De la troisième à la quatrième Pâque

Michel Mazzalongo

Au chapitre précédent nous avons examiné les événements enregistrés durant la deuxième année du ministère de Jésus. Pendant ce temps nous voyons qu'Il est énormément populaire mais qu'Il a aussi des ennemis mortels : les pharisiens et les chefs religieux veulent Le tuer, et même certains disciples Le quittent à cause des exigences de Son enseignement.

La majorité de Son enseignement et de Ses signes ont été accomplis dans la partie nord du pays avec quelques visites occasionnelles à Jérusalem durant les festins clé. Les Apôtres ont été choisis et ils exercent aussi leur ministère dans la région du nord.

Alors qu'Il entreprend Sa troisième année de ministère, Il paraîtra plus souvent à Jérusalem et dans la région environnante pour déclarer Sa personne et le but de Sa venue.

Nous commençons la section d'événements qui décrivent Son ministère de la troisième Pâque jusqu'au début de la dernière semaine de la Pâque.


68. Guérisons dans la région de Génésareth

Matthieu 14.34-36 ; Marc 6.55-56

Au dernier événement mentionné, Jésus se trouvait à la synagogue à Capernaüm. Génésareth se trouvait au sud de Capernaüm. Marc écrit que plusieurs étaient guéris simplement en touchant la frange de Son vêtement. Comme les autres hommes juifs, fidèles à la Loi, Il portait un gland bleu à chaque coin de Son vêtement et c'est ce gland qu'ils essayaient de toucher avec foi.


69. Les pharisiens questionnent le lavage des mains

Matthieu 15.1-20 ; Marc 7.1-23

Le succès du ministère de Jésus à Génésareth est interrompu par des pharisiens qui sont venus de Jérusalem pour observer et confronter Jésus afin de Le discréditer. Une de leurs accusations est que les disciples violaient la "tradition des anciens" en n'observant pas le lavage rituel de leurs mains avant de manger.

La tradition des anciens faisait référence à un ensemble de règles créées par les scribes qui dictaient comment la Loi devait être appliquée. Par exemple, la Loi interdisait le travail le jour du sabbat. Les scribes avaient créé plus de cent définitions de ce qui était considéré du "travail" et des "loisirs" afin de guider les Juifs pour garder ce commandement.

Jésus répond que ces choses ne sont rien de plus que des règles fabriquées par des hommes, sans aucune autorité de Dieu, et par conséquent sans autorité sur le peuple. Jésus continue en démontrant que ce ne sont pas des mains sales ou même de la nourriture qui souillent l'âme mais plutôt ce qui sort du cœur.

Cela rend les pharisiens furieux parce que non seulement discrédite-Il leur source d'autorité (la tradition des anciens) mais Il lève également les restrictions alimentaires auxquelles les Juifs sont si attachés.

La restriction de certains aliments était une manière de les distinguer des autres nations et une marque du peuple choisi de Dieu. Leur distinction viendrait désormais de leur foi dans le Christ.


70. Jésus Se dirige plus loin au nord

Matthieu 15.21-28 ; Marc 7.24-30

Cette rupture avec la tradition juive causera certainement plus de haine parmi les chefs religieux juifs alors Jésus Se dirige plus loin au nord dans le territoire des Gentils. Il y rencontre une femme païenne d'origine syro-phénicienne qui Lui demande de guérir sa fille.

Utilisant une expression de l'époque, Jésus lui dit qu'Il est venu nourrir les enfants et non les petits chiens. C'était là ce que de nombreux Juifs pensaient alors des Gentils avec qui ils étaient amis. La femme reconnaît l'analogie et, sans abaisser le rôle et le privilège des Juifs, elle dit que même les petits chiens mangent les miettes laissées par les enfants. Elle l'accepterait avec joie.

Jésus trouve en elle non seulement une femme de foi, mais aussi une femme d'humilité, de persévérance et de courage. Il la récompense en guérissant sa fille sans même la voir.


71. Jésus dans le pays de la Décapole

Matthieu 15.29-38 ; Marc 7.31-8.9

La Décapole est sur le côté est de la mer de Galilée où Jésus avait guéri le démoniaque et l'avait envoyé répandre la nouvelle de sa guérison dans la région (qui comptait 10 villes).

Jésus y retourne maintenant et guérit un homme qui est sourd et une grande multitude se rassemble pour L'entendre prêcher. C'est là le résultat du témoignage de ce démoniaque. Jésus les enseigne mais Il fait aussi le miracle de la multiplication des pains et des poissons pour ce groupe, un miracle qu'Il fait pour la deuxième fois.


72. Jésus est confronté encore une fois par les pharisiens

Matthieu 15.39-16.4 ; Marc 8.10-12

Jésus quitte la Décapole et traverse la mer de Galilée. Une fois arrivé de l'autre côté, les pharisiens sont prêts à l'attaquer de nouveau, cette fois ils demandent un signe venant du ciel. Ils estiment que Ses miracles ne sont pas assez spectaculaires et veulent un miracle comme dans l'Ancien Testament quand le soleil s'est arrêté ou que le feu et le soufre ont été envoyés du ciel.

