Livre : 
eBook (.pdf)
Langues :
English
 

Marcher dans la lumière

Par Michel Mazzalongo Verset : 1 Jean 1:1-2:29 Publié : Sun. May 20
Jean liste la première de quatre manières dont un individu peut être sûr de son salut.

Au chapitre précédent, nous avons commencé l'étude de 1 Jean en révisant le caractère et l'histoire de l'apôtre Jean et les circonstances dans lesquelles il a écrit cette épître. Examinons maintenant la raison possible pour laquelle cette lettre a été écrite.

Au premier siècle, les principaux non-juifs à joindre l'église étaient grecs. Ils ont amené avec eux beaucoup de leurs idées et philosophies et ont essayé de les fusionner avec la pensée chrétienne. L'une d'entre elles était la notion que pour être sauvé, on devait avoir une certaine "connaissance spéciale" qui avait le pouvoir de transférer un individu de la dimension physique à la dimension purement spirituelle. Ces instructions secrètes comprenaient habituellement des restrictions alimentaires et d'autres pratiques ascétiques. Ces idées ainsi que d'autres semblables étaient contenues dans un système de pensée appelé le gnosticisme dont l'enseignement a provoqué beaucoup de problèmes dans l'église.

Ceux qui promouvaient ces idées essayaient de changer les enseignements concernant le caractère du Christ pour qu'ils correspondent mieux à la pensée et la philosophie grecques. Étant donné que les apôtres enseignaient que Jésus était à la fois Dieu et homme, les enseignants gnostiques avaient du mal à réconcilier l'idée qu'un être divin pouvait habiter sous une forme humaine. Ils enseignaient que c'était l'un ou l'autre, mais pas les deux. Leur solution était de prétendre que Jésus était seulement un esprit qui paraissait être un homme. Cela violait les enseignements des apôtres et réduisait Jésus à un statut de fantôme ou d'apparition et non pas à celui du Fils de Dieu incarné pour mourir pour les péchés de tous et ressusciter pour conquérir la mort pour tous.

Leur enseignement visait à contrôler les esprits et les vies de leurs disciples et non à les libérer par l'évangile du Christ. Leur doctrine sapait aussi l'effet de l'évangile en faisant douter les chrétiens de leur salut et de leur résurrection éventuelle. Les croyants commençaient à se poser des questions telles "Si le Christ était un fantôme, alors qui est mort pour mes péchés? Est-ce que mes péchés sont rachetés par la croix ou par mes propres efforts à apprendre et à appliquer cette connaissance secrète? Si le Christ était une apparition, y a-t-il vraiment une résurrection corporelle pour Lui ou même pour moi? S'Il était un fantôme, est-ce que je deviendrai aussi un fantôme?"

Pour aller à l'encontre de cet enseignement dangereux et fortifier la foi faiblissante de ceux qui en étaient affectés, Jean écrit une lettre qui a deux buts:

  1. Établir la véritable identité et le vrai caractère de Jésus.
  2. Restaurer la confiance des disciples dans la certitude de leur salut à travers le Christ et Lui Seul.

En 1 Jean 1.1-2.29 Jean commence par décrire le Jésus qu'il connaissait personnellement et l'une de trois manières par lesquelles les chrétiens pouvaient être sûrs de leur salut.

Le Jésus historique — 1.1-4

1Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, - 2car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, - 3ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. 4Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite.
- 1 Jean 1.1-4

Jean était un apôtre et le critère pour être un apôtre était d'avoir été un témoin oculaire de la vie de Jésus à partir de Son baptême par Jean-Baptiste jusqu'à Sa mort, Son ensevelissement et Sa résurrection (Actes 1.12-26). Cela signifie que quand il écrit cette lettre, il écrit comme quelqu'un qui a été personnellement témoin de la vie, de la mort et de la résurrection ainsi que de l'ascension de Jésus. Il écrit ce dont il a été témoin et non pas une conjecture ou une opinion. En fin de compte, le lecteur doit choisir de croire ce que Jean enseigne à partir de ce qu'il a vu, ou la sagesse secrète des enseignants gnostiques basée sur leurs philosophies.

Jean ne mentionne pas Jésus par son prénom mais par les titres du Seigneur et par les qualités de Sa nature et de Sa position que l'apôtre a déjà utilisés dans son évangile. Par exemple :

  • 1 Jean verset 1 - ce qui était dès les commencement (Jean 1.1)
  • 1 Jean verset 1 - la parole de vie (Jean 1.1,4)
  • 1 Jean verset 2 - la vie (Jean 1.4)
  • 1 Jean verset 2 - la vie éternelle (Jean 10.28)
  • 1 Jean verset 2 - auprès du Père (Jean 1.1)
  • 1 Jean verset 2 - qui nous a été manifestée (Jean 1.4)

Au verset 3, il donne enfin le nom de Celui à qui il a fait référence à six reprises dans les versets précédents. Ces titres sont donnés et utilisés pour établir la nature divine de Jésus Christ. Il est à la source de la création et du temps, qui commence avec la création. Il incarne la parole de vie. Il donne vie dans le sens qu'Il est l'Esprit incarné. Il est éternel, sans début ni fin. Il est Dieu. Il a été manifesté c'est à dire que Sa vraie nature a été révélée divinement. Tous ces termes ne peuvent être appliqués qu'à un être spirituel divin, ce qui établit ainsi Jésus comme un esprit pleinement divin.

