Dans cette section de la Genèse, Dieu révèle à Abraham le principe central de l'évangile par un processus de foi.
Langues

Nous étudions la vie d'Abram, ses voyages à Canaan et en Égypte, ses échecs et ses succès à faire confiance à Dieu pour le protéger et subvenir à ses besoins, et sa rencontre avec le grand type du futur sacerdoce du Christ, Melchizédek, après qu'il ait vaincu les rois du nord et sauvé son neveu Lot. Nous retrouvons les mêmes patrons de promesses et d'échecs à mesure qu'il continue son voyage de foi.

La promesse renouvelée - chapitre 15

Après les batailles qu'il a menées, nous voyons Abram ressentir sa propre mortalité et commencer à questionner comment Dieu accomplira certaines parties des promesses.

Après ces événements, la parole du Seigneur vient à Abram dans une vision.

1Après ces événements, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit: Abram, ne crains point; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande.

Dieu réassure Abram après l'énorme bataille qu'il vient de traverser. Ce verset présente plusieurs idées intéressantes:

  1. C'est la première fois que l'expression "la parole de l'Éternel" apparaît pour signifier Dieu Lui-même. En Jean, la parole a été faite chair, mais ici pour la première fois Dieu vient à Abram comme la Parole.
  2. La "parole" est une vision, Le Seigneur Se révèle à Abram afin de le rassurer et de renouveler la promesse.
  3. Ce sont ici les premiers passages de "je suis" dans la Bible. Je suis ton bouclier et ta récompense.
  4. Jésus Se décrivait souvent de cette manière: je suis la lumière du monde; je suis le chemin, la vérité et la vie; je suis la porte, la vigne, l'alpha et l'oméga.
  5. L'admonition "ne crains point" apparaît ici pour la première fois, mais pas la dernière, pour réassurer Abram. Adam avait entendu la voix du Seigneur et il avait eu peur. Ici Dieu dit à Abram de ne pas avoir peur quand il L'entend.
  6. Quand Abram entend, il ne craint pas parce qu'il a cru Dieu.

Comparaison entre Adam et Abraham:

  • Adam avait reçu des habits de peau pour couvrir sa honte; Abram reçoit un bouclier.
  • Adam est le père de tous les hommes; Abram est le père de tous ceux qui croient.
  • Adam perd le paradis; le Seigneur Lui-même est promis à Abram, le créateur du paradis sera sa récompense.
2Abram répondit: Seigneur Éternel, que me donneras-tu? Je m'en vais sans enfants; et l'héritier de ma maison, c'est Éliézer de Damas. 3Et Abram dit: Voici, tu ne m'as pas donné de postérité, et celui qui est né dans ma maison sera mon héritier. 4Alors la parole de l'Éternel lui fut adressée ainsi: Ce n'est pas lui qui sera ton héritier, mais c'est celui qui sortira de tes entrailles qui sera ton héritier. 5Et après l'avoir conduit dehors, il dit: Regarde vers le ciel, et compte les étoiles, si tu peux les compter. Et il lui dit: Telle sera ta postérité. 6Abram eut confiance en l'Éternel, qui le lui imputa à justice.

Abram est réconforté par les paroles de Dieu mais le fait qu'il soit passé proche de la mort l'amène à se concentrer sur sa descendance.

  • Il entend la promesse de Dieu qu'il aura de nombreux descendants mais il n'a encore aucun fils.
  • Celui qu'il considère comme son héritier n'est pas même un membre de sa famille. Il semble que Lot ne soit pas retourné vivre avec lui.

Dans la même vision, le Seigneur lui assure qu'il produira, à partir de sa propre semence, un fils (ce qui est encore possible étant donné que seule Saraï est stérile selon ce qu'il en sait).

Dieu renouvelle la promesse et cette fois Il compare la postérité d'Abram aux étoiles du ciel.

Une autre idée apparaît ici pour la première fois au verset 6, l'expression "avoir confiance", et associé à "imputer" et à "la justice", nous avons ici le coeur de la foi chrétienne décrit en un seul verset. Examinons chaque mot:

  • AVOIR CONFIANCE: accepter comme vrai; signifie aussi croire, soutenir.
  • IMPUTER: donner ou considérer. On donne à quelqu'un certains pouvoirs ou une crédibilité pour une raison particulière. Par exemple, donner à quelqu'un un diplôme "honorifique"
  • LA JUSTICE: le premier emploi de cette manière dans la Bible. La justesse morale ou droiture. Une vertu.

Quand on met ces idées ensemble, elles enseignent que Dieu a donné à Abram la justice (qu'autrement il ne possédait pas ou n'avait pas obtenue) parce qu'Abram a accepté comme vrai ce que Dieu lui a promis.