Jésus les réprimande pour leur aveuglement dans le fait qu'ils savent discerner la météo par la couleur du ciel mais qu'ils ne peuvent pas même interpréter tous les signes qu'Il a déjà faits pour prouver Sa légitimité.

Il refuse de leur donner un tel signe et les renvoie à l'histoire de Jonas, leur disant que ce sera le signe définitif qu'Il est de Dieu.

La résurrection sera le signe pour tous qu'Il est le Messie envoyé par Dieu, et pour eux aussi.


73. Discussion dans la barque avec les Apôtres

Matthieu 16.5-12 ; Marc 8.13-21

Les Apôtres ont voyagé à travers tous ces événements avec Jésus. Ils ont vu les confrontations avec les pharisiens, les miracles, la multiplication des pains pour nourrir les 4 000. Maintenant ils traversent encore une fois la mer de Galilée et Jésus essaie de les prévenir au sujet des pharisiens et de leur hypocrisie. Les Apôtres devront aussi faire face aux pharisiens dans leur ministère.

Jésus utilise une expression qu'ils ne saisissent pas, "le levain des pharisiens", et Il explique que les fausses idées présentées par les pharisiens comme doctrines venant de Dieu avaient tant de poids que le peuple les acceptait comme la Loi.

Les Apôtres pensent qu'Il les réprimande parce qu'ils ont oublié d'apporter les restants de pain après la multiplication. Cela montre à quel point ils étaient simples et durs de cœur et certainement pas à la hauteur pour faire face aux pharisiens.


74. Jésus guérit un aveugle

Marc 8.22-26

À leur arrivée à l'autre côté, le peuple Lui amène un aveugle pour qu'Il le guérisse et Jésus le fait par étapes, Il lui met d'abord de la salive sur les yeux et lui impose les mains. C'était probablement pour aider la foi de l'homme à se développer aussi par étapes. D'abord la salive pour qu'il se rende compte que Jésus fait quelque chose pour lui, puis une guérison complète une fois qu'il a compris que c'est Jésus qui lui donne la vue.


75. La confession de Pierre

Matthieu 16.13-20 ; Marc 8.27-30 ; Luc 9.18-21

Jésus avait été mis au défi par les pharisiens et Il S'était disputé avec eux. Il est encore en train d'entraîner et de préparer Ses Apôtres à poursuivre leur ministère. Après tout cela, Il les teste pour voir s'ils demeurent convaincus de Son identité. Sinon, il leur sera impossible de traverser ce qui s'en vient bientôt à Jérusalem.

Jésus leur demande ce qu'ils pensent de Lui et Pierre répond pour le groupe en confessant que Jésus est le Christ, le Messie envoyé de Dieu.

Maintenant Jésus veut qu'ils en soient certains, mais ce n'est pas encore le temps pour eux de le confesser ; ce temps viendra après Sa mort et Sa résurrection.


76. Jésus prédit Sa mort et Sa résurrection

Matthieu 16.21-28 ; Marc 8.31-9.1 ; Luc 9.22-27

Maintenant qu'ils ont exprimé leur foi en Sa véritable identité, Jésus peut leur enseigner davantage au sujet du but de Son ministère: mourir et ressusciter selon la Parole. C'est la première fois qu'Il le leur dit et ils sont sous le choc, au point où Pierre, encore une fois, essaie de dissuader Jésus de le faire. Il veut protéger sa propre vision de ce que le Messie devrait ou ne devrait pas faire et préserver sa place comme Apôtre... Ce n'est pas bon que d'être l'Apôtre d'un Messie mort. Jésus le réprimande vivement pour ses motivations humaines et égoïstes.


77. La transfiguration

Matthieu 17.1-13 ; Marc 9.2-13 ; Luc 9.28-36

Après la première prophétie de Sa mort, Il prend Pierre, Jacques et Jean avec Lui sur une montagne où Il est transfiguré dans Son état glorieux. Luc dit qu'Il S'entretient avec Moïse et Élie au sujet de Sa mort prochaine. Encore une fois Pierre répond stupidement en voulant faire des abris pour chacun d'eux pour pouvoir demeurer dans cet état sur la montagne. Dieu parle et dit : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le." Moïse représente la Loi et Élie, les prophètes. Dieu veut maintenant que le peuple écoute Jésus : Il accomplit la Loi et les prophètes.


78. Guérison d'un démoniaque que les Apôtres ne pouvaient guérir

Matthieu 17.14-21 ; Marc 9.14-29 ; Luc 9.37-43

Une fois qu'ils rejoignent les autres Apôtres, ils sont impliqués dans un argument avec les scribes concernant une guérison que les Apôtres avaient été incapables de faire. Jésus chasse un démon hors d'un garçon et réprimande les Apôtres pour leur manque de foi et de prière. Ils avaient eu le pouvoir de le faire par le passé, mais peut-être avaient-ils oublié que chaque miracle et que chaque guérison étaient basés sur la foi en Dieu et ils s'enorgueillissaient plus qu'ils n'auraient dû. Leur argument avec les scribes suggère qu'ils voulaient peut-être les impressionner.