Jean mentionne qu'il a aussi connu Jésus physiquement:

  • Il L'a entendu parler - verset 1
  • Il L'a vu de ses yeux - verset 1
  • Il Lui a touché - verset 1

Selon Jean, Jésus n'était pas une vision, il était capable d'interagir avec Lui comme avec tout être humain. En fait, ce que Jésus a reçu de Dieu (comme seul un esprit divin pourrait recevoir), Il l'a donné à Jean (comme seule une personne peut donner à une autre) et Jean le leur a transmis dans son évangile et dans cette lettre. Évidemment, ce qu'il transmet est la bonne nouvelle entourant la mort, l'ensevelissement et la résurrection du Christ, et l'offre de vie éternelle à chaque personne qui croit. Cette vie éternelle est vue ou décrite comme une communion entre tous les croyants, avec les apôtres, avec Jésus et finalement avec Dieu. Il conclut en leur disant que le but de sa lettre est de les encourager à demeurer fidèles pour que Jean et les autres puissent se réjouir de leur foi. Il ne peut y avoir de joie pour Jean s'ils abandonnent la foi.

La certitude en marchant dans la lumière — 1.5-2.29

La section suivante donne aux lecteurs une première manière d'être certains de leur salut. Il faut se rappeler qu'ils luttent avec l'idée que Jésus n'est peut-être qu'une apparition et Jean a répondu en décrivant son contact personnel avec le Seigneur. Ils ont aussi commencé à douter qu'un changement réel a pris place, qu'ils ont vraiment été sauvés. Ils veulent une évidence quelconque qui confirme qu'ils sont véritablement spirituels, éternels de nature et donc sauvés.

Jean répond en disant que la manière d'être certains de leur transformation est de constater la différence dans leur style de vie présent. Encore une fois, Jean utilise une tournure de phrase qui communique cette idée. Pour les Juifs ainsi que pour les Grecs la lumière représentait ce qui était vrai, bon, pur et spirituel de nature. Marcher dans la lumière signifiait que la vie d'un individu reflétait ces caractéristiques. C'était une autre expression pour dire que quelqu'un "était sauvé."

Aux chapitres 1 et 2 Jean nomme quatre domaines où la conduite personnelle détermine s'ils sont vraiment en communion avec d'autres chrétiens, avec Jean, avec les apôtres, avec Jésus et avec le Père. Il leur dit d'examiner leur conduite et si elle correspond à ce qu'il écrit, ils ont la garantie qu'ils sont sauvés, qu'ils sont des esprits éternels, et qu'ils marchent dans la lumière.

Sans lire et analyser chaque verset, c'est là l'essence des quatre domaines dont il parle.

1. La conduite personnelle

5La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c'est que Dieu est lumière, et qu'il n'y a point en lui de ténèbres. 6Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité. 7Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. 8Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous. 9Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 10Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous.
1
Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste. 2Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 3Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l'avons connu. 4Celui qui dit: Je l'ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n'est point en lui. 5Mais celui qui garde sa parole, l'amour de Dieu est véritablement parfait en lui: par là nous savons que nous sommes en lui. 6Celui qui dit qu'il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même.

- 1 Jean 1.5-2.6

Celui qui marche dans la lumière (et qui est donc sauvé) est celui qui reconnaît certaines choses dans sa conduite personnelle:

  1. Qu'il est pécheur, sans prétendre ne pas l'être.
  2. Qu'il ne prétend pas être bon alors qu'il pèche en secret.
  3. Qu'il confesse ses péchés et demande pardon régulièrement.
  4. Qu'il comprend que sans le sang du Christ il ne peut être purifié et marcher dans la lumière.

On sait qu'on marche dans la lumière quand on reconnaît être pécheur et qu'on fait un effort honnête de vivre par la parole de Dieu, en dépendant complètement du sang de Jésus pour demeurer pure, digne et sauvé.

