Cette leçon démontre comment le ministère de Jésus était supérieur par ses résultats à celui du souverain sacrificateur juif dans son service au peuple.
Langues

Dans sa lettre aux chrétiens juifs, l'auteur d'Hébreux s'efforce de les encourager à demeurer fidèles au Christ et à ne par retourner à leur ancienne religion. Il le fait en démontrant comment Jésus est supérieur à chacun des éléments de cette foi. Dans la dernière section que nous avons examinée, il a expliqué que Jésus était non seulement supérieur à Aaron, le premier souverain sacrificateur du judaïsme, mais que son ministère au peuple était supérieur lui aussi. Par exemple :

  • Jésus exerce son ministère au ciel (le véritable sanctuaire) alors qu'ils exerçaient leur ministère sur terre.
  • Il exerce son ministère selon une nouvelle alliance (la promesse) qui a de meilleurs caractéristiques : cette alliance est intérieure et spirituelle (les coeurs en sont changés) et pas seulement une pratique religieuse extérieure; elle sera personnelle et universelle, chacun aura accès à Dieu et pas seulement les ministres spéciaux comme les prêtres et les lévites; elle traitera efficacement du péché (il ne s'agit pas d'une alliance pour aider à se souvenir du péché, mais d'une alliance pour libérer les gens de la culpabilité du péché pour toujours).

Dans le dernier chapitre et demi de cette première partie de sa lettre, l'auteur continuera à bâtir sur ce thème (la supériorité du ministère de Jésus) en établissant deux dernières idées :

  1. L'oeuvre de Jésus (son ministère et son sacrifice) est accomplie dans un meilleur endroit, par une meilleure alliance et elle est donc supérieure.
  2. Les résultats du ministère de Jésus pour nous sont supérieurs aux résultats du ministère accompli par les prêtres aaroniques pour le peuple juif.

Ces deux idées ne sont pas présentées l'une après l'autre mais s'entremêlent tout au long de cette section.

Le culte du sanctuaire

L'auteur commence par réviser les éléments du culte du sanctuaire que les prêtres utilisaient dans l'Ancien Testament pendant leur temps dans le désert.

1La première alliance avait aussi des ordonnances relatives au culte, et le sanctuaire terrestre. 2Un tabernacle fut, en effet, construit. Dans la partie antérieure, appelée le lieu saint, étaient le chandelier, la table, et les pains de proposition. 3Derrière le second voile se trouvait la partie du tabernacle appelée le saint des saints, 4renfermant l'autel d'or pour les parfums, et l'arche de l'alliance, entièrement recouverte d'or. Il y avait dans l'arche un vase d'or contenant la manne, la verge d'Aaron, qui avait fleuri, et les tables de l'alliance. 5Au-dessus de l'arche étaient les chérubins de la gloire, couvrant de leur ombre le propitiatoire. Ce n'est pas le moment de parler en détail là-dessus.
- Hébreux 9.1-5

La seule source de lumière à l'intérieur du tabernacle à deux pièces était un chandelier situé contre le mur sud. Les pains de proposition, situés contre le mur nord, étaient toujours placés devant le Seigneur. Il y avait douze pains (un par tribu) fraîchement cuits chaque sabbat. Les vieux pains étaient mangés par les prêtres.

Le lieu très saint était une pièce intérieure plus petite qui ne comportait que deux meubles: un autel d'encens qui peut avoir été placé directement devant le voile dans le compartiment extérieur de sorte que la fumée de l'encens brûlant entrait dans le lieu très saint lorsqu'il y était brûlé, et l'arche de l'alliance qui était une boîte recouverte d'or mesurant quatre pieds et demi de long et deux pieds et demi de large ainsi que de haut. Elle contenait le bâton d'Aaron (qui avait miraculeusement bourgeonné) et un vase de manne, tous deux perdus avec le temps. Elle contenait également les tablettes sur lesquelles étaient inscrits les dix commandements (les tables de l'alliance). Celles-ci se trouvaient encore dans l'arche lorsque Salomon construisit le temple de Jérusalem (1 Rois 8.9) plusieurs centaines d'années plus tard.

L'arche était couverte de deux chérubins qui se faisaient face. On l'appelait le "propitiatoire" parce que c'est là que le grand prêtre aspergeait le sang du sacrifice le jour des expiations. Cela se faisait une fois par an et signifiait une réconciliation temporaire (qui devait être faite chaque année) entre Dieu et son peuple.