Nous avons vu plus tôt ce qu'est un type: un type est une personne, un événement ou une chose qui préfigure, qui affiche ou qui prépare à quelque chose, à quelqu'un ou à un événement futur quelconque. Par exemple, Melchizédek était un type pour le sacerdoce du Christ. L'arche était un type pour l'église. Le sacrifice d'animaux était un type pour préparer les esprits à comprendre le sacrifice du Christ.

Abram est un type pour chaque chrétien. Dieu impute ou donne la justice à celui qui a confiance en Lui. C'est à dire, Dieu considère juste (moralement acceptable devant Lui et donc digne du paradis) la personne qui croit ce qu'Il dit. Ce que Dieu dit est de croire que Jésus est le Christ et qu'il faut Lui obéir. Alors, chez celui qui croit en Jésus plusieurs choses suivent naturellement:

  • Il rejette le péché comme style de vie.
  • Il est baptisé selon Son commandement.
  • Il Le suit dans cette vie jusqu'à la suivante.

La confusion dans le monde religieux est que certains enseignent que Dieu impute la justice aussitôt qu'il y a un assentiment ou un accord intellectuel de la part du croyant à ce que Dieu a dit.

Notre étude de la vie d'Abram montrera que quand il a cru Dieu, il est entré dans une relation où sa croyance l'a conduit à servir et à obéir à Dieu tout au long de sa vie.

Dieu ne lui a pas imputé justice seulement parce qu'il a dit qu'il croyait ou parce qu'il accomplissait tout parfaitement. Il lui a imputé justice parce que sa croyance l'a mené à entrer dans une relation de foi avec Dieu où il avait confiance que Dieu allait remplir Ses promesses peu importe les hauts et les bas dans leur relation.

C'est pour cela que cette histoire est ici comme un type, pour nous préparer à notre relation avec Dieu. Chacun de nous a une relation qui est profondément personelle et engagée tout comme celle d'Abram.

Dieu nous impute la justice parce que par la foi, exprimée par la repentance et le baptême (qui est la réponse exigée par Dieu pour exprimer notre croyance), nous entrons avec Lui dans une relation qui dure toute la vie.

Et nous sommes justes, continuellement et complètement (nous ne sommes jamais plus pur ni plus sauvé qu'au moment du baptême), nous continuons à être pleinement justes parce que nous croyons que Dieu accomplira toutes Ses promesses (la résurrection, les corps glorifiés, la vie éternelle) en dépit des hauts et des bas dont nous faisons l'expérience dans notre marche avec Lui.

7L'Éternel lui dit encore: Je suis l'Éternel, qui t'ai fait sortir d'Ur en Chaldée, pour te donner en possession ce pays. 8Abram répondit: Seigneur Éternel, à quoi connaîtrai-je que je le posséderai? 9Et l'Éternel lui dit: Prends une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe. 10Abram prit tous ces animaux, les coupa par le milieu, et mit chaque morceau l'un vis-à-vis de l'autre; mais il ne partagea point les oiseaux. 11Les oiseaux de proie s'abattirent sur les cadavres; et Abram les chassa.

12Au coucher du soleil, un profond sommeil tomba sur Abram; et voici, une frayeur et une grande obscurité vinrent l'assaillir. 13Et l'Éternel dit à Abram: Sache que tes descendants seront étrangers dans un pays qui ne sera point à eux; ils y seront asservis, et on les opprimera pendant quatre cents ans. 14Mais je jugerai la nation à laquelle ils seront asservis, et ils sortiront ensuite avec de grandes richesses. 15Toi, tu iras en paix vers tes pères, tu seras enterré après une heureuse vieillesse. 16A la quatrième génération, ils reviendront ici; car l'iniquité des Amoréens n'est pas encore à son comble.

17Quand le soleil fut couché, il y eut une obscurité profonde; et voici, ce fut une fournaise fumante, et des flammes passèrent entre les animaux partagés. 18En ce jour-là, l'Éternel fit alliance avec Abram, et dit: Je donne ce pays à ta postérité,

depuis le fleuve d'Égypte jusqu'au grand fleuve, au fleuve d'Euphrate,
19le pays des Kéniens, des Keniziens, des Kadmoniens, 20des Héthiens, des Phéréziens, des Rephaïm, 21des Amoréens, des Cananéens, des Guirgasiens et des Jébusiens.

Dans le reste de ce chapitre, Abram demande un signe que ces choses s'accompliront. À l'époque d'Abram, l'idée de la vie éternelle telle que nous la comprenons aujourd'hui (une existence personnelle consciente sans fin), n'était pas aussi développée qu'elle l'est maintenant. Dieu nous a révélé, dans Sa parole, une idée plus complète de ce qu'elle est.

