Livre : 
eBook (.pdf)
Langues :
English
 

Colossiens 3.12-17

Par Michel Mazzalongo Publié : Fri. June 19
Cette leçon poursuit la discussion sur l'éthique chrétienne et comment divers éléments se rejoignent pour établir un «standard» chrétien pour la vie et la moralité.

Examinons maintenant où nous en sommes dans cette lettre. En réponse aux faux-enseignants qui essaient de d'ébranler la position et l'enseignement du Christ, Paul démontre que la vie, le ministère et les enseignements du Christ Le placent à la droite de Dieu en tant qu'être divin, au-dessus de toute création en tant que créateur, en font le sauveur de l'humanité entière, la tête de l'Église, et le vainqueur des démons du monde occulte.

De cette position principale ou « prééminente » découlent les enseignements qui remplacent ou annulent tout autre enseignement (spécialement ceux des faux-enseignants) et qui forment la base sur laquelle on décide ce qui est bon, ce qui est juste, ce qui vient de Dieu et ce qui ne vient pas de Lui.

Paul a expliqué le style de vie qui résulte des enseignements du Christ et comment il est supérieur à celui qui leur est imposé par les enseignements des judaïsants. Dans son explication Paul dit de ceux qui ont répondu au commandement de baptême de Jésus qu'ils se sont dépouillés du vieil homme du péché ou des anciens « standards » selon lesquels ils vivaient autrefois. Non seulement des pauvres standards humains d'immoralité, de mondanité et de manque d'amour, mais aussi des standards terrestres de « religion » basés sur des lois du manger et des rituels religieux ainsi que la coutume symbolisée dans la circoncision. Maintenant, dit-il, ils vivent selon le standard du Christ qu'Il communique à travers Ses enseignements. Au chapitre précédent Paul décrit les différents éléments de ce nouveau standard par lequel ils vivent.

Le premier élément du standard du Christ est la sainteté personnelle. La section suivante contient plusieurs autres éléments qui établissent ensemble le standard du Christ.

Éléments du standard chrétien - suite

Aux versets 12 à 17, il décrira quelques choses individuelles qui sont les marques d'une attitude et d'une conduite chrétiennes, choses que les chrétiens considèrent comme faisant partie du standard qu'ils s'efforcent d'atteindre.

Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience. – v. 12

En premier, Paul leur rappelle toutefois qui ils sont vraiment aux yeux de Dieu comme une manière de les encourager à s'efforcer continuellement d'atteindre le standard que le Christ a établi. Les judaïsants les ont fait sentir inférieurs, incomplets, manquant ce qui est nécessaire pour les égaler et être soi-disant dignes devant Dieu. Il leur fait référence avec trois termes qui étaient à l'origine appliqués à la nation juive dans l'Ancien Testament mais qui sont maintenant appliqués aux chrétiens à Colosses, une réponse directe à la fausse supériorité réclamée par les judaïsants.

Élus de Dieu

Les Juifs étaient le peuple de Dieu, les élus parce qu'ils étaient descendants d'Abraham qui avait été choisi par Dieu pour établir une nation. Selon Genèse 12.2, leur statut d' « élus » était basé sur leur relation à lui.

Les chrétiens étaient les élus de Dieu parce qu'ils étaient unis au Christ par la foi et le Christ avait été choisi par Dieu pour sauver l'humanité et établir l'Église. I Pierre 2.4: leur statut d' « élus » était basé sur leur relation au Christ.

Saints

Le terme « saint » signifie être séparé, avoir un caractère sacré. Dieu a séparé les Juifs du reste des nations selon Son dessein spécial. Ils allaient être la nation ou le peuple à travers lequel le Messie viendrait. Leurs pratiques religieuses, leur histoire (par exemple l'exode), et leur style de vie (donné entièrement par Dieu) les séparaient des autres nations. Les chrétiens, de la même manière, devaient aussi être « séparés ».

Ils étaient séparés du monde par la foi, séparés de leurs péchés par le sang du Christ, séparés de la mort par le Saint Esprit. Les chrétiens étaient séparés du monde afin de glorifier Dieu et préparer le monde pour le retour du Christ. (Les Juifs le préparaient pour la première venue du Christ et les chrétiens le préparent pour Sa seconde venue.)

Bien-aimés

Les Juifs étaient les bien-aimés de Dieu par le fait qu'Il leur avait envoyé des prophètes, leur avait donné Sa Parole, les avait protégés et leur avait promis le salut. Les chrétiens étaient aussi bien-aimés de Dieu parce qu'ils avaient reçu l'accomplissement de toutes les promesses que Dieu avait faites aux Juifs.

Après avoir rappelé aux Colossiens leur véritable condition devant Dieu à cause du Christ et les avoir réassurés qu'ils n'étaient pas des citoyens de seconde classe en comparaison aux judaïsants, Paul continue à établir les différents éléments du standard de vie chrétien.

Une attitude aimante – v. 12b-14

À part la sainteté personnelle, une autre marque qui distingue les chrétiens est l'attitude aimante qu'ils s'efforcent d'atteindre. Aucune autre religion n'a comme doctrine clé le pardon et l'amour de ses ennemis. Aucune autre religion ne présente Dieu comme un Dieu d'amour qui demande l'amour par-dessus tout.

L'amour et l'évidence d'amour à l'intérieur de l'individu et parmi le groupe est un autre élément de base dans le standard de vie chrétienne établi par Jésus à travers Ses enseignements. Par exemple : Jean 3.16, Dieu aime, et Jean 13.35, nous aimons.

Dans ces quelques versets Paul décrit les détails pratiques d'une attitude aimante. Autrement dit, à quoi ressemble l'amour chrétien ? Il explique d'abord puis il résume à la fin.

