Qu'est-ce qui est si bon dans la bonne nouvelle ?

Michel Mazzalongo

Le cantique intitulé "Grâce infinie" (Amazing Grace) est l'un des mieux connus, chanté à la fois par les croyants et les incroyants, et décrivant la beauté de la grâce de Dieu.

Ce concept de la grâce dans la religion chrétienne captive l'imagination des gens quand ils pensent au christianisme, et c'est l'idée même qui est si bien saisie dans ce cantique.

Peu de gens se rendent compte que John Newton, l'homme qui en a écrit les paroles, a aussi écrit neuf strophes supplémentaires aux quatre qui sont habituellement inclues dans les livres de chants spirituels. La vie de John Newton était l'incarnation de ce cantique. Il perdit sa mère à l'âge de sept ans. Plus tard, il devint marin et travailla éventuellement sur des navires d'esclaves. Dans une ironie cruelle, il se retrouva lui-même esclave et fut vendu à une noire qui le traita comme un animal en revanche pour ceux qui avaient tellement maltraité son peuple. Il fut éventuellement sauvé de cette vie dégradante et devint un ministre et l'auteur de cantiques qui touchèrent les cœurs des gens à travers le monde. Peu avant sa mort, en 1807, il écrivit :

Malgré que je ne sois pas ce que je devrais être, ni ce que je souhaite être, ni même ce que j'espère être, je peux honnêtement dire que je ne suis plus ce que j'étais, esclave du péché et de Satan, et je peux de tout cœur me joindre à l'Apôtre (Paul) et reconnaître « Par la grâce de Dieu, que je suis ce que je suis ».

Dans ce livre, j'essaierai de décrire cette grâce étonnante que John Newton a ressentie si fortement et au sujet de laquelle il a écrit.

La grâce est « INOUÏE »

Il y a plusieurs manières d'apprendre ce que la Bible dit quant à un sujet ou à un mot. Une première étape est d'en trouver le sens original puis d'examiner comment Jésus et les Apôtres l'utilisaient.

Le Nouveau Testament fut tout d'abord écrit dans la langue grecque et le mot grec original traduit « grâce » en français était le mot CHARIS. Dans la littérature grecque ancienne, le mot CHARA, d'où vient CHARIS, signifiait beau, attachant, attirant, charmant, quelque chose de plaisant. À l'époque du Nouveau Testament, le mot en était venu à signifier joie ou réjouissance. Dans les traductions latines qui suivirent, le mot incluait aussi l'idée de gratitude.

Quand toutes ces idées sont combinées, notre mot « grâce » fait référence à ce qui est charmant, joyeux et généreux (telle l'idée de donner ou de recevoir un cadeau). La grâce n'est pas une chose mais plutôt un mot qui décrit la nature et la valeur de quelque chose d'autre. Dans la littérature normale, elle décrit un esprit de générosité, de bonté et de charme (par exemple, il est miséricordieux, elle est gracieuse).

Dans la Bible, ce mot est utilisé pour décrire l'attitude de Dieu et Ses actions envers l'humanité. On appelle ce que Dieu a fait pour l'homme (de la création de l'univers jusqu'au salut de son âme), la grâce, la grâce de Dieu.

Le mot « grâce » est utilisé de plusieurs manières dans le Nouveau Testament. On l'y retrouve 206 fois en tout dont 132 fois dans les textes de l'Apôtre Paul, mais il n'est jamais utilisé par Jésus qui en est l'incarnation même.

car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
- Jean 1.17

Il y a beaucoup d'incompréhension concernant la grâce parce que c'est un sujet à la fois simple et tellement vaste.

Le sens essentiel de la grâce

Le mot « grâce » peut être utilisé pour décrire le caractère essentiel de Dieu (bon, généreux), l'attitude de Dieu en créant le monde (joyeux) ou la manière dont nous devrions nous traiter les uns les autres (avec miséricorde). Toutefois, l'idée la plus importante et la plus répétée communiquée par ce mot concerne la délivrance du péché pour l'humanité.

La doctrine de base de la Bible est celle du salut. La raison d'être de la Bible tout entière est d'expliquer cette idée importante. Évidemment Dieu a par la même occasion décrit la création du monde et de l'humanité, l'entrée du péché dans le monde, la création d'un peuple spécial, le peuple juif, et toute autre information pertinente concernant l'histoire de Jésus, de la formation de l'Église et de l'éventuelle fin du monde.

Toute cette révélation, cette information, a été donnée afin de fournir l'arrière-plan et l'explication de la chose la plus importante qu'Il voulait accomplir : sauver l'humanité de la destruction. Ce salut était motivé par Sa grâce et accompli à travers celle-ci. C'est la raison pour laquelle la Bible l'appelle « le salut par la grâce ».

8Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. 9Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.
- Éphésiens 2.8-9

Le salut par la grâce est par conséquent la doctrine essentielle de la Bible. C'en est l'idée-clé. Le salut est ce que Dieu a accompli, la grâce en est la raison et la manière. C'est là la raison pour laquelle l'étude de la grâce est si importante. C'est l'étude du caractère de Dieu et de Sa motivation pour ce qu'Il a fait pour nous. Par conséquent, l'utilisation du terme « grâce » à travers cette étude fera référence à Sa bonté, Sa générosité et Sa joie, aussi bien qu'à Sa méthode de sauver l'homme pécheur.

Le danger de la grâce

Croyez-le ou non, certaines gens pensent que la grâce ou que trop de grâce est dangereux, et cela pour plusieurs raisons :

1. En premier lieu, plusieurs ne comprennent pas l'idée de la grâce.

Ils pensent que la grâce est la liberté, que la grâce est la license de faire ce qu'on veut et que Dieu dans Sa bonté, excuse le péché. On doit rejeter le libéralisme camouflé en grâce mais ce faisant, il ne faut pas renier la grâce légitime.

2. Certains préfèrent un système d'œuvres.

L'orgueil humain préfère la « loi ». Dans le système de la « loi », l'homme peut payer ou faire sa part pour obtenir le salut. Vivre selon un code moral élevé, suivre des rituels rigoureux ou se sacrifier est coûteux et semble religieux mais on ne peut échanger ces choses pour le pardon ou la perfection parce qu'elles ne sont elles-mêmes ni parfaites ni suffisantes. Le système de la grâce requiert que l'homme abandonne tout effort de salut par lui-même et cela est difficile.

3. Certains craignent de vivre par la foi.

9et d'être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s'obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, 10Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, 11si je puis, à la résurrection d'entre les morts.
- Philippiens 3.9-11

La grâce exige que l'on dépende de Dieu totalement pour notre justification, et cela semble trop beau pour être vrai alors on veut « limiter les risques » avec une autre méthode. On doit pourtant accepter le fait que c'est la grâce ou rien !

6Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile. 7Non pas qu'il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l'Évangile de Christ. 8Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème !
- Galates 1.6-8

Il faut reconnaître que le danger dont Paul parlait pour l'église à laquelle il écrivait n'était pas d'aller vers trop de grâce ou vers une grâce superficielle, mais plutôt de l'abandonner et de l'échanger pour un système de loi plus confortable et prévisible.

Pour éviter ces erreurs, il faut retourner à l'enseignement des Apôtres au sujet de la grâce.

L'enseignement essentiel

37Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? 38Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit. 39Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. 40Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse. 41Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s'augmenta d'environ trois mille âmes. 42Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières.
- Actes 2.37-42

Question :À quels enseignements des Apôtres Luc faisait-il référence ?

Réponse :Au Christ et à Ses enseignements. Le livre des Actes des Apôtres et les épitres n'étaient pas encore écrits.

Question :Que seraient donc leurs enseignements ?

Réponse : Actes 5.28-32 : la personne du Christ, Ses enseignements, le plan du salut (Dieu envoie le Christ) et la réponse du croyant à Dieu (repentance et baptême).

Les Apôtres enseignaient que la grâce motivait Dieu à sauver l'homme par Jésus Christ.

Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
- Jean 3.16

On commet une erreur fondamentale quand on commence à enseigner l'histoire de l'Église et son organisation ou la fausseté de différentes religions ou même comment répondre à l'évangile (croyance, repentance, confession et baptême) plutôt que d'enseigner la bonne nouvelle de l'évangile qui est le fait que l'on est sauvé par la grâce.

Voici le premier point que je veux faire au sujet de la grâce et du salut :

C'est là ce que les Apôtres enseignaient aux premiers disciples concernant le salut :

Jésus a enseigné que dans ces trois contextes quelqu'un était sauvé. Nous verrons comment ces idées sont liées.

La grâce est gratuite

...mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur.
- Romains 6.23

Paul dit ici que le salut est gratuit, que la grâce de Dieu envers nous est gratuite. Qu'est-ce que cela signifie ?

4Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due ; 5et à celui qui ne fait point d'œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l'impie, sa foi lui est imputée à justice.
- Romains 4.4-5

Que dit Paul de celui qui travaille et de celui qui croit ? Il dit que celui qui fait une œuvre reçoit ce qu'il a gagné et que celui qui croit reçoit un don.

Dans l'épître aux Romains, Paul utilise le terme « grâce » pour inclure l'amour et la miséricorde mais aussi le résultat de cette miséricorde, le salut. Quand il dit que la grâce est gratuite, dans un certain sens, il dit que l'amour de Dieu et sa bonté envers nous sont gratuits, c'est un don. Il dit aussi que le résultat final de cet amour et de cette miséricorde (notre salut) est gratuit aussi, le salut est aussi un don.