Le travail des prêtres

6Or, ces choses étant ainsi disposées, les sacrificateurs qui font le service entrent en tout temps dans la première partie du tabernacle; 7et dans la seconde le souverain sacrificateur seul entre une fois par an, non sans y porter du sang qu'il offre pour lui-même et pour les péchés du peuple. 8Le Saint Esprit montrait par là que le chemin du lieu très saint n'était pas encore ouvert, tant que le premier tabernacle subsistait. 9C'est une figure pour le temps actuel, où l'on présente des offrandes et des sacrifices qui ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte, 10et qui, avec les aliments, les boissons et les divers ablutions, étaient des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu'à une époque de réformation.
- Hébreux 9.6-10

Ici l'auteur continue à décrire le type de travail et de ministère du souverain sacrificateur dans le lieu très saint. Les prêtres se rendaient tous les jours dans la première partie du tabernacle, le lieu saint, pour allumer la lampe (matin et soir), offrir de l'encens (matin et soir) et remplacer les pains de proposition chaque jour de sabbat. À ces tâches s'ajoutait l'offrande quotidienne de sacrifices d'animaux, de produits, d'huile et de vin, etc. Une fois par an (le jour des expiations), cependant, le grand prêtre entrait dans le sanctuaire intérieur (le lieu très saint). Il offrait d'abord de l'encens, puis le sang d'un animal sacrifié pour ses propres péchés. Ce n'est qu'après cela qu'il offrait le sang d'un autre sacrifice pour les péchés du peuple.

L'auteur dit que ce ministère signifiait que l'homme ne pouvait pas se présenter près de Dieu. C'était un témoignage continuel, par le biais d'un rituel, que le chemin jusqu'à Dieu était bloqué. La conception du tabernacle et son accès restreint représentaient à quel point le peuple était séparé de Dieu.

Les rituels externes complexes avaient la capacité de supprimer l'impureté cérémonielle (c'est-à-dire que si un Juif devenait impur de façon cérémonielle, il ne pouvait participer au culte collectif ou à l'interaction sociale. Pour redevenir "pur", il lui fallait offrir un sacrifice et une série d'autres rituels Lévitique 5.1-5 ; 16.16-22 ; 21.18-21), mais ceux-ci ne pouvaient pas purifier la conscience. Ce type de purification, disait l'auteur, ne se ferait qu'au moment de la " réforme. " La réforme était une référence à la venue du Messie, soit Jésus.

Description du ministère de Jésus - Hébreux 9.11-22

À ce stade, l'auteur s'avance dans la description du ministère de Jésus en tant que Grand Prêtre ou souverain sacrificateur.

L'efficacité de son sacrifice

11Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n'est pas construit de main d'homme, c'est-à-dire, qui n'est pas de cette création; 12et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.
- Hébreux 9.11-12

Jésus exerce son ministère de la même manière que les autres souverains sacrificateurs, en offrant un sacrifice pour le péché, cependant:

  1. Il offre le sacrifice dans le sanctuaire céleste et non terrestre.
  2. Il offre sa propre vie parfaite et éternelle pour les péchés des hommes, et non celle d'animaux morts.
  3. Il effectue un paiement de plus grande valeur (un sacrifice parfait et éternel) et obtient ainsi un résultat de plus grande valeur (la rédemption éternelle), et non une simple purification cérémoniale ou un sursis annuel pour le péché.
13Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d'une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, 14combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des oeuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant!
- Hébreux 9.13-14

L'auteur compare ici les deux sacrifices de manière positive. Il convient que, selon la Loi, le sacrifice animal était efficace pour rendre acceptable devant Dieu ceux qui avaient violé certains aspects des rituels extérieurs de leur religion. Par exemple, celui qui était entré en contact avec un cadavre était considéré comme impur et n'était pas autorisé à participer à une activité religieuse collective. Cependant, si un rite de purification était accompli avec le sang d'un animal, il était restauré dans la communion de ses frères. Si le sang (la vie) d'un animal pouvait accomplir cela, imaginez ce que le sacrifice du Fils de Dieu pourrait faire. Il ne supprimerait pas simplement l'accusation d'avoir enfreint la loi cérémonielle, mais aussi la culpabilité et la peur résultant de la violation des lois spirituelles éternelles de Dieu. L'implication était qu'une fois purifié par ce sacrifice, l'individu était libéré de la condamnation, de la culpabilité et de la peur, et libre de servir Dieu avec un esprit d'enthousiasme et non d'esclavage. C'est ici que le sacrifice du Chrit a prouvé son efficacité: dans le changement qu'il a créé dans le coeur d'un pécheur.

