Livre : 
eBook (.pdf)
Langues :
English
 
Paul continue à décrire sa propre conversion du judaïsme au christianisme et ses premiers contacts avec les Apôtres à Jérusalem pour établir sa légitimité en tant qu'Apôtre et enseignant.

Paul réprimande ceux qui enseignent un évangile différent de celui que lui et les autres Apôtres avaient originalement présenté aux Galates. Ces faux docteurs enseignaient que le véritable évangile incluait non seulement la foi en Jésus Christ et le baptême comme expression de cette foi, mais aussi l'observance complète de la Loi juive et des coutumes pleinement acceptées quant à la circoncision.

Ils accusaient Paul de réduire les exigences du « véritable évangile » (qui incluaient la circoncision) afin de gagner la faveur des Grecs et de rendre l'évangile plus acceptable pour eux. Leur argument était que dans son zèle et dans son ambition d'établir des églises parmi les païens, Paul avait dépouillé l'évangile de certains de ses enseignements, qui étaient, disaient-ils, en accord avec ce qui était enseigné à Jérusalem.

Les judaïsants étaient venu en Galatie pour en restaurer le contenu véritable. Leur plan était tout d'abord de discréditer Paul puis de substituer ce qu'ils enseignaient aux enseignements originaux de Paul. Leur plan réussissait et c'est pourquoi Paul écrit de toute urgence cette lettre dénonçant les judaïsants et confirmant de nouveau le fait que l'évangile qu'il avait donné aux Galates était le seul vrai évangile et que quiconque en changeait le contenu serait anathème, condamné.

Cela explique pourquoi il disait en Galates 1.10 qu'il n'essayait pas de plaire aux hommes, et son langage concernant les judaïsants dans cette lettre n'était pas la sorte de langage utilisé pour obtenir la faveur des hommes, mais il parlait comme serviteur du Christ.

10 Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.

Paul répond aux accusations que son évangile est différent de celui des autres Apôtres avec trois arguments:

  1. Le fait qu'il a reçu l'évangile du Christ Lui-même et non pas à travers d'autres Apôtres.
  2. Que les Apôtres reconnaissent pleinement l'évangile que Paul enseigne.
  3. Qu'il a dû corriger même Pierre concernant ce point de liberté envers la Loi, et que Pierre s'en est repenti.

En ce qui concerne les Galates et les judaïsants, si Paul et Pierre avaient résolu entre eux l'argument quant à la substance même de l'évangile, c'était là leur réponse!

Paul commence par expliquer que l'évangile qu'il avait prêché était originalement reçu de Jésus Lui-même et confirmé plus tard par Pierre (Apôtre choisi par Jésus) lors de leur première rencontre à Jérusalem.

11 Je vous déclare, frères, que l'Évangile qui a été annoncé par moi n'est pas de l'homme; 12 car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus Christ.
- Galates 1.11-12

Paul affirme que l'évangile qu'il leur a enseigné (son contenu et la réponse nécessaire) ne lui avait pas été enseigné par un homme mais par une révélation directe de Dieu.

  1. Il connaissait l'histoire de Jésus étant lui-même un Juif vivant à Jérusalem.
  2. Il avait rencontré Jésus de manière miraculeuse sur la route de Damas.
  3. Il avait obéi à Jésus tout comme les autres, en étant baptisé.
  4. Il avait reçu l'habileté de connaître et d'enseigner avec exactitude toutes les choses que le Christ avait enseignées tout comme les Apôtres le faisaient, à travers la puissance du Saint Esprit qui lui avait été donné par le Christ. (Jean 16.13).
13 Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l'Église de Dieu, 14 et comment j'étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d'un zèle excessif pour les traditions de mes pères.

Paul explique sa propre conversion. Il avait persécuté l'église « à l'extrême », il était fanatique à ce sujet, non seulement pour en limiter la croissance mais pour la détruire.

La raison de son fanatisme était qu'il avait été élevé strictement à la manière des pharisiens, zélé pour la tradition. Les rabbins avaient créé six cent treize commandements humains autour de la Loi pour en protéger la pureté. Les pharisiens étaient les « gardiens » de ces commandements ou traditions humaines. Par exemple, la Loi déclarait qu'il n'y avait pas de travail le jour du sabbat. Les rabbins avaient créé une quantité de règles pour protéger cette loi au point où il était défendu de marcher plus qu'une certaine distance, ou même strictement interdit pour un scribe de transporter sa plume le jour du sabbat. Les pharisiens devaient enseigner et faire respecter ces lois.

