Cette première leçon examine le coeur de l'adoration publique, la communication avec Dieu, et comment cet élément essentiel peut être amélioré par l'apprentissage du langage de communication avec Dieu.
Télécharger
Langues
Offline

Le but de ce livre est d'informer sur l'adoration publique afin que l'expérience personnelle d'un individu soit élargie, améliorée et changée pour la gloire de Dieu et l'édification de l'Église.

Commençons par nous poser une question concernant les Olympiques. Quelle est la raison d'être des Jeux olympiques?

Si on regarde au-delà de l'excitation, du marketing et même de la politique, il s'agit en fait d'une compétition. Plusieurs nations veulent présenter les Olympiques, offrir le spectacle le plus élaboré possible. Les athlètes sacrifient leur vie pour devenir les meilleurs au monde à un moment particulier dans le temps. Les idées de fraternité, d'esprit d'équipe et d'amitié sont des à-côtés du véritable « esprit » des Olympiques qui est la compétition à l'échelle mondiale. Dans un certain sens on peut dire que la « nature » du sport est la compétition : on joue pour gagner.

Je dis cela parce que dans toute entreprise il y a une nature de base ou une idée clé qui explique et donne du sens aux activités qui l'entourent. C'est pourquoi les meilleurs entraîneurs n'oublient jamais que le sport est là pour la compétition… et non pas pour la popularité, l'argent, ou la politique. Ils reconnaissent le cœur de la question (la compétition) et ne laissent jamais leurs participants l'oublier.

Il est donc essentiel de connaître la nature de quelque chose pour y réussir.

Par exemple, la nature de base d'une école est l'éducation. Quand je travaillais à l'université en tant que Doyen, j'ai vu plusieurs étudiants échouer parce qu'ils n'avaient pas saisi cette idée essentielle. Les nouveaux arrivés s'impliquaient dans les différents clubs sociaux et sports ; ils étaient aussi ravis de trouver quelques centaines de jeunes filles célibataires sur le campus… Ils étaient si occupés à toutes leurs activités qu'ils en oubliaient presque leurs classes.

Et puis les résultats académiques étaient envoyés à leurs parents après la 5e semaine : C, C, D, F, et 'incomplet' parce que les travaux n'avaient pas été remis… C'est alors que les étudiants commençaient à réaliser qu'en dépit de toutes les activités extracurriculaires, l'université était là pour l'obtention d'une éducation structurée. Ceux qui réussissaient avaient compris la nature essentielle de cette institution et l'avaient prise à cœur: l'éducation.

Je pourrais donner d'autres exemples :

La nature essentielle du commerce est la rentabilité. Pas de profit, pas de commerce. Il ne s'agit pas de titres, de bureaux, de promotions, de comptabilité. Toutes ces choses font partie du commerce, elles en soutiennent l'élément de base qui est la rentabilité. Il m'arrive d'aller dans un établissement plus ou moins négligé et la personne avec moi dit: « Comment cette entreprise est-elle encore en affaires? » et ma réponse est toujours la même : « Elle reste ouverte parce qu'on y fait un profit! »

La seule institution qui continue quand elle ne fait pas de profit est le gouvernement.

Dans cette même ligne d'idée, je suggère que la nature essentielle de l'adoration est la communication. La communication avec Dieu.

Depuis les premiers exemples élémentaires d'adoration de Dieu dans la Genèse jusqu'aux images exaltées qui nous sont données par Jean dans le livre de l'Apocalypse, l'adoration maintient un trait commun : l'effort de l'homme de communiquer avec Dieu.

Cela est évident si l'on observe les actions et paroles utilisées dans la Bible pour adorer. Que ce soit de se prosterner, d'offrir un sacrifice, de prier, de jouer des instruments dans l'Ancien Testament, ou de chanter des hymnes dans le Nouveau Testament, de manger la pâque ou de partager la communion, ces actions n'étaient pas accomplies pour les individus ni pour les autres croyants mais parce que Dieu écoutait, observait, recevait le message de foi, d'amour, d'appréciation, de repentance et de besoin de ceux qui essayaient de communiquer avec Lui ici-bas.

Il est intéressant de remarquer que la communication avec Dieu est la nature de base de tout genre de culte et non seulement de l'adoration judéo-chrétienne.

  • Les pèlerins musulmans qui vont à La Mecque veulent communiquer avec Allah.
  • Les hindous qui se lavent dans le Gange accomplissent ce rituel pour se rapprocher de Brahma (le premier dieu de la trinité hindoue et créateur de l'univers).
  • Les Amérindiens utilisent des huttes à sudation comme moyen de communication directe avec «les esprits ».
  • Les zoroastriens des temps anciens allumaient des feux pour honorer leur dieu Zoroastre.