Pour Abram, l'idée d'un fils et de descendants était le concept le plus clair de ce qu'était la vie éternelle (l'idée de continuer à vivre à travers ses descendants était ce qui rendait cette question si importante).

Dieu lui donne donc, comme signe, une vision de ses générations futures (bonnes et mauvaises). Il fait ensuite un sacrifice d'alliance entre eux deux avec des caractéristiques intéressantes:

  1. Chacun des 5 animaux acceptables sont placés pour être sacrifiés. Coupés en deux, avec les morceaux placés vis-à-vis et un espace entre eux. Le fait qu'il y en a 5 indique que le coût de la promesse sera grand. La coutume du jour était que lorsqu'une alliance était faite, chaque personne passait entre les rangées du sacrifice pour démontrer qu'elle était liée par l'alliance que le sacrifice représentait et ratifiait. Si l'un ou l'autre rompait l'alliance, alors la mort de l'animal ne serait plus suffisante et la mort du participant fautif pourrait être requise.
  2. Rien ne s'est produit immédiatement après les préparatifs initiaux, signifiant à quel point ce serait long avant que Dieu ne remplisse la promesse. Abram a même dû chasser les oiseaux de proie qui voulaient détruire les cadavres, un symbole des efforts constants de Satan de détruire la relation et les promesses de Dieu à l'homme.
  3. La vision prend alors un tour sombre pour décrire les souffrances de ses descendants en Égypte et leur liberté éventuelle.
  4. La fournaise fumante et les flammes qui passent entre les animaux symbolisent la présence de Dieu entre les deux parts de l'offrande. Dieu Seul passe au milieu et non pas Abram (la coutume voulait que les deux parties passent). Cela signifie que l'alliance ne nécessitait que la ratification de Dieu pour être complète. Dans une alliance entre Dieu et l'homme, l'homme l'accepte mais les conditions et les garanties appartiennent à Dieu.
  5. Dieu indique maintenant clairement la seconde partie de Sa promesse à Abram (la première était qu'il aurait un fils) et il s'agit des frontières géographiques de la terre promise. Du désert au sud jusqu'à l'Euphrate au nord. Tous les peuples qui seraient conquis.
    • Sous Salomon et Jéroboam (1 Rois 8.65; 2 Rois 14.25) cette promesse a ultimement été accomplie physiquement et les Juifs ont régné sur tout le pays.
    • Dieu nous donne aussi une garantie de notre promesse. Sa "Parole" décrit la résurrection de Jésus, Son retour éventuel et Son jugement; les tribulations que nous souffrirons avant que ne vienne la fin (Apocalypse) et ce que nous devons faire pour demeurer fidèles. La Parole est notre vision et notre garantie du futur.

La plénitude des promesses de Dieu qui incluent la prospérité, la protection et la postérité est ainsi faite par Dieu et confirmée par Lui par une alliance.

Leçons

1. Nous sommes sauvés par la foi

Ce qui nous sauve c'est que nous sommes moralement parfaits et acceptables à Dieu. Ce qui nous rend purs et moraux c'est que Dieu nous considère ainsi, qu'Il nous impute cette condition gratuitement et complètement. Ce qui fait qu'Il nous donne cela est que nous Le croyons tout comme Abram Le croyait. Nous entrons dans une relation avec Dieu comme Abram l'a fait. Dieu dit qu'Il nous acceptera si nous acceptons le Christ et Il nous considère alors acceptables devant Lui. Nous exprimons cette croyance d'abord en nous repentant de nos péchés et en étant baptisés (Actes 2.38) puis nous continuons à être sauvés en continuant à croire.

Nous verrons qu'Abram a eu de nombreux hauts et bas après qu'il est entré dans une relation de foi avec Dieu. Ce qui l'a gardé juste pendant qu'il échouait et réussissait n'était pas son degré de succès ou d'échec mais sa foi en Dieu qu'Il accomplirait cette promesse malgré ses échecs. La foi nous maintient juste, et non pas le perfectionisme.

2. Nous y arriverons par la foi

Malgré les hauts et les bas d'Abram, Dieu en a éventuellement façonné un serviteur fidèle. La promesse n'est pas que Dieu acceptera une mauvaise personne parce qu'elle croit. La promesse est que Dieu fera d'une mauvaise personne qui croit une personne juste et un serviteur fidèle.

Abram a vécu longtemps et Dieu en a fait un grand serviteur, mais Sa promesse envers nous est que ce qu'Il ne complètera pas ici-bas, Il complètera au ciel, si seulement nous Le croyons.