La raison pour son sacrifice

L'auteur a fait valoir la supériorité du ministère de Jésus en démontrant que l'endroit où Il exerce son ministère (le ciel) et ce qu'Il fait en exerçant son ministère (racheter/sauver) est bien meilleur que ce que le ministère des prêtres juifs a accompli ; et ceci devrait être le point culminant de son argument. Cependant, il a un point supplémentaire à faire valoir à ses lecteurs parce qu'ils sont juifs, et c'est de répondre à la question : " Pourquoi Jésus a-t-Il dû mourir ? " Pour les Juifs, la mort du Messie était un grand obstacle à la foi en Jésus. S'Il était le Messie promis dans les Écritures, pourquoi devait-Il mourir ? Après tout, raisonnaient-ils, "Il est venu pour sauver le peuple, pas pour être tué lui-même". En réponse à cette question, l'auteur donne deux raisons à la mort de Jésus sur la croix :

Et c'est pour cela qu'il est le médiateur d'une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l'héritage éternel qui leur a été promis.
- Hébreux 9.15
  1. Un sacrifice pour le péché nécessite la mort. Il s'agit d'une loi spirituelle indissoluble, tout comme la "gravité" est une loi physique. La peine pour le péché est la mort, et afin de racheter l'âme des hommes, Jésus a dû payer de sa vie. Or, le fait qu'Il était un être divin (éternel) ainsi qu'un être humain signifiait que le sacrifice de sa vie achetait non seulement le pardon des péchés le jour où il était offert (comme les animaux), mais obtenait aussi le pardon pour toujours. La nature éternelle de sa vie a produit un sacrifice pour le péché qui était également de nature éternelle. C'est pourquoi, en expliquant la puissance de la croix de Jésus, beaucoup disent qu'elle remonte au commencement afin de pardonner les péchés d'Adam, et qu'elle va aussi vers la fin des temps en pardonnant les péchés du dernier homme vivant lorsqu'Il reviendra à la fin du monde. C'est la première raison pour laquelle Jésus est le médiateur (l'intermédiaire) de la nouvelle alliance (de la promesse) que Dieu a avec l'homme - seul Jésus a une vie parfaite et éternelle à offrir afin d'accomplir ce pardon pour tous les hommes et pour tous les temps. Il offre un sacrifice unique. Ce sacrifice est ce qui paie pour notre pardon et la vie éternelle que ce pardon permet. Ces bénédictions sont désignées comme un "héritage" réservé à ceux qui sont appelés. L'auteur utilise deux sens pour ce mot : une Alliance - une promesse de faire quelque chose ; un Testament - un testament ou une volonté après sa mort. Nous sommes appelés par l'évangile à venir prendre possession de notre héritage préparé par Dieu et payé par le sacrifice de Jésus.
  2. Cela nous amène à la deuxième raison de sa mort. Pour qu'un testament soit exécuté et que les gens reçoivent leur "héritage", il faut que la partie principale meure. Dans les versets 16 à 21, l'auteur d'Hébreux dit qu'il était nécessaire que Jésus meure parce que sans sa mort, le testament qui nous accorde notre héritage ne serait pas exécuté.
16Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. 17Un testament, en effet, n'est valable qu'en cas de mort, puisqu'il n'a aucune force tant que le testateur vit. 18Voilà pourquoi c'est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée. 19Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l'eau, de la laine écarlate, et de l'hysope; et il fit l'aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple, en disant: 20Ceci est le sang de l'alliance que Dieu a ordonnée pour vous. 21Il fit pareillement l'aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte.
- Hébreux 9.16-21

Il démontre que même la première alliance (l'Ancien Testament) a été mise en œuvre lorsque des sacrifices d'animaux ont été effectués et que les éléments extérieurs de la foi juive (les tablettes, les tables, le sanctuaire, etc.) ont été aspergés de son sang (Exode 40.9-15 ; Lévitique 8). Il en va de même pour la nouvelle alliance. Il résume son argument en disant qu'il n'y a pas de purification ou de pardon sans effusion de sang (sans offrande de vie). Dans l'Ancien Testament, on le faisait avec des animaux ; maintenant, Jésus l'a fait aussi avec sa propre vie, c'est pourquoi Il a dû mourir. Il était le Messie, mais le plan de Dieu était que le Sauveur sauve en offrant sa vie en sacrifice.

