Les vrais ministres

Par Michel Mazzalongo Verset : 1 Thessaloniciens 2:1-3:13 Publié : Sun. October 19
Dans cette leçon, Paul réfute les attaques des faux docteurs de l'église de Thessalonique en énumérant les critères qui identifient les vrais ministres de la parole de Dieu à chaque époque.
Télécharger
Langues

Révisons ce que nous avons couvert jusqu'ici dans notre étude de 1 Thessaloniciens.

Paul écrit à la jeune église qu'il a établie à Thessalonique. Au tout début de sa lettre il se réjouit du fait que pour plusieurs raisons il les considère de vrais convertis. Du fait qu'il était un véritable Apôtre et prêchait le pur évangile avec amour et sincérité, ils ont été convertis de la bonne manière par des hommes qui connaissaient l'évangile. Il se réjouit dans sa prière parce que leur réponse était sincère, leur foi était sincère, leur transformation était réelle. Leur persévérance est devenue une inspiration pour les autres.

Dans les deux chapitres suivants, Paul révisera le temps qu'il a passé avec eux et défendra son ministère parmi eux. Aucune mention n'y est faite directement mais par la nature de sa réponse, il semble qu'il ait été attaqué et accusé d'avoir agi comme un charlatan. À l'époque, il y avait des prédicateurs et des philosophes itinérants qui allaient de place en place enseignant et répandant de diverses idées et philosophies en échange pour de l'argent et du prestige. Certains disaient que Paul n'était rien de plus que l'un d'eux. Dans la section suivante Paul établira donc les critères à rechercher chez celui qui est un ministre authentique de la parole, qu'il soit un Apôtre, un évangéliste ou un enseignant.

Les critères des vrais ministres - 1 Thessaloniciens 2.1-3.13

1. Les vrais ministres font confiance à Dieu – 2.1-2

1Vous savez vous-mêmes, frères, que notre arrivée chez vous n'a pas été sans résultat. 2Après avoir souffert et reçu des outrages à Philippes, comme vous le savez, nous prîmes de l'assurance en notre Dieu, pour vous annoncer l'Évangile de Dieu, au milieu de bien des combats.
- 1 Thessaloniciens 2.1-2

Le sauvetage de Paul de la prison à Philippes, sa venue en Macédoine, ses tests et l'opposition des Juifs, sont tous des événements que Paul a supportés et traversés par sa confiance en Dieu. Quand on s'arrête à considérer toutes les expériences de Paul, on voit que la seule manière qu'il ait pu survivre était par l'intermédiaire du Seigneur. Il a fait confiance à Dieu pour le libérer de la prison quand sa situation était désespérée. Il a fait confiance à Dieu pour les occasions de nouer des contacts et de prêcher parce qu'il était impuissant à les provoquer par lui-même. Il a fait confiance à Dieu pour diriger son ministère au moment où il était sans direction. Il a fait confiance à Dieu pour le sauver de ses assaillants quand il était sans défense.

Les véritables dirigeants dans le ministère ne remplissent pas ce rôle simplement parce qu'ils sont de bons orateurs, débatteurs ou organisateurs; ils ne sont qualifiés pour diriger dans le ministère que s'ils peuvent démontrer leur confiance continue en Dieu. Paul a démontré cette confiance quand il a continué à prêcher et à enseigner malgré le découragement et l'opposition auxquels il a fait face à la fois dans l'église et hors de l'église. Les véritables chefs de file démontrent cette qualité de la même manière dans l'église aujourd'hui.

2. Les vrais ministres sont sincères – 2.3-12

Paul compare deux ensembles de caractéristiques pour juger les ministres, les prédicateurs et les dirigeants.

Les caractéristiques mondaines – v. 3-6

3Car notre prédication ne repose ni sur l'erreur, ni sur des motifs impurs, ni sur la fraude; 4mais, selon que Dieu nous a jugés dignes de nous confier l'Évangile, ainsi nous parlons, non comme pour plaire à des hommes, mais pour plaire à Dieu, qui sonde nos coeurs. 5 Jamais, en effet, nous n'avons usé de paroles flatteuses, comme vous le savez; jamais nous n'avons eu la cupidité pour mobile, Dieu en est témoin. 6Nous n'avons point cherché la gloire qui vient des hommes, ni de vous ni des autres; nous aurions pu nous produire avec autorité comme apôtres de Christ,
- 1 Thessaloniciens 2.3-6

"L'erreur" au v. 3 – il ne s'agit pas ici d'une erreur ou d'un malentendu fait honnêtement, mais plutôt d'une erreur qui vient d'un esprit mauvais :

  • l'impureté – l'impureté sexuelle
  • la tromperie – les mensonges intentionnels, malhonnêtes
  • la popularité – l'approbation obtenue en disant ce que les gens veulent entendre
  • la flatterie – pour aveugler et non pour édifier
  • les faux semblants - tout moyen de cacher l'avidité
  • la gloire personnelle – essayer de s'élever au-dessus des autres

Paul suggère que ce sont les raisons pour lesquelles certains s'attachent au service religieux ou ce qu'ils cachent sous leur ministère.