79. Jésus prédit Sa mort et Sa résurrection une deuxième fois

Matthieu 17.22-23 ; Marc 9.30-32 ; Luc 9.44-45

Entre la première et la deuxième fois où Jésus prédit Sa mort imminente, des miracles et des signes extraordinaires prennent place. Jésus et les Apôtres sont encore dans la région du nord mais plus au nord et à l'ouest.

Après avoir chassé le démon, Jésus mentionne à nouveau qu'Il sera éventuellement tué mais cette fois Il ajoute l'idée qu'Il sera trahi. Ils ne Lui posent plus de questions parce qu'ils n'aiment pas Ses réponses... ils n'acceptent pas encore cette réalité.


80. De l'argent dans la bouche d'un poisson

Matthieu 17.24-27

Chaque mâle de 20 ans et plus devait payer la taxe du temple. Ne pas le faire était considéré un acte d'apostasie. Jésus aurait dû en être exempt étant le Fils du Père dont la maison était le temple. Cependant pour ne scandaliser personne, Il fait apparaître une pièce de monnaie dans la bouche d'un poisson que Pierre pêche, et Pierre l'utilisera pour payer pour eux deux.

Certains spéculent que Jésus n'ayant payé que pour Lui-même et pour Pierre, les autres Apôtres n'avaient peut-être pas encore 20 ans. Cela a du bon sens; l'âge moyen à l'époque était autour de 50 ans. Pierre était vieux quand il est mort en 63 ou 64, et Jean, en 100 apr. J.-C., était très vieux (entre 80 et 90 ans).


81. Qui est le plus grand?

Matthieu 18.1-35 ; Marc 9.33-50 ; Luc 9.46-50

Une dispute s'élève parmi eux à savoir lequel d'entre eux sera le plus grand dans le royaume. Ils sont encore fortement sous l'impression que le royaume sera une forme de gouvernement terrestre.

Jésus répond par une variété d'enseignements :

Tous ces enseignements sont là pour essayer de leur faire comprendre que les relations dans le royaume ne sont pas basées sur l'importance personnelle par le pouvoir ou par le contrôle mais qu'elles sont basées sur l'amour, la miséricorde et le service.

Marc ajoute qu'ils voulaient aussi condamner les autres qui travaillaient au nom de Jésus sans toutefois faire partie de leur groupe. Jésus les en empêche et leur dit que ceux qui sont avec Jésus font aussi partie de Ses disciples.

Son ministère dans le nord du pays prend fin avec ces leçons. Il voyagera encore vers le sud jusqu'à la dernière semaine de Sa vie, qu'Il passera dans la ville où Il sera rejeté, condamné et crucifié.

Leçons

1. La compréhension vient après la foi

Progressivement, à mesure que les Apôtres exprimaient leur foi (suivre Jésus, demeurer avec Lui quand les autres Le rejetaient, Le reconnaître comme le Messie), Jésus les récompensait avec une vision plus claire de qui Il était. À chaque fois qu'ils obéissaient et marchaient par la foi, Il récompensait cette foi avec un grand miracle, une vision, ou la confirmation que leur foi était valable.

Il en est de même aujourd'hui. On n'obtient pas la compréhension avant d'avoir la foi ; c'est plutôt l'inverse. Je crois, j'obéis, et puis je grandis dans ma compréhension et mon assurance que ce que j'ai cru était vrai. Je suis personnellement plus sûr du pardon et de la promesse de l'Esprit Saint maintenant que le jour où j'ai cru et où j'ai été baptisé. Il a récompensé ma foi originale.

2. L'unité avec la tête = l'unité avec le corps

Les Apôtres ne voulaient que personne d'autre ne s'approprient Jésus s'ils ne faisaient pas partie de leur groupe. Jésus leur dit que s'ils sont unis à Lui, ils sont unis au corps. L'inverse est aussi vrai : si on n'est pas unis au corps, on n'est pas unis à la tête. Jésus est mort pour l'église, qui est Son corps, et être uni à Lui signifie automatiquement être uni à l'église. On ne peut les séparer.


À LIRE POUR LA 8e LEÇON

  1. Jean 7.1-53
  2. Jean 8.1-11
  3. Jean 8.12-59
  4. Jean 9.1-41
  5. Jean 10.1-21
  6. Luc 9.51-62
  7. Luc 10.1-24
  8. Luc 10.25-37
  9. Luc 10.38-11.13
  10. Luc 11.14-54
  11. Luc 12.1-13.5
  12. Luc 13.6-9
  13. Luc 13.10-17
https://bibletalk.tv/de-la-troisieme-a-la-quatrieme-paque