Vs. 12b-14 - Dans la deuxième partie de ce verset, il mentionne sept attributs d'un cœur qui aime.

… revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience. 13 Supportez-vous les uns les autres, et, si l'un a sujet de se plaindre de l'autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. – v. 12b-13

Il dit « revêtez-vous », cela suggère que ces qualités ne sont pas naturelles, il faut en faire la décision, en faire l'effort.

  • La miséricorde - un sentiment qui rend sensible aux souffrances d'autrui, la pitié, la commisération.
  • La bonté - le même sentiment de tendresse mais dirigé vers tous, qu'ils souffrent ou non.
  • L'humilité - les païens recherchaient la supériorité, la puissance et la domination. L'amour requiert que les chrétiens reconnaissent leur état et se rendent compte qu'ils sont des pécheurs parmi d'autres pécheurs.
  • La douceur - ne pas être entêté et essayer d'obtenir sa propre volonté.
  • La patience - accepter la souffrance ou les tribulations sans perdre la foi, l'amour, la joie, la confiance.
  • Le support mutuel les uns des autres et la capacité de ne pas être provoqué par la faiblesse ou l'insulte d'un autre.
  • Le pardon - l'abandon du droit de recevoir justice ou restitution pour un affront ou une injustice.

Paul donne un peu plus de détails ici en décrivant un problème typique entre deux personnes où l'une a raison de se plaindre de l'autre. Il dit qu'il faut avoir l'attitude que le Christ a eue et se pardonner l'un l'autre. Il parle d'une plainte et non pas d'un crime ou d'un péché.

Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité, qui est le lien de la perfection. – v. 14

Paul résume ici ces choses en disant que l'amour (la charité) est la couronne de gloire. Autrement dit, l'amour est supérieur à ces qualités individuelles parce qu'il en est l'accomplissement. I Corinthiens 13 : La charité est patiente, elle est pleine de bonté; ...

Bien que ces qualités unissent les chrétiens, l'amour sert d'adhésif pour cimenter leurs relations.

Un cœur reconnaissant – v. 15-17

La sainteté personnelle est le standard de conduite dans le monde, une attitude aimante est le standard de conduite dans l'Église, et un cœur reconnaissant est le standard qu'il faut tenter d'atteindre devant Dieu. Il est impossible pour des pécheurs d'impressionner Dieu par leur sainteté. Leur conduite est un effort de se distancer du monde.

Les attitudes aimantes maintiennent l'unité dans l'Église ; il est impossible d'aimer Dieu plus qu'Il n'aime ou de combler Son amour par le nôtre. Toutefois, le chrétien peut contrôler son cœur et offrir à Dieu un cœur reconnaissant. Paul mentionne trois manières d'exprimer la gratitude et d'en faire l'expérience devant Dieu.

Reconnaissance pour la paix d'esprit

Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs. Et soyez reconnaissants. – v. 15

Les chrétiens étaient jugés par les judaïsants qui voulaient qu'ils se soumettent à leurs standards (la loi, la circoncision, etc.) afin d'être acceptables. Paul leur dit que la paix du Christ en eux devrait être leur guide pour savoir si Dieu les aime et les accepte. Il ajoute que chacun est appelé à en faire l'expérience et que le partage de cette paix est la caractéristique unique de ceux qui sont dans le corps (l'Église), et non pas la circoncision, les lois sur le manger ou la soumission à certains enseignants.

Ils doivent être reconnaissants pour la paix du Christ qui règne dans leurs cœurs et cette paix est leur assurance qu'ils appartiennent à Dieu.

Adoration avec gratitude

Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment ; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos cœurs sous l'inspiration de la grâce. – v. 16

Un cœur reconnaissant finit par s'exprimer et Paul décrit la progression naturelle du sentiment jusqu'à son expression. Cette assurance paisible en Christ devrait mener à des expressions de gratitude - de quelle manière ? Sûrement pas comme les célébrations des païens. Et pas non plus comme les judaïsants expriment les sentiments de leurs cœurs par des rituels vides et par l'abaissement de soi.

  • Un cœur reconnaissant absorbe les paroles et enseignements du Christ et leur permet de pénétrer leur personne tout entière.
  • Il partage la paix, le message, la sagesse avec d'autres en enseignant et en encourageant.
  • Il louange par des paroles spirituelles et des idées données par Dieu pour de telles occasions.

Si Dieu est Celui qui a envoyé Jésus pour créer la paix ressentie par les chrétiens, c'est tout à fait naturel que les louanges et les remerciements pour cette paix Lui retournent, et à Lui seul.

N.B. Dans sa seule référence concernant l'adoration publique, Paul utilise le mot chanter (qui signifie dans le grec original chanter sans instrument), indiquant la sorte de louange qui est acceptable.

Une vie motivée par la reconnaissance

Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père. – v. 17

Un cœur reconnaissant exprimera éventuellement sa gratitude et cette expression se retrouvera dans le quotidien. Le style de vie chrétien est rempli de grandes et de petites actions, la motivation pour cette vie est le Christ et Son service. Cette motivation complète le cycle de reconnaissance.

  • Le chrétien ressent la paix du Christ dans son cœur.
  • Il est poussé à en remercier Dieu.
  • Il est motivé par la gratitude de vivre et de servir en Son nom.
  • Cela renforce et approfondit la paix ressentie et continue le cycle.

Sommaire

Les éléments du standard chrétien dont Paul parle dans ces versets ne s'arrêtent pas ici. Jusqu'ici il a toutefois dit que les chrétiens vivent selon le standard du Christ et non par le faux standard promu par les judaïsants. Ce standard chrétien comporte plusieurs éléments. Ceux qui ont été décrits jusqu'ici sont:

  1. La sainteté personnelle
  2. Une attitude aimante
  3. Un cœur reconnaissant