La supériorité de son sacrifice - Hébreux 9.23-28

23Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là. 24Car Christ n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu.
- Hébreux 9.23-24

Le tabernacle et les objets religieux étaient purifiés par un sacrifice animal. Cependant, Jésus, qui est entré dans le véritable tabernacle (où Dieu se trouve au ciel), devait venir avec un meilleur sacrifice. Le temple terrestre exigeait des sacrifices terrestres et le temple céleste exigeait un sacrifice de nature spirituelle comme celui du Christ.

25Et ce n'est pas pour s'offrir lui-même plusieurs fois qu'il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger; 26autrement, il aurait fallu qu'il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seul fois pour abolir le péché par son sacrifice.
- Hébreux 9.25-26

Les prêtres ont offert de nombreux sacrifices d'animaux donnés par le peuple au cours des siècles, mais maintenant, au moment voulu, le Christ s'est offert lui-même, une fois pour toutes. Jésus n'a pas à entrer et à sortir du temple à plusieurs reprises pour accomplir ses fonctions sacerdotales. Son service est accompli une seule fois et Il reste dans le sanctuaire pour y préparer une place pour ceux qui le suivent, ce que les prêtres juifs ne pouvaient ni n'ont jamais été appelés à faire.

27Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seul fois, après quoi vient le jugement, 28de même Christ, qui s'est offert une seul fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l'attendent pour leur salut.
- Hébreux 9.27-28

Tous les hommes meurent une fois (selon le plan de Dieu) et sont ensuite jugés. Jésus, en tant qu'homme, est lui aussi mort une seule fois, mais sa mort n'était pas due au péché (Romains 6.23). Sa mort était un sacrifice pour le péché. Tous les hommes reviendront pour être jugés après leur mort. Jésus, en tant que Fils de Dieu, reviendra aussi, mais pas en rapport avec le péché (Il s'en est occupé à la croix). Lorsqu'Il reviendra, ce sera pour rassembler ceux qui l'ont suivi fidèlement et les emmener au ciel pour qu'ils soient éternellement avec Dieu.

Sommaire

  1. Dans cette section, l'auteur d'Hébreux compare l'œuvre, le ministère de Jésus à celui des prêtres de l'Ancien Testament : Jésus offre son sacrifice au ciel, eux sur la terre ; son sacrifice est éternel, le leur est temporel ; son sacrifice enlève la culpabilité du péché, le leur, seulement une impureté rituelle et un rappel du péché.
  2. L'auteur donne également deux raisons pour lesquelles le Messie devait mourir : le péché est payé par l'offre d'un sacrifice, et le sacrifice ne peut être offert que par la mort, donc le sacrifice de Jésus lui-même a nécessité sa mort ; et les promesses contenues dans l'alliance, la volonté, l'héritage préparés par Dieu pour nous ont nécessité une mort afin de la mettre en œuvre.
  3. Il résume le ministère supérieur de Jésus : Il offre un meilleur sacrifice dans un meilleur endroit ; Il offre un sacrifice unique pour tous les péchés ; et Il reviendra, non pas comme les prêtres juifs pour être jugés(en tant qu'humains), mais (en tant que Messie) pour rassembler les sauvés au ciel.

Il n'existe aucune autre religion où Dieu révèle un plan de salut aussi clair dans un contexte historique. Les actions et les desseins de Dieu sont vus depuis le début (la création), jusqu'à l'achèvement de sa volonté (la croix et la résurrection), et même par un aperçu de la fin des temps (le retour de Jésus pour le jugement et la récompense). Et aucune autre religion ne révèle aussi clairement notre rôle de croyant : croire et demeurer fidèle au Christ jusqu'à la fin.

Nous devons nous rappeler que notre vie ne concerne pas les voitures ou les ordinateurs, la santé, les impôts, ni même les maisons et la famille. Notre vie est une question de foi et de la manière dont la foi s'exerce sur la toile de fond de ces autres choses. La "vue d'ensemble" est toujours liée à notre fidélité dans les bons et les mauvais moments. L'auteur d'Hébreux essaie de donner à ses lecteurs le soutien dont ils ont besoin pour ne pas perdre de vue le tableau d'ensemble en retrouvant la foi qu'ils étaient en train de perdre.