Langues :
English
Plateformes :
YouTubeRoku FireTV
 

Jésus en Galilée : Début de son ministère public

1re partie

Par Michel Mazzalongo Verset : Luc 4.1-6.16 Publié : Tue. December 5
Luc décrit les nombreux miracles et enseignements que Jésus a faits près de chez-lui et dans les environs.

Luc suit le patron des autres évangélistes en documentant le ministère de Jésus en ordre chronologique, commençant au début de son ministère public. Après une courte mention de Son baptême par Jean dans le Jourdain près de Jérusalem (Matthieu 3.13-17) et une description de Sa tentation par Satan quand il jeûnait dans le désert pendant 40 jours et 40 nuits (Luc 4.1-13), (une scène aussi décrite par Matthieu et Marc et que nous ne discuterons donc pas ici), Jésus retourne à la partie nord d'Israël, dans la région de la Galilée. C'est là qu'Il commence Son ministère public près de chez-Lui et parmi le peuple qu'Il connaissait et avec qui Il avait grandit.

Jésus commence Son ministère public — 4.14-44

Sommaire général

14Jésus, revêtu de la puissance de l'Esprit, retourna en Galilée, et sa renommée se répandit dans tout le pays d'alentour. 15 Il enseignait dans les synagogues, et il était glorifié par tous.
- Luc 4.14-15

Selon la manière d'écrire de l'époque, Luc commence par une vue d'ensemble du ministère de Jésus avant d'en spécifier les détails. Il mentionne les deux éléments de base de Son ministère: les miracles (par la puissance du Saint Esprit) et l'enseignement (dans les synagogues). Luc dit aussi qu'au début Il était reçu avec enthousiasme (loué par tous). Cet enthousiasme a toutefois changé rapidement quand Jésus est retourné dans Sa ville de Nazareth pour enseigner.

Jésus enseigne à Nazareth – 4.16-30

Luc décrivait plus tôt les miracles de Jésus et Son enseignement de manière générale mais il donne maintenant un récit plus détaillé, ajoutant comment les gens réagissent à Son instruction.

16Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, 17et on lui remit le livre du prophète Ésaïe. L'ayant déroulé, il trouva l'endroit où il était écrit: 18L'Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, 19Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur. 20Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s'assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui.21Alors il commença à leur dire: Aujourd'hui cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, est accomplie.
- Luc 4.16-21

La prédication et l'enseignement de Jésus comprenaient trois thèmes principaux:

  1. Les prédictions concernant le Messie étaient sur le point de s'accomplir.
  2. Il était le divin Messie selon les Écritures.
  3. Ceux qui croiraient deviendraient le peuple de Dieu, les élus, le royaume, les saints, etc. Ceux qui ne croiraient pas en seraient exclus.

Le passage que Jésus lit ici est tiré d'Ésaïe 61.1-2. Au temps où ils avaient été écrits, les mots d'Ésaïe étaient supposés être une prophétie à court terme concernant la libération éventuelle des Juifs de la captivité babylonienne et leur retour. "À court terme" parce que les prophètes parlaient (prophétisaient) en trois périodes. Ils enseignaient (prophétisaient) au sujet d'événements et de questions courantes, encourageant et avertissant leurs auditeurs à obéir à Dieu, à éviter certaines actions sous peine de faire face aux conséquences du jugement divin. Ils enseignaient aussi et faisaient des prophéties à court terme concernant des événements futurs qui pourraient se produire le jour suivant, l'année suivante ou même dans le siècle suivant (par exemple la prophétie de Jérémie des 70 ans d'exile et de captivité des Juifs à Babylone, Jérémie 25.9-12). En plus de ces prononcements, ils faisaient aussi des prophéties à long terme concernant des événements qui se produiraient plusieurs siècles dans le futur (par exemple, la venue du Messie ou la fin du monde). La même prophétie avait parfois une signification double, comme ce passage en Ésaïe 61.1-2. Comme mentionné ci-dessus, elle réconfortait le peuple de son époque en promettant le retour de Babylone des exilés juifs. Mais la prophétie d'Ésaïe s'appliquait aussi à une vision lointaine dans le futur en parlant des choses merveilleuses qui se produiraient avec la venue éventuelle du Messie à un temps que personne ne connaissait mais que le peuple espérait (dans ce cas, près de 700 ans plus tard).