Les caractéristiques spirituelles – v. 7-12

7mais nous avons été pleins de douceur au milieu de vous. De même qu'une nourrice prend un tendre soin de ses enfants, 8nous aurions voulu, dans notre vive affection pour vous, non seulement vous donner l'Évangile de Dieu, mais encore nos propres vies, tant vous nous étiez devenus chers. 9Vous vous rappelez, frères, notre travail et notre peine: nuit et jour à l'oeuvre, pour n'être à charge à aucun de vous, nous vous avons prêché l'Évangile de Dieu. 10Vous êtes témoins, et Dieu l'est aussi, que nous avons eu envers vous qui croyez une conduite sainte, juste et irréprochable. 11Vous savez aussi que nous avons été pour chacun de vous ce qu'un père est pour ses enfants, 12vous exhortant, vous consolant, vous conjurant de marcher d'une manière digne de Dieu, qui vous appelle à son royaume et à sa gloire.
- 1 Thessaloniciens 2.7-12
  • La douceur – il donne l'exemple d'une nourrice.
  • Le sacrifice de soi – Paul et ses compagnons n'ont pas seulement communiqué de la doctrine, ils ont donné d'eux-mêmes. Ils ont risqué leurs vies pour leur enseigner. Ils ont donné leurs coeurs aussi bien que le message.
  • Le travail laborieux – ils ont travaillé jour et nuit parmi eux sans rémunération bien qu'ils y avaient droit (2 Corinthiens 11.8-9). Ils ont travaillé gratuitement parce que les Thessaloniciens étaient jeunes dans la foi et pauvres.
  • La pureté – leur conduite était sans reproche. Aucun soupçon de mal.
  • La ferveur – de tout leurs coeurs ils voulaient que les Thessaloniciens plaisent à Dieu et qu'ils aient la vie éternelle. Le bien de l'église était la motivation pour leur ministère.

Paul leur rappelle leur expérience avec lui, Silvain et Timothée, et il les met au défi de les juger non seulement sur ce qu'ils ont dit et enseigné mais aussi sur leurs actions. Certains disent que ce n'est pas chrétien que de juger, mais Paul affirme que l'église peut et doit s'examiner et examiner ses dirigeants pour discerner si ce qu'ils disent vient de Dieu et si leurs actions sont pieuses. Il y a une grande différence entre l'attitude de critiquer et de se plaindre parce que les choses ne sont pas comme nous les voulons, et celle de juger sobrement de l'exactitude et de la conduite de nos dirigeants et de nous-mêmes.

Les vrais ministres de l'Évangile doivent démontrer de bonnes choses pour pouvoir accomplir de bonnes choses. Si l'intérieur est bon, cela paraîtra à l'extérieur.

3. Les vrais ministres obtiennent des résultats – 2.13-16

13C'est pourquoi nous rendons continuellement grâces à Dieu de ce qu'en recevant la parole de Dieu, que nous vous avons fait entendre, vous l'avez reçue, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu'elle l'est véritablement, comme la parole de Dieu, qui agit en vous qui croyez. 14Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui sont en Jésus Christ dans la Judée, parce que vous aussi, vous avez souffert de la part de vos propres compatriotes les mêmes maux qu'elles ont soufferts de la part des Juifs. 15Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes, 16nous empêchant de parler aux païens pour qu'ils soient sauvés, en sorte qu'ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre.
- 1 Thessaloniciens 2.13-16

Nous ne savons pas combien de membres l'église de Thessalonique comptait et ce n'est d'ailleurs pas toujours la meilleure manière de mesurer. Nous savons toutefois que malgré l'opposition, les circonstances difficiles et la courte période d'enseignement il y a eu un changement radical parmi les Thessaloniciens. Ce changement s'est produit parce que des hommes pieux ont prêché le message de Dieu avec précision et de manière pieuse. Nous savons que la croissance ne se produit pas toujours immédiatement, mais si les autres éléments sont en place, il y a une croissance! Les vrais ministres ne blâment pas l'église pour le manque de croissance. Ils demandent à Dieu de les transformer d'abord afin qu'ils puissent avoir un impact positif sur la croissance de l'église. Celle-ci ne peut grandir au-delà de ses dirigeants. Jésus a dit:

Le disciple n'est pas plus que le maître, ni le serviteur plus que son seigneur.
- Matthieu 10.24

4. Les vrais ministres aiment l'église – 2.17-3.13

17Pour nous, frères, après avoir été quelque temps séparés de vous, de corps mais non de coeur, nous avons eu d'autant plus ardemment le vif désir de vous voir. 18Aussi voulions-nous aller vers vous, du moins moi Paul, une et même deux fois; mais Satan nous en a empêchés. 19Qui est, en effet, notre espérance, ou notre joie, ou notre couronne de gloire? N'est-ce pas vous aussi, devant notre Seigneur Jésus, lors de son avènement? 20Oui, vous êtes notre gloire et notre joie.

