multitude).
  • Il étend aussi toutes les promesses préalables aux descendants d'Abraham. La protection, la terre, la nation, etc. seront non seulement pour Abraham mais pour tous les peuples qui descendront de lui.

L'alliance confirmée – v. 9-14

9Dieu dit à Abraham: Toi, tu garderas mon alliance, toi et tes descendants après toi, selon leurs générations. 10C'est ici mon alliance, que vous garderez entre moi et vous, et ta postérité après toi: tout mâle parmi vous sera circoncis. 11Vous vous circoncirez; et ce sera un signe d'alliance entre moi et vous. 12A l'âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, selon vos générations, qu'il soit né dans la maison, ou qu'il soit acquis à prix d'argent de tout fils d'étranger, sans appartenir à ta race. 13On devra circoncire celui qui est né dans la maison et celui qui est acquis à prix d'argent; et mon alliance sera dans votre chair une alliance perpétuelle. 14Un mâle incirconcis, qui n'aura pas été circoncis dans sa chair, sera exterminé du milieu de son peuple: il aura violé mon alliance.

Dans ces versets, Dieu donne la circoncision (qui signifie "couper autour") en signe de ce qui identifiera ceux qui sont inclus dans l'alliance avec Lui. Nous savons que la circoncision avait certains bénéfices pour la santé mais ce n'était qu'une considération mineure de cette pratique en signe qu'une personne faisait partie de l'alliance avec Dieu. La circoncision représentait beaucoup de choses:

  1. Les promesses de Dieu s'adressaient à la "semence" d'Abraham et l'organe physique qui portera cette semence d'une génération à l'autre sera ainsi marqué pour le leur rappeler.
  2. Le fait de couper tout autour (ce que le mot circoncision signifie et ce qu'elle est, la découpe autour du prépuce sur le pénis) représentait l'enceinte complète de la volonté de Dieu.
  3. C'était un signe de foi:
    1. La foi de la part de la mère et du père qui y soumettaient leur fils par obéissance à Dieu.
    2. La foi de la part de la femme qui pouvait joyeusement se soumettre et entrer en partenariat avec un homme qui faisait partie de l'alliance avec Dieu. Dans le mariage, elle devenait témoin de l'alliance.
    3. La foi de la part de l'homme dont le propre corps ne cessait de lui rappeler qu'il appartenait à Dieu et qu'il ne devait pas l'utiliser pour le plaisir du péché.
  4. La circoncision était un signe de sanctification.

La coupure de la chair représentait la séparation de cette personne du monde pécheur et charnel et l'entrée dans un groupe particulier, séparé et sanctifié.

Le fait de refuser la circoncision pour soi-même ou pour quelqu'un de la famille signifiait refuser toutes ces choses et litéralement être retranché des promesses de Dieu.

Changement de nom – v. 15-27

Il se passe trois choses significatives dans la dernière section de ce chapitre:

  1. Le changement de nom - Saraï devient Sara, ce qui signifie princesse.
  2. Dieu promet à Abraham que Sara elle-même enfantera un fils (c'en est la première mention) et qu'il sera appelé Isaac (rire) parce que qu'Abraham a ri de joie quand on le lui a dit. Et comme elle sera la mère de nombreuses nations, son nom est changé en celui de "princesse".
  3. Abraham se circoncit, ainsi que son fils et toute sa maisonnée. Il prie même pour Ismaël, puisqu'un autre prend sa place, que Dieu ne l'oublie pas et Dieu promet de faire de lui une grande nation.

Dieu est maintenant prêt à remplir une de Ses promesses à Abraham, son propre fils avec Sara.

Leçons

1. La manière de Dieu est toujours la bonne manière

Il est tentant de changer ou d'éliminer la Parole de Dieu de différentes manières pour accommoder de nouvelles tendances ou pressions mais la manière de Dieu est toujours la bonne manière.

Elle n'est peut-être pas jugée comme réussie ou pertinente selon la norme de ce monde, mais le but et les méthodes de Dieu ne sont jugés que par Dieu, pas par l'homme.

2. La circoncision est un type pour le baptême

La circoncision servait à préparer au rôle du baptême dans nos vies:

  • Elle était une réponse de foi envers Dieu.
  • Elle servait de signe pour identifier les croyants.
  • Elle était nécessaire pour faire partie de la promesse.
Et c'est en lui que vous avez été circoncis d'une circoncision que la main n'a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:
- Colossiens 2.11

Ce qu'Abraham a fait à sa maisonnée de ses propres mains, le Christ fait pour nous dans les eaux du baptême.

  • Il enlève la dimension charnelle de nos péchés.
  • Il nous fait entrer dans les promesses.
  • Il nous donne le Saint-Esprit comme le sceau intérieur, représenté par le baptême comme sceau extérieur de notre salut.

3. Attendre Dieu

Il s'est écoulé plusieurs années entre la promesse et son accomplissement mais Abraham a attendu et il continué à croire en Dieu. On sait qu'il a attendu parce qu'il était heureux de Le voir et prêt à obéir quand Il est enfin venu. Ne comptons ni les minutes ni les jours, comptons sur la certitude de Ses promesses et le temps n'aura pas d'importance.