Beaucoup de gens se sentent insatisfaits après l'adoration publique sans savoir pourquoi. Cette leçon explique ce que la Bible dit que nous devrions retirer de notre adoration en esprit et en vérité.
Langues

Dans notre culture occidentale, nous aimons mesurer les choses dans un certain ordre pour pouvoir leur attribuer une valeur :

  • Le plus grand, plus fort, plus gros, plus rapide
  • Le premier, le plus nouveau
  • Le Livre Guinness des records, l'homme qui y a le plus de records…

C'est pourquoi nous nous intéressons tant aux Jeux olympiques : ils reflètent la mesure ultime des accomplissements sportifs sur laquelle est basée la valeur de l'athlète.

Nous nous souviendrons tous de Michael Phelps qui a gagné la médaille d'or avec une marge d'un centième de seconde, mais pour les participants en deuxième et troisième place, ni célébrité ni fortune. Ce sont-là les règles d'un système qui ne récompense que les accomplissements.

Je mentionne cela parce que nous sommes souvent influencés par les choses du monde même dans l'Église. Il ne s'agit pas là d'un nouveau phénomène. Déjà au premier siècle Paul exhortait l'Église à ne pas se conformer à ce monde (Romains 12 .2).

Nous sommes influencés par le monde à juger notre culte de la même manière que nous jugeons les choses qui sont strictement mondaines, tout en oubliant que l'adoration (bien qu'ayant lieu ici-bas) n'appartient pas à ce monde mais à un autre monde.

Le résultat ou le but du culte N'EST PAS :

  • de finir à l'heure
  • de le faire correctement ou très bien
  • qu'il s'y trouve une foule nombreuse
  • quelque chose qu'on peut « mesurer » ou « compter »

Ou dans notre adoration ou dévotion personnelle :

  • que nous soyons réguliers
  • que nous lisions la Bible au complet en un an ou moins
  • que nous plaisions à Dieu, à notre épouse, ou soyons un bon exemple

Toutes ces choses ont une place et font partie du culte mais elles n'en constituent pas le but ultime. Nous essayons de nous présenter devant le Seigneur avec humilité pour communier avec notre Dieu.

Non, le but de notre dévotion, le résultat final de notre adoration en esprit et en vérité est la transcendance.

Avant d'explorer cette idée, essayons tout d'abord de saisir le sens de ce mot.

Transcender signifie « dépasser quelque chose en lui étant supérieur » (Larousse). Par exemple dans le monde du sport, Muhammad Ali, le boxeur, a transcendé la boxe et est devenu un icône social, religieux et politique. La transcendance est une qualité essentielle de l'être et du caractère de Dieu. Il est au-delà du matériel, du naturel. Nous disons qu'il est surnaturel.

Donc quand je dis que le résultat du culte est la transcendance, je veux dire que notre but est d'aller au-delà

  • du temps que nous utilisons pour adorer
  • des « actes » d'adoration


    • Certains considèrent les différents « actes » d'adoration (louange, prière, prédication, Repas du Seigneur, aumône, communion fraternelle, etc.) comme des buts en eux-mêmes : j'adore en esprit et en vérité parce que j'ai fait toutes ces actions ou parce que je les ai faites souvent, ou que je les ai faites sincèrement, avec exactitude et parmi dix mille personnes.

Mais Dieu nous a donné ces choses afin que nous puissions communiquer avec Lui et puissions surpasser ces choses elles-mêmes et faire l'expérience de Dieu. La transcendance dans l'adoration est de faire l'expérience de Dieu dans notre esprit.

Est-ce que je décris quelque chose qui est biblique? Ou même possible?

Dans la Bible, ceux qui servaient Dieu, qui Le recherchaient en prière, qui L'adoraient en esprit et en vérité, avaient des expériences transcendantes avec Lui :