Paul, en pharisien zélé, était fortement opposé au christianisme parce que l'église provoquait la fin du pharisaïsme. Paul voyait la couronne du judaïsme dans les traditions qu'il s'était battu pour préserver et il savait que si les Juifs devenaient chrétiens, ils garderaient peut-être certaines parties de la Loi mosaïque (ce qui concernait l'adultère, le meurtre, le vol, etc.), celles que Jésus confirmait, mais ils délaisseraient rapidement les traditions encombrantes desquelles le christianisme les avait libérés.

Les judaïsants étaient simplement des pharisiens qui étaient devenus chrétiens et qui voulaient imposer toutes ces choses sur le christianisme tout comme elles l'étaient sur le judaïsme. Leur point de départ était la circoncision mais ils auraient certainement ajouté d'autres lois par la suite tout comme ils avaient ajouté à la Loi dans l'Ancien Testament.

Paul leur rappelle qu'il était le pire des pharisiens mais qu'il prêche désormais la liberté de ces choses en Christ à cause de la révélation du Christ sans laquelle personne n'aurait pu l'en convaincre. Il était le candidat idéal pour devenir judaïsant mais s'y opposait à cause de l'évangile.

15 Mais, lorsqu'il plut à celui qui m'avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m'a appelé par sa grâce, 16 de révéler en moi son Fils, afin que je l'annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang, 17 et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui furent apôtres avant moi, mais je partis pour l'Arabie. Puis je revins encore à Damas.

Dans le même contexte, Paul fait à la fois référence à sa conversion et à sa commission.

  1. Dieu savait depuis le tout début de la vie de Paul qu'il répondrait quand Il l'appellerait.
  2. C'était la grâce de Dieu exprimée dans la mort de Jésus pour le péché qui avait touché Paul.
  3. Le dessein de Dieu était de démontrer le Christ vivant à travers la transformation dramatique de la vie de Paul. Quel meilleur témoignage que celui d'un Juif fanatique qui méprisait les païens?

Paul dit que lors de sa transformation, il ne consulta pas même les autres Apôtres mais qu'il partit pour l'Arabie et revint plus tard à Damas.

18 Trois ans plus tard, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai quinze jours chez lui. 19 Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n'est Jacques, le frère du Seigneur. 20 Dans ce que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point.

Il n'est allé à Jérusalem que trois ans plus tard et a alors rencontré Pierre et Jacques pendant deux semaines. Ils n'ont exprimé ni répudiation ni rejet, et par conséquent son authenticité en tant qu'Apôtre n'a pas été mise en question.

21 J'allai ensuite dans les contrées de la Syrie et de la Cilicie. 22 Or, j'étais inconnu de visage aux Églises de Judée qui sont en Christ; 23 seulement, elles avaient entendu dire: Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant la foi qu'il s'efforçait alors de détruire. 24 Et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.

Au contraire, il est allé dans les régions du nord, en Syrie et en Cilicie, pour prêcher l'évangile. Les églises glorifiaient Dieu à cause de son ministère. Il n'y avait aucune désapprobation de la part des Apôtres. Son évangile n'a pas été rejeté mais plutôt encouragé par Pierre et les autres dès le début. Sa première réponse aux accusations est donc d'affirmer la source divine de l'évangile qu'il répand.

Tous les Apôtres reconnaissent le contenu de son évangile – 2.1-10

Ce que nous savons de Paul pendant son temps en Syrie :

  1. Il avait été amené à Antioche par Barnabas pour enseigner.
  2. Il ramassait des fonds pour un effort d'aide pour l'église à Jérusalem.
  3. Il est retourné à Antioche avec Barnabas et Jean Marc.
  4. Il a fait son premier voyage missionnaire et établi les églises de la Galatie.

Les judaïsants commencent à causer du trouble dans plusieurs églises avec leur fausse doctrine et leurs attaques contre Paul. Ces événements ont lieu pendant une période de quatorze ans, et cette fois Paul se retrouve à Jérusalem avec tous les Apôtres et l'église.

Il décrit en Galates 2.1-20 ce que Luc mentionne aussi en Actes 15 :

  1. Paul est revenu de son premier voyage missionnaire et il donne à Antioche un compte-rendu des choses accomplies.
  2. Les judaïsants commencent un débat avec eux et l'église envoie Paul à Jérusalem pour obtenir l'opinion des Apôtres.
  3. Paul, Barnabas, Tite et d'autres encore, vont à Jérusalem.
  4. Ils donnent un compte-rendu à l'église et les judaïsants les défient ouvertement encore une fois.
  5. Les Apôtres et les anciens réunis avec Paul, Barnabas et les judaïsants examinent la question.
  6. Les Apôtres et les anciens soutiennent Paul et confirment son évangile et son œuvre. Ils écrivent une lettre à toutes les églises proclamant leur décision, répudiant les judaïsants et leur doctrine.

