Livre : 
eBook (.pdf)
Langues :
English
 

Colossiens 2.15-23

Par Michel Mazzalongo Publié : Fri. June 19
Dans cette leçon, l'apôtre plonge au cœur du message évangélique en énumérant les bénédictions accomplies par la croix du Christ. Il encourage aussi l'Église à ne pas s'éloigner de la doctrine fondamentale de la croix.

Cette lettre est envoyée afin de réfuter les faux-enseignants et leur doctrine qui se sont infiltrés dans l'église à Colosses. Ces faux-enseignants essayaient de déplacer le Christ et Ses doctrines par un mélange d'idées tirées de sources différentes. Il y avait l'idée païenne que différents esprits (ici les anges) étaient responsables pour la manipulation et le soin de la création, et qu'ils devraient être honorés ou adorés. Il y avait l'insistance que pour être acceptable à Dieu, quelqu'un devait observer les traditions juives et la Loi, particulièrement l'exigence d'être circoncis. Les faux-enseignants, qu'on appelait aussi judaïsants, se vantaient que leur héritage juif (duquel la circoncision était un badge d'honneur) et leur compréhension de ces supposés nouveaux mystères religieux les rendaient supérieurs aux Grecs. Ils utilisaient cette attitude et ces enseignements au sujet des anges et des exigences de la circoncision pour éloigner les Grecs de leur foi et de leur dépendance du Christ et de Lui seul pour leur salut.

Dans cette lettre, Paul répond de différentes manières :

  • Il démontre que Jésus est le seul lien entre Dieu et l'homme : Jésus a créé le monde pour Son dessein et c'est Lui qui le maintient et non pas les anges.
  • Il démontre aussi qu'en ce qui concerne la doctrine, tout mystère révélé par Dieu à l'homme, a été révélé à travers Jésus. Il dit que si vous croyez en Jésus Christ, vous possédez la clé de la sagesse et de la connaissance célestes.
  • Et pour ce qui en est de la circoncision, Paul explique que celle que les Grecs reçoivent du Christ au baptême est de beaucoup supérieure à celle de la chair dont les judaïsants se vantent et qu'ils essaient d'imposer. Il leur enseigne que Jésus a dépouillé le vieil homme du péché et leur a donné le Saint Esprit au baptême. Les résultats de cette circoncision spirituelle sont le pardon et la vie éternelle, deux choses que la simple circoncision physique ne pourrait accomplir. Paul explique que ce pardon, ce dépouillement de la vieille nature pécheresse au baptême, a été rendu possible par le sacrifice de Jésus sur la croix. Le pardon peut être offert parce que les péchés ont été repayés sur la croix par Son précieux sang.

En continuant cette section, Paul explique plusieurs autres choses que le Christ a accomplies avec Sa croix, et il exhorte les Colossiens à ne pas s'éloigner de cet enseignement.

Les victoires de la croix

Le verset 15 est le sommaire ou la conclusion du passage précédent.

8 Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ. 9 Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.10 Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité.11 Et c'est en lui que vous avez été circoncis d'une circoncision que la main n'a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:12 ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts.13 Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;14 il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix;15 il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix. – v. 8-15

Les versets 8 à 14 ont été expliqués au chapitre précédent et dans la révision au début de ce chapitre. Le verset 15 est une affirmation additionnelle de toutes les victoires que la croix de Jésus accomplit. Non seulement le pardon et le renouveau dans la vie du pécheur, mais la victoire contre les forces invisibles qui s'opposent à Dieu et à l'homme en essayant de détruire l'Église ou d'empêcher l'homme d'y entrer. Paul utilise ici une image que les Grecs peuvent comprendre :

  • Les Romains avaient pour tradition de faire affichage de leur ennemi vaincu.
  • Quand un général romain revenait de guerre victorieux, il recevait parade et ovation à Rome.
  • Il traînait en trophée derrière lui ses captifs et ses acquisitions, même les nobles des terres conquises.
  • Paul utilise cette imagerie pour décrire la victoire de Jésus sur la croix et la défaite des esprits et des anges sataniques dans leur effort de posséder et de détruire l'humanité puisque le sang de Jésus et Sa Parole protègent désormais les croyants.