  • Le prophète Ésaïe commença son livre en disant « Vision d'Ésaïe (…) sur Juda et Jérusalem » (Ésaïe 1 .1). C'est la transcendance du prophète. Non seulement un enseignant de la Loi, un conseilleur de rois, mais un homme qui transcendait ces rôles pour faire l'expérience de Dieu à travers ses visions. Je ne suggère pas que nous avons ces visions de nos jours, je donne simplement un exemple de transcendance vécue par un serviteur particulier de Dieu.
  • David, en apportant l'arc d'Obed-Edom à Jérusalem, adora le Seigneur avec louanges, avec des sacrifices d'animaux, mais II Samuel 6 .14 dit aussi que « David dansait de toute sa force devant l'Éternel ». Le voyant ainsi, sa femme Mical éprouva du mépris pour lui dans son cœur. David la réprimanda parce qu'elle ne pouvait pas voir qu'il célébrait devant le Seigneur : il avait eu l'expérience d'une joie transcendante exprimée par la danse. Encore une fois, je ne dis pas que nous devrions ajouter la danse à notre culte pour atteindre une expérience transcendante. Toutefois nous serions peut-être incapables de contenir nos émotions de joie si nous faisions l'expérience transcendante de l'adoration!

Quand nous lisons la Bible, nous sommes à la fois émerveillés et désireux des expériences de transcendance que nous voyons dans les rêves des prophètes, dans les visions et l'inspiration des auteurs du Nouveau Testament et des rencontres avec le Seigneur que Paul décrit.

Nous sommes jaloux des manifestations puissantes des œuvres extraordinaires, de la croissance dynamique lors des débuts de l'Église, et même des tremblements de terre après que les saints aient priés avec reconnaissance pour la libération de prison de Pierre et Jean (Actes 4 .3).

Ils avaient des expériences transcendantes dans leur adoration et service à Dieu, et je crois que c'est cela qui nous manque et que nous désirons pour que notre culte soit satisfaisant et motivant. Après tout, si nous nous réunissons pour communiquer avec Dieu Lui-même, cette expérience ne devrait-elle pas être aussi dynamique, même plus dynamique que d'aller à un concert, ou de regarder un film ou une partie de football?

Et pourtant pour plusieurs – la plupart ? –, elle ne l'est pas. Pour décrire l'expérience du culte, ils répondent – c'est ennuyeux, long, un devoir, plaisant à Dieu, la bonne chose à faire pour accomplir la volonté de Dieu. Mais on entend rarement les mots transcendant, joyeux, transformateur ou une explosion de joie.

Je dois ici expliquer afin de n'être pas incompris…

Faire l'expérience de la transcendance n'est pas le but de chaque service d'adoration ou dévotion personnelle ou prière. On ne peut provoquer la transcendance, c'est quelque chose qui nous arrive. Non pas parce qu'elle ne peut se produire : avec Dieu tout est possible. Elle n'arrive pas parce que nous ne pourrions la supporter dans notre chair pécheresse.

La transcendance se produit en petites doses, juste assez pour nous donner un « goût » du paradis qui nous attend, mais non pas au point de nous rendre inutiles ici-bas. Et ce « goût », cette expérience de Dieu est réservée à ceux qui L'adorent en esprit et en vérité.

La transcendance aujourd'hui

Nous en arrivons donc à la question difficile, quelle est la nature de l'expérience transcendante aujourd'hui ? S'il ne s'agit pas d'une révélation directe à travers un rêve ou une voix intérieure, s'il ne s'agit pas de recevoir la capacité d'accomplir des miracles ou de prophétiser sur le futur, de quoi s'agit-il exactement ? »

Je ne connais évidemment pas toutes les manières dont Dieu nous accorde de faire l'expérience de Lui et de Le connaître, en nous emmenant ainsi au-delà des limites de la connaissance humaine à la transcendance, mais je connais certaines des manières dont nous en faisons l'expérience aujourd'hui :

Nous avons cette expérience de « Me voici Seigneur » (Ésaïe 6 .8). Certains font référence à « un appel », où nous savons avec certitude que Dieu nous appelle ou nous dirige vers une mission, un travail, une tâche. C'est toujours difficile à expliquer aux autres mais c'est une forme de transcendance.

Réellement entendre la Parole. Ceux qui répondent à l'invitation et vont devant l'assemblée ont une expérience transcendante. Les « paroles de vie » ont percé leur âme et ils y répondent par la repentance, le baptême ou la confession d'un besoin de prière, etc. Parfois nous « entendons » ou comprenons la Parole d'une manière nouvelle, plus profonde, plus satisfaisante qu'auparavant. C'est la transcendance. Le pouvoir affectif de cette expérience m'a parfois fait pleurer.