Au commencement du passage, Luc parle de Jésus "revêtu de la puissance de l'Esprit," qui fait des miracles et donne des enseignements remplis de l'Esprit. Quand Jésus s'asseoit, Il déclare que cette Écriture "que vous venez d'entendre" est accomplie en Lui. Ce qu'Il dit, en fait, est que l'enseignement rempli de l'Esprit et les miracles opérés par l'Esprit qu'ils ont vus et entendus de Lui sont les choses dont ce passage parle. Autrement dit, le temps dont Ésaïe parle est arrivé. Son enseignement et Ses miracles le prouvent.

Jésus commence donc Son ministère public par Sa déclaration que le Messie au sujet duquel ils ont lu et qu'ils ont attendu est ici.

Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient: N'est-ce pas le fils de Joseph?
- Luc 4.22

Au début, ils réagissent positivement à Ses paroles mais ils sont en conflit et commencent à douter parce qu'ils Le connaissent comme quelqu'un qui a grandi parmi eux et qu'ils connaissent aussi Son père terrestre, Joseph.

23Jésus leur dit: Sans doute vous m'appliquerez ce proverbe: Médecin, guéris-toi toi-même; et vous me direz: Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm. 24Mais, ajouta-t-il, je vous le dis en vérité, aucun prophète n'est bien reçu dans sa patrie. 25Je vous le dis en vérité: il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d'Élie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois et qu'il y eut une grande famine sur toute la terre; 26et cependant Élie ne fut envoyé vers aucune d'elles, si ce n'est vers une femme veuve, à Sarepta, dans le pays de Sidon. 27Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël du temps d'Élisée, le prophète; et cependant aucun d'eux ne fut purifié, si ce n'est Naaman le Syrien. 28Ils furent tous remplis de colère dans la synagogue, lorsqu'ils entendirent ces choses. 29Et s'étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu'au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas. 30Mais Jésus, passant au milieu d'eux, s'en alla.
- Luc 4.23-30

Jésus est conscient de leur doute et Il comprend que ce qu'ils veulent est un miracle pour prouver Ses revendications. Le Seigneur refuse et donne des exemples de leur manque de foi par le passé. Cette accusation les enrage et ils tentent de Le tuer, mais Il s'échappe.

Jésus accomplit des miracles – 4.31-44

Luc nous a permis de voir de près l'enseignement de Jésus et la façon dont Il a affecté beaucoup de Juifs, en particulier dans la ville où Il a grandi. L'évangéliste décrit maintenant l'autre composante majeure du ministère de Jésus: les miracles.

31Il descendit à Capernaüm, ville de la Galilée; et il enseignait, le jour du sabbat. 32On était frappé de sa doctrine; car il parlait avec autorité. 33Il se trouva dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon impur, et qui s'écria d'une voix forte: 34Ah! qu'y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es: le Saint de Dieu. 35Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. Et le démon le jeta au milieu de l'assemblée, et sortit de lui, sans lui faire aucun mal. 36Tous furent saisis de stupeur, et ils se disaient les uns aux autres: Quelle est cette parole? il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent! 37Et sa renommée se répandit dans tous les lieux d'alentour.
- Luc 4.31-37

Dans cette scène, Luc décrit à la fois le miracle et la réaction des gens. Il est intéressant de noter que le démon reconnaît Jésus avant même que les Juifs ne Le reconnaissent. Le Seigneur le fait taire parce qu'Il refuse de recevoir le témoignage des démons. Les gens sont étonnés et à cause de cela Sa renommée se répand dans tout le pays.