Cette référence est évidemment dirigée vers les faux-enseignants qui poussent la notion d'esprits et d'anges comme médiateurs entre Dieu et l'homme. Aucun ange ou esprit fidèle n'aurait une telle position donc il s'agissait là de mauvais esprits et leur enseignement n'était rien de plus que de la magie et des doctrines de démons et de forces occultes.

Au verset 15, Paul ajoute un lien ou maillon à la chaîne entre Dieu et toutes choses. Jésus est le lien avec Dieu en tant que personne divine ; Il est le lien avec la création en tant que son créateur, Il est le lien avec l'humanité en tant que son sauveur ; Il est le lien avec l'Église en tant que sa tête; et Paul dit finalement qu'Il est même le lien avec le monde occulte parce qu'Il l'a conquis.

Le piège des faux enseignements

Maintenant que Paul a fermement établi que Jésus est prééminent dans leurs vies spirituelles et que Ses enseignements constituent la doctrine prééminente qui les guide, il les avertit des différents pièges des faux-enseignants et de leurs doctrines.

Le piège de la fausse autorité

16 Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats : 17 c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ. – v. 16-17

Nous avons ici un aperçu de la manière dont les judaïsants essayaient de manipuler et de dominer ces chrétiens grecs. Ils s'établissaient comme autorité en introduisant des règles au sujet de questions sur lesquelles ils n'avaient vraiment aucune autorité :

  • Les lois que les Juifs avaient dans l'Ancien Testament sur le manger et sur le boire (par exemple : l'abstinence de manger du porc, et pour les prêtres, de boire de l'alcool) et que les Pharisiens avaient élevées à un point d'obsession (par exemple : la dîme des condiments).
  • Les règles sur l'observance de certaines fêtes qui faisaient partie de la culture juive dans l'Ancien Testament (par exemple : la pâque, la Pentecôte) ou les nombreuses obligations concernant le sabbat qui, encore une fois, faisaient partie des lois et traditions de l'Ancien Testament.

Les faux-enseignants ajoutaient des règles concernant ces choses et prétendaient qu'en suivant leurs enseignements, les chrétiens grecs deviendraient plus forts et plus sages. Paul répond que toutes les choses mentionnées (les fêtes, le sabbat, les lois du manger et du boire) et tout autre élément de la religion juive étaient l'ombre des choses à venir, un aperçu du Christ et de Ses œuvres.

Par exemple, le sacrifice d'animaux pour l'adoration était un aperçu du sacrifice de Jésus.

Les diètes particulières aux Juifs parmi les nations présageaient la séparation unique à venir des disciples chrétiens du reste du monde. Tous les éléments de la religion juive présageaient la venue de Jésus, Sa vie, Sa mort et Sa résurrection ainsi que l'établissement et la glorification éventuelle de Son Église. Ces faux-enseignants essayaient de convaincre les chrétiens grecs que l'ombre était plus importante que sa substance réelle, Jésus Christ.

Il les exhorte à ne pas les laisser agir comme juges de ces choses. Ils sont libres concernant la nourriture, les fêtes, et les jours spéciaux. S'ils ont le Christ, c'est à dire s'ils Lui sont unis par la foi, ils ont atteint le but religieux ultime et toutes ces autres choses sont secondaires et tombent dans le domaine de choix personnels.

Le piège de la fausse spiritualité

18 Qu'aucun homme, sous une apparence d'humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu'il s'abandonne à ses visions et qu'il est enflé d'un vain orgueil par ses pensées charnelles, 19 sans s'attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l'accroissement que Dieu donne. – vs. 18-19

Le « prix » de la course est la liberté de la condamnation due au péché, et la récompense d'avoir une relation éternelle avec Dieu à travers le Christ parce que les péchés sont pardonnés. Paul dit que les chrétiens grecs ne devraient permettre à personne de leur renier ce prix en disant qu'ils ne sont pas assez spirituels pour le mériter, ce reniement étant basé sur leur concept de fausse spiritualité.

Dans le cas des judaïsants, cette spiritualité supposément supérieure était basée sur leurs pratiques et leurs prétentions que Paul énumère brièvement :

  • L'abaissement de soi
    • l'ascétisme.
    • les vœux de célibat ou d'abstinence de certaine nourriture, ou codes de conduite.
  • L'adoration des anges
    • Leur concept du rôle des anges, discuté précédemment.
    • Paul dit que leurs seules preuves sont des prétentions de visions personnelles.
    • Celles-ci créent en ceux qui disent les avoir un faux sens d'orgueil spirituel.

