Cette leçon examine comment Dieu a créé en l'homme l'impulsion qui est sa volonté ainsi que son sens du besoin.
Langues

Jusqu'ici dans notre série, nous avons examiné la Genèse, de 1.1 à 2.7 où la Bible décrit ce qui suit:

  1. La création du monde inanimé. Les choses non-vivantes.
  2. La création du monde animé. Ce qui vit et respire.
  3. La création de l'homme qui est une combinaison de l'inanimé (le corps matériel), l'animé (il vit et respire) et le spirituel (il est conscient de lui-même, des autres et aussi de Dieu).
  4. Moïse donne aussi une description détaillée de la manière dont Dieu a créé l'homme et un aperçu de la condition de l'environnement dans un monde où le péché n'existait pas.

Dans la section suivante, Moïse commence à décrire le lieu où Adam a vécu, l'établissement du principe de loi et la première interaction de l'homme avec son environnement.

Le jardin d'Éden – 2.8-14

Puis l'Éternel Dieu planta un jardin en Éden, du côté de l'orient, et il y mit l'homme qu'il avait formé.
- Genèse 2.8

Ce verset résume ce que Dieu a fait de l'homme une fois qu'Il l'a créé: Il l'a placé dans un endroit particulier où il allait demeurer. ÉDEN signifie lieu de délices.

L'Éternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l'arbre de la vie au milieu du jardin, et l'arbre de la connaissance du bien et du mal.
- Genèse 2.9

Dans ce lieu, Dieu a Lui-même préparé un jardin où Adam vivrait. On remarque que quand Dieu a créé la végétation, elle est simplement apparue mais Dieu a formé ce jardin Lui-même spécifiquement pour subvenir aux besoins d'Adam.

Deux arbres particuliers sont mentionnés: l'arbre de la vie et l'arbre de la connaissance du bien et du mal.

L'arbre de la vie peut symboliser la vérité spirituelle de la parole de Dieu aussi bien qu'un arbre réel avec des propriétés de santé et de maintien de la vie. (L'idée que l'homme avait originalement été créé pour vivre à jamais).

L'arbre de la connaissance du bien et du mal, comme nous le savons, était réel et Ève et Adam en ont mangé le fruit. La Bible ne spécifie pas de quelle sorte de fruit il s'agissait.

10Un fleuve sortait d'Éden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras. 11Le nom du premier est Pischon; c'est celui qui entoure tout le pays de Havila, où se trouve l'or. 12L'or de ce pays est pur; on y trouve aussi le bdellium et la pierre d'onyx. 13Le nom du second fleuve est Guihon; c'est celui qui entoure tout le pays de Cusch. 14Le nom du troisième est Hiddékel; c'est celui qui coule à l'orient de l'Assyrie. Le quatrième fleuve, c'est l'Euphrate.
- Genèse 2.10-14

Moïse décrit les fleuves de cette région. Il faut se rappeler qu'il s'agit de la géographie qui existait avant que le déluge ne change ces anciens points de repère. Il se trouvait dans le jardin un fleuve qui se divisait en quatre autres. Hiddékel est plus tard associé avec des monuments assyriens et appelé le Tigre. l'Euphrate, Pischon et Guihon sont les noms des autres fleuves.

La géographie décrite et la manière dont les fleuves coulent ne correspondent pas à la géographie présente; il semble donc que la Genèse décrit ici des conditions qui ont été détruites par le déluge, comme Pierre le dit: "...et que par ces choses le monde d'alors périt, submergé par l'eau," (2 Pierre 3.6). Les noms antédiluviens sont conservés dans la description de terres et de fleuves après le déluge.

Nous en connaissons approximativement la région à cause des objets de civilisations anciennes qui y ont été trouvés. On y lit aussi la mention de pierres précieuses. Plusieurs d'entre elles n'ont pas de comparaisons connues de nos jours. Disons simplement que Dieu avait préparé un lieu terrestre pour Adam qu'Il décrit et que nous étudions pour saisir un autre aperçu d'un monde qui n'existe plus.

Le choix moral – 2.15-17

L'Éternel Dieu prit l'homme, et le plaça dans le jardin d'Éden pour le cultiver et pour le garder.
- Genèse 2.15

L'homme est maintenant pleinement équipé: il a un corps et il existe. Il a une âme qui anime son corps et lui permet d'exister dans son environnement et de connecter avec lui. Il a un esprit qui lui permet de coexister et de communiquer avec Dieu.

Dieu doit maintenant créer l'environnement à l'intérieur duquel l'homme coexistera avec Lui. Je m'explique... En tant qu'être physique, l'homme vit dans l'environnement terrestre, il en dépend et y coexiste. Mais Dieu est un esprit, comment l'homme connecte-t-il avec Dieu? Comment Le rencontre-t-il? Comment Le comprend-t-il? Il connecte avec Dieu dans la dimension morale. Dieu est saint, pur, juste et aimant. L'homme Le rencontrera et connectera avec Lui dans ces termes à l'intérieur de ces réalités.

Pour amener ces choses abstraites ou spirituelles en vue, dans le monde de l'homme, Dieu crée un cadre moral ou un monde dans lequel l'homme et Lui peuvent se rencontrer et connecter. Ce monde moral est encadré d'un commandement:

16L'Éternel Dieu donna cet ordre à l'homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin; 17mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.
- Genèse 2.16-17

Le commandement est vécu dans le monde physique (manger du fruit ou non). La réponse au commandement est ce qui met Dieu en vue pour l'homme:

Dieu vit dans un monde de sainteté absolue, de justice, d'amour, de paix. Comment l'homme peut-il entrer dans ce monde? Il le fait par l'exercice de sa volonté en réponse au commandement de Dieu. Obéir exprime la confiance, l'amour et le respect. Par l'obéissance, l'homme fait l'expérience de l'amour, des bienfaits, de la joie et de la paix. Ce sont là des choses sans équivalent matériel, des réalités du monde spirituel où Dieu vit qui sont connues par le choix moral que l'homme doit faire.