Aux versets 38-44 Luc décrit beaucoup d'autres miracles qui servent à établir l'identité de Jésus et Son ministère grandissant. Il termine le chapitre en disant que Jésus continue Son ministère dans les synagogues de la région nord de la Galilée (tout comme il avait commencé cette section).

Jésus choisit des disciples – 5.1-6.16

Luc a déjà mentioné que Jésus s'occupait à enseigner dans les synagogues et à faire des miracles. Cela a évidemment stimulé de l'intérêt mais a aussi créé un besoin pour de l'aide à Son ministère grandissant.

1Comme Jésus se trouvait auprès du lac de Génésareth, et que la foule se pressait autour de lui pour entendre la parole de Dieu, 2 il vit au bord du lac deux barques, d'où les pêcheurs étaient descendus pour laver leurs filets. 3 Il monta dans l'une de ces barques, qui était à Simon, et il le pria de s'éloigner un peu de terre. Puis il s'assit, et de la barque il enseignait la foule.
- Luc 5.1-3

Cet événement a lieu dans la ville où Il habitait à l'âge adulte, à Capernaum le jour après qu'Il ait guéri la belle-mère de Pierre (4.39).

4Lorsqu'il eut cessé de parler, il dit à Simon: Avance en pleine eau, et jetez vos filets pour pêcher. 5Simon lui répondit: Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ta parole, je jetterai le filet. 6L'ayant jeté, ils prirent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait. 7Ils firent signe à leurs compagnons qui étaient dans l'autre barque de venir les aider. Ils vinrent et ils remplirent les deux barques, au point qu'elles enfonçaient. 8Quand il vit cela, Simon Pierre tomba aux genoux de Jésus, et dit: Seigneur, retire-toi de moi, parce que je suis un homme pécheur. 9Car l'épouvante l'avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la pêche qu'ils avaient faite. 10Il en était de même de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Alors Jésus dit à Simon: Ne crains point; désormais tu seras pêcheur d'hommes. 11Et, ayant ramené les barques à terre, ils laissèrent tout, et le suivirent.
- Luc 5.4-11

Il est évident que Pierre et ses compagnons connaissaient déjà Jésus vu qu'ils vivaient tous dans la même région, et que Pierre prend Jésus dans sa barque. Après Son enseignement, Jésus lui dit de jetter ses filets. Pierre est d'abord hésitant et avec bonne raison:

  • Lui qui était un pêcheur expérimenté n'avait rien pris. Comment ce rabbin pouvait-Il lui enseigner à pêcher?
  • C'était le mauvais temps de la journée pour pêcher. Le meilleur temps était la nuit, juste avant le lever du soleil.
  • C'était le mauvais endroit. Dans ce lac, les poissons ne se trouvaient pas en eaux profondes.
  • C'était un inconvénient: Pierre avait déjà nettoyé et rangés ses filets pour la journée suivante.
  • Cela demandait beaucoup. Pierre et les autres venaient juste de finir une longue nuit difficile et avaient besoin de repos et non pas de retourner en mer à la demande d'un enseignant religieux.
  • C'était embarrassant. Tout le village observait ce qui allait se passer. S'il n'attrappait encore rien, il serait la risée des autres pêcheurs.

Nous connaissons la fin de l'histoire. L'enseignement de Jésus a amené Pierre à la foi (il a pris Jésus dans sa barque pour qu'Il puisse enseigner à la foule). Jésus le met maintenant au défi de prendre un autre pas de foi (jeter ses filets), qui est plus coûteux que le premier (gênant , embarrassant, etc.). La foi de Pierre est récompensée quand il témoigne du pouvoir de Jésus dans un contexte qu'il peut identifier: la pêche. Pierre, le pêcheur, sait que c'est une pêche miraculeuse.