2. Les relations sociales

7Bien-aimés, ce n'est pas un commandement nouveau que je vous écris, mais un commandement ancien que vous avez eu dès le commencement; ce commandement ancien, c'est la parole que vous avez entendue. 8Toutefois, c'est un commandement nouveau que je vous écris, ce qui est vrai en lui et en vous ,car les ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà. 9Celui qui dit qu'il est dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres. 10Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n'est en lui. 11Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux. 12Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom. 13Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin. Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père. 14Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin.
- 1 Jean 2.7-14

Celui qui marche dans la lumière, et assure ainsi son salut, est quelqu'un qui aime son frère. Il y a une hiérarchie d'importance dans les enseignements de Jésus. Ils sont tous divins et dignes de respect et d'obéissance mais certains ont plus de poids que d'autres. Jésus a Lui-même dit: "Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous payez la dîme de la menthe, de l'aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité: c'est là ce qu'il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses.." (Matthieu 23:23).

Le Seigneur a placé en premier notre attitude envers les autres, surtout envers les croyants, et ensuite les questions d'organisation de l'église et de style d'adoration. Par exemple celui qui adore correctement et qui comprend bien les questions de doctrines mais qui échoue à aimer véritablement son frère ne marche pas dans la lumière et il en portera les conséquences. Il vaut mieux errer dans les affaires de l'église et dans le sens des passages difficiles que de négliger les autres ou de détester la famille chrétienne. Jean mentionne les jeunes et les vieux parce que tous sont responsables de ces choses. Jeunes et vieux, chefs et disciples, tous sont responsables et capables d'aimer par l'Esprit de Dieu. Négliger de le faire est une réflexion des ténèbres et non de la lumière. L'amour est le signe certain de la lumière divine dans nos vies.

3. La séparation des choses du monde

15N'aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est point en lui; 16car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. 17Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.
- 1 Jean 2.15-17

C'est là une réponse à cette "connaissance secrète" qui dit que l'entrée dans un monde purement spirituel est accomplie en quittant le corps. Selon ces enseignants, la manière de le faire est d'abandonner certains aliments, l'acte sexuel légitime dans le mariage et différentes pratiques ascétiques. Jean dit que la preuve qu'on marche dans la lumière est qu'on se sépare du monde et non pas de son corps. L'apôtre encourage les frères à renoncer à la mondanité (l'amour excessif et la préoccupation pour les choses physiques qui ne font que satisfaire les sens) en reconnaissant que ce monde et tout ce qu'il contient est temporaire et sera ultimement détruit.

On sait qu'on marche dans la lumière (qu'on est sauvé) quand son but final est d'aller au ciel, et non pas d'être confortable ici-bas.

4. La poursuite de la vérité

18Petits enfants, c'est la dernière heure, et comme vous avez appris qu'un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists: par là nous connaissons que c'est la dernière heure.19Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres; car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres.20Pour vous, vous avez reçu l'onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance.21Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez, et parce qu'aucun mensonge ne vient de la vérité.22Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l'antéchrist, qui nie le Père et le Fils.23Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père.24Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père.25Et la promesse qu'il nous a faite, c'est la vie éternelle.26Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent.27Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu'elle est véritable et qu'elle n'est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu'elle vous a donnés.28Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu'il paraîtra, nous ayons de l'assurance, et qu'à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui.29Si vous savez qu'il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui.
- 1 Jean 2.18-29

Marcher dans la lumière est démontré par l'enseignement de la vérité et Jean affirme que la vérité de Dieu est que Jésus est le Christ et le Sauveur. Jésus, le divin Fils de Dieu, incarné. C'est là l'essence de la vérité, la démarcation entre les faux enseignants avec leurs enseignements, et les vrais enseignants avec leurs enseignements. Jean les met en garde contre les nombreux faux enseignants (les antéchrists) qui changent la vérité. C'est une référence aux enseignants gnostiques et à leurs doctrines. "Sortis du milieu de nous" signifie qu'ils ont quitté les enseignements des apôtres. "L'onction" est le fait de recevoir et de persévérer dans l'Esprit Saint qui proclame et maintient la pureté de l'évangile.

En terminant, Jean leur dit qu'ils ont reçu la vérité par les mots inspirés des apôtres (l'onction). Ils marchent dans la lumière aussi longtemps qu'ils persévèrent dans ces paroles et ne les abandonnent pas pour des enseignements différents.

Sommaire

Jean leur donne quatre manières de s'assurer qu'ils marchent dans la lumière (qu'ils sont sauvés).

  • Leur bonne conduite les en assure .
  • Leur amour des autres les en assure.
  • Leur attention sur le ciel les en assure.
  • Leur attachement à l'évangile les en assure.

Il finit en leur disant que s'ils s'assurent eux-mêmes de ces quatre manières, ils seront confiants et heureux au retour de Jésus et qu'ils ne seront pas dans la crainte et la honte de leur conduite. S'ils connaissent Jésus, ils savent comment agir, et agir selon Sa parole les rendra confiants en Sa présence.

Passage à lire : 1 Jean 2:28-3:24