Cette deuxième leçon examine les différentes théories sur la paternité de la Genèse et ses divisions naturelles et intégrées dans le texte.
7 minutes de lecture
Télécharger
Langues

Dans la leçon précédente, j'ai introduit notre étude de la Genèse et deux points de base:

  1. La Genèse est un livre inspiré. Jésus et tous les auteurs du Nouveau Testament y font référence en ces termes.
  2. La Genèse est importante parce qu'elle explique l'origine des éléments-clé dans nos vies: l'univers, le mal, la famille, la religion, la société, la culture, etc.

Considérons maintenant l'auteur, la manière d'écrire et les divisions de la Genèse.

L'auteur

Le problème principal bien sûr est comment quelqu'un peut-il avoir écrit ce qui s'est passé avant sa naissance et même avant que quiconque ne soit né?

Il y a trois possibilités principales quant à la paternité de la Genèse.

1. Un groupe d'auteurs après Moïse

C'est la vue la plus libérale tenue par la "critique haute" (un terme utilisé pour différencier ces théologiens de la "critique textuelle" qui vise à établir la version originale d'un texte ou ses divers états intermédiaires). La critique haute crée son interprétation en étudiant le sens dans le contexte de la littérature, de la religion et des coutumes sociales de tous les peuples qui existaient à l'époque. Elle croit que la Bible est une compilation ou une réflexion des influences de la société dans laquelle elle a été écrite (qu'elle est un genre de littérature).

Elle considère par exemple que le déluge n'était pas le déluge mais l'interprétation par le peuple juif d'une histoire ou d'un mythe écrit au sujet d'autres cultures du temps. Elle n'accepte évidemment pas que d'autres cultures peuvent avoir écrit à son sujet parce qu'elle s'est réellement produite et que l'histoire trouvée dans la Bible en est le récit authentique.

De nombreux membres de la critique haute disent que la Genèse est une compilation d'anciennes légendes, d'histoires et de traditions transmises oralement et compilées par différents scribes entre 700 et 400 avant J.-C. Ils maintiennent que les scribes ont mis le nom de Moïse comme auteur du livre pour lui donner une certaine autorité et authenticité.

C'est ce qu'on appelle "l'hypothèse documentaire" et elle a été formulée originalement parce que les membres de la critique haute étaient convaincus que la Genèse ne pouvait pas avoir été écrite il y a si longtemps (vers 1500 avant J.-C. ou même plus tôt) parce que l'écriture n'existait pas à cette époque. Ils étaient influencés par l'idée du développement de l'homme selon un calendrier évolutif.

Cette théorie a été réfutée par les archéologues qui ont démontré que l'écriture était largement pratiquée au temps de Moïse et même plus tôt.

L'écriture apparaît il y a 5000-6000 ans en Égypte, en Mésopotamie, et dans la Vallée de l'Indus.
- R. Linton, anthropologue

Ces critiques suggèrent aussi que l'idée de monothéisme et de haute culture telle que démontrée par Moïse a été créée par des écrivains beaucoup plus tard, ce développement étant non-existant 2000 ans avant le Christ.

"Encore, des archéologues ont confirmé chaque fait et chaque détail que la Bible présente, spécialement pour l'époque où Moïse a vécu et au sujet de laquelle il a écrit.
- Dr. N. Glueck, archéologue

La première théorie, qui dit que les scribes l'ont écrite entre le 7e et le 4e siècle avant J.-C. et y ont mis le nom de Moïse comme auteur, a donc été largement réfutée par les érudits d'aujourd'hui.

2. Moïse en est l'auteur

Une vue plus traditionnelle est que Moïse a écrit la Genèse, ainsi que les autres livres de la Pentateuque (c'est à dire les 5 premiers livres de la Bible). Qu'il ait écrit l'Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome est facile à expliquer étant donné qu'il a vécu pendant ce temps. Comment a-t-il obtenu l'information pour la période avant sa naissance?

Il y a trois possibilités.

  1. Il l'a reçue de Dieu par révélation directe et a été dirigé par le Saint Esprit pour l'enregistrer.
  2. Il a reçu l'information par tradition orale (qui était la manière dont l'histoire était préservée à l'époque) et, guidé par le Saint Esprit, il l'a enregistrée et organisée en un livre.
  3. Il a rassemblé des écrits du passé et les a organisés en un livre sous la direction du Saint Esprit.

Toutes ces méthodes sont certainement possibles sans qu'aucun principe d'inspiration trouvé dans la Bible ne soit violé. La méthode de révélation directe, toutefois, peut être questionnée parce que les visions du Seigneur concernent habituellement des prophéties futures et non pas des événements du passé. De plus, la méthode de révélation directe n'est normalement pas utilisée pour donner des lois et des instructions spécifiques (comme par exemple les 10 commandements). Le livre de la Genèse est surtout une narration descriptive du passé.

La révélation directe, bien qu'elle soit possible, n'est pas la manière utilisée par Dieu avec les autres auteurs des livres de la Bible.