De temps à autre, nous percevons une vision de la volonté de Dieu. Non pas une vision créée surnaturellement (comme le buisson ardent ou la vallée d'ossements secs), mais une véritable vision où de vraies choses, situations, personnes tombent en place comme un casse-tête, créant une image où nous pouvons saisir de manière concrète où la Parole de Dieu nous dirige. C'est là une expérience transcendante.

Il y a aussi la joie transcendante dont nous faisons l'expérience quand nous voyons la parole de Dieu réalisée dans notre propre vie ou dans celle d'autres gens.

Au-delà de celles-ci, Paul décrit l'expérience transcendante de réaliser la puissance de l'amour de Dieu en Jésus Christ.

Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, 39ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur.
– Romains 8.38-39

Notez les mots qu'il utilise ici. L'amour de Dieu est supérieur, il transcende la mort, la vie, les êtres spirituels, les inquiétudes ou les peurs, et toute créature. Je ne connais pas de meilleure manière de décrire la transcendance.

Quand nous nous immergeons dans la complète réalisation de l'amour de Dieu en Christ Jésus, nous faisons l'expérience de la transcendance à sa forme la plus haute et la plus pure.

Le problème avec la transcendance

Le problème ou l'obstacle principal dans notre expérience de transcendance est la peur. Nous avons peur parce qu'on nous a enseigné que notre seule et véritable expérience de Dieu est intellectuelle, et non émotionnelle. Autrement dit nous « connaissons » Dieu en connaissant les doctrines exactes à Son sujet. C'est comme dire que je connais ma femme en lisant un compte-rendu à son sujet ou en écoutant ce que ses amies me disent d'elle.

Nous pouvons de cette manière connaître la volonté de Dieu et son dessein et caractère mais nous ne Le connaissons pas Lui-même.

Comment préféreriez-vous connaître votre épouse ? À partir d'un rapport biologique et anatomique complet de son médecin OU la connaître par un baiser ? Lequel est meilleur ? Plus intime ?

Bien sûr il y a une raison pour laquelle nous craignons et c'est dû en grande partie à notre histoire. L'histoire dont je parle est l'histoire de l'émotion, de la transcendance dans l'Église.

A. L'Église catholique l'appelle « mystère ».

La transformation du pain et du vin en véritable corps et sang à la communion est un mystère (la transsubstantiation). À chaque dimanche il se produit un miracle accompagné d'expériences surnaturelles avec chandelles, rituels, imagerie, etc. Ils créent une expérience « mystique » à travers leurs services et leur système religieux (les saints, les reliques, les pèlerinages, les sanctuaires, etc.) au point où cela ne ressemble même plus au christianisme.

B. La Réformation protestante était en grande partie une réaction à ces pratiques pour la plupart non-bibliques. Le protestantisme promouvait une expérience intellectuelle, une approche raisonnée à la religion pour faire le contrepoids aux excès catholiques.

Beaucoup de groupes protestants s'approprièrent des églises catholiques en Europe et en enlevèrent les statues, recouvrirent les fresques et remplacèrent les vitraux afin d'effacer toute suggestion de mystère. Le but était un environnement purifié, presque stérile.

Nous, dans le Mouvement de restauration, venons de la Réformation. Maintenant le problème pour les protestants qui se détachèrent du catholicisme romain basé sur l'idée que seulement la Bible nous guide (et non pas le mystère, l'histoire, les cérémonies ou la papauté) était celui-ci : qui a raison quand il en vient à ce que la Bible dit ? – parce qu'il y avait des opinions différentes sur plusieurs sujets.

Nous répondîmes à cette question par l'idée de « doctrine exacte par l'interprétation exacte ». Le résultat en fut un mouvement qui se concentra sur l'exactitude mais sans beaucoup de vie.

Les catholiques se concentrèrent sur l'effet (le mystère) et négligèrent la cause actuelle (la Bible), se retrouvant avec une religion qui ne ressemblait plus au christianisme.

Dans les églises du Christ, nous nous sommes concentrés sur la cause (la Bible) et avons eu peur de l'effet (la transcendance) parce que nous craignions de faire une erreur et maintenant nous avons des églises sans vie.

C. Au début du 20esiècle apparut le mouvement pentecôtiste.

Il remit les émotions dans le christianisme. Chaque service a le « mystère » parce que le Saint Esprit œuvre chaque dimanche, mercredi et vendredi en donnant aux fidèles une expérience « transcendante » (parler en langues, prophétiser, guérir, etc.). Ils évitent aussi l'erreur catholique de négliger la Bible en basant leurs affirmations et autorité pour cette expérience sur la Bible.