Je ne dis pas que toutes ces méthodes sont efficaces ni même acceptables au Dieu de la création, au Père, au Seigneur Jésus Christ. Je dis simplement que la nature essentielle de l'adoration est la communication, l'homme qui essaie de communiquer avec le divin. C'est la base même et l'idée clé qui informe et qui donne du sens aux autres activités qui entourent l'adoration.

Heureusement, nous avons la révélation de Dieu à travers le Christ dans Sa Parole pour nous enseigner toutes choses, y compris l'adoration et la façon de pouvoir vraiment communiquer avec Dieu en esprit et en vérité.

C'est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous, et de demander que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle,

10 pour marcher d'une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu,
11 fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients.
12 Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière,
13 qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour,
– Colossiens 1 .9-13

En Jésus Christ nous gagnons la capacité, la sagesse et la connaissance non seulement de vivre d'une manière qui plaît à Dieu mais aussi de L'adorer (pour communiquer) avec Lui. C'est là une partie de l'héritage que nous recevons en Christ : la vraie communication avec le vrai Dieu.

Pourquoi est-ce si important?

J'ai pris le temps d'établir que la nature essentielle de l'adoration est la communication. Pourquoi est-ce si important? Parce que d'ignorer ou d'oublier d'établir cette idée centrale comme priorité nous amène à une adoration qui n'est pas en esprit et en vérité.

Tout comme les entraîneurs qui oublient l'essence de la compétition ou les commerçants qui négligent de considérer la rentabilité, les églises qui ignorent que l'adoration est avant tout la communication en perdent le bénéfice qui est la transcendance, sujet discuté au troisième chapitre de ce livre.

Quand il en vient au culte public, les églises font souvent l'une des erreurs de base:

1. Elles inversent la fin et les moyens

En d'autres mots, l'idée de communication est perdue ou remplacée par les méthodes de communication.

Comme acheter un ordinateur coûteux avec beaucoup de logiciels et toutes sortes de gadgets sans prendre la peine de le brancher à l'internet. On a un ordinateur impressionnant qui ne peut communiquer qu'avec son propriétaire !

C'est ce que font les églises quand elles allouent trop d'attention et de fonds, non pas à l'adoration, mais à l'équipement, à l'ordre, à la méthode d'adoration, sans examiner s'il y a communication avec Dieu à travers toute cette activité.

Nous pensons que si nous avons la bonne « méthode » il y aura communication, mais ce n'est là qu'une partie de ce qu'il faut pour communiquer réellement avec Dieu.

C'est comme dire que pour gagner au football il faut que chaque joueur ait son nom sur son chandail et connaisse les règles du jeu. Avoir l'équipement et connaître les règles facilitent le jeu mais il faut beaucoup plus que cela pour gagner la compétition.

De la même manière, le fait de connaître les méthodes et de suivre les règles peut produire une adoration mais cela ne garantit pas que vous communiquiez vraiment avec Dieu et en receviez les vraies bénédictions en retour.

2. Il y en a qui établissent leurs propres méthodes

Dans son livre, « Christianity's Dangerous Idea » (L'idée dangereuse du Christianisme), Alister McGrath affirme que la plus grande croissance du christianisme pendant les 50 dernières années est attribuée au pentecôtisme. Ses recherches démontrent que le mouvement pentecôtiste compte plus d'adeptes que tous les autres groupes évangéliques réunis. Dans le christianisme à travers le monde, il y a le catholicisme, le pentecôtisme et tous les autres.

Ce qui est vraiment intéressant dans la théorie de McGrath (Professeur de science et religion à l'Université d'Oxford) est la raison de cette popularité. Il dit qu'à la différence d'autres groupes qui ont un cadre religieux à travers lequel ils opèrent, les pentecôtistes n'en ont pas.

Les catholiques, par exemple, ont l'histoire et les commandements de l'Église, le vote des cardinaux, les encycliques du pape ainsi que la Bible pour guider, restreindre ou permettre ce qu'ils feront ou ne feront pas.

Dans les églises du Christ, nous n'utilisons que la Bible et nous avons un critère pour guider notre interprétation. Nous avons aussi des enseignements traditionnels largement acceptés qui permettent ou limitent nos actions (par exemple l'enseignement quant aux instruments pendant le culte).

Les pentecôtistes n'ont aucune de ces restrictions. Leurs enseignements sont vagues et prennent en considération les besoins et circonstances du moment, surtout quand il en vient au culte.

Je mentionne cela parce qu'ils sont un excellent exemple d'un groupe qui établit ses propres règles ou méthodes quant au culte, à l'opposé de ceux pour lesquels l'adoration est un ensemble de règles absolues. Pour les pentecôtistes, tout ce qui peut rendre le culte dynamique, émotionnel, y donner du sens et de la spiritualité est acceptable parce qu'aucun standard ne les retient.