Désobéir signifie rébellion, ingratitude, haine et la connaissance de la mort, jusqu'ici cachée. Le mal existe et peut être connu par la désobéissance tout comme la paix, la joie, l'amour, etc., peuvent être connus par l'obéissance.

Par ce commandement, Dieu fait donc plusieurs choses:

  • Il active la capacité de l'homme d'utiliser son intelligence dans un contexte moral et pas uniquement pour se nourrir et interagir avec l'environnement mais aussi avec Dieu.
  • Il met la destinée de l'homme entre ses mains. Si l'homme était absolument libre, il serait Dieu. Il n'a jamais eu la liberté illimitée parce qu'ultimement Dieu est là et qu'on ne peut Le détruire ni régner sur Lui. Il donne à l'homme la liberté de choisir la meilleure vie pour lui-même avec Dieu ou de détruire sa vie en Le rejetant. Il lui donne le pouvoir sur sa propre vie.
  • Il donne à l'homme une manière de Le percevoir. L'homme ne peut percevoir Dieu simplement par des moyens physiques donc Dieu fournit un environnement moral où l'homme peut faire l'expérience de sa relation avec Dieu, pour le meilleur et pour le pire.

Dans ce passage, Dieu établit le "principe de loi" non seulement pour Adam mais aussi pour tous les autres humains qui vivront après lui.

L'homme et les animaux – 2.18-20

Maintenant que l'homme est un être physique, spirituel et moral complet, Dieu lui donne une partenaire pour compléter la création. Il doit d'abord éduquer Adam au sujet du monde et des créatures qui l'habitent.

La Bible n'établit aucune ascendance commune entre l'homme et les animaux. L'idée promue par l'évolution que l'homme descend des animaux, particulièrement des singes, est réfutée à la fois par la Bible et par de nombreux scientifiques. Le lien manquant qui démontrerait une évolution du singe à l'homme manque encore aujourd'hui tout comme il manquait quand Darwin en a proposé l'idée.

Les anthropologues et les paléontologues ont trouvé des fossiles de singes et d'hommes mais ils n'ont pas encore découvert quoi que ce soit qui les relie.

Dans les années récentes, certains scientifiques ont présenté les soi-disant fossiles AUSTRALOPITHÈQUES comme un lien possible mais des découvertes encore plus récentes ont démontré que ce "lien manquant" était probablement un singe avec des dents et un crâne plus petits dûs à sa diète particulière. Les Drs Leakey et Johanssen, tous les deux anthropologues, disent que des fossiles véritablement humains et des fossiles véritablement semblables à des singes ont été trouvés aussi tôt que quand l'Australopithèque Homo Erectus existait. Jusqu'ici, comme la recherche le montre, l'homme a toujours été un homme et les singes ont toujours été des singes, tout comme la Bible le dit.

L'Éternel Dieu dit: Il n'est pas bon que l'homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui.
- Genèse 2.18

Dieu a déjà dit que tout ce qu'Il voit est très bon. Son prononcement concernant l'homme ne concerne donc pas le mal mais plutôt le fait qu'il n'est pas complet. Adam est bien mais son statut, le fait d'être seul, n'est pas une bonne chose. Comment le lui faire comprendre? Il est seul et cela ne remplit pas le dessein complet de Dieu. Il ne sait pas ce qui lui manque. La Bible dit que l'homme ne devrait pas être seul, cela n'est pas sa condition naturelle alors Dieu lui fera une aide.

C'est Dieu qui déclare que d'être seul n'est pas bon et Il détermine spécifiquement le type de compagnie pour l'homme. La racine du mot original pour "aide" signifiait entourer ou protéger, dans la forme qu'il a dans la Genèse, il signifie aider, sauver de la solitude.

Toutefois avant que Dieu ne lui donne cette aide, Il amène Adam à la réalisation de son besoin par l'interaction avec le monde animal.

19L'Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l'homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme. 20Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui.
- Genèse 2.19-20

Dieu présente donc à Adam les animaux qu'Il a créés et Adam les nomme, ce qui suggère différentes choses:

  1. Adam a été créé avec une forme de langage que nous ne connaissons pas mais qui pouvait être utilisé pour communiquer et comprendre. Le langage a aussi été créé par Dieu et développé en de nombreuses variétés.
  2. Le fait qu'Adam a donné aux animaux leurs noms suggère qu'il était un être intelligent qui comprenait la nature et le rôle des animaux dans la création et il les nomme selon sa connaissance intuitive.
  3. La revue du monde animal a enseigné trois choses très importantes à Adam:
    • Il était supérieur à la création dans laquelle il vivait; les animaux n'ont pas argumenté.
    • Il était seul: les animaux étaient en paires, il n'était qu'un.
    • Il pouvait régner sur le monde animal comme Dieu le lui a dit, mais il ne pouvait avoir de communion avec eux. Pour cette raison il a compris qu'il avait besoin de compagnie particulière. Cela le prépare à l'acte de création final de Dieu.

Dans la prochaine leçon, la formation de la couronne de la création de Dieu... la femme.