Il réagit de la même manière que toute personne réagit face au Seigneur ou face à un ange: faiblesse, honte, crainte. La Bible décrit des hommes et des femmes qui tombent face contre terre et qui adorent ou sont aveuglés en présence du Seigneur ou d'un de Ses anges. Dans le cas de Pierre, il est instantanément conscient de son indignité, et Luc dit que ses deux partenaires dans la pêche (Jacques et Jean) sont étonnés par ce qu'ils voient. Jésus réconforte Pierre en lui disant qu'Il lui donnera une nouvelle tâche maintenant que sa vie a été transformée par ce dont il a juste été témoin. Jésus, par Son ministère d'enseignement et par Ses miracles, appelle les trois premiers de Ses 12 apôtres.

Cette histoire est dite en quelques lignes mais ces trois hommes connaissaient probablement Jésus et étaient peut-être parmi les premiers disciples à recevoir Ses enseignements. Avec ce miracle ils s'engagent toutefois pleinement à tout quitter et à Le suivre exclusivement.

Luc continue à présenter le ministère des miracles de Jésus en décrivant deux guérisons miraculeuses.

Le lépreux

12Jésus était dans une des villes; et voici, un homme couvert de lèpre, l'ayant vu, tomba sur sa face, et lui fit cette prière: Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur. 13Jésus étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur. Aussitôt la lèpre le quitta. 14Puis il lui ordonna de n'en parler à personne. Mais, dit-il, va te montrer au sacrificateur, et offre pour ta purification ce que Moïse a prescrit, afin que cela leur serve de témoignage. 15Sa renommée se répandait de plus en plus, et les gens venaient en foule pour l'entendre et pour être guéris de leurs maladies. 16Et lui, il se retirait dans les déserts, et priait.
- Luc 5.12-16

On note ici la première fois où Luc décrit que quelqu'un vient à Jésus pour demander sa guérison. Il n'y avait pas de cure pour la lèpre et ceux qui en étaient affectés étaient considérés comme déjà morts. Cet homme fait preuve d'audace, de foi et d'humilité. Il se fie totalement à Jésus pour sa guérison, et s'adresse à Lui avec la même déférence que Pierre (5.18), ils sont tous deux tombés face contre terre devant Jésus avec respect et foi. La lèpre avancée de cet homme a été guérie instantanément.

Le paralytique

17Un jour Jésus enseignait. Des pharisiens et des docteurs de la loi étaient là assis, venus de tous les villages de la Galilée, de la Judée et de Jérusalem; et la puissance du Seigneur se manifestait par des guérisons. 18Et voici, des gens, portant sur un lit un homme qui était paralytique, cherchaient à le faire entrer et à le placer sous ses regards. 19Comme ils ne savaient par où l'introduire, à cause de la foule, ils montèrent sur le toit, et ils le descendirent par une ouverture, avec son lit, au milieu de l'assemblée, devant Jésus. 20Voyant leur foi, Jésus dit: Homme, tes péchés te sont pardonnés. 21Les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner et à dire: Qui est celui-ci, qui profère des blasphèmes? Qui peut pardonner les péchés, si ce n'est Dieu seul? 22Jésus, connaissant leurs pensées, prit la parole et leur dit: Quelles pensées avez-vous dans vos coeurs? 23Lequel est le plus aisé, de dire: Tes péchés te sont pardonnés, ou de dire: Lève-toi, et marche? 24Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés: Je te l'ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison. 25Et, à l'instant, il se leva en leur présence, prit le lit sur lequel il était couché, et s'en alla dans sa maison, glorifiant Dieu. 26Tous étaient dans l'étonnement, et glorifiaient Dieu; remplis de crainte, ils disaient: Nous avons vu aujourd'hui des choses étranges.
- Luc 5.17-26

Un autre miracle étonnant prend place, mais cette fois Luc décrit l'animosité grandissante envers Jésus parce qu'Il fait une guérison le jour du sabbat. Les pharisiens (avocats et enseignants religieux) enseignaient que même la guérison d'une personne le jour du sabbat était considérée comme du "travail" et violait le quatrième commandement (Exode 20.8). Plus tard, cela deviendra l'un des principaux obstacles pour les prêtres et les pharisiens qui tenteront d'accuser et de détruire Jésus parce qu'Il travaillait le jour du sabbat, et, comme on le voit dans ce passage, affirmait qu'Il était le Fils de Dieu.