Le problème n'est jamais dans l'attitude ou dans le don de Dieu. Il est toujours chez l'homme, dans sa compréhension et dans son attitude.

Pour beaucoup, l'idée que la grâce de Dieu est gratuite est un problème, et voici pourquoi :

1. La grâce offerte gratuitement sous-entend que l'homme est complètement impuissant. Si la grâce (la bonté de Dieu et le salut ultime de l'homme) est gratuite, cela signifie que l'homme ne peut rien faire pour la gagner (même s'il le voulait).

La grâce offerte gratuitement élimine la religion de celui qui s'accomplit lui-même ; elle élimine le christianisme comme cours d'amélioration personnelle ; elle enlève la confiance en soi-même pour se sauver.

La grâce offerte gratuitement rend dépendant de Dieu pour tout et l'orgueil humain s'en accommode mal. On ne sait pas ce que cela signifie que d'être complètement dépendant de Dieu et on ne veut habituellement pas l'apprendre.

2. Certains craignent l'idée de grâce offerte gratuitement croyant que cela élimine la responsabilité humaine. On peut prêcher « les cinq choses à faire » et comment obtenir le salut sans jamais mentionner la grâce et personne ne dira quoi que ce soit, mais si on prêche la grâce gratuite sans mentionner la responsabilité humaine et l'obéissance, alors on est un libéral ou un hérétique.

Sommes-nous plus soucieux de ce que quelqu'un sait au sujet du baptême ou au sujet de la grâce ? Prêcher la grâce n'élimine pas le baptême mais il faut se souvenir du rôle de chacun.

Charles Hodge a dit : « Dites d'abord aux hommes ce que Dieu a fait avant de leur dire ce qu'ils devraient faire. »

La beauté et la puissance de l'évangile est qu'en dépit de nos péchés, Dieu a choisi d'être bon et miséricordieux envers nous (la grâce) et Il a mis en place un plan pour notre pardon et pour que nous recevions la vie éternelle sans mérite ni effort de notre part (la grâce).

Quelle place la responsabilité humaine tient-elle ?

Si la grâce est gratuite (la bonté et le salut de Dieu), alors que dire de la repentance, du baptême et de la fidélité jusqu'à la mort ? Si la grâce est gratuite, est-ce que tout le monde la reçoit et est sauvé ? Si la grâce est gratuite, pourquoi la lutte quotidienne ?

Il ne s'agit pas de ce que la grâce demande ou exige. C'est là ce que fait la LOI. La loi demande et la loi exige (obéissance, performance parfaite).

La grâce n'exige pas : la grâce produit, elle donne, elle motive et elle provoque.

La loi demande l'obéissance parfaite et produit la mort parce qu'elle démontre l'imperfection, l'impossibilité de l'atteindre et la conséquence de l'imperfection qui est la mort. (Romains 3.20)

La grâce ne demande rien, ne requiert rien. Elle révèle l'amour impressionnant de Dieu dans la croix de Jésus et ce faisant, elle produit la repentance, la foi, l'obéissance, la joie, la paix, etc.

Ou méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ?
- Romains 2.4
Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine ; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.
- 1 Corinthiens 15.10

La grâce n'exige pas. Elle provoque, elle produit, elle crée en l'homme toutes les choses qui mènent au salut. Nos actions, la confession initiale de foi en Christ, la repentance et le baptême, la lutte quotidienne contre le péché pour vivre une vie chrétienne, ne sont pas une liste de règles ou d'œuvres à accomplir en échange pour le salut. Elles sont le résultat de la grâce qui travaille dans le cœur et l'esprit.

LOI = DEVOIR
GRÂCE = VOLONTÉ

La grâce de Dieu nous transforme donc de gens qui « doivent » à gens qui « veulent » (veulent se repentir, veulent être baptisés, donner, faire le bien, demeurer fidèles). On devient cette sorte de personne à cause de la grâce.

La loi n'a pas ce pouvoir ; seule la grâce, qui est gratuite, a le pouvoir de produire tout cela en nous.

Sommaire

Qu'est-ce donc qui est si bon dans la bonne nouvelle ? À cause de Sa grâce, Dieu offre le salut et la vie éternelle à chacun basé sur la foi et non pas sur la loi, la connaissance ou la culture. Autrement dit : la grâce de Dieu rend possible pour chacun d'aller au paradis parce qu'il croit et non parce qu'il est parfait. Comme John Newton l'écrivit il y a si longtemps :

« À travers labeurs, fardeaux, soucis,
Déjà je suis passé ;
De Dieu, la grâce m'a jusqu'ici
Soutenu, consolé ! »

https://bibletalk.tv/qesce-qui-est-si-bon-dans-la-bonne-nouvelle