Paul commente maintenant au sujet de ces événements en Galates 2.1-10 en racontant l'histoire aux Galates.

1 Quatorze ans après, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, ayant aussi pris Tite avec moi; 2 et ce fut d'après une révélation que j'y montai. Je leur exposai l'Évangile que je prêche parmi les païens, je l'exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés, afin de ne pas courir ou avoir couru en vain.

Le Seigneur pousse Paul à aller partager ses inquiétudes avec les autres Apôtres. La crainte soulevée par les judaïsants dans l'esprit des Galates était que Paul avait couru en vain, que son travail n'avait servi à rien parce que son évangile était faux, mais Paul le présentait aux Apôtres eux-mêmes pour démontrer qu'il n'était pas en vain.

3 Mais Tite, qui était avec moi, et qui était Grec, ne fut pas même contraint de se faire circoncire.

Il démontre vite que son œuvre n'était pas en vain puisque Tite, un Grec, n'avait pas été obligé d'être circoncis même par les Apôtres à Jérusalem. C'était-là la preuve que les prétentions des judaïsants étaient sans fondement.

4 Et cela, à cause des faux frères qui s'étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus Christ, avec l'intention de nous asservir. 5 Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l'Évangile fût maintenue parmi vous.

Il a fait son rapport aux Apôtres à cause du défi des judaïsants qui voulaient limiter la liberté en Christ. Ils étaient des faux frères. Leur but était d'emprisonner de nouveau les frères avec la Loi. Paul n'a pas succombé à leurs demandes pour que les frères puissent demeurer libres en Christ (cette demande était que Tite soit circoncis comme test de leur position – Paul a refusé et tenu bon parce que si Tite n'était pas circoncis à Jérusalem, aucun des frères de la Galatie ne serait obligé de le faire non plus.)

Aux versets 6-10, Paul résume le résultat de la confrontation avec les judaïsants et de la réunion avec les Apôtres et les dirigeants à Jérusalem.

6 Ceux qui sont les plus considérés - quels qu'ils aient été jadis, cela ne m'importe pas: Dieu ne fait point acception de personnes, - ceux qui sont les plus considérés ne m'imposèrent rien.

Ceux qui sont les plus considérés par les judaïsants, en comparaison avec Paul, n'ont soulevé aucune objection ni ajouté ou soustrait à l'évangile qu'il présentait.

Paul se considère égal aux autres Apôtres au service du Seigneur; les judaïsants étaient ceux qui tentaient de les soulever les uns contre les autres. Dieu ne fait pas de distinction entre les frères d'après leur nom, réputation ou position. Les Apôtres ne le faisaient pas non plus, ni Paul, mais les judaïsants essayaient de le faire.

7 Au contraire, voyant que l'Évangile m'avait été confié pour les incirconcis, comme à Pierre pour les circoncis, - 8 car celui qui a fait de Pierre l'apôtre des circoncis a aussi fait de moi l'apôtre des païens, - 9 et ayant reconnu la grâce qui m'avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d'association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis.

Jacques, Pierre et Jean ont donné à Paul et à Barnabas la main d'association comme témoignage de solidarité dans leur ministère et d'approbation de leur message commun (c'est ce que l'on fait encore aujourd'hui). Ils reconnaissaient que l'apostolat de Paul et son évangile venaient de la même source que les leurs. Le ministère de Paul aux incirconcis était encouragé et confirmé aux Juifs.

10 Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j'ai bien eu soin de faire.

Ils mentionnèrent même de partager le travail parmi les pauvres dans l'église.

Paul démontre ainsi comment son ministère et son message ont été confirmés par tous les Apôtres et comment le faux évangile des judaïsants a été rejeté par les Apôtres à Jérusalem.

Leçons

Peu importe qui on connaît, qui on est, à quel point on est ou n'est pas éduqué; ce qui importe c'est ce qu'on prêche. Dieu peut élever des prédicateurs de toute race ou position sociale et mettre en eux le zèle pour le ministère. C'est la raison pour laquelle les qualifications les plus importantes dans la recherche de ministres sont la connaissance de la parole de Dieu, la fidélité et le zèle.

Une église ne peut grandir si on est plus occupé à se disputer au sujet de la parole qu'à la proclamer à ceux qui sont perdus. Il faut se concentrer à répandre l'évangile et à enseigner ce qu'on connaît et ce dont on est certain plutôt que de gaspiller son temps et son énergie à débattre les questions qui n'affectent pas l'âme et qui entraînent la division. Jésus a dit : « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. », et non « Allez et débattez vos arguments avec les frères. »