Dans la section suivante, aux versets 27-32, on voit Jésus qui continue à ajouter aux apôtres avec l'appel de Lévi, un Juif, méprisé parce qu'il était collecteur d'impôts.

33Ils lui dirent: Les disciples de Jean, comme ceux des pharisiens, jeûnent fréquemment et font des prières, tandis que les tiens mangent et boivent. 34Il leur répondit: Pouvez-vous faire jeûner les amis de l'époux pendant que l'époux est avec eux? 35Les jours viendront où l'époux leur sera enlevé, alors ils jeûneront en ces jours-là. 36Il leur dit aussi une parabole: Personne ne déchire d'un habit neuf un morceau pour le mettre à un vieil habit; car, il déchire l'habit neuf, et le morceau qu'il en a pris n'est pas assorti au vieux. 37Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, le vin nouveau fait rompre les outres, il se répand, et les outres sont perdues; 38mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves. 39Et personne, après avoir bu du vin vieux, ne veut du nouveau, car il dit: Le vieux est bon.
- Luc 5.33-39

Cette sélection mène à plus de controverse parce que Jésus appelle maintenant des gens non reconnus pour leurs positions académiques ou religieuses. Cette critique donne au Seigneur l'occasion d'avertir le peuple que de grands changements s'en viennent et qu'ils ne sont pas prêts à les recevoir.

  • Un vieil habit = les Juifs incrédules
  • Le morceau neuf = l'évangile, les chrétiens
  • Les vieilles outres = le système religieux juif
  • Le vin nouveau = l'évangile, le christianisme

Ce qui est vieux ne peut accommoder ce qui est nouveau sans dommage. Le vieux doit changer pour se mêler au nouveau.

Encore une fois, on voit un mélange d'enseignement et de miracles par Jésus pour Se révéler et révéler Son royaume au peuple, ainsi que le moyen d'en faire partie.

1Il arriva, un jour de sabbat appelé second-premier, que Jésus traversait des champs de blé. Ses disciples arrachaient des épis et les mangeaient, après les avoir froissés dans leurs mains. 2Quelques pharisiens leur dirent: Pourquoi faites-vous ce qu'il n'est pas permis de faire pendant le sabbat? 3Jésus leur répondit: N'avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu'il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui; 4comment il entra dans la maison de Dieu, prit les pains de proposition, en mangea, et en donna à ceux qui étaient avec lui, bien qu'il ne soit permis qu'aux sacrificateurs de les manger? 5Et il leur dit: Le Fils de l'homme est maître même du sabbat. 6Il arriva, un autre jour de sabbat, que Jésus entra dans la synagogue, et qu'il enseignait. Il s'y trouvait un homme dont la main droite était sèche. 7Les scribes et les pharisiens observaient Jésus, pour voir s'il ferait une guérison le jour du sabbat: c'était afin d'avoir sujet de l'accuser. 8Mais il connaissait leurs pensées, et il dit à l'homme qui avait la main sèche: Lève-toi, et tiens-toi là au milieu. Il se leva, et se tint debout. 9Et Jésus leur dit: Je vous demande s'il est permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver une personne ou de la tuer. 10Alors, promenant ses regards sur eux tous, il dit à l'homme: Étends ta main. Il le fit, et sa main fut guérie. 11Ils furent remplis de fureur, et ils se consultèrent pour savoir ce qu'ils feraient à Jésus.
- Luc 6.1-11

Luc sépare les différentes instances où Jésus choisit Ses apôtres avec des descriptions de Son enseignement et de Son exécution de miracles, ainsi qu'avec la réaction des gens à ceux-ci.