Le résultat : les églises qui grandissent le plus rapidement au monde. Pourquoi ? La transcendance sur demande.

Le problème : Ils utilisent leur propre définition de ce qu'est la transcendance et non la définition de la Bible! Tout comme ils utilisent leur propre définition des langues, des guérisons, des prophéties, etc. plutôt que ce que la Bible décrit comme exemples légitimes de ces phénomènes. Un exemple religieux de « la fin justifie les moyens ». Dans leur cas, une fin contrefaite poursuivie par des moyens inexacts.

En fin de compte, ils sont semblables aux catholiques qui se concentrent sur les résultats et les poursuivent à tout prix, se justifiant par leur croissance.

Le plus triste dans le pentecôtisme est que leur système et leur approche leur renient la chose même qu'ils poursuivent, la vraie transcendance. Bonne idée, mauvaises tactiques.

Sommaire

Quelqu'un demandera donc qu'est-ce que nous faisons mieux qu'eux? Ma seule réponse est qu'au moins nous posons les questions, nous recherchons les réponses, nous nous efforçons de trouver la balance parfaite où nous adorons Dieu en esprit et en vérité.

  • Nous approcher de Lui avec humilité et soumission, c'est biblique.
  • Communiquer avec Lui selon Sa volonté et Son dessein (et non pas le nôtre), c'est correct et dans l'esprit de la Parole.
  • Et avoir cette expérience transcendante qui doit venir d'une rencontre avec le Dieu vivant selon Sa volonté et non selon la nôtre.

Je crois que la manière de restaurer nos efforts d'adoration biblique n'est pas d'inventer de nouvelles formes de culte ou d'augmenter la répétition des formes présentes mais plutôt de commencer par nous concentrer sur la soumission personnelle et collective à la Parole de Dieu, et non seulement de l'intellectualiser ou de la débattre.

La soumission qui nous apporte la transcendance requiert :

1. Une véritable obéissance

L'obéissance aux choses que nous connaissons et dont nous sommes déjà convaincus. Par exemple, quand je suis devenu chrétien je ne savais pas quelle église était la vraie, ni si l'Esprit habitait véritablement en moi, je ne comprenais pas l'Apocalypse, mais j'étais convaincu que je devais cesser de fumer. C'était la chose requise à ce point-là. Certaines gens attendent de tout comprendre avant d'obéir à Dieu. Se soumettre à l'obéissance de ce que nous connaissons est un acte de foi envers Dieu quant à ce que nous ne connaissons pas encore.

2. Un apprentissage véritable

Pas seulement l'assistance fidèle aux assemblées. L'apprentissage véritable permet aux autres d'avoir l'expérience transcendante de voir Dieu vivre et agir en nous. Le but de l'apprentissage comme disciple est d'en amener d'autres au Christ en leur permettant de L'entrevoir en nous. En Christ, l'expérience la plus riche et dynamique est de voir quelqu'un s'abandonner à Dieu plus complètement à cause de quelque chose que nous avons dit ou fait pour les servir au nom du Seigneur.

3. Un véritable sacrifice vivant

Comme toute bonne chose, il y a un coût. La soumission qui mène à la transcendance requiert que nous soyons prêts à sacrifier ce qui nous est précieux. Comprenez-moi bien, Dieu nous demande rarement de sacrifier ce dont Il nous a déjà bénis (famille, paix, ministère, etc.). Ce qu'Il demande est que nous soyons prêts à sacrifier les choses qui nous tiennent à cœur mais qui ne viennent pas de Lui! Nos fautes secrètes, la source de notre orgueil, nos propres rêves et buts, les délices de ce monde qui ne sont pas nécessairement mauvais en eux-mêmes mais qui créent un obstacle à notre offrande totale de nous-mêmes à Dieu. Ce sont-là les choses qui identifient ceux qui sont engagés pleinement à l'obéissance à la Parole de Dieu.

Elles ne sont pas aussi remarquables qu'un culte d'adoration charismatique, moderne, branché ; pas aussi facile à définir et à expliquer qu'un sermon avec diapositives, mais en fin de compte, elles nous aident à adorer Dieu de la manière qu'Il désire et nous récompensera avec une connaissance et une expérience plus parfaite de notre Seigneur, la transcendance.