Le problème, bien sûr, est qu'ils définissent la communication avec Dieu selon leurs propres méthodes et non pas d'après les résultats authentifiés par la Bible.

C'est comme une équipe de hockey qui juge ses succès par la couleur de son uniforme et la qualité du spectacle qui précède la partie plutôt que par le décompte final.

Leur erreur, selon moi, est qu'ils jugent l'efficacité de leur adoration par ce qu'ils ressentent comme résultat du culte plutôt que par ce que leur adoration leur fait ressentir envers Dieu.

Dans les églises du Christ il y a aussi un désir de justifier les moyens par les fins ou buts. Plusieurs congrégations, sentant qu'elles ne tirent pas tous les bénéfices du culte et n'accomplissent pas le but central de l'adoration (la communication) commencent à manipuler les « méthodes » et les « règles », pensant faire une différence. Elles ajoutent des instruments, du théâtre, des aides audio-visuelles, des équipes d'adoration, ou incluent des femmes dans les rôles de leadership, ou expérimentent avec différentes idées charismatiques telles que de taper des mains ou de parler en langues, imitant même le langage pentecôtiste de prophétie et de visions particulières. C'est normal puisqu'elles croient que la méthode produit les résultats alors pourquoi ne pas la changer?

Bien sûr, d'autres réagissent à ces changements (spécialement aux changements non-bibliques) et le débat rage sur les méthodes. Rien ne change vraiment excepté qu'il en résulte plus de divisions et moins de communication aussi bien entre nous qu'avec Dieu.

Nous élaborerons davantage les règles et méthodes au chapitre suivant. Pour l'instant révisons les exigences divines pour la communication avec Dieu.

La communication avec Dieu : quelles en sont les exigences ?

1. La réalisation que la communication avec Dieu doit exister individuellement avant qu'elle ne puisse exister en groupe.

Jésus entraîna Ses Apôtres en prière privée pendant trois ans avant qu'ils ne commencent réellement à adorer ensemble en tant qu'église.

Si l'adoration d'une congrégation n'est pas efficace, c'est parce que les individus ne savent pas adorer Dieu en privé. Et si les dirigeants de l'église n'ont pas une communication privée active, efficace et continue avec Dieu, il y a peu de chance que l'église n'en ait une non plus. L'adoration en esprit et en vérité ne commence pas avec de nouveaux livres de cantiques, elle commence avec l'enseignement patient à avoir un cœur nouveau et ouvert à Dieu dans l'adoration personnelle de chaque membre.

C'est pourquoi Pierre, en Actes 6, refusa de relâcher son ministère de prière pour la distribution de nourriture. Comme véritable leader il demeurait attentif et concentré sur les éléments au cœur de l'Église : adoration et enseignement de la Parole de Dieu.

2. La réalisation de la présence de Dieu à l'adoration

Ceux qui trouvent l'adoration ennuyeuse échouent à reconnaître la présence de Dieu. Ceux qui vérifient leurs messages, qui rêvent, qui jasent avec leurs voisins ou qui sont distraits de quelque manière, qui ne chantent pas et n'acquiescent pas avec l'amen, etc., font toutes ces choses parce que leur foi en Sa véritable présence est faible.

Je suis persuadé que Dieu se rend compte que les cantiques pourraient être plus harmonieux, que le prédicateur est parfois monotone et que les bébés s'agitent; après tout Il voit et entend ce que nous voyons et entendons. Mais Il est présent en Christ parce que l'Église s'est réunie en Son nom. Nous devrions au moins être aussi attentifs que Lui! Sa présence n'est pas basée sur notre performance mais plutôt sur Sa promesse d'être avec nous là où deux ou trois sont réunis en Son nom (Matthieu 18.20).

Nous ne pouvons communiquer réellement avec Dieu sans tout d'abord reconnaître et respecter le fait qu'Il est véritablement présent selon Sa promesse.

3. Une appréciation juste de nous-mêmes

Je sais que l'adoration doit être centrée sur Dieu mais rien ne nous permet de nous concentrer sur Dieu comme le fait d'avoir d'abord une juste appréciation de nous-mêmes.

On lit la supplication la plus fervente de l'Apôtre Paul, sa prière la plus sincère, sa vision la plus claire dans sa déclaration :

Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort ?
– Romains 7.24
Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ.
– Romains 8.1

Tout homme qui vient face à face avec Dieu (communication/adoration ultime) a fait l'expérience de ce sens de lui-même.

Par exemple, Ésaïe qui était éloquent et conseiller du roi est conscient de ses lèvres impures quand il est élevé devant Dieu dans l'Esprit (Ésaïe 6 .5).