Paul ramène ses lecteurs à la seule source d'autorité religieuse et de croissance spirituelle : Dieu Lui-même ! Paul laisse entendre que puisque Jésus est divin et qu'Il fait partie de la déité, la seule source d'autorité et d'instruction qui cause la croissance spirituelle du corps (l'Église, les chrétiens) est le Christ et non la fausse spiritualité des judaïsants.

Les versets 20 à 23 sont une récapitulation :

20 Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes : 21 Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas! 22 préceptes qui tous deviennent pernicieux par l'abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ? 23 Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu'ils indiquent un culte volontaire, de l'humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair.

Paul demande à ses lecteurs :

Si vous êtes morts à ce monde (dans les eaux du baptême) et ressuscités en êtres nouveaux (êtres spirituels éternels), pourquoi pensez-vous que les choses matérielles, qui sont temporelles (la nourriture, les fêtes, etc.) et des enseignements humains (des judaïsants) auront un effet quelconque pour le bien ou le mal ?

Vous ne pouvez manipuler, améliorer ni détruire des choses spirituelles avec des choses physiques. Par exemple, si vous avez la vie éternelle à travers le Christ, comment le fait de manger ou de ne pas manger certains aliments peut-il y ajouter ou en enlever quoi que ce soit ?

Il admet toutefois que d'un point de vue humain, ces pratiques (l'ascétisme, les fêtes religieuses, les traditions) semblent « spirituelles » ou « religieuses » à l'esprit humain mais il conclue qu'aucune de ces choses ne donne le pouvoir spirituel de surmonter le péché ni d'en être pardonné. Seul le sang de Jésus enlève les taches du péché ; seul le Saint Esprit dans le chrétien et dans la Parole de Dieu peut rendre le chrétien capable de surmonter le péché dans sa vie; seulement la résurrection et la glorification peuvent libérer l'homme du péché à jamais, aucune loi quant à la nourriture ou le boire, aucun rituel religieux, aucune fête ni faux enseignement religieux ne le peut.

Sommaire et leçons

Dans cette section, Paul se concentre vraiment sur les enseignements et les tactiques des faux-enseignants et révèle leur inutilité pour atteindre des buts spirituels. Il établit aussi l'évangile et les enseignements du Christ comme prééminents, suffisants et effectifs pour accomplir les désirs spirituels les plus chers :

  • être pardonné du péché,
  • être éclairé spirituellement,
  • vivre avec Dieu à jamais.

Voici des leçons que nous pouvons tirer de cette section pour nous aider comme chrétiens à maintenir notre foi:

1. Être prudent

Dans chaque génération, il y a des gens qui essaient de faire des disciples avec des discours religieux habiles et trompeurs utilisant le même truc qu'on utilisait il y a 2,000 ans : ils prétendent avoir reçu de Dieu un nouveau message ou une vision particulière.

Dieu nous a donné Son message final jusqu'au retour de Jésus : croyez en Jésus et obéissez à tous Ses commandements. Dieu a donné tous les miracles, les visions et la direction de propager Son message aux Apôtres qui les ont enregistrés et préservés dans le Nouveau Testament. La seule chose que nous attendons est le retour du Christ ; tout le reste de ce que nous avons besoin de connaître au sujet de Dieu et de Sa volonté pour nous est dans la Bible.

2. Être confiant

Ne laissons pas :

  • Des gourous qui font famine ou demeurent célibataires ou qui vivent dans des cavernes nous faire sentir sans valeur ;
  • des fanatiques religieux avec leur propre doctrine nous faire douter ;
  • de nouveaux mouvements religieux hautement publicisés nous faire trébucher ;
  • ceux qui critiquent ou ridiculisent la Bible affaiblir notre foi.

Si nous avons été unis à Jésus Christ avec la repentance et le baptême et que nous continuons à Le suivre quotidiennement, nous sommes à jamais enfants de Dieu et notre salut est garanti. Rien de ce que nous faisons ou disons ne nous sauvera davantage. Ceux qui croient et obéissent à Son Fils plaisent à Dieu. C'est la condition spirituelle ultime et la seule voie vers la croissance spirituelle et la vie éternelle. Par-dessus tout, soyons confiants dans le Christ.