1
C'est pourquoi, impatients que nous étions, et nous décidant à rester seuls à Athènes,
2nous envoyâmes Timothée, notre frère, ministre de Dieu dans l'Évangile de Christ, pour vous affermir et vous exhorter au sujet de votre foi, 3afin que personne ne fût ébranlé au milieu des tribulations présentes; car vous savez vous-mêmes que nous sommes destinés à cela. 4Et lorsque nous étions auprès de vous, nous vous annoncions d'avance que nous serions exposés à des tribulations, comme cela est arrivé, et comme vous le savez. 5Ainsi, dans mon impatience, j'envoyai m'informer de votre foi, dans la crainte que le tentateur ne vous eût tentés, et que nous n'eussions travaillé en vain. 6Mais Timothée, récemment arrivé ici de chez vous, nous a donné de bonnes nouvelles de votre foi et de votre charité, et nous a dit que vous avez toujours de nous un bon souvenir, désirant nous voir comme nous désirons aussi vous voir. 7En conséquence, frères, au milieu de toutes nos calamités et de nos tribulations, nous avons été consolés à votre sujet, à cause de votre foi. 8Car maintenant nous vivons, puisque vous demeurez fermes dans le Seigneur. 9Quelles actions de grâces, en effet, nous pouvons rendre à Dieu à votre sujet, pour toute la joie que nous éprouvons à cause de vous, devant notre Dieu! 10Nuit et jour, nous le prions avec une extrême ardeur de nous permettre de vous voir, et de compléter ce qui manque à votre foi. 11Que Dieu lui-même, notre Père, et notre Seigneur Jésus, aplanissent notre route pour que nous allions à vous! 12Que le Seigneur augmente de plus en plus parmi vous, et à l'égard de tous, cette charité que nous avons nous-mêmes pour vous, 13afin d'affermir vos coeurs pour qu'ils soient irréprochables dans la sainteté devant Dieu notre Père, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints!
- 1 Thessaloniciens 2.17 - 3.13

Notons l'attitude de Paul envers les frères :

  • Il était impatient de les revoir – v. 17
  • Ils sont sa joie et sa gloire – v. 20
  • Il était anxieux de connaître leur condition – v. 5
  • Sa vie émotionnelle était liée à la leur – v. 8
  • Il priait pour eux nuit et jour – v. 10
  • Il ne désirait pour eux que les meilleurs bénédictions – v. 11-13

Paul aime ces frères parce qu'ils sont le précieux fruit de ses labeurs dans le Seigneur. C'est son amour du Christ qui l'a d'abord motivé à aller vers eux, mais c'est maintenant son amour pour eux qui cause sa joie et ses efforts continus parmi eux. Un jeune homme qui voulait faire du travail missionnaire m'a un jour demandé de quoi il avait besoin pour réussir dans cet effort. Avait-il d'abord besoin d'apprendre la langue, d'avoir un métier ou une autre source de revenu en cas de besoin, de connaître différentes religions, d'avoir un bon réseau de soutien? Je lui ai dit que toutes ces choses étaient nécessaires mais que le plus important était d'aimer les gens qu'il essayait de convertir.

C'est l'amour de l'église qui nous aide à traverser les moments difficiles quand certains nous désappointent, quand ils parlent contre nous, même quand ils pèchent et abandonnent l'assemblée. Seul l'amour sincère des âmes que l'on essaie de toucher nous maintient dans le ministère. La formation et le support nous aident à commencer notre ministère mais seulement l'amour constant pour les âmes nous soutient longtemps après que l'excitation et la nouveauté se dissipent.

En résumé

Dans cette section nous avons vu Paul défendre son ministère parmi les Thessaloniciens contre l'accusation qu'il était un imposteur ou un opportuniste quelconque. Dans sa défense il décrit les caractéristiques des charlatans religieux et il explique en parallèle les quatre caractéristiques principales à rechercher chez un véritable ministre de Dieu:

  • Les vrais ministres font confiance à Dieu – complètement.
  • Les vrais ministres pratiquent ce qu'ils prêchent et cela devient évident.
  • Les vrais ministres obtiennent des résultats. Et ils produisent du fruit parce qu'ils utilisent la puissance de Dieu qui est l'évangile (Romains 1.16).
  • Les vrais ministres aiment l'église. Leur amour est évident par ce qu'ils sacrifient pour la servir. Il y en a beaucoup qui pensent à un moment donné qu'ils veulent devenir ministres, enseignants ou anciens. Ils doivent se demander ce que Dieu désire de Ses ministres: non seulement de l'éducation, des méthodes de travail, de l'équipement, de l'argent. Dieu veut la confiance, la pureté et la dévotion à l'église pour laquelle Son Fils est mort. Ce sont ces qualités de coeur qui éclairent et dirigent les méthodes de travail et les résultats de nos efforts à prêcher et à enseigner.