3. Moïse en est le compilateur et l'éditeur

L'évidence suggère que bien que Moïse ait lui-même écrit les livres de l'Exode au Deutéronome, il a aussi compilé et édité les écrits précédents préservés par les patriarches. Cela signifie qu'Adam, Noé, Sem, Térach et d'autres, chacun un patriarche durant sa propre vie, ont enregistré les événements de leur temps et les ont passés à la génération suivante pour en préserver l'histoire. Les biblistes modernes rechignent à cette idée parce qu'elle va à l'encontre de l'idée de l'évolution qui veut que l'homme se soit développé de formes plus basses et ne peut donc pas avoir consigné l'histoire (autrement dit, des singes ne peuvent pas écrire et enregistrer l'histoire). Il faut se rappeler toutefois que la Bible avance une idée complètement opposée où l'homme est créé intelligent et entre dans un cycle continu de spirales descendantes et ascendantes de décomposition et de salut jusqu'à ce que Jésus vienne. Dans ce modèle, il est parfaitement logique que l'homme enregistre et préserve son histoire et la passe aux générations futures.

Ces archives patriarcales avaient été préservées et Moïse les a rassemblées et éditées, guidé par le Saint Esprit pour produire le livre de la Genèse qui contient l'histoire consignée de l'homme primitif.

Les deuxième et troisième méthodes sont acceptables et respectent l'enseignement de la Bible quant à l'inspiration mais il semble que la troisième méthode est plus conforme à la façon selon laquelle Dieu a travaillé dans des circonstances similaires avec d'autres écrivains de la Bible.

La division de la Genèse

Ce livre est très long, il compte cinquante chapitres et il peut être divisé de différentes manières.

1. La division de la vue d'ensemble

Les chapitres 1 à 11 – Dieu et le monde qu'Il a fait. La révision de la création du monde et de sa destruction ainsi que de l'établissement subséquent des nations. Cela nous donne une base pour comprendre d'où nous venons et comment nous sommes arrivés où nous nous trouvons.

Les chapitres 12 à 50 – Dieu et le peuple choisi. Cette section délaisse la vue d'ensemble et se concentre maintenant sur un homme et une nation ainsi que sur le plan de Dieu pour sauver toute l'humanité à travers eux.

2. La division générationnelle

J'ai dit plus tôt que Moïse pourrait avoir utilisé les archives des patriarches pour compiler ce livre. La manière dont la Genèse est composée semble en être une évidence. On peut reconnaître les divisions de ces documents originaux par la phrase: "Voici la postérité de..." S'il en est ainsi, alors la Genèse est naturellement divisée en 10 générations données par Moïse dans le livre:

  1. Les origines des cieux et de la terre (1.1 – 2.4).
    • Écrit par Adam ou donné à Adam par Dieu.
  2. Le livre de la postérité d'Adam (2.4b – 5.1).
    • On remarque l'utilisation du mot "livre", à la fin de la division, qui suggère qu'il s'agit d'un récit écrit et non pas de traditions transmises oralement.
  3. Voici la postérité de Noé (5.1 – 6.9).
    • Noé avait connu tous les patriarches excepté Adam, Seth et Énoch et il écrit donc l'histoire qu'il a vécue.
  4. Voici la postérité des fils de Noé (6.9 – 10.1).
    • Les fils de Noé ont enregistré le déluge et ce qui a suivi.
  5. Voici la postérité de Sem (10.1 – 11.10).
    • Sem, le fils de Noé, a vécu encore 500 ans après le déluge et il a continué à enregistrer cette période d'histoire.
  6. Voici la postérité de Térach (11.10 – 11.27).
    • Cette section est courte mais importante parce qu'elle donne la généalogie entre Noé et Abraham. C'est là que le récit passe de l'histoire du monde spécifiquement à l'histoire du peuple juif.
  7. Les générations d'Isaac (11.27 – 25.11).
    • Isaac enregistre la vie et les temps de son père Abraham.
  8. Voici la postérité d'Ismaël (25.12 – 25.18).
    • Jacob enregistre la lignée de son demi-frère (les tribus arabes).
  9. Voici la postérité de Jacob (25.19 – 37.2).
    • Jacob enregistre ici les événements de la vie de son père et de sa propre vie.
  10. Voici les noms des fils d'Israël (37.2 – Exode 1.1).
    • Ces chapitres ont été enregistrés par des auteurs inconnus et compilés par Moïse qui les tisse en un chapitre final qui transitionne facilement au début de son propre récit qui commence ainsi: "Voici les noms des fils d'Israël, venus en Égypte avec Jacob et la famille de chacun d'eux."

Il n'y a pas de preuve solide qu'il s'agit là de la manière dont le livre de la Genèse a été formé mais cette explication ne viole aucun principe biblique et suit l'information donnée dans la Genèse quant à son origine (c'est la seule information que nous ayons).

Jésus confirme Lui-même que la Genèse est une oeuvre inspirée quand Il fait référence à Moïse comme un écrivain inspiré ayant autorité (Luc 24.27, 44) et les autres écrivains du Nouveau Testament citent aussi la Genèse comme une source inspirée. Si Jésus en affirme l'inspiration, c'est la seule preuve dont j'ai besoin. Renier la Genèse est aussi renier Jésus.