Livre : 
eBook (.pdf)
Langues :
English
 

La lettre d'accompagnement de Jean

Par Michel Mazzalongo Verset : 2 Jean Publié : Sun. June 3
Cette épître sert de lettre d'accompagnement pour l'épître (1 Jean) que l'apôtre a envoyée à une église particulière qui a des problèmes avec de faux enseignants et leurs enseignements.

La première épître de Jean traitait du problème du gnosticisme dans l'église du premier siècle. Comme on l'a déjà mentionné, gnosticisme vient du mot "gnose" qui signifie connaissance. Dans le cas de cet enseignement toutefois, il fait référence à une connaissance occulte ou secrète que les enseignants gnostiques disaient posséder. Ils enseignaient que les âmes sont gardées prisonnières du monde matériel par une divinité maléfique, que nous en sommes gardés ignorants par les séductions de ce monde et seuls ceux qui possèdent cette connaissance secrète de la véritable condition humaine peuvent transcender cette prison et pénétrer une réalité supérieure. Ils enseignaient aussi que la "bonne" divinité qui habite au dessus de cette dimension maléfique aidait les âmes perdues en envoyant un messager de vérité pour révéler cette tromperie (Notez que c'est plus ou moins l'intrigue du film "La matrice" (1999) dont Keanu Reeves était "l'élu"/Jésus).

Il était par conséquent facile de surimposer cet enseignement à l'évangile et de faire de Jésus le messager de la vérité et d'eux-mêmes, les enseignants gnostiques, les gardiens de la connaissance secrète. Le problème avec cet enseignement est que Jésus Se disait Dieu incarné. Il a aussi enseigné que la vérité rend libre (Jean 8.32), que tous sont prisonniers de leur propre péché, et que la libération de la culpabilité et de la condamnation est accomplie à travers Son ministère sur la croix et reçue par la foi et non pas par une connaissance secrète. Au contraire, Il a commandé que cette bonne nouvelle soit partagée avec le monde entier et ne soit pas retenue secrète. Jésus a donné à chaque âme le pouvoir de trouver le salut du péché, et non pas seulement à ceux qui connaissent le secret. Il a aussi enseigné que les choses matérielles n'ont pas le pouvoir de nous rendre impurs; le monde matériel a été créé par Dieu qui règne sur sa création et que c'est une bonne chose, "Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon. (Genèse 1.31)."

Comme beaucoup d'hérétiques, les gnostiques essayaient de fusionner leurs enseignements à l'évangile. Ils niaient que Jésus était vraiment Dieu et disaient qu'Il était une apparition, une image de Dieu, ou qu'Il n'était devenu humain qu'à la croix, mais qu'Il n'était pas simultanément divin et humain. Ils mêlaient certaines traditions des Juifs avec leurs lois alimentaires, et enseignaient que pour être libéré de la corruption de cette prison matérielle, il fallait pratiquer l'ascétisme (le reniement de la chair). Certains, toutefois, enseignaient l'opposé, c'est à dire que l'âme était séparé de la chair et que ce qui était fait dans la chair n'affectait pas l'âme. Ces enseignements menaient ceux qui les acceptaient à pratiquer soit un légalisme sévère, soit une vie de dissipation hédoniste. Ces enseignants créaient donc la confusion et le doute parmi les croyants dans l'église.

Jean écrit une lettre en réponse à ces hommes et à leur influence. Il commence par le récit de son témoignage oculaire de Jésus, le Jésus qui avait dit et fait des choses que seul un être divin pourrait dire et faire; le Jésus sous forme humaine que Jean avait vu, entendu et touché, établissant ainsi son témoignage concernant la nature double de Jésus.

Dans la première épître, nous avons révisé comment Jean encourageait ses lecteurs à être confiants dans leur salut sans la connaissance spéciale ou la pratique des faux enseignants. Il a écrit qu'il y avait trois façons d'en être certain:

  1. La certitude en marchant dans la lumière. Ils se savaient sauvés parce qu'ils vivaient et agissaient comme des êtres sauvés.
  2. La certitude en persévérant dans l'amour. Ils se savaient sauvés parce qu'en toute situation ils agissaient par amour .
  3. La certitude en demeurant dans la foi. Ils se savaient sauvés parce qu'ils croyaient en Jésus et dépendaient de Lui et non pas d'une connaissance secrète inventée par l'homme.

L'évangile de Jean a raconté l'histoire de l'incarnation de Jésus et de Son sacrifice sur la croix. La première épître de Jean a encouragé ses lecteurs à croire cette information. Ces deux textes (l'évangile et l'épître) ont travaillé ensemble pour les rassurer qu'ils avaient quitté leur "chair" non pas par une connaissance secrète mais par la foi en Jésus Christ basée sur leur connaissance et leur foi en Lui.