12En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. 13Quand le jour parut, il appela ses disciples, et il en choisit douze, auxquels il donna le nom d'apôtres: 14Simon, qu'il nomma Pierre; André, son frère; Jacques; Jean; Philippe; Barthélemy; 15Matthieu; Thomas; Jacques, fils d'Alphée; Simon, appelé le zélote; 16Jude, fils de Jacques; et Judas Iscariot, qui devint traître.
- Luc 6.12-16

Jésus a prié avant de nommer les 12 apôtres (apôtre: celui qui est nommé et envoyé, c'est-à-dire ambassadeur). Il a appelé beaucoup de disciples mais Il en a choisi seulement douze. Sa nuit de prière était pour eux, Il était le Fils de Dieu et n'avait pas besoin de conseils pour choisir. Il connaissait cependant les défis auxquels ils seraient confrontés et priait pour leur fidélité et leur succès.

Leçons

Même en couvrant l'évangile de Luc comme nous le faisons, n'examinant que certains passages, ce que nous avons vu jusqu'ici contient des leçons valables et pratiques pour tous. Par exemple:

Le rejet par les dirigeants de la synagogue

Leçon: Il faut se méfier de la complaisance spirituelle.

Les chefs religieux étaient si engagés dans leurs traditions qu'ils ont refusé de croire une vérité qui contredisait leurs habitudes religieuses, bien que cette vérité soit supportée par un miracle.

Examinons toujours la parole de Dieu pour établir et perpétuer une pratique au lieu de suivre des idées humaines de ce qui plairait à Dieu. Il aime que nous obéissions à Sa parole.

Les miracles ne sont pas toujours la réponse

Leçon: La meilleure confirmation de la présence de Dieu ou de Sa direction est la confirmation de Sa parole, et non pas des miracles.

Jésus a accompli de nombreux miracles (les évangiles en présentent 37) et pourtant la plupart L'ont rejeté, y compris ceux qui les ont vus de leurs propres yeux. Plusieurs croyants basent leur foi sur des choses inhabituelles ou "miraculeuses" qu'ils ont lues dans des livres religieux populaires ou entendu dire, mais discuter de ces choses n'est pas la manière d'établir ni de bâtir la foi. "Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ." (Romains 10.17). La manière la plus sûre de bâtir la foi, selon Dieu, est de lire, de croire et d'obéir à Sa parole.

Jésus appelle encore les hommes aujourd'hui

Leçon: Jésus continue encore aujourd'hui à appeler les gens, à travers la prédication de l'évangile (Matthieu 28.18-20), à être sauvés par la foi en Lui et à exprimer cette foi par la repentance et le baptême en Son nom (Actes 2.38). Jésus appelle aussi les chrétiens au ministère par

A) Sa parole (qui décrit le type de personne nécessaire et la tâche ou le ministère à accomplir),

B) à travers Son Esprit (qui pousse les coeurs des croyants vers un service quelconque), et

C) à travers l'église qui confirme et appointe les ministres (anciens, diacres, évangélistes et enseignants) à Son service.

Passage à lire : Luc 6.17-8.3

Questions à discuter

  1. Expliquez dans vos propres mots pourquoi Pierre se sentait indigne après la pêche miraculeuse.
  2. Partagez avec la classe vos expériences personnelles de ce que Jésus a décrit comme « aucun prophète n'est bien reçu dans sa patrie. »
  3. Nommez la personne qui vous a le plus influencé dans votre décision d'aller dans le ministère et quelle habileté ou quelle qualité chez cette personne vous a impressionné le plus. 
  4. Selon vous, quelle était la raison principale pour laquelle : 
    • Les pharisiens ont rejeté Jésus. 
    • Les prêtres ont rejeté Jésus. 
    • Le peuple juif a rejeté Jésus.