Et Jean, l'Apôtre fidèle qui avait vu Jésus ressuscité, tomba au sol comme mort quand il fit face au Seigneur dans Son état céleste (Apocalypse 1 .17).

Plus nous nous voyons réellement, plus le Seigneur ouvre nos yeux à Sa majesté et au gouffre de droiture et de gloire qui nous sépare. Cela nous permet de faire l'expérience de vénération, de reconnaissance, de soulagement et de joie parce que nous pouvons alors voir et apprécier le don qui est nôtre dans la croix du Christ.

C'était là le problème des Pharisiens. Ils étaient si pleins de leur propre vertu qu'ils étaient aveugles à leur véritable condition et besoin, et par conséquent, ne pouvaient voir Jésus, ce qu'Il dit et ce qu'Il fit.

Rien n'améliore notre adoration (communication) avec Dieu plus qu'un examen sobre et sans pitié de nous-même. Cela révèle notre besoin, ce qui en retour ouvre les yeux de nos cœurs.

4. Il faut connaître le langage de communication

Dans chaque domaine il y a un langage particulier : dans les sports (tour du chapeau, touché), en affaires (profits et pertes), avec les ordinateurs (logiciels, disque dur), etc.

L'adoration a aussi son propre langage, et il n'est pas culturel (anglais ou français), il est spirituel.

Le langage de l'adoration inclut les types suivants de communication avec Dieu (ce n'est pas là une liste complète mais un bon échantillonnage dans la prière de Néhémie) :

Lorsque j'entendis ces choses, je m'assis, je pleurai, et je fus plusieurs jours dans la désolation. Je jeûnai et je priai devant le Dieu des cieux, 5 et je dis: O Éternel, Dieu des cieux, Dieu grand et redoutable, toi qui gardes ton alliance et qui fais miséricorde à ceux qui t'aiment et qui observent tes commandements! 6 Que ton oreille soit attentive et que tes yeux soient ouverts: écoute la prière que ton serviteur t'adresse en ce moment, jour et nuit, pour tes serviteurs les enfants d'Israël, en confessant les péchés des enfants d'Israël, nos péchés contre toi; car moi et la maison de mon père, nous avons péché.7 Nous t'avons offensé, et nous n'avons point observé les commandements, les lois et les ordonnances que tu prescrivis à Moïse, ton serviteur.8 Souviens-toi de cette parole que tu donnas ordre à Moïse, ton serviteur, de prononcer. Lorsque vous pécherez, je vous disperserai parmi les peuples ;9 mais si vous revenez à moi, et si vous observez mes commandements et les mettez en pratique, alors, quand vous seriez exilés à l'extrémité du ciel, de là je vous rassemblerai et je vous ramènerai dans le lieu que j'ai choisi pour y faire résider mon nom.10 Ils sont tes serviteurs et ton peuple, que tu as rachetés par ta grande puissance et par ta main forte.11 Ah ! Seigneur, que ton oreille soit attentive à la prière de ton serviteur, et à la prière de tes serviteurs qui veulent craindre ton nom! Donne aujourd'hui du succès à ton serviteur, et fais-lui trouver grâce devant cet homme! J'étais alors échanson du roi.
- Néhémie 1.4-11

Examinons la prière de Néhémie pour y voir les différents types de langage qu'il utilise :

  • Louange – v. 4-5. Une courte révision de quelques bons attributs de Dieu.
  • Supplication – v. 6a. Faire des requêtes spécifiques pour quelqu'un d'autre.
  • Confession – v. 6b-7. Reconnaître, réviser, rejeter et regretter les fautes commises.
  • Confirmation – v. 8-10. Réviser et réclamer pour soi-même les promesses et bienfaits de Dieu.
  • Protection et miséricorde – v. 11. Une demande d'aide personnelle, de protection et de miséricorde face à une difficulté ou à un danger.

Cinq types différents de prières, cinq langages de prière différents utilisés dans ces dix versets. C'est là le langage de communication de Dieu. Pas de long discours flatteur ni même la citation d'Écritures.

Le langage d'adoration ou de communication avec Dieu est la louange, la miséricorde, la supplication, la demande, la confession, l'affirmation et le souvenir : c'est ce que Dieu entend et ce à quoi Il répond! Pas d'orchestre, pas de foule grande ou petite, pas seulement des hommes qui prient mais plutôt des hommes qui prient et communiquent avec Lui dans Son langage!

Sommaire

Donc, l'essence de l'adoration est la communication et Dieu nous a montré dans Sa Parole qu'il y a un langage particulier qu'Il entend et auquel Il répond.

Si notre adoration ne nous a pas satisfaits spirituellement, peut-être que nous n'essayons pas de communiquer ou que nous n'utilisons pas le bon langage pour communiquer avec Lui efficacement.