La deuxième épître de Jean

Cette lettre est plus courte que la première et couvre en grande partie le même matériel. Ce qui est intéressant, c'est comment cette lettre était utilisée. 2 Jean n'est pas la continuation de l'évangile de Jean ni de sa première épître, c'est plutôt une lettre d'introduction pour celles-ci. Elle était écrite à une église spécifique pour l'avertir du grand danger posé par les faux enseignants. Jean dit aux frères qu'ils doivent être vigilants.

Plan — 2 Jean

  1. La salutation - versets 1-3
  2. L'approbation - versets 4-6
  3. L'avertissement - versets 7-11
  4. La conclusion - versets 12-13

Texte — 2 Jean

La salutation - Versets 1-3

1L'ancien, à Kyria l'élue et à ses enfants, que j'aime dans la vérité, -et ce n'est pas moi seul qui les aime, mais aussi tous ceux qui ont connu la vérité, - 2à cause de la vérité qui demeure en nous, et qui sera avec nous pour l'éternité:
- 2 Jean 1.1-2

Jean est l'ancien (il était âgé et un dirigeant dans l'église à Éphèse à l'époque). L'élue et ses enfants sont l'église. Il écrit ici à une congrégation en particulier, utilisant des euphémismes à cause du danger de persécution par le gouvernement romain. Il dit qu'il aime cette église et tous ceux qui gardent la vérité. La vérité est l'évangile et dans ce cas, la vérité essentielle de l'évangile (que Jésus est le divin Fils de Dieu et Sauveur). Jean leur dit que tous ceux qui aiment cette vérité sont aimés par lui et par quelqu'un d'autre. C'est cette vérité qui lie tous les chrétiens dans l'amour à jamais.

que la grâce, la miséricorde et la paix soient avec vous de la part de Dieu le Père et de la part de Jésus Christ, le Fils du Père, dans la vérité et la charité!
- 2 Jean 1.3

Il prononce une bénédiction de Dieu et place la source de cette bénédiction également aux pieds de Dieu le Père et de Jésus-Christ. Jean sait qu'il y a une certaine confusion parmi eux au sujet de Jésus et il y répond dès le début en Lui faisant référence comme ayant une nature égale et semblable à celle de Dieu. Il demande trois choses que Dieu Seul peut offrir:

  1. La grâce: ici une faveur pour éviter la punition du péché.
  2. La miséricorde: de la compassion pour les faiblesses et les échecs humains.
  3. La paix: ni la guerre ni le jugement à cause du péché mais plutôt la paix entre nous et notre juge qui est Dieu.

Jean demande ces bénédictions de Dieu et de Jésus pour les frères, assurant ainsi une bénédiction pour ses lecteurs mais aussi soulignant de nouveau la position exaltée de Jésus Christ, bien au-delà de celle que les faux enseignants Lui donnent.

L'approbation - Versets 4-6

J'ai été fort réjoui de trouver de tes enfants qui marchent dans la vérité, selon le commandement que nous avons reçu du Père.
- 2 Jean 1.4

En contraste avec les chrétiens qui ont été trompés ou avec ceux qui trompent par leurs faux enseignements, Jean loue ceux qui vivent en accord avec la vérité concernant Jésus Christ. Encore une fois, il relie l'enseignement et la révélation concernant l'évangile de Jésus au Père, contrairement aux concepts humains proposés par les enseignants gnostiques.

Et maintenant, ce que je te demande, Kyria, -non comme te prescrivant un commandement nouveau, mais celui que nous avons eu dès le commencement, -c'est que nous nous aimions les uns les autres.
- 2 Jean 1.5

Leur bonne compréhension de la vraie identité de Jésus sera reflétée dans leur comportement. L'amour distingue le style de vie de celui qui comprend vraiment l'évangile et accepte Jésus comme Seigneur divin parce que c'est l'amour qu'Il a Lui-même démontré.

Et l'amour consiste à marcher selon ses commandements. C'est là le commandement dans lequel vous devez marcher, comme vous l'avez appris dès le commencement.
- 2 Jean 1.6

Jean résume simplement la vie entière du Christ et Son enseignement en un mot: l'amour. Si vous aimez Dieu et le Christ, vous aimerez les autres, vous vous aimerez vous-mêmes et vous obéirez aux commandements du Christ. Il félicite ceux qui ont cru et qui ont agi correctement selon cette conviction.

L'avertissement - Versets 7-11

Maintenant qu'il s'est adressé aux chrétiens qui sont demeurés fermes dans la doctrine et sa pratique, il tourne son attention vers ceux qui sont influencés par les faux enseignants.

Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c'est le séducteur et l'antéchrist.
- 2 Jean 1.7

Il dénonce les faux enseignants en décrivant d'abord l'essence de leur doctrine erronée (que Jésus n'était pas pleinement humain, qu'Il n'était qu'un esprit). Il les accuse d'être trompeurs, non seulement de faire une erreur innocente ou de ne pas comprendre pleinement leur doctrine, mais de tromper intentionnellement l'église avec leurs enseignements. Il les accuse d'être des pions de l'antéchrist, cette force qui existe dans le monde sous de nombreux déguisements avec le but de vaincre l'évangile du Christ et Son église. Jésus a parlé de "faux Christs et de faux prophètes" qui viendraient dans le monde avec le but de séduire les saints en Son nom (Matthieu 24.23-24).

8Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense. 9Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n'a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils.
- 2 Jean 1.8-9

Son avertissement est formulé en termes de ce qu'on gagne ou perd en faisant attention de ne pas être trompé. Si l'on demeure fidèle à l'évangile et au Christ on conserve sa récompense (la vie éternelle) et sa relation au Père et au Fils. Si par contre on s'éloigne de cet enseignement on les risque toutes les deux.

C'est là une bonne réponse à ceux qui prétendent que la doctrine n'est vraiment ni importante ni essentielle. Jean les avertit que de suivre la mauvaise doctrine et la mauvaise pratique du christianisme peut conduire à la perte de la foi et par conséquent à la perte de la récompense.

10Si quelqu'un vient à vous et n'apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut!11car celui qui lui dit: Salut! participe à ses mauvaises oeuvres.
- 2 Jean 1.10-11

Jean ajoute une manière pratique d'obéir à son avertissement. À l'époque, offrir l'hospitalité aux étrangers était une pratique sociale importante, pour les chrétiens en particulier. C'était un signe d'amour chrétien, de foi et de maturité. C'était aussi une manière de supporter les prédicateurs et les enseignants itinérants dans l'église. Jean dit que le chrétien n'est pas tenu d'offrir l'hospitalité, même à un enseignant ou prédicateur, si celui-ci n'enseigne pas avec exactitude. Il leur dit au contraire de décourager ses efforts en ne lui offrant pas l'hospitalité ni même une salutation.

Cela semble dur mais il faut comprendre que les faux enseignants semaient la destruction de l'âme par leurs doctrines. Il fallait les en empêcher. Jean prévenait les frères de ne pas donner à de faux enseignants l'occasion de s'installer dans leurs maisons pour enseigner (la coutume selon laquelle les enseignants opéraient à l'époque, même les apôtres - Matthieu 10.11). Il conclut en disant de ne pas même leur offrir une salutation habituelle (de bienvenue et de bénédictions de la part de Dieu) sous peine de participer à leurs mauvaises oeuvres. C'est pourquoi je ne ressens aucune culpabilité à refuser des fonds à des causes religieuses qui n'honorent pas Jésus comme Seigneur, et aussi à refuser d'accueillir tout groupe ou toute personne chez-moi qui enseigne ou promouvoit une idée qui nie la position du Christ (par exemple les Témoins de Jéhovah qui disent que Jésus est un esprit ou un ange).

La conclusion - Versets 12-13

12Quoique j'eusse beaucoup de choses à vous écrire, je n'ai pas voulu le faire avec le papier et l'encre; mais j'espère aller chez vous, et vous parler de bouche à bouche, afin que notre joie soit parfaite. 13Les enfants de ta soeur l'élue te saluent.
- 2 Jean 1.12-13

Jean termine sur une note personnelle qui est mieux expliquée dans sa troisième lettre. Le problème en général, c'est à dire la question des faux enseignants et de comment leur répondre, a été résolu. Il y a dans cette église un problème plus personnel qui implique certains individus et Jean dit qu'il traitera de ces questions en personne et non par écrit. Il offre une salutation finale de l'église où il se trouve (Éphèse). Nous ne savons pas à quelle congrégation il s'adresse en particulier.

Leçons

  1. La doctrine est importante: l'enseignement ou la compréhension incorrects peuvent causer la perte du salut. Il est essentiel que les anciens, les enseignants et les prédicateurs soient alertes en tout temps (ils doivent corriger et réfuter ceux qui enseignent ou promouvoient de fausses idées - Romains 16.17).
  2. La doctrine guide les actions: ce qu'on fait est basé largement sur ce qu'on croit. Beaucoup de ceux qui n'agissent pas comme des chrétiens manquent habituellement d'enseignement et de compréhension corrects. Ceux-ci doivent être corrigés par l'utilisation adéquate de la parole de Dieu.
  3. La doctrine détermine qui est un disciple. Il existe beaucoup de bonnes personnes qui rejettent Jésus. On peut avoir une relation avec un ami ou un membre de la famille qui n'est pas chrétien, mais la seule chose qu'on ne peut pas avoir avec ceux qui ne croient pas est la communion fraternelle chrétienne.
Passage à lire : 3 Jean